Avertir le modérateur

06/08/2010

Renseignements - Intelligence économique : Attention l'iPhone!

A lire attentivement:

L’iPhone est victime de deux failles de sécurité

Deux failles de sécurité permettant le téléchargement de fichiers PDF infectés depuis Safari sont susceptibles de toucher les terminaux Apple, comme l’iPhone. Un correctif est en préparation.

Les appareils Apple peuvent aussi être victimes de failles de sécurité. L’iPhone vient d’en faire la démonstration.

http://www.blogeek.ch/images/news/iphone3G_01.jpg

lire bio

-

Nous vous parlions il y a quelques jours de l’arrivée de l’outil JailbreakMe, accessible depuis le navigateur mobile Safari et permettant de débrider (ou jailbreaker) son iPhone 4, 3G S et 3G, ainsi que son iPod Touch et son iPad, et tous les iOS, jusqu’à la mise à jour 4.0.1.

Seulement, le téléchargement de JailbreakMe à partir d’un simple lien URL exploite une vulnérabilité au sein du navigateur Safari permettant de lancer l’exécution d’un fichier au format PDF contenant des codes créés pour la modification du système d’exploitation mobile d’Apple.

 

Ce système de débridage a ainsi mis en avant l’existence de deux failles de sécurité, offrant la possibilité à son iPhone, à son iPod Touch ou à son iPad, à l’ouverture d’un fichier PDDF infecté, de lancer automatiquement l’exécution d’un programme malveillant.

 

“L’attaque peut se dérouler en deux étapes: la première consiste à inviter une personne à visiter un site internet via son iPhone, iPad ou iPod. Ce site est chargé de détecter le modèle et la version de l’appareil Apple puis de rediriger automatiquement l’utilisateur vers un fichier PDF piégé exploitant une première faille de sécurité liée à la lecture de documents PDF”, a indiqué à l’AFP Chaouki Bekrar, le P-DG de Vupen Security.

 

“Une fois la première étape réussie, une deuxième faille de sécurité est exploitée au sein (du système d’exploitation) de l’appareil”, ce qui permet “de prendre le contrôle total de l’appareil”.

Alerté, le CERTA (Centre d’expertise gouvernemental de réponse et de traitement des attaques informatiques) a même émis un bulletin de sécurité faisant état de deux failles détectées au sein d’Apple iOS, encore non corrigées.

 

Toutefois, après avoir lancé une enquête sur ce sujet, la firme de Cupertino a annoncé cette nuit qu’elle serait très bientôt en mesure de proposer un patch, sans avancer de date précise.

Jusqu’à la publication du correctif approprié, les détenteurs d’un terminal Apple doivent faire jouer le principe de précaution en ne téléchargeant que les fichiers PDF émanant d’un expéditeur connu.

Renseignements extérieurs. – intérieurs.- Intelligence  économique :

Source journal ou site Internet : ITESPRESSO.FR

Date : 5 août 2010

Auteur : Anne Confolant

 


 

28/07/2010

Renseignement, démocratie et transparence

Depuis la désintégration de l'Union soviétique, la diversification des enjeux géopolitiques et économiques, la dispersion géographique des crises et le développement du terrorisme islamiste, confèrent au renseignement un poids encore plus déterminant que pendant la Guerre froide. Les services spécialisés jouent un rôle de plus en plus important dans notre sécurité. Il est légitime que les élus de la représentation nationale s'y intéressent, d'autant qu'en ce début de XXIe siècle, la transparence des institutions est l'une des conditions de l'exercice de la démocratie. Or, l'opacité quant à l'activité des services dites "secrets" tend à inquiéter davantage qu'elle ne rassure, même si les raisons en sont comprises. Dans un Etat de droit, ces services demeurent tenus de respecter un cadre éthique et juridique qu'il appartient au législateur de définir.

http://www.infoguerre.fr/wp-content/uploads/2009/09/guerriers_republique_choiseul-150x150.jpg

http://www.alterinfo.net/photo/imagette-1298112-1705001.jpg

En matière de renseignement, les sociétés démocratiques sont confrontées à deux exigences contradictoires. D'une part, le contrôle du bon fonctionnement des services n'est possible que si leurs missions sont définies et exécutées avec un certain degré de transparence. D'autre part, la spécificité des services de renseignement leur interdit de se plier aux règles classiques de la responsabilité démocratique.


Historiquement, les organismes de renseignement ont longtemps bénéficié d'une très large liberté d'action. Tout d'abord, parce que les exigences démocratiques de contrôle par des représentants de la nation et de transparence ont mis du temps à irriguer tous les secteurs de l'action publique, en particulier celui de la sécurité. Ensuite, parce que la "raison d'Etat" a longtemps été considérée comme justifiant qu'ils ne relèvent que du pouvoir exécutif.


Progressivement, les régimes démocratiques ont mis en place des dispositifs permettant de contrôler tout ou partie des activités des services de renseignement et de sécurité dans le respect de leur tradition politique et juridique.


La France est aujourd'hui l'une des dernières démocraties qui ne dispose pas d'une commission parlementaire sur le renseignement. Des dispositifs de suivi ou de contrôle existent partout en Europe (A l'exception de la France, du Portugal, du Luxembourg et de la Turquie.), dans les pays anglo-saxons et latino-américains, en Israël, en Afrique du Sud et au Japon. Il est anormal que la France reste à l'écart d'une telle règle, d'autant que le document final du sommet de l'Organisation sur la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) de Budapest de 1994, dont notre pays est signataire, stipule que « les Etats participants considèrent que le contrôle politique démocratique des forces militaires, paramilitaires et de sécurité intérieure, ainsi que des services de renseignement et de police est un élément indispensable de la sécurité intérieure ».

 

http://www.mecanopolis.org/wp-content/uploads/2009/01/mossad.jpg


En France, le seul "contrôle" que le Parlement exerce sur les services de renseignement est d'ordre financier, dans le cadre du vote du budget (Budgets des ministères de l'Intérieur et de la Défense.). La représentation nationale n'est consultée ni sur les priorités à donner aux services ni sur l'utilisation qui doit être faite des informations collectées.

Par ailleurs, il n'existe dans notre pays aucun texte législatif spécifique définissant le statut juridique des activités de renseignement et de sécurité, ni la Constitution, ni la loi n'établissent clairement leurs missions. Cette absence de cadre différencie la France de tous ses partenaires et alliés.

 

http://www.infosdefense.com/wp-content/uploads/2010/03/DGSElogo.jpg

Les raisons du retard français

Les raisons du retard français sont connues. A la différence de nombreux pays étrangers, le renseignement souffre en France d'une image très défavorable et de la méconnaissance de son utilité. Le fond du problème vient du fait que les politiques ne considèrent pas le renseignement comme faisant partie de leur processus de décision. Un homme politique français décide à partir de schémas formatés acquis au cours de ses études et ne considère les modifications du monde extérieur que comme des avatars sans portée réelle. Les élites de notre pays n'ont aucune culture du renseignement et l'intérêt pour les services est très ténu dans la classe politique. Pourtant, le renseignement est un enjeu de souveraineté par excellence.


De plus, dans notre pays, un homme du renseignement est infréquentable. La connotation « immorale » de cette activité a provoqué le désintérêt voire la défiance des élites politiques, administratives, académiques et économiques vis-à-vis de la discipline. Nos élus ou ministres semblent éprouver une certaine crainte vis-à-vis de la DGSE et ne veulent surtout pas de vagues ! Quelques mésaventures passées viennent conforter cette attitude (Rainbow Warrior).

http://guerresecrete.files.wordpress.com/2010/03/jpg_logo_long_grand_format.jpg

La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE), le service de renseignement français, qui a succédé au SDECE, présente un nouveau logo, symbolisant « les valeurs, les métiers et le fonctionnement de la DGSE ».

Source : Spyworld-Actu.com, 8 mars 2010.


En conséquence, on observe chez les élus des deux chambres, une vraie méconnaissance de ces questions et du rôle qui devrait être le leur. Etonnament, le Parlement s'est détourné d'un pan entier de ses responsabilités. Illustration de cette méconnaissance, certains élus se font même les avocats de l'opacité actuelle et de l'abandon par les assemblées d'une partie de leurs attributions. Ainsi, Bernard Carayon, député du Tarn, déclarait-il en 2002, « qu'il désapprouv(ait) formellement le projet nourri régulièrement d'une structure parlementaire permanente chargée du renseignement (…). Ici les droits de l'Etat commandent à l'Etat de droit ». Et de conclure : « il convient de s ‘opposer à la constitution de délégations parlementaires ou de missions parlementaires permanentes sur le renseignement, qui relève avant tout de la responsabilité de l'exécutif (Rapport au nom de la commission des finances de l'Assemblée nationale. Annexe n° 36 « Secrétariat général de la Défense nationale et renseignement », par Bernard Carayon, 10 octobre 2002.) ». Propos édifiants.


Les parlementaires français sont par ailleurs systématiquement absents des réunions de travail internationales consacrées au rôle du renseignement dans le fonctionnement de l'Etat et à son contrôle.


Lorsque, d'aventure, certains parlementaires essaient de s'intéresser au renseignement, ils se heurtent à une fin de non recevoir de l'exécutif, qui considère cette activité de son seul ressort et juge les élus incompétents en la matière. Le renseignement leur reste ainsi tabou et inaccessible. Les services ne communiquent pas, n'informent pas et toute idée de suivi parlementaire est assimilée à une démarche inquisitoriale.


Comme le déclarait Serge Vinçon, vice-président du Sénat, "il est très difficile, même pour nous parlementaires, d'avoir des conversations constantes, des discussions constantes, des informations constantes. Je ne parle pas de conversations confidentielles ou secrètes, mais de conversations avec ces organismes qui sont quand même au service des pouvoirs publics et dont la raison d'être est de protéger la Nation française. Je pense que l'on a des progrès à faire. On a toujours mal considéré ces questions de renseignement, de défense, la Surveillance du territoire ou la DGSE. Je crois qu'on a tort, parce que les événements prouvent que les Français ont envie d'être sécurisés sur le plan de leur sécurité individuelle, sur le plan de leur sécurité collective comme sur le plan de leur sécurité sanitaire ou alimentaire. On l'a vu avec certains événements. Donc, il faut que nous prenions l'habitude de discuter ensemble et il y a des sujets qui doivent cesser d'être tabous (Joël-François Dumont, "Il est temps de cesser de nous auto-flageller", interview de Serge Vinçon, vice-président du Sénat, Actes du colloque La guerre contre le terrorisme, Institut Diplomatie & Paris, septembre 2002.)".


Les services de renseignement ont une conception du secret qui confine à la paranoïa. Il y a là quelque chose d'anormal. Il est légitime que la représentation nationale s'intéresse à ces questions et qu'elle puisse obtenir des informations. Il est important de remédier à cet état de fait si l'on veut voir la perception du renseignement évoluer. Cessons de prendre nos élus pour des incapables. Il y a des parlementaires tout à fait aptes à comprendre les spécificités de ce métier.


Cette absence d'intérêt et de compétence du monde parlementaire a des conséquences néfastes. Ne connaissant pas exactement le montant des crédits votés destinés à l'activité de renseignement, le Parlement n'est pas en mesure d'en commenter l'évolution ni la pertinence. Nos services disposent-ils des moyens d'investissement suffisants pour adapter leur capacité de collecte d'informations à la croissance exponentielle des flux ? Ont-ils la capacité de recruter et de rémunérer les spécialistes en matière de cryptologie, d'informatique ou de lutte contre le terrorisme ? Qu'attend-on pour créer un grand service de sécurité intérieure ? Autant de questions majeures qui restent sans réponse, le Parlement votant en aveugle les moyens destinés à un pan de l'action gouvernementale pourtant de plus en plus essentiel à la préservation des intérêts nationaux.

 

http://www.geopolintel.fr/IMG/arton137.jpg


Par exemple, aucun parlementaire n'est venu demander des explications au gouvernement quant à l'absence d'augmentation significative des crédits et des effectifs du renseignement depuis le 11 septembre 2001. Alors qu'Américains, Britanniques et Allemands ont considérablement augmenté leurs moyens humains et financiers pour s'adapter aux nouveaux défis, en France, les financements attribués aux services n'ont progressé que de 9% entre 2001 et 2005. Compte tenu de l'ampleur des menaces auxquelles nous sommes confrontés, c'est largement insuffisant. La France n'est pas moins en danger que les autres Etats occidentaux, bien au contraire. Mais l'Assemblée ne semble pas l'avoir perçu.

 

http://farm4.static.flickr.com/3095/2600355040_bdb4522f3d_o.jpg

http://moreas.blog.lemonde.fr/files/2009/03/schema-renseignement-2008_documentation-francaise.1237380408.jpg

Quelle forme de contrôle envisager ?

Le principe d'une commission parlementaire posé, il convient de s'interroger sur les modalités, car le renseignement demeure un domaine tout à fait spécifique de l'action publique. Il ne saurait se voir appliquer sans conditions ni restriction le principe de transparence désormais associé à la conduite des affaires publiques.


De quoi parle-t-on ?

D'un contrôle ou d'un suivi ?

Et que propose-t-on de contrôler ?

La notion de contrôle parlementaire demeure encore très influencée par l'exemple américain, où les parlementaires ont progressivement restreint l'action des services jusqu'à les rendre incapables d'agir efficacement. C'est l'une des causes du 11 septembre 2001. Or il existe à travers le monde occidental plus d'une demi-douzaine de modalités différentes quant au contrôle démocratique des activités de renseignement ?

A-t-on étudié les différentes formes de contrôle possibles ?

Connaît-on suffisamment la variété des situations à l'étranger ?


Le "contrôle" doit répondre à deux impératifs a priori antagonistes : apporter plus de transparence quant aux missions et aux moyens des services, sans toutefois perturber leur fonctionnement ni intenter au secret de leurs activités. Mais une chose est sûre : les opérations clandestines de renseignement et d'action n'ont pas à être portées à la connaissance des parlementaires et encore moins à celle de l'opinion publique.

En revanche, nos élus doivent pouvoir s'assurer que trois conditions sont respectées :

  • d'une part, que les services soient utilisés à bon escient et selon leur vocation par les autorités gouvernementales et qu'aucune dérive ne vienne entacher la réputation de la France ou restreindre sa marge de manœuvre internationale ;
  • d'autre part, que l'exécutif accorde bien à la communauté du renseignement les moyens nécessaires à son action, au regard des menaces pesant sur notre sécurité et de nos objectifs de politique étrangère ;
  • enfin, que les services soient régulièrement orientés et que les renseignements collectés par nos agences soient effectivement intégrés dans le processus de décision gouvernemental (Cela n'a pas été le cas en France, de 1933 à 1939, lorsque notre Deuxième bureau avait parfaitement identifié les intentions d'Hitler. Mais les politiques français n'en ont jamais tenu compte et nous ont conduit à la plus grande défaite de notre histoire.).

Dès lors, la commission pourra confirmer aux deux chambres que le gouvernement et les services s'acquittent honorablement de leurs missions respectives. Sinon, il lui conviendra de dénoncer tout manquement à leurs obligations. Lorsque des dysfonctionnements seront observés, la commission n'interviendra pas. Elle alertera la présidence de l'Assemblée ou du Sénat afin que l'une ou l'autre en informe les autorités compétentes (Présidence de la république, Premier ministre, ministre de la Justice, etc.). Mais ces dysfonctionnements ne seront pas communiqués à l'Assemblée. En fonction des faits observés, une commission d'enquête parlementaire pourra être mise en place, mais l'enquête et les propositions de sanction ne relèveront pas de la commission chargée du renseignement.


L'objet d'une telle commission sera également d'effectuer un effort d'information en direction des parlementaires, ce qui leur permettra de mieux comprendre à quoi servent les services de renseignement et de développer leurs compétences en de domaine, car les représentants de la nation ne s'en préoccupent guère aujourd'hui.


La mise en place de mécanismes de contrôle parlementaire du renseignement soulève cependant de vraies difficultés juridiques. La principale tient aux relations délicates entre le Parlement et le secret. Par nature, celui-ci est un lieu de débat et de parole, loin du monde de l'ombre. Les membres de la commission devront accepter de respecter les règles de sécurité inhérentes au renseignement. Un autre aspect doit être précisé : les dispositions juridiques d'habilitation peuvent-elles être appliquées à un parlementaire ? En effet, il est particulièrement délicat de concilier la protection du secret avec l'immunité de rang constitutionnel. Ce sont autant d'aspects qu'il conviendra de préciser.

 

http://a10.idata.over-blog.com/300x216/1/18/50/53/democratie-citoyenne.jpg

 

Une réforme indispensable et urgente

Instaurer une démarche de suivi des affaires de renseignement par la représentation nationale est à la fois une nécessité pour notre démocratie et pour notre sécurité. Mais faire reconnaître l'utilité du renseignement par nos politiques ne peut s'affranchir d'une logique de contrôle, ou tout au moins de suivi, de la part du Parlement.


Il est indispensable d'avoir des élus compétents pour être les interlocuteurs du gouvernement dans le cadre de la lutte contre le terrorisme. De nombreux dirigeants des services ont maintes fois affirmé la nécessité d'avoir des parlementaires au fait du sujet. Paul Quilès reconnaît lui-même qu'à l'époque où il était ministre de la Défense, il aurait apprécié d'avoir à l'Assemblée, un interlocuteur désigné et compétent pour dialoguer des questions de renseignement.


L'initiative de Nicolas Sarkozy doit être soutenue par tous ceux qui veulent une démocratie plus transparente et plus responsable, comme par le monde du renseignement, qui en retirera des avantages considérables, car les services ont besoin de reconnaissance et d'interlocuteurs connaissant leur métier.


Nous pouvons seulement regretter que des événements de politique intérieure soient à l'origine de cette démarche (affaire Clearstream). Dès lors, il existe un écueil à éviter : instaurer un dispositif pour gérer un cas particulier. Le vrai enjeu pour le Parlement est autant d'assurer la communauté nationale que des dérives ne se produisent pas, que de contrôler davantage l'utilisation ou la non-utilisation du renseignement par l'exécutif.

Sutout, ne réinventons pas un nouveau projet. La proposition de loi préparée en 1999 par Paul Quilès (PS) et Arthur Paecht (UDF) (Paul Quilès, Arthur Paecht et alii, Proposition de loi tendant à la création d'une délégation parlementaire pour les affaires de renseignement, n°1497, 1er avril 1999 ( 4 F).) reste d'actualité. Elle est le fruit d'une étude approfondie, fondée notamment sur de nombreuses rencontres avec les autorités françaises compétentes en la matière, ainsi que d'une étude comparée des systèmes de contrôle parlementaire mis en place dans les autres démocraties occidentales. Elle représente une base de travail solide qui devrait permettre de parvenir rapidement à une solution adaptée aux exigences d'une démocratie moderne, dans le respect de notre tradition politique.


Toutefois, autre hypothèse est envisageable, dans la perspective où les parlementaires ne souhaiteraient pas s'investir dans le suivi de ces questions particulières : l'établissement d'une commission indépendante - à l'image de la Commission nationale de contrôle des interceptions de sécurité - comme cela existe dans certains autres pays occidentaux. L'exemple de la Norvège mériterait alors d'être étudié.

 

http://www.burunditransparence.org/images/ue_observateurs.jpg


Eric Denécé
Directeur du CF2R

source: Le Centre Français de Recherche Sur le Renseignement

 

Pour un véritable droit d’accès

Une véritable démocratie se juge à la transparence de ses procédures, transparence qui seule permet à tous les contre-pouvoirs de s’exercer, à toutes les voix de se faire entendre. Ce principe de transparence est inscrit dans l’article 15 de la Déclaration des droits de l’Homme de 1789 : « La société a le droit de demander compte à tout agent public de son administration ».


Mais entre les grands principes généreux de 1789 et le fonctionnement quotidien de notre Administration, un immense fossé se creuse au fur et à mesure des années, tant la pratique du secret est inscrite dans les gènes de nos bureaucrates.

C’est pourquoi l’existence et l’utilisation de fichiers comme ceux du Nir, du Stic ou des RG méritent un vrai débat, un débat public. Et une mobilisation de chaque Français sur une question qui est au cœur des libertés, celle du droit de chacun à protéger sa vie privée, à avoir accès et à pouvoir rectifier les informations le concernant personnellement.

24/07/2010

Intelligence Economique: Sécurité, Protection, Information, Stratégie, Entreprises.

SECURITE DES SYSTEMES D’INFORMATION
ET PROTECTION DE L’INFORMATION STRATEGIQUE

 

Les atteintes aux systèmes d’information (SI) des entreprises constituent de
plus en plus une « voie royale » de déstabilisation directe ou indirecte de l’entreprise.

 

http://infostrat.numeriblog.fr/mon_weblog/images/2007/05/24/cg94_even180_economie_economie_inte.jpg

cliquez lire bio sur l'IE

 

Au-delà d’une approche purement technicienne et restreinte aux spécialistes, la
sécurité des systèmes d’information (SSI) doit bien plus opportunément être
envisagée en tant que composante intrinsèque d’une intelligence économique (IE)
réellement opérationnelle et susceptible d’être directement mis en oeuvre par les
entreprises, indépendamment de toute considération de taille ou de secteur
d’activité. Le recours à l’intelligence économique résulte, pour les entreprises, bien
plus d’une impérative nécessité que d’un choix véritable : la complexité croissante
des environnements économique et sociétaux, catalysée par la diffusion des
nouvelles technologies de l’information, ont conduit à une vulnérabilité accrue
d’entités économiques conscientes de l’obsolescence de leurs anciens modes de
réflexions.

 

 

 

 

Le concept d’intelligence économique


En dépit de l’absence de définition universellement acceptée du vocable
d’intelligence économique, nous retiendrons celle proposée à l’occasion de
l’élaboration du rapport du Commissariat général au Plan intitulé Intelligence
économique et stratégie des entreprises (1994), dit rapport « Martre en pdf cliquez moi » qui décrit
l’intelligence économique comme l’ « L’ensemble des actions coordonnées de recherche, de
traitement, de distribution et de protection de l’information utile aux acteurs économiques,
obtenue légalement ». Cette définition, même si elle a fait, depuis, l’objet de
nombreuses variantes, reflète néanmoins trois aspects fondamentaux : la grande
diversité des actions constitutives d’une démarche d’intelligence économique, ses
apports en termes de stratégie d’entreprises et son caractère exclusivement licite.

 

Historique de l’intelligence économique


Certains Etats, à la vocation maritime affirmée, furent les premiers de
l’histoire à mettre en place assez naturellement une politique d’IE (république de
Venise, Ligue hanséatique, empire britannique, etc.) fondée sur l’idée simple que le
partage et la circulation de l’information entre les différents acteurs économiques
était de nature à favoriser durablement leur développement économique. Ceux-ci
furent rejoints tardivement en 1950 par le Japon qui devait assurer la reconstruction
de sa compétitivité économique et par les Etats-Unis dès les années 1960 au travers
de l’adaptation des pratiques issues du renseignement par les grands groupes
industriels et, a fortiori, depuis l’administration Clinton, qui a élevé le soutien des
entreprises nationales au rang de priorité gouvernementale.


Pour autant, dans la grande majorité des cas, il fallu souvent attendre
l’effondrement de l’Union soviétique et l’émergence d’un nouveau type de
capitalisme hyperconcurrentiel pour que les gouvernements prennent conscience de
la nécessité de se doter d’une véritable doctrine de préservation de la compétitivité
de leurs entreprises.


Emergence de l’intelligence économique en France


En France, une première tentative de politique publique verra le jour en au
travers de la mise en place d’un Comité pour la compétitivité et la sécurité
économique » qui n’aura finalement qu’une existence éphémère. En dépit de la
mobilisation d’une poignée de hauts fonctionnaires singulièrement opiniâtres et de
chefs d’entreprises convaincus, qui impulseront une véritable dynamique au travers
d’actions locales, il faudra pourtant attendre 2003 et le choc psychologique induit par
la prise de contrôle d’un des fleurons de la technologie française : la société
Gemplus, par des fonds d’investissements anglo-saxons, pour qu’un parlementaire
soit officiellement chargé de réfléchir spécifiquement au problème de la vulnérabilité
des entreprises françaises.


Cela donnera lieu au rapport de Bernard Carayon, député du Tarn et intitulé
Intelligence économique, compétitivité et cohésion sociale ici en cliquant version en pdf. Ce document produira une
véritable prise de conscience des faiblesses et vulnérabilités des entreprises
françaises et fut en grande partie le catalyseur de la mise en place d’une véritable
politique publique nationale d’Intelligence économique.


Le dispositif français d’intelligence économique


De 2004 à 2009, le Haut responsable à l’intelligence économique (HRIE),
structure interministérielle placée sous l’autorité du Secrétariat général de la Défense
nationale (SGDN) constitua la pierre angulaire du dispositif national d’intelligence
économique. Selon son ancien dirigeant, M. Alain Juillet(Ancien directeur du renseignement de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) et
ancien dirigeant de plusieurs grandes entreprises privées), « la politique publique

d’intelligence économique est à la fois défensive et imaginative, légale et respectueuse des

engagements de la France,( cliquez le lien), sans pour autant être naïve ». C’est ainsi qu’en six années, le
HRIE a mené un ensemble d’actions visant à promouvoir l’intelligence économique,
qu’elles soient de nature opérationnelle (conférences de sensibilisation) ou
stratégique : définition d’un nouveau périmètre de souveraineté nationale et
protection des entreprises françaises victimes de tentatives de déstabilisation.

 

 


Depuis le 17 septembre 2009, a été institué un Comité directeur de
l'intelligence économique, placé auprès de la présidence de la République. Ce comité
fixe les orientations du nouveau délégué interministériel à l'intelligence économique
qui « élabore et propose la politique publique d'intelligence économique. Il en anime et en
coordonne la mise en oeuvre et en évalue l'efficacité. » (Décret n° 2009-1122 du 17 septembre 2009 relatif au délégué interministériel à l'intelligence économique). Le premier titulaire du poste est
M. Olivier Buquen (Décret du 1er octobre 2009 portant nomination du délégué interministériel à l'intelligence
économique), ancien élu et cadre dirigeant ayant exercé son activité au sein de

plusieurs grands groupes privés.

 

http://www.aciref-sir.net/Files/27915/LOGO-IE.gif

-

Les outils et concepts de l’intelligence économique


Un certain consensus se dégage pour considérer que l’intelligence économique
comme structurée autour d’un triptyque : veille, sécurité économique et influence.


- La veille : Le premier des préceptes de l’IE consiste en la maîtrise de l’information
stratégique indispensable à l’entreprise. Or, dans un univers informationnel global,
où le principal risque est celui de la surinformation, il devient essentiel, non
seulement de connaître précisément les besoins en informations de l’entreprise, mais
également de disposer des outils et ressources nécessaires à leur recueil et leur
traitement.
- L’influence : L’environnement d’une entreprise étant devenu extrêmement complexe
et changeant, les entreprises françaises doivent clairement s’inspirer du savoir faire
anglo-saxon en matière de lobbying, afin d’acquérir, à leur tour, une véritable
« culture d’influence ».
- La sécurité économique : Une des conséquences directes du développement sans
précédant de la compétition économique, réside dans la mise en place, par certaines
entreprises, de véritables politiques de déstabilisation de leurs concurrents, par le
recours à des campagnes de dénigrement déléguées à certains cabinets spécialisés.
Des actions de communication offensives ont ainsi été dirigées contre des entreprises
hexagonales de toutes tailles. Si le but recherché est variable : élimination d’un
concurrent trop performant ou tentative de prise de contrôle, le processus est
toujours le même : la fragilisation de la cible au travers d’actions agressives
coordonnées.

 

 


Sécurité des Systèmes d’Information et pérennité de l’entreprise


Les systèmes d’information constituant l’un des vecteurs majeurs de
pénétration de l’entreprise et de captation de ses informations stratégiques, la SSI
devient, de fait, un enjeu majeur en termes de pérennité de l’entreprise. Longtemps
considérée comme une simple fonction support de la chaîne de valeur de
l'entreprise, les systèmes d'nformation sont à présent au coeur de l'activité

économique et tendent à constituer de fait une source d’avantage concurrentiel
indirect (au sens de Michael Porter) L’Avantage concurrentiel, Dunod, Paris, 2003.


- Captation d’informations stratégiques
Alors même que l’importance d’une gestion optimale du système
d’information de l’entreprise devient essentiel, rares sont encore des dirigeants de
PME à mettre l’accent sur leur sécurisation. Pourtant, les modes de captation des
informations depuis les serveurs et postes de travail sont multiples et quelques
précautions simples et de bon sens seraient de nature a considérablement réduire les
risques encourus. Sans rentrer dans des détails techniques hors de propos, il est
loisible de constater que les principaux risques liés à l’utilisation d’un système
d’information peuvent essentiellement être envisagés au travers de trois grands
types de risques : l’utilisation imprudente des postes de travail, les vols de portables
et la pénétration directes des réseaux (filaires & sans-fil).


- Atteintes indirectes à l’image de l’entreprise
L’image institutionnelle d’une entreprise et de ses marques commerciales,
constituées le plus souvent d’années d’efforts soutenues en matière de
communication et de marketing, apparaissent ainsi extrêmement vulnérables à des
menées concurrentielles de plus en plus agressives. Or, le détournement d’un site
Internet constitue un exemple de nouvelle arme redoutable dans une lutte opposant
groupe de pression ou ONG à de grands groupes relativement aux activités
industrielles ou commerciales de ces derniers. Toutefois, si ce type d’attaques
informationnelles paraît le plus souvent limité à des enjeux médiatiques et sociétaux
propices à la polémique, il n’en demeure pas moins que n’importe quelle entreprise –
indépendamment de sa taille ou de son secteur d’activité - peut se trouver victime de
campagnes de dénigrement au travers d’une altération de l’intégrité de son SI.


- Mise en cause des dirigeants
Une autre menace réside dans la mise en cause des dirigeants relativement à
une sécurisation insuffisante de leur SI : la volonté des tribunaux est de
responsabiliser de plus en plus l’entreprise et donc ses responsables sur les
problèmes de sécurité. On ne s’intéresse pas seulement à la faute mais aussi aux
personnes qui auraient pu l’empêcher. Le but recherché est de pousser les dirigeants
d’entreprise à prendre conscience du caractère indispensable que revêt aujourd’hui
la sécurité des SI et d’utiliser l’ensemble des ressources à leur disposition afin de
sécuriser ceux-ci, faute de quoi ils se retrouvent de plus en plus souvent mis
directement en cause.

 

http://www.eisti.fr/images/adm/masterecovignette.jpg


*
Au-delà de la recherche d’une sécurité économique optimale, le caractère
singulièrement récurrent de l'absence de prise de précautions particulières au sein
des entreprises françaises, en terme de sécurisation de leur système d'information,
corrélé au nombre et à la diversité des menaces potentielles, font que l'entité
économique soucieuse de protéger son SI dispose, dans les faits, d'un avantage
concurrentiel indirect susceptible, non seulement de lui permettre de pérenniser son
activité en cas de crise majeure, mais également d'éviter certaines mise en cause

qu’au travers de la définition et de la mise en place d’une véritable politique de
sensibilisation à destination de l’ensemble des salariés de l’entreprise, faute de quoi,
tout effort envisagé en matière de réduction des risques de pertes d’information
stratégiques demeurera vain.


Source: FICHE CYBER RENS N°4, du Centre Français de Recherche sur le Renseignement par Rémy Février
Juillet 2010

Info apporté par l'IHEDN - Membre A-Genestine

03/07/2010

France: l’OTAN et la défense nationale, et l'immigration. Par Yves-Marie Laulan

Le Bordelais Yves-Marie Laulan

http://fr.novopress.info/wp-content/uploads/2009/09/Yves-Marie-Laulan.jpg

cliquez, lire bio

 

 

1 Les motivations de Nicolas Sarkozy pour le retour à l’OTAN


La décision prise par Nicolas Sarkozy procède, à mon avis, de deux types de motivations fort différentes.

La première, commune à la plupart des chefs d’Etat en début de mandat, est de « faire différent » et si possible, à moindre coût. Pour Sarkozy fraîchement élu, il convenait devant son électorat, de « marquer le coup », de faire montre de façon spectaculaire d’une volonté de rupture avec la position de ses prédécesseurs.  A cet égard, le retour à l’OTAN était un excellent « galop d’essai » fort peu coûteux en termes politiques. D’ailleurs, le public s’est effectivement montré largement indifférent à l’évènement. Il n’y a guère qu’un quarteron  de vétérans du gaullisme purs et durs, blanchis sous le harnois, qui ont dénoncé avec virulence une rétractation abominable du  dépôt sacré de la doctrine gaulliste en la matière.  Mais leurs imprécations n’ont guère rencontré  d’échos dans l’opinion comme chacun sait, et l’affaire est passée comme une lettre à la poste dans l’indifférence générale. Sauf chez les militaires qui y ont vu, à juste titre, l’ouverture d’une pincée de nouveaux emplois de bureaux à l’étranger, fort prisés comme chacun sait.

 

 

Lire bio venant de 4V

 

 

Yves-Marie Laulan

La deuxième motivation va beaucoup plus loin.  C’est le désir de s’aligner sur l’Amérique pour le meilleur et, en principe,  pour le pire. En fait, ses prédécesseurs à l’Elysée n’avaient pas agi  autrement lorsque l’heure était au drame. Songeons au soutien inconditionnel du Général  de Gaulle aux Etats-Unis à l’occasion de la crise des fusées à Cuba en octobre 1962 ou de l’attitude  de François Mitterrand, bien des années après, dans des circonstances analogues, lors de la crise des fusées Pershing de 1983. La différence entre l’action de  ses grands aînés à l’Elysée et celle de Sarkozy  est que le geste de  ce dernier relève largement de ce que les militaires appellent suavement la « gesticulation ». L’expression parle d’elle-même. C’est une démonstration de force sans substance réelle. Il en va ainsi pour la création d’une petite base militaire avancée dans le détroit d’Ormuz face à l’Iran, laquelle n’a rigoureusement aucune portée opérationnelle ou l’envoi d’une poignée de soldats français en Afghanistan. Il est à craindre que les Américains ne s’y trompent pas. Si Nicolas Sarkozy voulait vraiment faire sérieux, il lui faudrait augmenter de 1 ou deux points de PNB le budget de défense de la France. Il s’en garde bien. Car cela risquerait de soustraire de précieuses ressources devenues  rares au budget social, socle de la paix sociale en France. En matière de coopération pour la défense et la sécurité, le seul critère vraiment significatif est le montant du budget militaire en termes de pourcentage du PNB. Tout le reste  est littérature.

 

2 La pensée de Jacques Chirac en matière de défense et de coopération militaire.


Il est aisé de répondre à cette question. Certes, vous vous en doutez, je n’ai jamais été le confident  de la pensée stratégique de Jacques Chirac ni dans ce domaine, ni dans d’autres. Mais l’on peut avancer, sans  risque de se tromper, que Jacques Chirac n’avait rigoureusement aucune vision d’ensemble, que ce soit en matière de défense  ou de sécurité. On ne pouvait guère s’attendre à autre chose de la part d’un  conseiller de canton monté en graine. Là où il n’y a rien, il n’y a rien à dire. En fait, Chirac, président  de la République, n’avait aucune vision stratégique dans un  domaine quelconque (sauf pour les Arts Primaires), y compris en ce qui concerne la France et le destin national. Très révélateur à cet égard est le chapitre consacré par Bernard Billaud dans son ouvrage « D’un Chirac à l’autre » (ed. de Fallois, 2005). Il  y  dépeint Jacques Chirac, alors maire de Paris,  se rendant au Vatican pour  y recueillir l’onction du Pape jugée utile pour ses ambitions présidentielles. Et voilà que passant près des ruines du Colisée, Billaud entend avec stupeur Chirac éclater en imprécations contre la civilisation latine, l’Occident et la Chrétienté toute entière. Alors la France dans tout cela… Chirac n’a jamais été gaulliste  de cœur ou de conviction mais seulement d’occasion ou d’opportunité.  Il a été, on le sait,  un excellent maire de Paris, un Premier ministre médiocre  et un très mauvais Président. Il n‘était pas fait pour cela. C’était une erreur de « casting ». Son ambition, on le sait aujourd’hui par les confidences de ses proches, était  de devenir directeur des services de  l’Aviation civile. Il y aurait certainement  excellé.

En matière de politique étrangère, ses  positions ont  été ciselées et formulées par Dominique de Villepin, personnage romantique, rêveur et théâtral à souhait. « Gaullâtre » de la stricte observance, il avait cru comprendre que la quintessence du gaullisme consistait, pour l’essentiel, à prendre systématiquement le contrepied de tout ce que proposaient les Américains. Il se trouve, par hasard, que pour l’Irak, il est tombé juste. Encore une chance. Le refus d’engager la France dans ce conflit a épargné plusieurs dizaines ou voire centaines de vies de nos soldats, ce qui n’est pas rien. Au surplus, si les Etats-Unis n’avaient pas sottement cru bon de renverser le régime, -fort peu sympathique au demeurant- de Saddam Hussein, nous n’aurions pas aujourd’hui sur les bras le problème d’un Iran à vocation nucléaire. Il aurait suffit de laisser ces deux molosses, l’Iran et l’Irak  s’entredéchirer entre eux. C’est  ce qu’aurait fait un Churchill.

 

3 Les conséquences du retour de la France à l’OTAN


Il ne convient pas de dramatiser à l’extrême les conséquences de cette décision comme l’ont fait  certains commentateurs que vous citez. N’oublions pas que, durant même le mandat présidentiel du Général de Gaulle,  la France avait plus ou moins discrètement conclu deux protocoles d’accord avec l’Otan stipulant la conduite à tenir en cas d’agression de l’URSS. Or l’Alliance avait bel et bien été créée pour répondre à ce genre de situation. Moi-même,  quand j’étais à l’OTAN, j’avais été reçu par l’Amiral américain commandant la base navale de Monterey. Il  s’étonnait auprès de moi, avec un sourire un peu narquois, de ce que chaque fois que son escadre procédait à des manœuvres en haute mer, il y avait toujours à proximité des navires français exécutant la même manœuvre, par le plus grand des hasards sans doute. Le retrait français de l’OTAN n’avait guère eu de répercussions sur l’essentiel, à savoir la sécurité du pays. Quant à la notion d’indépendance, il est clair que la France n’a jamais été en mesure de faire cavalier seul, l’eusse-t-elle voulu, sur des questions majeures. Du temps de la Guerre Froide, l’indépendance tant célébrée dont on déplore la perte a toujours eu une portée concrète extrêmement limitée, précisément  en raison des impératifs de sécurité. Article V ou pas , la France aurait bien été obligée de se ranger, bon gré mal gré, aux côté des Etats-Unis en cas de conflit grave avec l’URSS. Elle ne s’en est d’ailleurs jamais cachée et les Soviétiques,  de leur côté, en bons réalistes qu’ils étaient, ne l’ont pas compris autrement.  Seuls les romantiques de l’indépendance nationale ont pu croire, ou faire semblant de croire qu’il aurait pu en aller différemment. La déclaration emphatique de  Pierre Lefranc,  l’ancien chef de cabinet du Général, procède davantage d’une rhétorique théâtrale et nostalgique que d’une analyse lucide des rapports de force entre les adversaires en présence et des menaces dont ils sont porteurs. Au demeurant, il est fort douteux que le Général ait confié ses conceptions stratégiques à son chef de cabinet.

 

Le paradoxe de la situation  actuelle tient à ceci. La notion d’une véritable indépendance française  n’avait guère qu’une portée symbolique jusqu’à aujourd’hui. Le malheur veut  qu’au contraire, sans ce malencontreux retour à l’OTAN, elle aurait pu se révéler précieuse à l’avenir. Et voici pourquoi.

J’ai moi-même exprimé  à diverses occasions de sérieuses  réserves sur l’opportunité de ce retour, pour des raisons essentiellement de prestige. Ce retour me paraît, en effet, comporter dans le contexte actuel, -celui de l’extension quasiment à l’infini des engagements et des territoires d’intervention de l’Alliance- des inconvénients,  voire des risques majeurs imprévisibles et non maîtrisables. En ce qui concerne les avantages, est-il possible sérieusement de se convaincre qu’une fois cette réintégration effectuée, la France pourra vraiment peser de tout son poids sur la prise de décision au sein de l’Alliance comme l’on l’a ingénument prétendu ? Et cela   alors que notre pays, avec un effort de défense ramené à sa plus simple expression depuis des années avec  1,8 % du PNB, ne dispose désormais que de capacités de défense extrêmement réduites, et d’ailleurs tendues à l’extrême. D’autant plus qu’en cas de désaccord majeur, il ne sera plus question de s’en aller derechef,  sauf à se couvrir de ridicule en multipliant les vraies et les fausses sorties. Mais peu importe. Car bien d’autres considérations beaucoup plus lourdes de conséquences sont associées à la démarche proposée. La France ne risque-telle pas tôt ou tard, d’être impliquée dans un conflit où pour s’exprimer brutalement, elle n’a aucun intérêt primordial ? En effet,  l’envoi de soldats  français en Afghanistan dans le cadre de l’OTAN dans une guerre qu’il me paraît difficile voire impossible de gagner, ou dans le détroit d’Ormuz [1], face à un Iran bientôt nucléaire, en cas de conflit avec un  Iran sans doute doté tôt ou tard de l’arme nucléaire, me paraît  riche de périls potentiels.  En cas de conflit grave,  la France sera désormais placée plus près encore de l‘épicentre d’un séisme majeur, alors que notre pays n’est nullement préparé à y faire face. Nous prenons, dans le cadre de l’Alliance atlantique, des engagements très importants, mais sans nous doter des moyens adéquats pour les affronter dans des conditions convenables, compte tenu de la faiblesse des ressources consacrées à la défense nationale.  Avant, avec l’OTAN, c’était la garantie contre le risque ; après, c’est le risque garanti.


4 L’Otan est-il un Club occidental contrôlé par les Etats-Unis ?


Ce n’est pas nouveau. Elle l’a toujours été. On disait à l’époque que l’OTAN avait été créé « to keep the US in, the Russians out et the Germans down » c’est-à-dire : « garder les Etats-Unis dedans, la Russie dehors et l’Allemagne en bas ». Mais ce  schéma simple et clair s’est singulièrement obscurci et compliqué depuis. J’ai été et je demeure résolument hostile à l’extension sans limite des missions de l’OTAN et de ses territoires d’intervention. Précisément parce que je demeure très attaché à la pérennité de l’Alliance atlantique. C’est, jusqu’à présent, une des seules organisations internationales qui ait réussi pleinement la mission qui lui avait été donnée, à savoir préserver l’Europe d’un conflit  majeur. C’est capital. Or cette boulimie d’activités supplémentaires, dont la plupart n’ayant rien ou peu à voir avec l’activité d’origine, empilées à la hâte pour justifier le maintien de l’organisation de Bruxelles au delà de la disparition de l’Empire soviétique me paraît éminemment suspecte et de nature à affaiblir gravement l’Alliance atlantique. Qui trop embrasse mal étreint, dit le proverbe. L’OTAN est mise à toutes les sauces. Or elle n’a nullement vocation à jouer les gendarmes du monde sous le blanc manteau des Etats-Unis. A multiplier à l’infini les missions assignées à l’OTAN, l’on va inévitablement à un échec sanglant. Dès lors, la crédibilité de l’Alliance, jusqu’ici intacte, va gravement être mise en cause. L’OTAN va apparaître comme un « tigre de papier » comme le disent aimablement nos amis chinois qui, eux, ne s’en laissent pas conter. Et cela est grave. Or c’est bien ce qui risque de se produire en Afghanistan où les chances de remporter durablement la victoire   sont manifestement ténues, voire inexistantes. Toutes les péripéties récentes vont dans ce sens. Il ne fallait pas que l’OTAN aille en Afghanistan, ce « cimetière » de réputations  militaires, comme les Anglais puis les Soviétiques en ont fait tour à tour l’expérience amère. L’armée soviétique ne s’est jamais remise de son échec en Afghanistan et il faut y voir une des causes, et non  la moindre, de l’effondrement de l’URSS. Dans le meilleur des cas,  on pressent déjà ce qui va se passer, comme naguère à la fin du conflit vietnamien. L’OTAN va envoyer une poignée de troupes supplémentaires. Puis on va former des milices locales ; puis déclarer solennellement que la guerre est gagnée ; puis évacuer nos troupes. Et les Talibans seront de retour dans le quart d’heure suivant. La « burka » aussi. Un beau gâchis. Comme au Vietnam.

 

Il est d’ailleurs plaisant, pour la petite histoire, de voir le nouveau secrétaire général danois de l’OTAN, Anders Fogh Rasmussen, jouer les « va-t-en guerre » au service des Etats-Unis. Quand j’étais en poste à Bruxelles, aux beaux jours de la Guerre Froide, on racontait  plaisamment que les Danois avaient installé des hauts parleurs à leurs frontières.  Dés l’arrivée des tanks soviétiques, ces hauts parleurs devaient se mettre en marche pour débiter inlassablement  à l’usage des envahisseurs ce message : « nous nous rendons, nous nous rendons ». Et voilà : maintenant que  la menace soviétique s’est évanouie ce petit pays profondément pacifique se transforme en foudre de guerre.

 

5 Si la Géorgie avait été membre de l’OTAN lors du conflit de l’été 2008, que se serait-il passé ?


Vraisemblablement rien. C’était, on s’en souviendra,  la réponse historique, et de bien fâcheuse mémoire, de Claude Cheysson, alors ministre des Affaires étrangères de François Mitterrand, à propos de l’arrestation scandaleuse de leaders polonais par le général Jaruzelsky en décembre 1981 [2]. Je disais tantôt que la dilution à l’extrême des missions de l’OTAN contribuait à porter gravement atteinte à sa crédibilité. On pourrait en dire autant du nombre de ses membres. Ce n’est plus un Club, c’est un troupeau. A l’origine, l’organisation comptait 12 membres. A l’époque où j’y étais, ce chiffre avait déjà grimpé à 15. C’était encore gérable. Enfin, à peu prés. Puis avec la chute du Mur de Berlin, la Bulgarie, l’Estonie, la Lettonie, la Lituanie, suivie de la Roumanie et de la Hongrie, ont rejoint l’OTAN. Tout récemment, en avril 2009, on est passé à 28 membres avec l’adhésion de l’Albanie et de la Croatie. Imaginez les assemblées annuelles de l’OTAN où il faut subir les   28 discours de 28 représentants qui n’ont rien à dire  ou si peu. Déjà  difficilement supportable à l’époque, ce doit être aujourd’hui un vrai supplice. Sans compter la rédaction laborieuse, en nocturne évidemment, du communiqué final où chaque virgule compte: « NATO’s finest hours », « l’OTAN dans toute sa gloire » comme l’on disait à l’époque. Un véritable enchantement.

 

Mais cette inflation démesurée a son coût, au détriment de l’efficacité de l’Alliance. Il est lourd. En premier lieu, il n’est guère surprenant que la Russie se sente prise comme dans un étau, encerclée de tous côtés. Allez donc parler de détente ou de rapprochement dans de telles conditions. D’autant plus que les Etats-Unis envisagent  assidument de faire entrer dans l’OTAN la Géorgie et l’Ukraine, ces deux pays à l’équilibre politique précaire dotés de régimes instables. Croit-on que l’acquisition de ces deux pays renforcerait d’un iota la sécurité  collective de l‘Alliance atlantique ? Peut-on imaginer une seconde que la Géorgie, ayant derechef  maille à partir avec son puissant voisin russe, pourrait se prévaloir de  l’intervention armée des 27 autres pays de l’Otan, en vertu de l’application l’article V ? En fait, il ne se passerait rien, à part quelques déclarations ronflantes qui ne seraient suivies d’aucun effet. Et la crédibilité de l’Alliance, ce joyau précieux, serait en miettes. Un beau résultat. L’article V du Traité de l’Atlantique Nord, comme la dissuasion nucléaire, n’est pas fait pour être brandi à tout propos et à l’étourdie.  Accroître démesurément le nombre des membres de l’Alliance avec l’adhésion de petits pays instables, capricieux et « à problèmes » revient à réduire d’autant la capacité de l’OTAN à inspirer le respect et  à créer un effet de dissuasion en cas de crise vraiment grave [3].

 

6 L’Europe de défense est-elle encore possible et à quelles conditions ?


L’Europe de défense évoque plaisamment la célèbre Arlésienne de légende dont on attend toujours l’entrée en scène sans jamais la voir apparaître ou mieux encore, le fameux fusil de Tartarin de Tarascon que l’on chargeait toujours mais qui ne partait jamais. La raison en est simple. Une Europe de la défense repose, cela est évident, sur deux piliers. L’un est une volonté commune et l‘autre, un ou des budgets militaires communs portés à un niveau décent [4]. Depuis la création même de l’Alliance atlantique et avant même que l’on parle d’une Europe de défense,  ces deux conditions n’ont jamais été réunies. Je suis bien placé pour le savoir dans la mesure où l’évaluation de l’effort de défense des pays membres de l’Alliance était précisément ma responsabilité principale à  l’OTAN. Le seul pays européen qui ait consenti sur le long terme un effort de défense un peu supérieur à la moyenne est la Grande Bretagne, sans doute en raison de ses liens privilégiés avec les Etats-Unis (et sans doute aussi le souvenir lointain de l’Empire britannique) [5]. Tous les autres pays européens sans exception (sauf pendant quelques années la France pendant le mandat du Général de Gaulle),   qu’ils soient ou non membres de l’OTAN, ont laissé tomber au fil des ans leurs efforts budgétaires à un niveau   inacceptable. Cela leur a permis  tout juste de disposer de quelques forces de maintien de l’ordre, pour le Kosovo par exemple, ou de fournir quelques maigres contingents à des opérations extérieures montées par l’Amérique –Irak, Guerre du Golf, aujourd’hui Afghanistan- ou en Afrique pour la France. Mais que ce soit l’Allemagne, l’Italie ou l’Espagne, ils ont tous réduit leurs crédits militaires  au strict minimum. Et cela quelles  que soient les récriminations plus ou moins  stridentes des Etats-Unis  perpétuellement lassés d’assumer à eux seuls l’essentiel du fardeau de la défense commune de l’Europe. Ce sujet a constitué et constitue encore une constante pomme  de discorde au sein de l’Alliance.

 

OTAN – Chronologie animée de son extension

source novopress

 

En fait, une situation aussi paradoxale, et aussi durable, ne peut s’expliquer que par un consensus occulte entre les Alliés  que l’on pourrait analyser de la façon suivante : les membres européens de l’OTAN font semblant de contribuer à la défense commune,  et les Américains font semblant de s’en indigner. Car, en réalité, cette situation arrange tout le monde. L’Europe se sent protégée à moindre frais contre la menace extérieure, -hier l’URSS, demain l’Iran ou la Chine peut-être – par la puissance militaire américaine, notamment par l’ombrelle nucléaire obligeamment procurée par les Etats-Unis. Cela lui permet ainsi deréaliser de substantielles économies sur les budgets défense à hauteur de 1 à 2 points de pourcentage du PNB, voire davantage, chaque année. L’Europe est ainsi à même  d’alimenter ainsi des budgets sociaux grands dévoreurs de ressources (Paul Krugman, qui admire hautement le modèle social européen ne sait pas que c’est en fait l’armée américaine qui le finance indirectement). Les Etats- Unis, eux, consacrent  2 ou 3 points de PNB de plus que l’Europe à leur défense au détriment de leur système protection sociale qui est, on le sait, dans un état déplorable. Mais, en contrepartie, ils exigent de l’Europe qu’elle engrange en permanence, et depuis toujours, de prodigieuses quantités de dollars qui gonflent d’autant d’excessives réserves de change. Ce que  les banques centrales européennes hier, la BCE aujourd’hui, acceptent de faire sans broncher. L’équation peut ainsi s’analyser comme un échange équitable, sécurité contre réserves de change en dollars dans le cadre de ce que l’on pourrait appeler le « contrat atlantique » [6]. Les Etats-Unis se satisfont  de pouvoir exercer un contrôle permanent, d’autant plus efficace qu’il est occulte, sur les velléités d’indépendance diplomatique d’une Europe en tutelle, laquelle se voit cantonnée dans le rôle modeste de  supplétif qui lui convient à merveille. Les tentatives de rompre un système aussi satisfaisant et  harmonieux sous de Gaulle ont promptement échoué. Il en est allé de même avec  de Villepin, acteur innocent, qui a cru que les  envolées lyriques de son  discours sur l’Irak à l’ONU le 14 février 2003 ferait se rompre ces liens de dépendance mutuelle comme la muraille de Jéricho s’est effondrée sous l’écho des trompettes de Josué. Les velléités d’indépendance du Général de  Gaulle et les incartades de  Villepin n’ont pas perturbé bien longtemps ce petit jeu qui perdure depuis plus d’un demi- siècle.

 

Dans un tel contexte, l’Europe de défense était morte née avant même d’avoir vu le jour. On s’est contenté de l’apparence sans substance, traités et états majors sans troupes ni équipements ni budgets. L’Europe de défense, comme le Christianisme selon un humoriste anglo-saxon, est une belle idée qui n’a jamais été sérieusement tentée. On en restera là aussi longtemps que l’Europe, peut-être  un jour trahie et abandonnée devant le danger, va devoir se résoudre à reprendre en main son destin et sa sécurité.

 

7 La politique de défense de la France à l’heure actuelle


La politique de défense de la France sur le plan extérieur est,  à  franchement parler, aventureuse dans la mesure où notre pays se lance dans des opérations risquées sans s’être doté des moyens suffisants pour y faire face, comme on l’a vu plus tôt. Avec 1,8 % seulement du PNB consacré à la défense, je le répète, les limites en crédits, en hommes et en équipements vont être rapidement atteintes. Il est vrai que les Américains seront là pour y suppléer complaisamment.

 

Tant qu’il s’agissait de l’Afrique, le risque était inexistant car aucune puissance ne se préoccupait sérieusement  de ce qui se passe sur ce continent perpétuellement déchiré (encore qu’avec le pétrole et la faim de matières premières de la Chine  la situation pourrait changer du tout au tout et le théâtre africain revêtir une importance stratégique inconnue jusqu’à présent). Mais, s’agissant du Moyen- Orient et de l’Afghanistan, aux portes du Pakistan nucléarisé, il en va tout différemment. Les prises de positions fracassantes de la France vis-à-vis de l’Iran, bientôt sans doute nucléaire, -prises, sans doute, à l’instigation des Etats-Unis -  ont une tout autre portée.  Avec 500 hommes à Abu Dhabi, la France s’est délibérément placée dans la ligne de mire de l’Iran avec une sorte de « Dien Bien Phu » moyen- oriental  à portée de tir des missiles iraniens. On peut se demander si Nicolas Sarkozy n’est pas en train de jouer avec le feu au risque de s’y brûler les doigts si les choses venaient à tourner mal.

Pour l’Afghanistan, l’opinion publique n’a pas encore fortement réagi aux pertes relativement légères essuyées par nos forces jusqu’à présent (sauf naturellement les familles des soldats tués au combat). Mais là encore, si le nombre des morts continue à augmenter,  ces pertes vont progressivement devenir insupportables, d’autant plus que l’objectif recherché sur ce théâtre d’opération lointain va paraître de plus en plus inaccessible et incompréhensible à l’opinion. Les Talibans n’ont pas attaqué la France sur son sol et l’Afghanistan n’est ni l’Indochine ni l’Algérie.  On peut également gager que l’opposition, jusqu’ici prudemment muette, ne va pas manquer  de se saisir du sujet et donner de la voix. L’occasion serait trop belle. La position du gouvernement appelé à se justifier publiquement pourrait dès lors se détériorer très rapidement en dépit des efforts d’une presse largement muselée et de médias étroitement contrôlés.

 

Mais l’autre partie de votre question appelle sa réponse. La menace est-elle purement militaire et extérieure ? Bien sûr que non. Ce n’est pas impunément que la France a laissé se constituer sur son sol  une présence de 5 à 6 millions de ressortissants d’origine étrangère dont bon nombre d’obédience musulmane. Il est heureusement exact que la très grande majorité de cette population d’origine immigrée ne demande qu’à vivre paisiblement sur le sol français. Mais cela ne veut pas dire grand-chose en cas de crise grave et  prolongée, au Moyen- Orient par exemple. Le terrorisme est toujours le fait de petites cellules actives, organisées et fanatiques qui se dissimulent dans leur communauté d’origine comme le poisson dans l’eau. Le fait que depuis les attentats à Paris de 1996 notre pays n’a pas connu de drames comme l’Espagne en a fait l’expérience  à Madrid en mars 2004 et l’Angleterre  le 7 juillet 2005 à Londres ne signifie nullement que la France est définitivement hors de danger. La menace reste toujours latente et bien présente. Ce calme trompeur pourrait bien être celui qui précède l’orage. Le répit dont nous bénéficions pour l’instant  témoigne surtout de l’excellence de nos services de renseignements avec plus d’une douzaine de complots terroristes déjoués et de celle des services de maintien de l’ordre, police et gendarmerie comprises. Mais la chance pourrait tourner à tout instant en fonction des circonstances. Dès lors, il faudra subir ou réagir.

Autres menaces, celles qui planent  sur nos possibilités d’accès au pétrole et autres ressources rares indispensables à la croissance. Mais c’est une tout autre histoire comme l’aurait dit Kipling.

 

Source: IHEDN(dont je suis membre) Posté par Novopress dans Europe, Monde, Politique le 29 juin 2010

Yves-Marie Laulan, propos parus dans Krisis numéro 34


[1] Remarquons au passage que cette décision spectaculaire n’a nullement empêché l’ Emirat d’Abou Dhabi, ingrat, de préférer les Sud Coréens à la France pour la construction de 4 réacteurs nucléaires.

[2] « Naturellement nous ne ferons rien » avait très exactement déclaré Claude Cheysson au grand dam  des commentateurs qui s’attendaient à autre chose de la part d’un ministre socialiste.

[3] Pour ceux qui aiment  l’histoire il faudrait évoquer le mécanisme implacable qui a déclenché quasi involontairement la guerre de 14/18. Cela donne à réfléchir.

[4] Depuis la création de l’Union européenne occidentale en 1954, ce ne sont pas certes les initiatives qui ont manqué avec la création de la brigade franco-allemande le 2 octobre 1989 puis la déclaration de Saint Malo de 1998.  Mais les bonnes intentions  n’ont jamais été suivies d’effet. L’occasion de créer une authentique Europe de défense avec la CED a été perdue en 1953 et ne s’est jamais représentée depuis. Ici, le Général de Gaulle a manqué de vision.

[5] Il faut rappeler  que la défense, que l’on peut définir comme un « investissement pour la sécurité » est, par définition, coûteuse. Cela a été vérifié de tous les temps. Or cet investissement est financé au détriment d’autres dépenses sociales  jugées également prioritaires.  La dépense de défense peut ainsi apparaître superflue et non prioritaire,  particulièrement en temps de paix. D’où la perpétuelle tentation de la maintenir au niveau le plus faible possible au risque de compromettre la sécurité et l’indépendance nationale.

 

[6] On pourrait de même identifier un système analogue, le « contrat Pacifique »,  pour le Japon, 7° Flotte contre dollars  et même « le contrat persique » au Moyen- Orient, pétrole saoudien à bas prix contre la protection américaine. Le trouble fête risque d’être la Chine qui n’a nul besoin de la protection militaire des Etats-Unis, ni même de dollars

 

 

http://2.bp.blogspot.com/_TnnM6qMJeYk/S12IGgCM5MI/AAAAAAAAC44/KpVplsaTcVY/s320/debats-couv+recto.jpg

cliquez lire post de tatamis (censuré)

 

L'Immigration

en vidéo

 

-
-
-

 

14:39 Écrit par HUMANITAS dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : laulan, immigration, sécurité, otan, sarkozy, militaire, usa, défense | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/07/2010

Information LHC: Pétition sur la Sécurité

LHC, le réseau des blogs libres, humanistes et critiques

 

http://blog.lefigaro.fr/social/2009/06/23/bh.jpg

cliquez l'image, lire dernières news sur la sécurité

 

Cette pétition sera transmise à Brice Hortefeux, ministre de l'Intérieur.


M. le Ministre de l'Intérieur,


L'une des missions principales de votre ministère est de « garantir la sécurité des citoyens et des biens. »

Il existe en France des zones de non-droit, c'est un fait. Vous semblez à la fois en être conscient et  également vouloir y mettre un terme, puisque vous avez déclaré : « Dans notre République, il ne doit y avoir ni de territoire oublié, ni de population négligée. »

Au-delà du vœu pieux, vous n'êtes bien sûr pas responsable de l'état de fait actuel, dû à des décennies d'un coupable laxisme de la part des pouvoirs publics. Mais vous êtes responsable de la sécurité des citoyens, et donc :

  • de tout mettre en œuvre pour faire reculer cette insécurité
  • d'informer les citoyens de manière transparente sur la stratégie retenue et sur ses fruits

Nous avons bien conscience que l'insécurité ne peut reculer d'un coup de baguette magique. Mais nous vous demandons par contre de rendre publique la « carte de France des zones de non-droit ».

Nous ne pouvons pas imaginer que, dans une stratégie construite de reconquête des territoires perdus, cette carte n'existe pas. La rendre publique permettrait de communiquer sur la stratégie mise en œuvre. Ce serait une manière digne et responsable d'être fidèle à l'esprit de notre Constitution, et à la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen de 1789 (notamment aux articles XII et XIV).

Vous n'êtes pas responsable de cette situation de fait ; nous sommes sûrs que vous vous employez à faire régresser l'insécurité.

Vous devez par contre à vos concitoyens une information claire sur la localisation et l'évolution des zones d'insécurité : à défaut de pouvoir garantir la sécurité des citoyens sur tout le territoire français, vous avez la responsabilité de les informer sur l'emplacement précis de ces zones afin qu'ils puissent garantir leur propre sécurité, et celle de leurs proches car les bonnes décisions  et la bonne démocratie supposent les bonnes informations.



Soyez nombreux à signer cette pétition, et n'hésitez pas à la faire largement circuler autour de vous ! Cliquez l'image ci-dessous

http://e-deo.typepad.fr/.a/6a01156fa733b9970c0120a8cad4d9970b-800wi

 Soyez nombreux à signer cette pétition

<http://newsletter.mp8.ch/url-19309769-178990.html> , et n'hésitez pas à

la faire largement circuler autour de vous !



Le Réseau LHC <http://newsletter.mp8.ch/url-19309769-178989.html>





http://a21.idata.over-blog.com/500x305/2/77/67/24/liberte.jpg

19:01 Écrit par HUMANITAS dans Coup de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sécurité, lhc, hortefeux | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu