Avertir le modérateur

27/06/2011

TGV, Paris-Bordeaux en 2h pour 2017

Réseau ferré de France et Vinci ont signé ce jeudi le contrat de concession pour la future ligne à grande vitesse Sud-Europe Atlantique (SEA) qui permettra aux TGV de rallier Bordeaux depuis Paris en 2 h 05.

 

http://www.bordeaux-region.com/fr/IMG/jpg/SNCF.jpg

 

Attribué l'an passé à la mi-juillet à un groupement piloté par Vinci, l'appel d'offre pour la construction et la concession de la LGV entre Tours et Bordeaux va pouvoir enfin passer à la vitesse supérieure. Il aura en effet fallu près d'un an pour boucler ce contrat complexe sur le plan financier, notamment en raison du nombre importants de cofinanceurs.


"Il y a un premier phénomène qui a contribué à faire déraper le délai puisque par rapport au calendrier de la consultation, nous aurions dû conclure, signer, déjà depuis plusieurs mois; Et puis un deuxième phénomène dans l'autre sens : le concessionnaire a trouvé le moyen de comprimer ses propres délais, donc on a rattrapé une partie du temps qui avait été perdu", a souligné Hubert du Mesnil, PDG de RFF, au cours d'une conférence de presse commune avec Vinci. Le futur tronçon à grande vitesse, qui traversera six départements et trois régions, représente un investissement total de 7,8 milliards d'euros et constitue le plus important partenariat public-privé (PPP) jamais signé dans le domaine ferroviaire en France.


Le démarrage des travaux est prévu pour le début 2012 et la mise en service de la ligne pour la mi-2017. Les travaux seront financés à 33% par le constructeur et concessionnaire, qui sera rémunéré pendant 50 ans par les recettes des péages qu'il percevra sur les trains empruntant la ligne, à 27% par le concédant public RFF et à 40% par l'Etat, les collectivités locales et l'Union européenne. La Banque européenne d'investissement (BEI) apporte ainsi 1,2 milliard d'euros, le plus gros investissement de son histoire en France. Le groupement emmené par Vinci, dénommé Lisea, comprend aussi le fonds infrastructure de la Caisse des dépôts et des fonds d'investissement infrastructure gérés par Axa Private Equity. La nouvelle ligne, longue de 302 kilomètres, placera Paris à 2 heures cinq minutes de Bordeaux, soit près d'une heure de moins qu'aujourd'hui. RFF estime que l'infrastructure permettra de gagner quatre millions de voyageurs supplémentaires par an sur cet axe.

 

La ligne de TGV Tours-Bordeaux sur les rails
Source, journal ou site Internet : La tribune
Date : 16 juin 2011
Auteur : avec Reuters

12:37 Écrit par HUMANITAS dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : bordeaux, paris, tgv, tours | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/11/2010

Virgin, du rêve à la réalité ou quand le libéralisme permet l'innovation et nous engage toujours vers un mieux futur

Virgin Galactic a inauguré la piste de son aéroport spatial et conclu avec succès le premier vol d’essai de sa navette. Comme ses concurrents, le groupe a déjà une bonne liste de volontaires pour ses futurs voyages dans l’espace.

 

http://www.cyberpresse.ca/images/bizphotos/435x290/200912/05/129585-virgin-galactic-propriete-milliardaire-britannique.jpg

cliquez pour voir le site


Le site officiel de Virgin Galactic
Dans une paire d’années, nous prendrons les vaisseaux spatiaux comme aujourd’hui l’avion, assure une agence spatiale indépendante. Les opérateurs privés se sont lancés dans une course pour instaurer des vols réguliers bien au-delà de l’atmosphère terrestre. Des centaines de riches entrepreneurs, de célébrités et de scientifiques ont déjà réservé leur billet pour les premiers vols de Virgin Galactic, qui devraient recevoir l’autorisation de décoller dans les deux ans à venir. Cet opérateur de tourisme spatial a ouvert une piste au Nouveau-Mexique [Etats-Unis] fin octobre. Pour le professeur Richard Crowther, conseiller technique de l’Agence spatiale du Royaume-Uni, les missions spatiales seront à l’avenir bien plus régulières et meilleur marché. “Ce sera très cher au début mais la technologie qui se développera ensuite ouvrira l’espace à tout le monde”, confie-t-il. “Rappelez-vous les premiers temps de l’aviation : très peu de gens pouvaient prendre l’avion ; aujourd’hui, c’est un marché de masse. Il faudra quand même un moment avant que cela n’arrive, mais les coûts devraient chuter avec l’arrivée de nouveaux appareils.” Moins de 500 personnes se sont rendues dans l’espace jusqu’à présent – à bord d’appareils exploités par la Russie, les Etats-Unis et la Chine.

http://www.harderbloggerfaster.com/wp-content/uploads/2009/12/Virgin_GalacticBlacksm-730057.jpg

 



Avec la fin de la guerre froide, les Etats-Unis et la Russie n’ont plus de raison pressante d’injecter des milliards de dollars dans les programmes spatiaux ; le président Barack Obama a annulé en février un projet de voyage sur la Lune, conçu par la NASA, au motif que c’était trop cher et pas assez novateur. Si les superpuissances ont fait marche arrière, les groupes commerciaux, eux, sont arrivés. Parmi eux, Virgin Galactic, fondé par Richard Branson [fondateur et PDG du groupe Virgin] il y a six ans, et Blue Origin, lancé par Jeff Bezos, le créateur d’Amazon.com. Cette dernière société est en train de mettre au point un appareil propulsé par une fusée – le New Shepard – pour “le transport régulier de plusieurs astronautes dans l’espace suborbital à des prix compétitifs”. Une autre société, Space Adventures, a permis à plusieurs multimillionnaires de passer jusqu’à quinze jours dans la station spatiale russe Soyouz, moyennant 20 millions de dollars [14,6 millions d’euros] par personne.

 

http://www.solarnavigator.net/images/virgin_space_ship_one_mike_melvill.jpghttp://news.cnet.com/i/ne/p/2006-2/105spaceship2_550x302.jpg

 

Selon Virgin Galactic, 380 personnes ont réservé un billet à 200 000 dollars [147 000 euros] pour son engin, le VSS Enterprise. Parmi les passagers inscrits figurent le physicien Stephen Hawking, le climatologue James Lovelock, la chanteuse Sarah Brightman, l’humoriste Russel Brand, le designer Philippe Stark, le fondateur de Paypal, Elon Musk, et l’actrice Victoria Principal. Les frères Candy, des promoteurs immobiliers millionnaires, seront également du voyage. Nick Candy, qui a acheté trois billets – lun pour lui et les deux autres pour son frère Christian et l’épouse de ce dernier, Emily Crompton –, déclare que c’est un avantage, contrairement aux astronautes officiels, de ne pas avoir à subir à subir des mois de formation. “On ne pèse probablement plus rien pendant six minutes. On voit toute la planète Terre. J’ai déjà vécu des choses incroyables et j’espère que ce sera encore le cas cette fois-ci”, ajoute-t-il. “L’impact sur l’environnement est très faible”, déclare Will Whitethorn, président de Virgin Galactic. “En dix ans, nous transporterons des milliers de personnes dans l’espace avec moins d’impact qu’une seule navette.” Les vols seront également bien moins chers : un peu plus de 1 million d’euros alors qu’un vol de la navette spatiale américaine en coûte plus de 1 milliard. C’est tout simplement parce que les appareils sont bien plus légers que les vaisseaux de la NASA et qu’ils sont réutilisables. Les appareils, qui comprendront six places, seront acheminés à 16 kilomètres d’altitude par un vaisseau-mère en composite de carbone léger et fonctionnant au biobutanol. Ils seront ensuite lancés dans l’espace remplis de protoxyde d’azote et de nylon recyclé, avant leur retour sur Terre, au Nouveau-Mexique. Le prix baissera considérablement. “D’ici cinq ou six ans, nous espérons faire passer le prix sous la barre des 75 000 euros.” Le tourisme spatial de masse va-t-il véritablement décoller ?
“Oui, répond M. Whitethorn avec assurance. Seules 500 personnes sont allées dans l’espace jusqu’à présent.

 

http://limjunying.files.wordpress.com/2008/10/virgin-galactic-in-flight.jpghttp://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2009/12/7/1260218322093/Virgin-Galactic-Spaceship-001.jpghttp://www.gizmowatch.com/images/virgin-galactic-spaceship1_48.jpg


Nous allons en transporter davantage rien qu’au cours de la première année. Ceci annonce une révolution industrielle dans l’espace.” REPÈRES Virgin Galactic
Selon Virgin, le tourisme spatial a déjà permis des percées scientifiques sans aucun financement de l’Etat. Les vaisseaux existants s’inspiraient essentiellement des V2, les fusées nazies, mais celui de Virgin est “un système réutilisable ayant un impact minimal sur l’environnement”. Le tourisme spatial profitera encore davantage à la science dans les années à venir, assure l’entreprise. Car les vols commerciaux permettront de mener à moindres frais des expériences dans la couche supérieure de l’atmosphère. En revanche, l’argument d’un faible impact sur l’environnement est contredit par des experts.

 

ENERGIE - ENVIRONNEMENT - CLIMAT
Un voyage dans les airs pour presque rien
Source journal ou site Internet : The Independent
Date : 16 novembre 2010
Auteur : Martin Hickman

 

http://images.smh.com.au/2008/11/13/264862/VirginWhiteKnight4_gallery__600x379-600x400.jpg

10:33 Écrit par HUMANITAS dans Voyage | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : virgin galactic, espace, richard branson, navette spatiale, vols spaciaux, tourisme spatial | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu