Avertir le modérateur

09/10/2010

Pas de grève pour « Air Sarko One », quel joli coût cependant!

En ces temps de restrictions budgétaires et de mobilisation populaire avec grèves reconductibles, le gouvernement français s’efforce de ne pas attirer l’attention sur certaines dépenses, d’apparence quelque peu « somptuaire », qui pourraient agiter le chiffon rouge. Parmi d’autres, la modernisation de la panoplie de la dissuasion nucléaire, l’achat à « l’ami Dassault » de chasseurs Rafale supplémentaires, et la livraison dans quelques semaines du nouvel avion présidentiel intercontinental…

 

http://2.bp.blogspot.com/_4skqFpB4HMM/SvkvLs1wRwI/AAAAAAAAMcs/aWbwXKte1Wc/s400/Air+Sarko+One+1.jpg


« Air Sarko One » – surnom déjà largement répandu de l’Airbus A330 exploité pendant dix ans par Air Caraïbe, et racheté par l’Etat français au loueur américain ILFC – est en phase finale d’essais à Bordeaux-Mérignac, où il est aménagé par la société Sabena Technics depuis mai 2009. Il devrait être livré à la Direction générale de l’Armement (DGA) à la fin de ce mois, puis affecté à l’escadron de transport, d’entraînement et de calibration (ETEC, ex-Glam), qui gère le parc de transport aérien des personnalités gouvernementales.


L’A330-200, adapté aux besoins de son hôte futur du moment – déplacements fréquents, lointains, rapides, nocturnes, etc. –, ne pourra pas en principe, en raison de ses dimensions, utiliser la piste de Villacoublay, dans l’ouest parisien, d’où opèrent la plupart des appareils gouvernementaux, en tout cas s’il est à pleine charge. Il embarquera et débarquera le plus souvent le président et sa suite à Orly, mais sera basé à Evreux, dans l’Eure, pour plus de sécurité.

 

 


L’Elysée, pour justifier cet achat, invoque :
sa large autonomie (qui permettra d’éviter les sauts de puce, avec de fatigantes escales, accompagnées d’un protocole pesant) ;
l’économie réalisée sur un achat d’occasion (un coût de la moitié du neuf, diminué de la revente des deux A319 actuels, bien qu’aggravé par l’aménagement VIP) ;
une pollution moindre ;
et surtout l’efficacité plus grande de la gestion gouvernementale (grâce à un équipement dernier cri en matière de communications, transmissions, sécurité, navigation, confort).

 

http://www.ladepeche.fr/content/photo/biz/2009/07/13/le-future-avion-presidentiel_w350.jpg


Chère heure de vol
Ce long courrier à moyenne capacité – 12 000 kilomètres d’autonomie, entre 253 et 380 passagers en version grand public – est destiné à remplacer les deux Airbus A319 actuels, de 6 900 km de rayon de vol – dont l’heure de vol a été facturée en moyenne 11 684 euros en 2009 à l’Elysée et aux ministères-clients. L’heure de vol sur le nouvel A330-200 pourrait revenir à 18 000 euros environ.


L’appareil comportera, outre une configuration « VIP » (chambre, salle de bains, bureau, salle de réunion, cabines pour les « suites »), un système de communications cryptées, un dispositif de protection antimissiles, ainsi qu’un ensemble de médicalisation de type Morphée (qui le rendra apte à des évacuations sanitaires).


Ces travaux d’aménagement (d’un coût d’une trentaine de millions d’euros) s’ajoutent à l’achat de la machine (60 millions), et font partie d’un plan de renouvellement des avions gouvernementaux (180 millions au total) dont une première phase était inscrite au budget 2010 du ministère de la Défense.

 

http://i60.servimg.com/u/f60/12/30/93/88/photo_12.jpg

 

1. L’achat et l’aménagement de l’Airbus A330, ainsi que l’acquisition d’un second Falcon 7XL pour les besoins de la flotte présidentielle, ont été budgétés à 185 millions d'euros. Les seuls aménagements intérieurs sont évalués à 28,5 millions d'euros. Outre le récent "four à pizza", l'avion sera doté d'une baignoire... Un dispositif rarissime et très coûteux, habituellement réservé à quelques émirs.


2. A cause de cet avion, l'aéroport de Villacoublay, en banlieue parisienne, a dû aussi faire l'objet de travaux. La piste a été mise hors service pour plus de 6 mois. Elle ne pouvait supporter le futur Airbus du président. Surtout, il se murmure que le président français ne supportait plus devoir descendre sur le tarmac. Il lui faut un couloir protégé. Les aménagements sont conséquents, comme le rapportait Le Point en octobre dernier : "réfection complète de la piste et allongement de 1.850 à 2.000 mètres, réfection et élargissement des pistes de roulage (taxiways), mise aux normes de la loi sur l'eau (bassins de rétention), nouvel éclairage, etc."


source : http://sarkofrance.blogspot.com

 

http://avionique.free.fr/IMG/jpg/amenagA330_RF.jpg

 

PAR AILLEURS D'AUTRES DEPENSES:

 

Cadeau pour Dassault
Encore plus fort : le « chèque-cadeau », ou en tout cas la belle rallonge accordée tout récemment au groupe Dassault. Pour assurer à l’avionneur un plan de charge minimal, en l’absence de tout succès de la vente à l’export du chasseur Rafale, le ministère français de la défense anticipe ses propres acquisitions, pour un coût supplémentaire de 800 millions : la préparation de la loi de finances 2011 a contraint le ministère à admettre ce tour de passe-passe, mais personne ne souhaite s’étendre sur le sujet, et surtout pas Le Figaro...


Ainsi, une commande de 11 appareils par an sera inscrite au budget entre 2011 et 2013 : au lieu des 22 chasseurs qu’il était prévu d’acquérir sur l’ensemble de cette période, 33 seront livrés, soit 11 machines de plus que prévu initialement. Mais le ministère, dont les crédits sont en baisse, va devoir du coup retarder d’autres programmes, qui étaient sur les rails pour les prochains budgets, comme la rénovation des Mirage 2000D, la commande des ravitailleurs multirôles MRTT, ou le financement des programmes de drones.


Dassault assure que ces Rafale auraient été commandés de toute façon par l’armée de l’air française, et qu’il s’agit simplement – avec ce « décalage » – de sauvegarder la chaîne de production, et donc un savoir-faire.


Reste que le soutien de l’Etat français à cet avionneur unique, monopoliste, dont l’activité militaire repose sur la seule commande publique, apparaît comme un coup de pouce de plus au groupe privé Dassault.
Serge Dassault, son patron, est aussi sénateur UMP, et possède notamment le quotidien gouvernemental Le Figaro. Il s’apprête, apparemment – avec la bénédiction, voire sur commande de l’Elysée – à prendre possession du quotidien populaire Le Parisien [1].


Ruineuse dissuasion
Beaucoup plus fort, et toujours sous un épais voile de silence : la modernisation du parapluie nucléaire militaire, notamment de la composante maritime de la dissuasion, avec le lancement – « dans la plus grande discrétion », précisent nos confrères du site Mer et Marine, un des mieux informés du genre – du programme de refonte de ses trois premiers sous-marins nucléaires lanceurs d’engins (SNLE) du type Le Triomphant. Ils vont être progressivement portés au standard du Terrible, le SNLE livré à la marine le 20 septembre dernier, avec la mise en oeuvre du nouveau missile à très longue portée M51.
« Qu’il s’agisse de la Marine nationale, du ministère de la défense ou de DCNS, commente Mer et Marine, c’est actuellement le silence radio sur le programme IA M51, malgré son importance. Il fait même office de « sujet tabou », tous les acteurs impliqués ayant manifestement reçu l’ordre de ne pas communiquer sur le sujet. Selon certaines sources, l’Etat ne souhaite pas de publicité autour du projet, considéré comme très sensible au moment où le pays se met à l’heure de la rigueur budgétaire. En hauts lieux, on craindrait que les sommes engagées dans le nucléaire ne fassent l’objet de critiques, voire soient utilisées par les opposants à la politique gouvernementale. »
Car, actuellement, « c’est bien l’ensemble des moyens de la dissuasion française qui est renouvelé et nécessite, par conséquent, la mobilisation d’une enveloppe budgétaire très importante. Ainsi, un rapport parlementaire précise que pas moins de 20,2 milliards d’euros sont affectés aux forces nucléaires de la marine et de l’armée de l’Air sur l’actuelle loi de programmation militaire (2009-2014). Cela représente près de 20 % des crédits d’équipements du ministère de la défense sur ces cinq années ».


Au total, voilà le type d’« investissements » qui – s’ils étaient mieux connus du grand public – ne manqueraient sans doute pas de scandaliser ceux qui s’apprêtent, par exemple, à perdre des journées de salaires dans le sillage des grèves reconductibles lancées à partir du 12 octobre. Même s’ils savaient que, comme les autres secteurs, la défense subira une cure d’amaigrissement, avec pour 2011 :
la perte de 6 000 postes, une amputation de 3,5 milliards sur ses crédits, et la poursuite du programme de fermeture de régiments et du regroupement des unités autour d’un nombre plus limité de « bases de défense » inter-armées.


Notes
[1] Ce qui, selon les calculs de l’ex-patron de presse Jean-François Kahn, reviendrait à laisser contrôler par
une même personne – et laquelle ! – 65 à 70 % de la presse quotidienne nationale du matin.

 

Des dépenses militaires dans la plus grande discrétion
Source journal ou site Internet : Le Monde diplomatique
Date : 7 octobre 2010
Auteur : Philippe Leymarie

 

22/09/2010

Dr Faraj Chemsi sort de sa retraite!

Retraites : il faut un référendum !

Le gouvernement a entrepris de « sauver » le système de retraite français par répartition. Un grand débat sur la réforme des retraites s’est ouvert il y a quelques mois dans l’esprit le plus démocratique et républicain … à la française.

 

http://savindievoice.files.wordpress.com/2010/01/referendum.jpg


C'est-à-dire un débat entre personnes du même avis !

Nous en avons eu un bel exemple sur la chaîne publique France 2 dans l’émission « A vous de juger », où les participants ont été "le soldat Woerth ",qui n’arrête pas de clabauder (au sens le plus propre du terme) sur tous les médias « répartition, répartition », la présidente de la CNAV, gardienne du temple de la répartition, et Hamon, porte-parole socialiste de la répartition. Un vrai débat entre ultras-répartiteurs !

Voilà comment on réforme en France, et voilà surtout comment les Français subissent une vaste opération de bourrage de crâne.

Cette réforme des retraites a été aussitôt plombée par la pensée unique, par la pensée ultra-collectiviste « à la française », dont même Fidel Castro ne veut plus pour Cuba.
Il ne faut pas oublier que la réforme de 1993, la réforme Fillon, devait régler le problème de financement au moins jusqu’en 2020. Actuellement la retraite française a 20 ans d’avance sur les déficits ! Je vous laisse juger de l’efficacité de la réforme Fillon 1et imaginer les résultats de la réforme Fillon 2. Où va-t-on comme cela ?

Et puis arrive l’alibi de la crise, comme « la faute à pas de chance », déclenchée par le méchant capital, le CAC 40, les cupides traders et les gourmands actionnaires.

A vrai dire la France est surtout entrée dans la spirale du sous-développement depuis une quinzaine d’années. Que ces politiques et syndicalistes, ces demi-dieux, qui affirment que la répartition est le système le plus performant, m’expliquent pourquoi actuellement l’industrie française passe complètement à côté de la reprise du commerce mondial et pourquoi on assiste à un grave problème qui est l’accentuation du décrochage économique avec l’Allemagne.

Il y a une dizaine d’années, la France se comparait à l’Allemagne, laquelle était le grand malade de l’Europe, pays plombé par une croissance faible et un taux de chômage élevé.

Nos faux belligérants ne vous expliqueront pas que pour redémarrer, nos voisins germaniques ont entrepris des véritables réformes de libéralisation de la protection sociale et du marché du travail. Les Allemands, qui ont été durement touchés par la dernière récession mondiale, ont ainsi aujourd’hui une économie plus performante qu’il y a dix ans.

Les Français savent que leurs cotisations vont dans le trou sans fond de la Sécu, qu’une fois encaissées, elles disparaissent aussitôt et que le fruit de leur travail n’alimente pas un « bas de laine » pour leurs vieux jours.

 

http://partidegauchecomminges.files.wordpress.com/2010/09/referendum-retraites-complet.jpg

à gauche c'est aussi un référendum demandé


Les Français savent aussi que la rentabilité moyenne d’un euro investi dans la capitalisation est trois fois supérieure à celle du même euro placé dans la répartition.

Ils savent surtout que ce système par répartition endette les futures générations, et j’entends encore notre ministre de la Santé déclarer qu’ « il est criminel d’endetter nos enfants », elle qui fait parti des ultra-répartiteurs.

Trêve de plaisanterie, comme l’a démontré Claude Reichman sur LCI (http://www.youtube.com/watch?v=Qk6ZyLZ5uPs), les Français ont compris que la répartition c’est foutu. Ce système à la Madoff a besoin d’au moins quatre cotisants pour un retraité pour être viable, alors qu’actuellement le rapport est de 1,4 actif pour un inactif et qu’on se dirige rapidement vers un actif pour un retraité !?

La réforme actuelle n’est donc faite que pour les retraités actuels, au détriment de la croissance et des autres classes d’âge qui doivent à la fois vivre, faire vivre leur famille, assurer les ressources de l’Etat, et payer, dans le système de répartition, les soins de santé et la retraite de leurs aïeux.

Elle est mise en œuvre par des politiciens complètement discrédités au regard des Français, comme l’ont montré les dernières élections. Ces dirigeants ménagent les seniors qui sont fidèle aux urnes et qui représentent 65% de ceux qui votent encore.

La réforme n’est donc qu’une manœuvre électorale.

Les Français qui ne votent plus, qui ne croient plus aux hommes politiques, en ont assez de tous ces mensonges, comme ceux du « soldat Woerth » et de sa troupe qui répètent que le système par répartition est le meilleur.

Assez de mensonges et d’irrespect envers nos concitoyens, dont une majorité ne veut tout simplement plus participer à ce système « social », à ce suicide collectif.

L’heure est venue d’une vraie remise à plat de ce système, institué en 1941, confirmé par ordonnance en 1945 et maintenu depuis sans que les citoyens aient jamais eu à se prononcer à son sujet.

Nos dirigeants s’assoient en outre sur la loi européenne et française qui accorde à tous les Français la liberté de la protection sociale, le choix de leur caisse d’assurance-maladie, de retraite et de chômage.

« La liberté permet le progrès social », a déclaré dernièrement Bernard Thibault sur BFM. Je l’invite à rejoindre rapidement le Mouvement pour la Liberté de la Protection Sociale (M.L.P.S).

La véritable réforme « réformatrice » doit donner lieu à un grand débat national qui doit s’ouvrir à la société civile et se faire en dehors de toute manœuvre syndicale et politicienne.

Cette grande réforme doit permettre l’expression de tous les acteurs socio-économiques et surtout faire l’objet d’un referendum, comme l’a réclamé Claude Reichman lors de ses dernières interventions.


Dr Faraj Chemsi

 

http://spqr7.files.wordpress.com/2008/06/retraite_horizon_lointain.jpg

 

Rappel des posts sur la retraites sur L&L:

 

Info Alternative Libérale - Pétition Retraite - Projet de loi en pdf

CP d'AL: Projet Woerth sur les retraites : corporatisme et égoïsme intergénérationnel !

Retraite: Les propositions de Denis Kessler

Projet de loi - Retraites 1/2 (Exposé des motifs)

Projet de loi - Retraites 2/2 (Pilotage, Pérennité, Pénibilité, Solidarité, Emploi, Fonctionnaires)

 

 

30/08/2010

NEWS: Affaire Zoé Shepard - Aquitaine - Alain Rousset - Signez la pétition

DERNIÈRES NOUVELLES

 

Quatre mois d’exclusion pour Aurélie Boullet ! (CLIQUEZ la photo)

Elle fera appel....

Aurélie Boullet a déjà vendu 40 000 exemplaires de son livre

 

 

plus d'infos:

  1. Il faut défendre Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard !
  2. Est-il interdit de critiquer l’administration… quand on y travaille ?
  3. Jugée pour critique de l’administration française
  4. Les quatre mythes les plus répandus sur EDF
  5. Travailler 6 mois pour l’Etat n’est pas insensé

source: le cri du contribuable

 

 

 

Le quotidien de la dépense publique

cliquez l'image et signez la pétition


 

Il faut défendre Aurélie Boullet, alias Zoé Shepard !


Cette pétition sera adressée à Alain Rousset, président du Conseil régional d’Aquitaine.

 

 

COMMUNIQUE DE PRESSE - 02 JUILLET 2010

Logo AL.png



« Affaire Zoé Shepard » :

Alternative Libérale apporte son soutien à Aurélie Boulet

 

http://www.albinmichel.fr/images/couv/2/2/0/9782226206022g.jpg

cliquez, lire Sud-Ouest

 

 

 

Face à une nouvelle atteinte à la liberté d’expression, Alternative Libérale rappelle que celle-ci est un pilier majeur de toute démocratie libérale garantie par la Constitution.

Alternative Libérale apporte son soutien à Aurélie Boulet, auteur du roman « Absolument dé-bor-dée ! : le paradoxe du fonctionnaire », aujourd’hui menacée de deux ans d’exclusion de la fonction publique par son employeur le Conseil Régional d’Aquitaine.

En effet, Alternative Libérale trouve totalement inopportun de la part d’Alain Rousset, grand notable du PS, d’exclure de l’administration, au travers d’une mesure sans précédent, un fonctionnaire dont la seule « faute » est de vouloir améliorer le fonctionnement de l’administration locale en décrivant ses travers.

Alternative Libérale rend par ailleurs hommage aux médias qui apportent leur soutien à Aurélie Boulet au nom de la défense de liberté d’expression et à tous les fonctionnaires qui se mobilisent contre une atteinte grave à leurs droits.

 

 

 Aurélie Boulet (Zoé Shepard) hier aux côtés de son avocate (Photo AFP)

Aurélie Boulet (Zoé Shepard) hier aux côtés de son avocate (Photo AFP)



Alternative Libérale :
Alternative Libérale a été créée en mars 2006. Près de 1.500 personnes ont adhéré au parti libéral depuis sa création. Après avoir présenté une quarantaine de candidats aux élections législatives de juin 2007, Alternative Libérale a été présente aux élections européennes de 2009 dans 5 des 8 circonscriptions françaises lui permetta nt ainsi d’accéder à la campagne audiovisuelle et radiophonique officielle.


Relations presse :

Didier Salavert
Vice-président porte-parole d’Alternative Libérale
06 80 17 76 28
d.salavert@alternative-liberale.fr



Sur le web :
http://www.alternative-liberale.fr

 

Edouard de Fluctuat.net nous précise le début de l'affaire et....:


Le conseil de discipline de la région Aquitaine a rendu son verdict : la fonctionnaire auteure du livre "Absolument dé-bor-dée !" est interdite de travailler dans la fonction publique pour une durée de deux ans. Sanction qui doit être confirmée par le Président de région, le socialiste Alain Rousset.


Au terme d'un conseil de discipline interminable (à peu près 5 h 30 selon les témoignages), le jury a donc décidé de punir lourdement la jeune femme qui se moquait de la culture de la flemme et du copinage instaurée dans les collectivités territoriales françaises. Aurélie Boullet - on connait désormais sa vraie identité - avait signé ce témoignage romancée sous le pseudo de Zoé Shepard. Mais, elle a fini par être démasquée et convoquée par sa hiérarchie qui n'a pas vraiment apprécié (c'est un euphémisme) ce grand déballage, drôle sur la forme mais dur sur le fond pour la fonction publique française.


"C'est hallucinant, cinq des sept jurés n'avaient pas lu mon livre. Comment peut-on juger ce que l'on ne connaît pas ?", a réagit Zoé Shepard à l'issue du conseil. "Quelle que soit sa décision, je porterai l'affaire devant le tribunal administratif."


Plus tôt dans la semaine, elle confiait ses craintes à Fluctuat :


"L'avis du conseil de discipline n'est que consultatif et cette ‘affaire' semblant virer à l'acharnement et à la vendetta personnelle de quelques administratifs contre moi, je crains que l'avis du conseil ne soit pas suivi par l'autorité territoriale (alias le Président Rousset) et qu'il décide de me faire perdre non seulement mon emploi à la Région (que j'avais presque réussi à quitter après plus de 2 ans de demandes de détachement divers), mais mon statut de fonctionnaire".


"J'espère continuer à écrire, en parallèle de mon travail plus conventionnel que j'espère vraiment pouvoir mener car ce nouveau poste m'intéresse au plus haut point. Cela fait 2 ans que je le demande et je venais de l'obtenir (minus l'autorisation de la région Aquitaine) lorsque j'ai reçu ma convocation au conseil de discipline".


Lire notre entretien avec Zoé Shepard, auteur d'"Absolument dé-bor-dée!"

18/08/2010

La crise sociètale ne nous conduit-elle pas vers l'extrèmisme?

Curieux pays où l'on enferme des retraités ayant eu le tort de se défendre contre des cambrioleurs qui s'introduisent à leur domicile. Un pays où il faut protéger et même déplacer des policiers de la brigade anticriminalité (BAC) qui ont reçu des menaces de mort.


Un pays où la police ne prend plus les plaintes et où la chaîne pénale ne suit pas les interpellations de présumés délinquants qui ne sont enfermés que durant quelques heures.


http://www.bienpublic.com/fr/images/get.aspx?iMedia=13572979http://static.blogstorage.hi-pi.com/photos/sebastiengilot.rmc.fr/images/gd/1257533483/Je-suis-fier-d-etre-francais-mais-attention-toute-forme-d-extremisme-est-nocive-pour-le-pays.jpghttp://ladroitestrasbourgeoise.blogspirit.com/media/02/02/184370845.jpg

cliquez lire bio sur l'extrèmisme

 

Enfin, un pays où la déchéance de la nationalité, une mesure pourtant ancienne et réservée à une toute petite minorité de criminels endurcis, devient un débat de société sur la stigmatisation de l'immigration. Où des philosophes comme BHL, assez maître dans l'art de la posture et de l'affabulation, se prennent pour des héros en résistance contre une dictature naissante. Où un ancien Premier ministre, Michel Rocard, pourtant estimé de tous, perd les pédales et évoque le spectre du nazisme.

 

http://a21.idata.over-blog.com/340x284/0/56/18/16/hamas.jpg

 

Quand l'autorité est à ce point défaillante, il n'est pas étonnant de voir se multiplier les cas de légitime défense, ici comme ailleurs. Certes, dans l'histoire du retraité de l'Hérault, le procureur de Béziers a invoqué «la réponse disproportionnée à l'effraction dont il a
fait l'objet». Mais quand un climat de peur règne dans un village en raison de multiples cambriolages quand on en a été soi-même la cible et que l'on prend légitimement ombrage d'une de ces intrusions répétées dans sa propriété, ne faut-il pas s'attendre à des dérapages?

http://www.critikat.com/IMG/jpg/nanjing.jpg

-

 

N'est-ce pas une étrange inversion des valeurs que de demander toujours à la victime de faire la preuve de sa bonne foi et d'afficher la plus grande complaisance à l'égard de l'agresseur. Dans un pays qui gronde sur ces questions, car à l'insécurité économique s'ajoute l'insécurité physique, certaines élites au-dessus de la mêlée ne font-elles pas le lit de l'extrémisme?

http://www.verfassungsschutz.brandenburg.de/media_fast/4058/de_ext_main_m.15345619.jpg

Source RP de l'IHEDN

Sécurité intérieure :
Source journal ou site Internet : Le télégramme de Brest
Date : 13 août 2010
Auteur : Hubert Coudurier
Point de vue. Le lit de l'extrémisme

13/07/2010

C. Reichman et la crise de régime; République bananière, quelques bananes vont tomber, et après?

Que Claude Reichman, n'est pas à mes yeux un libertarien, et en être d'accord sur tout, question moyens, au moins c'est l'un des rares à s'exprimer sur la sécu...et tant d'autres sujets, le pourquoi de son édito ici, a nouveau!


Crise de régime !

 

http://medias.lepost.fr/ill/2009/10/29/h-20-1765159-1256819798.jpg


La France vit bel et bien une crise de régime. N’en déplaise aux éditorialistes patentés qui ne veulent voir dans les évènements actuels qu’une banale crise politique, il s’agit d’un ébranlement profond de nos institutions. L’affaire Bettencourt n’a un tel retentissement que parce qu’elle illustre jusqu’à la caricature les dérives de la classe politique, ses rapports délétères avec l’argent, ses mensonges permanents, sa totale absence de sens moral, et pour tout dire sa corruption. Il va de soi que ce terrible diagnostic frappe tout autant la gauche que la droite. La seule différence tient à l’origine des ressources : les riches d’un côté, les collectivités territoriales et leurs appendices de l’autre. Non sans qu’existent parfois de subtils liens croisés entre ces diverses sources de bien-être.

 

http://fr.wikivisual.com/images/0/01/Banane.jpg

 

Il s’agit d’une crise de régime parce que la classe politique dans son ensemble est jugée incapable, par le peuple, de rétablir la situation économique du pays et qu’elle ne bénéficie plus de la moindre considération de sa part. Tous les sondages concordent : 76 % des Français considèrent que la droite et la gauche n’ont pas de solutions aux problèmes du pays, et plus de 80 % jugent qu’il ne faut en attendre aucune amélioration. Ce n’est donc pas une alternance qu’attendent les citoyens, mais une complète remise en cause de la gouvernance nationale, autrement dit l’avènement d’un nouveau régime politique.

Pour qu’un régime s’effondre et soit remplacé par un autre, il faut que trois conditions soient réunies : un problème grave, un pouvoir faible, un lobby puissant. Tel fut le cas en 1958 : le problème grave était l’Algérie, le pouvoir faible était celui d’une IVème République où les gouvernements ne duraient au mieux que quelques mois, et le lobby puissant était celui que constituaient l’armée, tout entière engagée sur le terrain et d’ailleurs victorieuse militairement, ainsi que, de chaque côté de la Méditerranée, tous les partisans de l’Algérie française. On sait ce qu’il advint de ces circonstances : la Vème République vint balayer celle qui l’avait précédée.

Les mêmes conditions sont remplies aujourd’hui. Le problème grave est celui d’un Etat-providence surdimensionné plombant la compétitivité économique de notre pays, le pouvoir faible est celui d’une classe politique méprisée par les citoyens et incapable de prendre la moindre décision efficace, le lobby puissant est celui de tous les bénéficiaires des largesses de la collectivité ainsi que des intermédiaires qui les répartissent en se servant au passage. Il est dès lors inéluctable qu’un nouveau régime balaye celui qui est actuellement en situation d’échec avéré et définitif.

 

http://img.zigonet.com/flashmob/banane-illustration_15864_w300.jpg

le régime se liquéfie? çà tombe

 

Le problème qui se pose est qu’aucune alternative reconnue aux politiciens en place n’existe encore, et qu’aucun personnage prestigieux n’est en réserve de la République. Ce qui signifie que les jeux sont largement ouverts et que l’avenir appartient à ceux qui sauront se montrer crédibles et décidés. Il faut donc qu’une cristallisation s’opère pour qu’apparaissent et s’imposent les nouveaux dirigeants de la France. Cette alchimie peut s’opérer rapidement, puisque, comme le disait Jean Monnet, « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise ».

La chance du pays réside dans l’existence d’un réseau parallèle d’information qui a nom Internet. Il vient de démontrer sa puissance dans l’affaire Bettencourt, en balayant l’information traditionnelle. L’outrance des attaques gouvernementales contre le site Mediapart est le signe éclatant du désarroi et de l’impuissance du pouvoir. Celui-ci croyait qu’en tenant sous son influence de grands journaux et d’importantes stations de radio et chaînes de télévision il bénéficiait d’une emprise décisive sur l’opinion. Cette illusion s’est envolée par le seul effet d’une information parallèle et d’autant plus efficace qu’elle répond aux attentes d’une opinion exaspérée par les mœurs, les échecs et la propagande du pouvoir.

Bien entendu, Mediapart, que dirige Edwy Plenel, se situe aux antipodes de nos idées. Mais reconnaissons-lui l’efficacité dont il fait preuve dans ce combat. Ce site démontre en tout cas qu’aucune institution, quelle qu’elle soit, ne peut résister à un bouleversement technologique dont elle n’a pas la maîtrise.

Il est dès lors évident que la bataille pour le pouvoir en France, et pour le remplacement d’un régime impuissant par un autre, va passer par Internet, étant entendu qu’il viendra rapidement un moment où il faudra passer du virtuel au réel et se porter sur le terrain. Mais ce passage se fera tout aussi naturellement que les rassemblements en nombre que sont capables d’organiser en très peu de temps les réseaux sociaux sur le web.

En définitive, c’est au peuple et à lui seul que va revenir le droit de choisir les nouveaux dirigeants du pays. C’est la raison pour laquelle nous appelons depuis longtemps déjà ceux qui partagent nos idées à se regrouper et à se préparer. Qu’ils ne s’y trompent pas : le moment décisif est arrivé. S’ils ne savent pas faire prévaloir leurs vues, qui sont celles de la majorité des Français, c’est une minorité plus décidée qu’ils ne le sont qui s’emparera du pouvoir et qui leur fera payer cher leurs atermoiements et leur lâcheté.
Vae Victis ! disait-on à Rome. Malheur aux vaincus, dit-on chez nous et dans toutes les langues. En France, aujourd’hui, les dès roulent !

 

http://www.coaching-formation-lyon.fr/peau_de_banane.jpg

attention de ne pas glisser!


Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue.

 

http://i27.servimg.com/u/f27/11/75/30/21/banane10.jpg

19:03 Écrit par HUMANITAS dans Coup de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claude reichman, république bananière, sécurité sociale, crise(s), sondage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu