Avertir le modérateur

24/12/2010

Des nouvelles du Modem, mode Rémy DAILLET-WIEDEMANN (VP)

Chers amis,

C'est la stupéfaction. Nous avons beau retourner les chiffres dans tous les sens, j'ai probablement battu François Bayrou aux dernières élections internes !
François n'a en effet recueilli que 4 741 voix, tout en étant candidat unique puisqu'il a décidé que les bulletins de vote électronique ne contiendraient que son nom. Sur 60 000 adhérents il y a deux ans, cela fait 8% des voix seulement pour lui ! Sur les 18 965 adhérents actuels revendiqués, cela fait 25%, ce qui est un terrible désaveu. Déjà, on constate que François Bayrou n'obtient pas la majorité parmi ceux qui lui sont restés. Cela s'est-il déjà vu pour un patron de parti politique ? J'en doute. En tous cas, jamais dans notre famille politique.
http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2009/01/29/200901290996_w350.jpghttp://www.generationsengagees.fr/wp-content/uploads/2009/06/badge_nous_le-modem-ge1-300x300.jpg

De mon côté en revanche, je me réclame du soutien ferme de plus de 6 500 adhérents, soit plus de 30%.
Il en découle que si ces adhérents avaient pu voter pour moi, je serais aujourd'hui probablement le président du Mouvement Démocrate !
Il est certain que je ne m'attendais pas à ce résultat, pour moi, avec 20 ou 25% des voix, j'aurais fait acte de pluralisme, c'était bien assez. J'avoue que je ne pensais pas obtenir une majorité; des votes exprimés ! Le nombre d'abstentionnistes est considérable : 68.29%. Il est donc clair à présent que si ma candidature n'avait pas été escamotée, un vote normal m'aurait laissé toutes mes chances.

François a eu ce différend avec Yann Barthès à Canal +. Il dit avoir eu un malaise. Certes, son analyse et la mienne convergeant sur le résultat de ces élections internes, François était courroucé, tendu.
Eh bien nous, François, nous avons un malaise depuis deux ans. Car nous avons constaté que tu es coutumier, comme le dit Marielle de Sarnez, "de perte momentanée de l'attention et d'une partie de la mémoire". N'as-tu pas en effet promis un "arc central", n'as-tu pas lancé une "offre publique de dialogue" totalement oubliés après deux jours ? N'as-tu pas fait voter au Conseil un budget annuel des départements alors que jamais un centime n'a été versé, sur les 5.6 millions d'euros annuels que touche le Modem (affaire lucrative s'il en est) ? N'es-tu pas revenu sur la désignation de Marc Dufour, élu par les adhérents, désigné par toi-même et le Conseil National ? Ne t'es-tu pas séparé des meilleurs soutiens en France et dans le monde ?
Comment un homme peut-il nier farouchement avoir prononcé une phrase alors qu'il l'a prononcée trois fois deux jours aup aravant, devant des centaines de personnes ? (http://www.melty.fr/yann-barthes-il-ridiculise-francois-bayrou-actu45596.html) C'est consternant. Mais c'est aussi habituel, car combien de fois François a-t-il nié avoir dit ceci, promis cela ? Combien de paroles en l'air et de rétractations ? François Bayrou nie l'évidence. Il nie toutes les évidences, il nie les candidatures libres, il nie l'existence des personnes. Il se nie lui-même. C'est d'ailleurs pourquoi je l'avais interpellé en ces termes lors du dernier Conseil, avec un humour obligeant : « Monsieur, je ne sais pas qui vous êtes, mais rendez-nous François Bayrou ! »
"François Bayrou a exprimé sa gratitude aux nombreuses personnes qui lui ont adressé des messages de soutien et de sym pathie. Il rapporte avoir reçu plusieurs centaines d'appels dont certains émanant des principaux responsables politiques français, à commencer par le président Nicolas Sarkozy, François Fillon ou encore Martine Aubry", signale la presse.
J'eusse aimé recevoir de la part de François Bayrou un simple mot de soutien lorsque je terminais mes 25 jours de grève du froid pour Molex, en hypothermie dans un hôpital. Mais rien, pas un mot pour son président départemental et conseiller national. Sarkozy, François Fillon et Martine Aubry seraient donc plus "humanistes" que notre leader, ou tout simplement plus politiques  ?
http://modem-haute-normandie.space-blogs.com/image.php?id=100029363http://modem-haute-normandie.space-blogs.com/image.php?id=100036207http://modem-haute-normandie.space-blogs.com/image.php?id=100028010

Fran&cc edil;ois conclut de lui-même : « Je ne savais plus ce que les gens disaient et me disaient. J'ai essayé de donner le change jusqu'au bout. »
On ne saurait mieux dire, et nous le disons depuis des mois. Un peu de vérité, de simplicité te feraient du bien, François. Pourquoi ne pas dire simplement « excusez-moi, je ne me sens pas bien, je dois vous quitter » au lieu de dire à un journaliste qu'il manipule les téléspectateurs ? Quelle honte y a-t-il à avoir un étourdissement, si étourdissement il y a ? Je pense quant à moi, te connaissant bien, que simplement tu ne relis pas assez les textes que l'on rédige pour toi (moi-même, je t'ai pas mal inspiré, n'est-ce pas ?) et que, du coup, tu n'entres pas dans leurs intentions.
Ce type d'hospitalisation s'était déjà produit il y a deux ans, avant une soirée électorale à Toulouse, les Haut-Garonnais s'en souviennent : une daurade mal digérée…
En tout état de cause, la situation du Modem à la suite des ces élections est ivoirienne. On n'y voit rien, en effet. Nous avons un président Gbagbou qui affirme avoir gagné, et un candidat qui pense avoir gagné.

Le Modem n'a pratiquement plus aucun militant à l'étranger. Voyez cette page de contacts où nous n'avons de contact européen que dans 11 pays sur 27, où ne figurent même pas l'Allemagne, l'Ecosse, la Suède, et bien d'autres encore, aucun pays d'Europe centrale, rien en Chine, un seul contact pour la Grande-Bretagne et l'Irlande (sic), un seul pour toute l'Amérique latine, un seul pour l'Afrique, un seul également pour toute l'Asie et le Moyen-Orient ! Nous sommes devenus un groupuscule.
(http://www.mouvementdemocrate.fr/organisation/contacts-locaux.html)

Sans moyen de dialoguer avec vous (vous savez que l'accès au Congrès et le droit de vote m'ont été refusés), crédité de soutiens nombreux, je suis un co-président putatif. Je ne peux fai re autrement que confier à François Bayrou la gestion des affaires courantes. Il est primordial qu'il en fasse le meilleur usage et je lui demande d'entendre ce que ressentent les Français, démoralisés, d'être au plus prêt d'eux.
J'aurais penché pour maintenir sa candidature en 2012 si moi-même ou un autre n'atteignait pas à la notoriété suffisante d'ici là. François Bayrou est plus célèbre que moi, pour l'instant. Mais les choses changent vite. En attendant, j'aurais pris à bras-le-corps l'organisation de notre mouvement et j'aurais essayé prioritairement de faire monter vos talents, de déceler parmi vous les candidats aux législatives, d'ici là aux cantonales, bientôt aux municipales. De favoriser la communication entre vo us. D'effectuer des campagnes auprès des populations. De faire des propositions de lois pour restaurer le pays. De conforter la solidité de l'Europe, hélas en panne. De changer l'ordre financier mondial pour un co-développement équitable entre toutes les nations. Cela, la France peut le faire, comme peu de pays. Toutes les solutions existent, et la passivité est coupable.

Puisque cet exercice simple de la démocratie n'est pas possible au Modem, je persiste à travailler sur le terrain, en dehors des cercles déjà convaincus. Je rencontre des personnalités intéressantes et de nombreux militants, qui se sentent isolés. Je prépare 2012 car je pense que la situation sera à ce moment-là tr&egra ve;s délicate. Ni Borloo, ni Villepin, ni Bayrou, ni Strauss-Kahn, ni Aubry, ni Lepage ne peuvent actuellement prétendre actuellement à une majorité. De toute façon les candidatures uniques, pour un seul homme, pour une seule femme, sont complètement dépassées. La France ne peut plus se gouverner sur la division. Il n'y aura donc pas d'autre solution que de confédérer les énergies.

L'aventure continue !
Amitiés à tous,

Rémy DAILLET-WIEDEMANN, co-président (virtuel) du MOUVEMENT DEMOCRATE

Par AL de Bx Jeudi 23 décembre 2010

13:38 Écrit par HUMANITAS dans Coup de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : modem, bayrou, daillet-wiedemann, démocratie, canal+, yann barthes, vote, fraude, élections | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

22/11/2010

La déroute du Modem, une opportunité de recruter chez les libéraux ?

Chers amis,

Du 3 au 8 décembre aura lieu le vote pour l'élection du président du mouvement, ou ce qui en tiendra lieu.
Comme vous le savez, j'ai déposé le premier ma candidature, aujourd'hui aboutie.
Le procès que j'ai remporté face à François Bayrou m'a rétabli dans mon statut et lavé l'injure qui m'a été faite au Conseil national par François Bayrou lui-même, conseil dont le tribunal a aussi annulé ses décisions.
http://jeanmarcben.blog.free.fr/public/modem4.jpghttp://www.echosetrumeurs.fr/dotclear/public/Articles/Daillet_Wiedemann_01.jpg

Ce procès a finalement dit à haute voix ce que la plupart d'entre vous pensent toujours aujourd'hui : le Modem n'est qu'un accessoire personnel. Avec moins d'adhérents que Kokopelli ou l'Association des Photographes Amateurs, le Modem a aussi une action moins efficace et moins utile.
L'année qui s'achève a vu nous quitter la tête haute Jean-François Kahn, Corinne Lepage et bien d'autres, avec pratiquement tous nos élus.
Les sites qui évoquent les départs sont nombreux, il suffit de faire une simple recherche sur internet (tapez "ils quittent le modem" pour vous en rendre compte).
La déroute est donc complète. Le Modem est dans le même état que la France : perte de confiance, perte de crédibilité, politique floue, dirigiste, personnaliste, oubli des questions de fonds… énorme potentiel humain sous-employé et dilution du pacte social.
François Bayrou a donc le projet de dissoudre le mouvement ou de le laisser mourir de sa belle mort. Ce que nous ne pourrons admettre.
Pour ceux qui se récrieront en faveur du Modem actuel, faisons une hypothèse : si François Bayrou était élu président en 2012, avec qui composerait-il son gouvernement ? J'ai posé la question en début d'année. La réponse était admirable : avec le Nouveau-Centre, l'Alliance centriste ou Europe-Ecologie. Donc, à supposer que ces partis l'acceptent (et tout cela fait beaucoup de "si"), on ne recourra pas aux forces vives du Modem, tout simplement parce que celui-ci ne s'est pas donné les moyens de faire monter de nouveaux talents. Regardez les photos d'il y a un an, d'il y a deux ans : que de pertes !

 

 

 

 

Faire un gouvernement avec des professionnels de la pol itique? Le politique, par ses interventions répétées, n'a fait depuis vingt ans qu'aggraver la situation de notre pays. C'est la société civile qui pousse en avant des solutions. Certes, la majorité des élus sont honnêtes et certains sont compétents ; mais l'atavisme, les puissances souterraines, les conservatismes, le marketing politique font que rien ne change.

En outre, depuis deux ans, les dirigeants du Modem ont montré de quelle manière ils entendaient gouverner. Nous, co-fondateurs du Modem, nous avons tous été chassés, d'une manière ou d'une autre. Jamais nos statuts n'ont été respectés. Jamais nos instances n'ont été autres que fantoches. Tout a toujours été le fait d'un seul homme, captant tous les pouvoirs en ses mains et refusant quelque participation sérieuse que ce fût. Bref, je le répète, le Modem reflète la situation nationale de manière éblouissante… et triste bien sûr. La gouvernance du Modem a révélé ce que pourrait être une gouvernance de la nation, et tous ceux qui nous ont rejoint pour un projet ont fini par trouver inacceptables des pratiques. Du débat de fond, on est passé instantanément aux discussions de surface et aux chicaneries.

Le projet est essentiel. Les moyens qu'on se donne sont essentiels. La participation de tous est essentielle : elle est la substance du projet. C'est ce que Françoi s Bayrou n'a ni compris ni voulu. Nous-mêmes, en aval, ne pouvions plus solliciter nos adhérents en tant que présidents départementaux, parce que toutes nos initiatives étaient savamment détruites par le haut. J'aurai l'occasion de raconter tout cela le temps venu.

Lorsque je demandai à François Bayrou de promouvoir nos propositions, en particulier celles des Commissions d'adhérents, il me répondait : « Faire des propositions fait perdre des voix. Nous ferons des propositions, plus tard. » « Que veux-tu dire par plus tard ? », demandai-je, interloqué. « Quand la campagne présidentielle aura commencé ». La campagne présidentielle ! éternelle obsession. C'était av ant les régionales…
Je l'ai dit, à mon sens l'aventure de François Bayrou se résume en deux titres : Projet d'Espoir et Abus de Pouvoir. Tout est dit là.

La France et le Mouvement Démocrate restent à recomposer, ils doivent relever la tête, ils doivent retrouver le chemin de leurs vocations, qui se confondent. C'est d'abord et avant tout de placer l'Homme (c'est-à-dire la collectivité et non pas un individu seul) en vis-à-vis de toutes les recherches, de toutes les politiques, de tous les échanges.
Je ne regrette rien pourtant car s'il est une chose sûre, c'est que nous avons énormément appris. Je fais partie d'une génération qui n'a que peu d'intérêt pour le monde politique, qui connaît la difficulté et se méfie des idéologies. Qui aspire à un environnement et une existence harmonieux. Qui a appris à se battre sur tous les fronts de la vie, avec beaucoup plus d'expérience que ces éternels candidats à leur propre réussite. Ceux qui n'ont été qu'en politique ne savent rien de vos difficultés. Comment peut-on encore espérer que le politique puisse apporter une amélioration des choses ? Je pense qu'il doit cesser d'agir sur sa propre initiative et doit demeurer dans l'acte final —  législatif et exécutif — de décisions préparées par les populations. Il faut changer le modèle pyramidal p our une participation. Il faut donc, en un mot synthétique qui mérite développement, changer de régime politique.
Je me présenterai donc, au moins pour le pluralisme. Sachant parfaitement que les instances supérieures du Modem tairont cette candidature, la rejetteront d'emblée. C'est cette candidature qui a provoqué la tentative d'éviction à laquelle j'ai échappé devant un tribunal de la République.
Les grands enjeux doivent coller aux "grandes masses irréductibles" que sont l'environnement, les questions de populations (démographie et migrations), la démonopolisation et la répartition des ressources et des richesses (éthique du developpement), les politiques interna tionales, les politiques de l'enseignement et de la culture.
Le meilleur moyen d'aboutit à de bons résultats est l'étude serrée des modèles qui réussissent dans le monde et leur transposition.

On peut dire, sans entrer dans un développement exhaustif, que le Modem est resté trop franco-français, avec une très faible diversité et un positionnement international quasi-nul : ses ambitions sont trop étriquées, il ne vise que la présidentielle de 2012. C'est un mauvais objectif d'abord parce que l'échec est très probable, mais surtout parce que là n'est plus la question : la présidence de la République française est une institution dépass&eacu te;e, de représentation et d'apparat.
C'est toute notre manière de voir qu'il faut renouveler. Il n'y a de "crise" que parce que les structures fabriquent de la crise en permanence, en réalité le monde dispose de tous les moyens pour un développement soutenable, et l'évidence de solutions innovantes qui s'imposent dans de nombreux débats ne passe pas au stade de décisions. Il y a, en un mot, des oligarchies qui verrouillent le système, sans forcément une intention omnipotente de nuire, mais par simple captation des pouvoirs et des moyens. Il n'y a pas essentiellement un groupe malfaisant de spéculateurs ou de possédants qui animent une dilution générale de la planète, il y a partout, de haut en bas, un être humain capable d'égoïsme partout où il pourrait la générosité. C'est culturel avant tout diront avec justesse les intellectuels, les acteurs de l'éducation, mais la culture passe par des pratiques différentes de toute la société humaine.
C'est de cela dont je voulais vous faire part.
Mais comme il est évident que ma candidature, comme d'autres, sera rejetée avec la plus mauvaise foi, je vous présente dès maintenant mon amical salut, pour vous retrouver inéluctablement dans quelques mois, lorsque la nécessité s'en fera sentir.

Rémy DAILLET-WIEDEMANN

20:24 Écrit par HUMANITAS dans Coup de gueule | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : daillet-wiedemann, présidentielles 2012, modem, bayrou, autoritarisme | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu