Avertir le modérateur

07/06/2010

La question du port d'arme....

Avons nous le droit d'être armé?

http://franceusamedia.com/wp/wp-content/uploads/2009/04/virginiatech1.jpg

cliquez, lire Loi en France

56 % des personnes interrogées lors d’un sondage CSA effectué pour Le Parisien sont favorables à l’armement des polices municipales. Une réponse étonnante. Mais un député de la majorité va plus loin, il s’interroge : la possession d’une arme n’est-elle  pas un droit constitutionnel – pour tous les Français ?  Et pour étayer son argumentaire, il rappelle que le comité qui planchait sur la Constitution de 1791, avait prévu un article X qui disait : «Tout citoyen a le droit d’avoir des armes chez lui, et de s’en servir…». Article qui n’a pas été formalisé, tant à l’époque il paraissait évident.

-

click to zoom
cliquez, bio sur les armes et +

Franck Malin, avec trois de ses collègues, vient donc de déposer un projet de loi pour modifier radicalement la réglementation sur les armes. Dans le préambule de son exposé, il cite Christian Estrosi (qui représentait Nicolas Sarkozy, ministre de l’Intérieur) qui clôturait ainsi en 2006 un colloque sur les armes et la sécurité : « Notre société ne réserve pas la possession d’armes aux seules autorités investies d’un pouvoir de contrainte, c’est-à-dire à l’État et autres personnes publiques. Au contraire, il s’agit du privilège d’un pays démocratique que de reconnaître à ses citoyens des motifs légitimes de posséder une arme, que ce soit pour la chasse, le sport ou la collection… » Et dans son projet, le parlementaire regrette que depuis un texte d’exception voté en 1939, ce soit le pouvoir exécutif qui décide de la réglementation sur les armes alors qu’il s’agit, constitutionnellement, du domaine de la loi. En effet, dit-il « les Constituants de 1789 et les rédacteurs de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ont indiqué que le droit pour les citoyens de détenir des armes constituait un droit naturel existant en tout lieu depuis des temps immémoriaux, c’est-à-dire, “un principe supérieur et intangible, qui s’impose non seulement aux autorités d’un État déterminé, mais aux autorités de tous les États” ».

http://www.lefigaro.fr/medias/2010/03/04/a7a6465c-2711-11df-8615-5e4526a7da83.jpg

cliquez lire info sur les EU, les jeunes, la loi et les armes

Le Code pénal de 1810 rangeait le droit d’avoir une arme parmi les droits civiques, civils et de famille. Et aujourd’hui encore, il est admis que les citoyens ont le droit de se défendre, et concourent, si besoin, à la défense de la Nation. Rappelez-vous l’appel de Michel Debré dans la nuit du 23 avril 1961 : « Dès que les sirènes retentiront, allez-y, à pied ou en voiture… » Il s’agissait pour les Parisiens de s’opposer aux parachutistes attachés au général Salan. Tandis que dans le même temps, place Beauvau, des centaines de personnes faisaient la queue pour qu’on leur donne des armes - qu’ils n’obtiendront d’ailleurs pas. L’Union française des amateurs d’armes, qui se bat depuis longtemps pour une modification de la réglementation, cite les six critères établis par « d’éminents politologues », comme Zbigniew Brzezinski (conseiller à la sécurité du président Jimmy Carter) qui définissent l’installation du totalitarisme dans un pays.


« L’arme symbole de la démocratie ! Je ne sais pas si les Français vont suivre ce raisonnement…

Mais pourquoi des députés montent-ils au créneau sur un tel sujet, alors que l’écho des détonations des Kalachnikovs résonne encore aux oreilles des témoins des fusillades de Villiers-sur-Marne et de Marseille ! Allez, cherchez bien ! Qu’est-ce qui peut faire bouger tant soit peu l’ordonnancement de notre vieux pays ? L’Europe, évidemment. Il s’agit de se mettre en conformité  avec les directives européennes. Raison pour laquelle depuis plusieurs mois, un groupe de travail dirigé par le préfet Patrice Molle planche sur le sujet. Aujourd’hui, les matériels de guerre, armes et munitions sont classés en différentes catégories qui vont, pour le haut de tableau, du char de combat à la lunette de nuit ou au matériel de cryptologie ; et pour le bas du tableau, des armes blanches, aux armes de tir ou de collection. Cette classification, qui ressemble à un inventaire à la Prévert, est tellement alambiquée que personne ne s’y retrouve. Qui peut dire aujourd’hui si la grand-mère qui serre précieusement une bombe aérosol de défense dans son sac est en infraction ou non ?

On irait donc vers une simplification. Certaines armes, comme les armes blanches, les armes de collection, les armes non létales…, pourraient être achetées et détenues librement. On s’acheminerait également vers un assouplissement concernant l’autorisation de port d’arme, qui en France est quasi impossible à obtenir – sauf à avoir le bras long. Je ne sais pas si ces propositions vont aboutir… On a tellement pris l’habitude, après chaque drame, d’entendre dire que la réglementation sur les armes allait être durcie, qu’on est presque à contre-courant. La France est l’un des pays où pratiquement tout est interdit dans ce domaine – et l’on nous dit ces jours-ci, dans la presse, que n’importe qui peut se procurer une Kalachnikov pour moins de mille euros… Alors ?

http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/435x290/200904/01/60416.jpg

 

En Grande-Bretagne, où les règles sont également très dures, un chauffeur de taxi vient de faire un carnage… Alors ? Cette réglementation coûte un fric fou pour la faire respecter et l’on n’y comprend rien. Faut-il la simplifier ? Sans aucun doute. En tout cas, il faut faire la distinction entre celui qui détient une arme pour d’honnêtes raisons (tir, chasse, collection…) et les autres. En revanche, on pourrait utilement réfléchir à un fichier (un de plus) qui répertorierait « l’empreinte » de toutes les armes à feu qui circulent en France, même celles des policiers et des gendarmes.  Au moins, cela faciliterait les enquêtes, et peut-être cela mettrait-il un peu de plomb dans la tête de ceux qui en détiennent une…

Je voulais dire que cela les responsabiliserait  - moi compris. »

Source blog-Le Monde du 6/6 auteur inconnu?

obtenu par l'IHEDN dont je suis membre auditeur

11/11/2009

L'Etat, à force de vouloir nous faire peur sur tout, que son peuple se crée ses peurs

D'apocalypse now, nous sommes passés à apocalypse 2012, plus exactement le 21/12/2012, une date qui pour moi me sonne à la tête.


Non pas que je craigne quelques évenements de ce genre, mais cette date coïncide avec la date anniversaire de mon fils Joffrey qui aura 20 ans jour pour jour. En effet depuis un bon petit moment, celui-ci s'inquiète avec des copains du reste, a tel point qu'il délaisse les études et se concentre notamment sur un réseau social (FB) sur un groupe du 21/12/2012. Pour des adolescents ce genre de thème façon "Nostradamus de 2001" n'est pas pour les servir, déjà que les esprits débordent d'imagination. Habitués au virtuel, il faut les remettre sur le bon rail, pas aisé pour autant, enfin j'ai trouvé la parade avec une vidéo 3d sur la vérité du réchauffement climatique, bientôt une page liberté et environnement sur ce blog nouveau.
En attendant les gamins ont tous le bourdon, à l'école, au foot, à la musique etc...Doit-on les autoriser à voir le film?
A vrai dire c'est mon plus grand problème à résoudre en ce jour pour eux, pour lui.

L'apocalyspe

Photo: iStock

Cette scène fictive d'un astéroïde qui s'abat sur la ville australienne de Brisbane ne risque pas de se produire.

Rassurez-vous: la Terre continuera de tourner bien au-delà du 21 décembre 2012.

C'est le message que la NASA véhicule à quelques jours de la sortie du film 2012 et alors que la prophétie apocalyptique à la base du film continue d'alimenter les passions dans Internet.

L'oeuvre de fiction réalisée par Roland Emmerich et mettant en vedette John Cusack relate la fin de l'humanité lors du solstice d'hiver de 2012, à la suite d'une série de catastrophes naturelles.

Cette date coïnciderait également avec la fin du calendrier maya et un alignement de planètes du système solaire.

Comme si ce n'était pas assez, la fin du monde serait aussi prédite dans une fable, selon laquelle une planète prétendument découverte par les Sumériens et appelée Nibiru heurtera la Terre.

Il n'en fallait pas plus pour alimenter certains blogues et sites de la toile de fausses vérités et d'anecdotes.

Certains d'entre eux accusent même la NASA de dissimuler la vérité sur les faits, ce que nie formellement l'agence américaine qui réfute les arguments les uns après les autres, en expliquant que la Terre tourne autour du Soleil depuis 4 milliards d'années et que rien ne perturbera cette orbite en 2012.

Aucun scientifique digne de foi dans le monde n'est conscient d'une menace quelconque en décembre 2012.

NASA:


L'alignement des planètes

La mécanique astronomique ne prévoit aucun alignement planétaire avant plusieurs décennies. De plus, même lorsque la Terre se trouvera alignée avec d'autres planètes, les effets de ce phénomène seront négligeables, soutient la NASA.

L'agence explique que tous les mois de décembre, la Terre et le Soleil sont approximativement alignés avec le centre de notre galaxie, la Voie lactée, mais cet événement annuel n'a aucune conséquence.

 

Sur la collision

L'agence spatiale américaine explique que déjà, en 2003, une collision avec notre planète avait déjà été annoncée par des prophètes de malheur. Cette date a ensuite été reportée au 21 décembre 2012, qui correspond à la fin d'un cycle du calendrier maya.

Si la Terre était en danger d'être heurtée par un astéroïde ou par une planète X, les instruments astronomiques actuels auraient déjà repéré un tel objet depuis au moins dix ans.

L'agence souligne aussi que des collisions catastrophiques de la Terre avec des corps célestes sont très rares. La dernière en date remonte à 65 millions d'années et a provoqué l'extinction des dinosaures.

 

Le calendrier maya

Quant au calendrier maya, il ne s'arrête pas le 21 décembre 2012, affirme la NASA. Il s'agit seulement de la fin d'un cycle suivi par un autre comme celui de 12 mois qui se termine en décembre et qui commence en janvier chaque année.

 

L'inversion des pôles

La NASA réfute également la théorie selon laquelle les pôles s'inverseraient après une rotation de la planète.

Les scientifiques de la NASA invitent la population à garder un oeil critique à l'égard des livres, des documentaires, et des oeuvres cinématographiques qui circulent sur Internet ou dans les médias.

Ces documents ne sont basés sur aucune preuve scientifique et doivent être considérés comme des oeuvres de fiction.

source Radio-Canada.ca avec Agence France Presse et NASA

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu