Avertir le modérateur

12/06/2011

La Bulgarie et la Roumanie dans Schengen???

Le Parlement européen s'est prononcé mercredi à une large majorité pour l'adhésion de la Roumanie et de la Bulgarie à Schengen, l'espace sans frontières au sein de l'UE, faisant ainsi pression sur les Etats encore réticents. Six pays --les Pays-Bas, la France, l'Allemagne, la Suède, la Finlande et le Danemark-- bloquent l'intégration des deux pays déjà membres de l'Union européenne et exigent des résultats plus marqués dans la lutte contre la criminalité et la corruption.

 

http://www.axa-schengen.com/images/schengen_countries_UK.gif

 

Or, l'adhésion doit être approuvée par une décision unanime des gouvernements des 26 Etats de l'Espace Schengen. Trois pays de l'UE, le Royaume-Uni, l'Irlande et Chypre sont restés hors de cet espace, auquel ont adhéré en revanche la Suisse, la Norvège, l'Islande, et le Liechtenstein, non membres de l'Union. Les élus européens ont jugé par 487 voix contre 77 et 29 abstentions que la Bulgarie et la Roumanie pouvaient adhérer, car ils sont techniquement prêts à assurer le contrôle de leurs frontières et à même de protéger les données du système d'information Schengen. L'avis du Parlement européen sera discuté jeudi à Luxembourg par les ministres de l'Intérieur de l'UE, mais aucune décision ne sera prise à cette occasion, ont indiqué des sources diplomatiques. Les gouvernements attendent le rapport que la Commission européenne doit publier en juillet sur les réformes de la justice et la corruption dans les deux pays. Les adhésions seront à nouveau discutées en septembre, mais il n'est pas certain qu'un accord sera trouvé. La Bulgarie et la Roumanie espèrent convaincre cet été et être admises dans Schengen avant la fin de l'année.

 

Le Parlement européen veut la Bulgarie et la Roumanie dans Schengen
Source, journal ou site Internet : 7 sur 7
Date : 8 juin 2011
Auteur : Belga

23:18 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : europe, schengen, roumanie, bulgarie, ue | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

29/11/2010

Par-delà les élections : la passation des pouvoirs dans une démocratie; Pologne; Roumanie; Moldavie...

Une élection ne fait pas la démocratie.

 

Dans une démocratie saine, les élections constituent le point de départ pour la formation d’un gouvernement stable qui protège les droits des minorités, garantit la liberté d’expression, respecte la primauté du droit et encourage une société civile forte.

 

http://radicarl.net/wp-content/uploads/pp2008/vision_democratie.jpg


On estime en général que les élections démocratiques constituent un des fondements du gouvernement légitime. En laissant les citoyens choisir la manière dont ils sont gouvernés, les élections constituent le point de départ pour toutes les autres institutions et pratiques démocratiques. Toutefois, une véritable démocratie exige bien plus que cela. Outre l’organisation d’élections, elle exige des limites constitutionnelles du pouvoir du gouvernement, des garanties pour les droits fondamentaux, la tolérance des minorités religieuses ou ethniques et la représentation de divers points de vue, entre autres. Pour créer une démocratie authentique, les sociétés doivent encourager une culture démocratique et des lois régissant le comportement entre les élections et imposant des limites à ceux qui pourraient être tentés de porter atteinte aux modalités des élections. Comme la secrétaire d’État, Mme Hillary Clinton, l’a fait remarquer dans un discours prononcé à l’université de Georgetown, le 14 décembre 2009 : « La démocratie ne signifie pas seulement l’organisation d’élections pour choisir les dirigeants ; elle implique des citoyens actifs ; la liberté de la presse ; un appareil judiciaire indépendant, et des institutions transparentes et réceptives qui sont redevables devant tous les citoyens et protègent leurs droits de manière juste et égale. Dans une démocratie, faire respecter les droits des citoyens n’est pas une décision que les dirigeants prennent chaque jour, c’est la raison pour laquelle ils gouvernent. »


Une bonne transition politique après les élections est essentielle. Dans une démocratie saine, les candidats qui ne sont pas élus renoncent au pouvoir avec grâce et sans violence. Ce faisant, ils peuvent conserver leur dignité et, grâce à leur exemple, contribuer à renforcer les traditions, les pratiques et les coutumes démocratiques de leur pays. De même, en tendant la main à leurs adversaires politiques et en faisant preuve de respect à leur égard, les candidats élus contribuent à aplanir les divergences et à réduire au minimum les possibilités de conflit susceptibles de porter atteinte à la démocratie et à son essor.


Dans une démocratie véritable, la primauté du droit, les institutions politiques démocratiques et les organismes indépendants de la société civile contribuent à garantir le respect des résultats des élections. Ces institutions et l’échelle de valeurs renforcent à leur tour la confiance du peuple dans son gouvernement et son empressement à soutenir les transitions politiques pacifiques.


La primauté du droit

La démocratie exige le respect de la primauté du droit quels que soient les résultats des élections. Le Conseil de sécurité de l’Organisation des Nations unies estime que la primauté du droit existe lorsque l’ensemble des personnes, des institutions et des groupes, qu’ils soient publics ou privés, y compris l’État, observent les lois qui sont promulguées officiellement et sont appliquées à tous de manière égale, dont la transgression est jugée par un appareil judiciaire indépendant et qui sont conformes aux normes internationales en matière des droits de l’homme.


La primauté du droit comprend la légitimité, l’équité, l’efficacité et un système de freins et de contrepoids. La légitimité exige que les lois du pays reflètent un consensus social, signifiant qu’elles seront appliquées d’une manière transparente et démocratique. L’équité comprend l’application égale pour tous de la loi, une procédure équitable, la protection des libertés publiques et un accès raisonnable à la justice. L’efficacité a trait à l’application uniforme de la loi.


Les lois appliquées impartialement qui protègent tous les citoyens contribuent à établir la légitimité d’un État démocratique. Du fait que de telles lois dans une démocratie saine imposent le respect et la loyauté de tous, les citoyens acceptent les résultats des élections qui sont décevants pour eux. Un pays où les lois sont appliquées équitablement et les différends réglés impartialement est plus stable. En revanche, des lois injustes ou discriminatoires sapent le respect de la population. Les lois qui sont très mauvaises risquent d’entraîner leur non-respect ou même la révolte et de créer un climat moins tolérant des résultats des élections qui sont insatisfaisants. C’est pourquoi le président Dwight Eisenhower a déclaré : « Le meilleur moyen de montrer ce que la primauté du droit signifie pour nous dans la vie quotidienne, c’est de rappeler ce qu’il arrive lorsqu’il n’y a pas de primauté du droit. »


La primauté du droit implique le respect des droits civiques fondamentaux et des normes procédurales et exige que ceux-ci transcendent les résultats d’une élection donnée. Dans une démocratie, les résultats des élections ne peuvent pas porter atteinte à la protection de la liberté d’expression, de la liberté de la presse ou à l’indépendance de l’appareil judiciaire. Les nouveaux dirigeants, quelle que soit l’ampleur des suffrages qu’ils ont obtenus, ne doivent ni remettre en question ces normes ni porter atteinte aux droits d’un citoyen quelconque, y compris ceux qui ont soutenu le candidat perdant.


De ce fait, le respect de la primauté du droit encourage des transitions électorales pacifiques. Un candidat perdant qui refuse d’accepter les résultats des élections se retrouvera avec un soutien amoindri ; les citoyens le considéreront comme un cas aberrant, voire peut-être un transgresseur de la loi, et certainement comme faisant peser une menace sur leur culture civique commune. Également, les citoyens sont moins susceptibles de soutenir une révolte ou des candidats qui refusent d’accepter les résultats des élections dans un pays où l’on respecte les formes légales et où l’État est considéré comme légitime.


Les institutions politiques

De même, des institutions politiques et électorales bien développées accroissent la probabilité d’une transition en bon ordre après les élections. Les institutions fournissent l’adaptabilité que les démocraties exigent pour résister aux éventuels conflits qui suivent des élections controversées ou contestées. Au lieu de descendre dans la rue pour exprimer leurs griefs, les candidats perdants ou les groupes de l’opposition peuvent contester les résultats des élections ou l’équité des procédures électorales par l’intermédiaire de mécanismes institutionnels, tels que les commissions électorales ou les tribunaux. Le fait que l’on s’attend en général que ces institutions règlent les différends avec impartialité rend plus probable une transition démocratique pacifique et diminue les chances que les conflits constituent le moyen de contester les résultats des élections.


Des institutions électorales solides et efficaces renforcent la crédibilité du processus électoral et font que le public s’attendra davantage au respect des résultats des élections. Elles donnent l’assurance aux candidats perdants que le mandat des vainqueurs sera d’une durée limitée et qu’ils auront encore la possibilité d’entrer de nouveau en lice.


Les institutions politiques qui limitent ou contrôlent le pouvoir du gouvernement contribuent aussi à la stabilité. C’est particulièrement important dans les nouvelles démocraties où les résultats des élections peuvent créer un environnement politique incertain ou des moments de crise. Si un dirigeant politique refuse d’accepter les résultats des élections, un appareil judiciaire fort, capable de résister à ce refus, est essentiel. Lorsqu’un candidat sortant est battu, cela aide beaucoup si les fonctionnaires ne dépendent pas des dirigeants politiques pour obtenir ou garder leur emploi. Les fonctionnaires seront ainsi moins incités à soutenir les efforts d’un dirigeant battu désireux de rejeter un processus démocratique. Les institutions politiques établies canalisent le dissentiment et incitent les dirigeants, les parlementaires et les fonctionnaires à gouverner démocratiquement.

La gouvernance efficace, qui comprend l’obligation de rendre des comptes, la réceptivité aux besoins du public, la transparence et l’efficacité, contribue à créer une légitimité politique pour la démocratie. Comme le président Barack Obama l’a dit au Parlement ghanéen à Accra le 11 juillet 2009, « en ce XXIe siècle, des institutions capables, fiables et transparentes sont la clé du succès, à savoir des Parlements puissants et des forces de police honnêtes, des juges et des journalistes indépendants, un secteur privé et une société civile florissants ».


La société civile

Tout comme les institutions politiques et la primauté du droit, une société civile forte, ayant le soutien d’une presse libre, renforce la légitimité des pratiques démocratiques et l’idée que les candidats gagnants et perdants respecteront les « règles du jeu ». Les organismes de la société civile peuvent exercer un contrôle sur le pouvoir du gouvernement et dissuader les candidats battus aux élections de tenter d’entraver le processus démocratique.


Des organisations non gouvernementales qui sont véritablement indépendantes et largement représentatives et d’autres institutions de la société civile contribuent à garantir que les candidats et les élus respectent les résultats des élections et les processus démocratiques. Ils peuvent faciliter un dialogue important entre les citoyens et leur gouvernement et fournir les informations dont a besoin un gouvernement représentatif et démocratique. En exprimant les problèmes et les préoccupations d’une société, les groupes de défense contribuent à favoriser la transparence et la responsabilité. En exerçant des pressions sur le gouvernement pour qu’il s’acquitte des engagements pris pendant la campagne électorale, ils renforcent sa réceptivité. Les organismes de la société civile peuvent influencer le comportement du gouvernement et contribuer à définir les attentes de la population sur la manière dont leur gouvernement fonctionnera.


L’Internet et les technologies des médias sociaux fournissent maintenant aux groupes de la société civile de nouveaux moyens de s’organiser, d’échanger des informations et d’exiger une plus grande transparence et une plus grande responsabilité de la part du gouvernement. Les blogues, les messages textes, les réseaux sociaux en ligne et d’autres outils en ligne permettent aux groupes de la société civile d’accroître leur audience, d’augmenter rapidement le nombre de leurs membres et d’obtenir un soutien international pour des causes d’intérêt local ou national. Pendant la controverse qui a suivi les élections en Iran, par exemple, Twitter, l’outil de microblogage en ligne, a permis aux Iraniens de mettre en question les résultats des élections et à informer le monde du déroulement des événements politiques dans leur pays.


Mme Clinton a souligné le lien entre ces organisations et réseaux et la responsabilité et la réceptivité du gouvernement. La société civile, a-t-elle dit au Maroc le 3 novembre 2009, « pousse les institutions politiques à être agiles et à répondre aux besoins des personnes qu’elles servent ». Les organismes de la société civile aident les citoyens à élaborer de nouveaux moyens pour demander que le gouvernement rende des comptes et agisse avec transparence et ils incitent davantage le gouvernement à adhérer aux normes et aux principes démocratiques.


Le respect des élections et la période postélectorale

La démocratie crée certaines attentes, notamment le respect de la primauté du droit et des résultats des élections. Elle exige le respect de valeurs après les élections. Lors du discours qu’il a prononcé à l’université du Caire (Égypte) le 4 juin 2009, le président Obama a souligné ces vérités fondamentales : « Quel que soit là où il prend forme, le gouvernement du peuple et par le peuple est le seul étalon par lequel on mesure tous ceux qui sont au pouvoir : il faut conserver le pouvoir par le consentement du peuple et non par la coercition ; il faut respecter les droits des minorités et participer dans un esprit de tolérance et de compromis ; il faut mettre les intérêts du peuple et le déroulement légitime du processus politique avant ceux de son parti. Sans ces ingrédients, les élections ne créent pas une vraie démocratie à elles seules. »


Le respect de la primauté du droit, des institutions politiques bien développées et la forte participation de la société civile renforcent les attentes en matière de transition politique pacifique et la probabilité de cette dernière. Les États où les institutions représentent divers intérêts, canalisent les exigences de la population, facilitent le discours politique et appliquent la loi avec efficacité et impartialité sont plus susceptibles d’imposer le respect. Dans ces pays, la possibilité de réaliser des changements grâce à des moyens pacifiques décourage le recours à des moyens extraconstitutionnels pour s’opposer aux résultats des élections et contribue à garantir que les élections constituent le premier pas vers une gouvernance démocratique de plus grande ampleur.

http://www.lefigaro.fr/assets/images/candidats-pologne.jpg

Comment une élection partiellement libre a changé la donne en Pologne

Anna Husarska

Anna Husarska est traductrice, journaliste et travailleuse humanitaire. Elle a été rédactrice au mensuel The New Yorker et fait des reportages dans des zones de conflit pour le compte de grands quotidiens et magazines d’informations, dont le Washington Post, Newsweek, l’International Herald Tribune, le Wall Street Journal, le Guardian (Royaume-Uni) et Slate.

Témoignage vécu, ce reportage sur l’effet des élections tenues en Pologne en 1989 et qui marquèrent un tournant vers un gouvernement démocratique décrit la puissante influence capable d’être exercée par une société civile déterminée, même lorsqu’on s’accorde à qualifier ces élections de partiellement libres et équitables.

Les élections tenues en Pologne en juin 1989 remirent à l’honneur une image célèbre du grand classique du western « Le train sifflera trois fois » (1952), avec Gary Cooper à l’affiche qui, pour l’occasion, arborait sur la poitrine le macaron du syndicat Solidarité en guise de badge de shérif. Or le vrai héros cette fois, celui qui fit tomber le régime communiste polonais, était non pas un shérif qui avait éliminé tous les méchants, mais le collectif des organisations de la société civile qui virent le fruit de leurs travaux menés patiemment pendant une bonne douzaine d’années. Tout commença en 1975, lorsque des intellectuels prirent la défense de travailleurs incarcérés pour s’être mis en grève et qu’ils fondèrent le Comité de défense des travailleurs (KOR).

Le KOR prit le parti de former et de préparer les travailleurs polonais en leur expliquant leurs droits ; quand une grève éclata en 1980 dans le chantier naval de Gdansk, ceux-ci exigèrent la création du syndicat Solidarité, le premier syndicat libre du bloc soviétique. Comme le régime communiste avait toujours supprimé la plupart des autres segments de la société civile polonaise, Solidarité rassembla sous sa bannière un grand nombre de courants de la société civile. Force fut au gouvernement de convier ses représentants à une table ronde et de conclure un marché : une élection législative partiellement libre serait organisée, le gouvernement se réservant 65 % des sièges dans la chambre basse.

Avec ses dix millions d’adhérents, soit près du tiers de la population polonaise, Solidarité fut probablement l’un des mouvements les plus populaires au monde ; pour autant, l’issue du scrutin était difficile à prédire parce que personne ne faisait confiance aux sondages. À l’époque, je travaillais pour le quotidien de l’opposition, autrement dit Solidarité, qui portait le nom bien choisi de « Gazeta Wyborcza », ou Gazette électorale. Le jour du scrutin, le 4 juin 1989, la victoire de Solidarité était loin d’être assurée, mais nous étions fin prêts à nous battre dans les urnes.

Les communistes bernaient leurs citoyens depuis des dizaines et des dizaines d’années, et on ne pensait pas que ces élections échapperaient à la règle. Divers groupes de la société civile, dont une « Université volante », des maisons d’édition clandestines, des troupes théâtrales qui donnaient des représentations dans les églises, et des groupes ponctuels de sociologues ou d’économistes s’opposaient aux politiques du régime. Ces groupes contribuèrent à préparer clandestinement toute une société parallèle par le biais d’activités éducatives, de publications, de manifestations culturelles, d’études sociologiques et de propositions en vue du redressement économique. La société civile était donc prête à tenir le pari des urnes, même si les élections n’étaient que partiellement libres. Malgré l’absence d’organisations non gouvernementales, on disait pour plaisanter que « les seules entités non gouvernementales en Pologne sont les dirigeants communistes ».

Les slogans électoraux transmettaient un message exclusivement positif parce que la société civile devait prouver sa supériorité par sa noblesse, et aussi parce que point n’était besoin d’attiser la haine ressentie à l’égard des communistes. Le plus célèbre était la chanson « Pour que la Pologne soit la Pologne » (et non un satellite soviétique), mais n’oublions pas non plus, bien sûr, l’emblème de Solidarité représenté par une foule compacte brandissant un drapeau.

L’accès de la société civile à la télévision d’État était restreint, et le gouvernement encadraient les rares pages publicitaires de Solidarité par des spots destinés à induire les électeurs en erreur afin qu’ils se méprennent sur le choix de leur candidat. Cette tactique ne nous avait pas échappé, et nous avions distribué des tracts pour détromper les électeurs : « Si vous êtes pour Solidarité, barrez tous les noms sauf les suivants » - et nous avions donné la liste de nos candidats. Nous n’avions été qu’à moitié surpris de constater que le gouvernement s’était arrangé pour proposer des candidats communistes qui avaient le même nom que nos candidats et qui briguaient les mêmes postes.

Nous nous attendions à des coups bas de la part des communistes ; dès lors, nous avions demandé aux observateurs électoraux représentant Solidarité de se munir de lampes de poche, au cas où les communistes provoqueraient une panne de courant pour truquer les élections, et d’avoir des stylos supplémentaires sous la main, au cas où les officiels prétendraient ne pas en avoir pour empêcher les gens de voter.

Minime, mon rôle était cependant révélateur : je faisais partie d’une équipe-relais « pause-pipi ». Nous faisions la tournée de tous les bureaux de vote dans une circonscription donnée pour donner à chaque observateur de Solidarité la possibilité d’aller aux toilettes. Nous avions ainsi l’assurance que les autorités ne profiteraient pas de son absence, toute brève fut-elle, pour bourrer les urnes. C’était une contribution modeste pour empêcher les communistes de nous priver de notre dû, mais j’en suis fière.

Après la victoire de Solidarité vint la dissolution du parti communiste, et les réformes démocratiques ne tardèrent pas à suivre. Les divisions répressives au sein du ministère de l’intérieur - celles de la « lutte contre les intellectuels », de la « lutte contre l’Église », de la « lutte contre les syndicats » et de la « lutte contre les paysans récalcitrants » - furent abolies, et les élections locales tenues au printemps 1990 furent libres et équitables. À la fin de l’année, Lech Walesa, la figure de proue de Solidarité et un homme qui avait collaboré avec les intellectuels, avait reçu le soutien de l’Église, avait dirigé un syndicat et avait coopéré avec les paysans récalcitrants, fut élu président par le peuple polonais. Mais à mes yeux, l’élection de juin 1989 marqua un tournant crucial. L’annonce selon laquelle les candidats de Solidarité avaient remporté, à une exception près, tous les sièges qu’ils avaient brigués ne me surprit pas : la société tout entière était devenue une société civile.

 

http://www.renovezmaintenant67.eu/public/Berlin_Quadriga_EU.jpg

D’un régime autoritaire à l’Union européenne : le cas de la Roumanie et de la Moldavie

Grigore Pop-Eleches

Professeur adjoint de sciences politiques et d’affaires publiques et internationales à l’université de Princeton, Grigore Pop-Eleches a fait porter ses travaux de recherche sur la dynamique aux niveaux national et international des réformes économiques et politiques adoptées en Europe de l’Est et en Amérique latine. Cette dynamique constitue le sujet de son ouvrage sur la mise en œuvre des programmes du Fonds monétaire international dans ces deux parties du monde, dont le titre anglais est « From Economic Crisis to Reform : IMF Programs in Latin America and Eastern Europ »e (Princeton University Press, 2009).


Les territoires qui faisaient partie du bloc communiste ont suivi diverses voies dans le domaine politique. La Roumanie a réussi à mettre en place un régime démocratique et est membre maintenant de l’Union européenne. La démocratisation de la Moldavie a été plus difficile. Une étude des événements qui ont lieu dans ces pays révèle la contribution de la société civile et des institutions démocratiques à une transition stable menant à un gouvernement issu de nouvelles élections.

Depuis l’effondrement du communisme en Union soviétique et dans ses satellites de l’Europe de l’Est, ces États ont mis en place un régime démocratique à un rythme irrégulier et avec un succès inégal. Un moyen de découvrir les raisons de ces différences et de mieux connaître les conditions dans lesquelles la démocratie prend son essor est d’étudier dans quelle mesure des États comparables ont rempli l’une des conditions d’une véritable démocratie, à savoir la transmission du pouvoir dans l’ordre entre partis politiques et entre dirigeants appartenant à des partis rivaux. Une comparaison de deux anciens États communistes indique que les réformes internes, dues au désir de faire davantage partie de l’ensemble des États démocratiques, et dont l’application est surveillée par une société civile active, renforcent la capacité d’un pays en matière de transmission du pouvoir dans l’ordre et de gouvernance démocratique.


La dynamique électorale

Une comparaison révélatrice a trait à la dynamique électorale en Moldavie et en Roumanie de 1989 jusqu’aux élections les plus récentes dans ces deux pays. Cette comparaison se justifie du fait de leur culture et de leur histoire communes, ainsi que de leur niveau comparable de développement socio-économique au début de la période de l’après-communisme. En outre, les deux pays ont connu (au moins superficiellement) une évolution comparable : au début des années 1990, d’anciens communistes réformés ont détenu le pouvoir, mais ils ont été finalement battus par de vastes coalitions de centre-droite, d’abord en Roumanie (1996), puis en Moldavie (1998). Si ces défaites ont constitué des jalons importants de la démocratisation des deux pays, l’euphorie a peu duré car de graves crises économiques et des luttes intestines d’ordre politique ont affaibli les coalitions de centre-droite. Chacune d’elles ont subi une défaite écrasante en 2000 et 2001.

Toutefois, c’est là où le parallèle s’arrête. En Roumanie, un ancien parti communiste réformé a poursuivi les réformes économiques et politiques, réalisé des progrès importants en vue de l’intégration du pays dans l’Union européenne et fait en sorte que le pays en devienne membre. Pour sa part, la Moldavie est le premier pays européen à avoir ramené au pouvoir, par des élections démocratiques, des communistes non réformés. Si les communistes moldaves ont modéré leur opposition violente à l’économie de marché et leurs propos anti-impérialistes, les huit années qu’ils ont passées au pouvoir ont néanmoins donné lieu à une érosion importante des libertés démocratiques. En revanche, l’influence des attentes de la communauté internationale et les exigences de groupes de la société civile roumaine ont fortement contribué à la réalisation par la Roumanie de progrès plus rapides pour ce qui est de passer des élections à une bonne gouvernance.


La transmission du pouvoir

En 2009, les résultats de cette divergence sont devenus apparents dans la manière dont chacun des deux pays a réagi face à des élections très serrées et fortement contestées. Dans chaque cas (les élections législatives d’avril 2009 en Moldavie et l’élection présidentielle de novembre-décembre 2009 en Roumanie), ceux qui ont perdu ont prétendu qu’il y avait eu fraude, mais avec des résultats très différents.

En Moldavie, les accusations de fraude, au moins confirmées en partie par des observateurs étrangers, ont déclenché des manifestations politiques de grande ampleur qui ont pris un tour violent dans la capitale, Chisinau, et qui ont entraîné la mise à sac du Parlement et du palais présidentiel. Les réactions des principaux partis politiques et des médias moldaves reflètent la division profonde qui existe dans la vie politique et dans la société du pays. Le président Vladimir Voronine et la plupart des médias contrôlés par l’État ont accusé les partis de l’opposition et le gouvernement roumain d’avoir soutenu les « bandes de criminels » qui étaient, selon eux, responsables de la violence. L’opposition moldave, ainsi que la plus grande partie de la société civile et certains médias du secteur privé, ont déclaré que les manifestations représentaient plutôt une expression spontanée de sentiments de frustration par des jeunes anticommunistes pro-occidentaux, en particulier par des étudiants. En outre, ils ont soutenu que les instigateurs de la violence, partisans du régime en place, l’avaient fait pour enlever tout caractère légitime aux manifestations et pour faciliter le rétablissement de la dictature. La lourde répression officielle qui y a fait suite s’est soldée par des centaines d’arrestations et par des accusations de nombreux actes de violence commis par la police. Si le gouvernement a finalement accepté l’organisation de nouvelles élections qui ont donné la victoire à l’opposition à une très faible majorité, le Parti communiste continue d’obtenir un soutien suffisant pour bloquer la libéralisation économique et politique qui pourrait garantir une transmission du pouvoir dans l’ordre à l’avenir.

Par contre, en Roumanie, le conflit électoral a été réglé sans violence après un nouveau comptage des bulletins nuls. Le perdant, Mircea Geoana, a reconnu sa défaite et félicité son adversaire, même s’il s’est engagé à lancer une enquête parlementaire au sujet de la régularité de l’élection présidentielle. La volonté de l’élite politique roumaine de défendre ses intérêts dans le cadre des institutions démocratiques (imparfaites, de l’aveu général) de la Roumanie est la raison pour laquelle les résultats de l’élection ont déclenché peu de protestations et aucune violence.

Plusieurs facteurs liés les uns aux autres expliquent pourquoi le potentiel de violences après les élections était plus grand en Moldavie qu’en Roumanie. Premièrement, la demande d’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne et son acceptation ont encouragé tous les principaux acteurs politiques à accepter des normes démocratiques communes. En 1993, le Conseil européen à Copenhague a exigé que les États candidats à l’adhésion à l’Union européenne parviennent à « une stabilité des institutions garantissant la démocratie, la primauté du droit, les droits de l’homme ainsi que le respect des minorités et leur protection ». Du fait qu’une majorité écrasante de Roumains étaient en faveur de cette adhésion, le pays a entrepris un certain nombre de réformes importantes. Ces réformes ont considérablement limité la capacité des anciens communistes à tourner les règles en leur faveur et ont contribué à expliquer pourquoi ils sont convenus de transmettre le pouvoir dans l’ordre après leur défaite électorale en 1996.

Si la Moldavie a accru sa collaboration avec l’Union européenne depuis 2005, l’engagement formel de son gouvernement envers des réformes politiques, économiques et institutionnelles n’a pas encore donné de résultats importants. Il est probable que le nouveau gouvernement entreprendra plus de réformes, mais le pays se heurte encore à l’opposition de la Russie pour ce qui est d’une intégration plus étroite avec l’Occident. De plus, ses institutions de la société civile sont bien moins enracinées qu’en Roumanie, en partie parce que la Moldavie a souffert d’une émigration de grande ampleur ces dix dernières années.

Deuxièmement, un ensemble de pressions de la part de la communauté internationale et de la société civile ont entraîné une réforme graduelle mais importante du Parti social-démocrate (PSD) roumain (ancien parti communiste), alors que les communistes moldaves sont plus attachés aussi bien en paroles que sur le plan politique au passé soviétique. L’absence de réformes qui en résulte a renforcé les divergences entre les communistes et l’opposition anti-communiste et réduit l’ampleur des alliances politiques et des compromis possibles dans une mesure bien plus grande qu’en Roumanie.

Enfin, la création de médias indépendants a commencé bien plus tôt en Roumanie qu’en Moldavie à cause de la plus grande variété de médias du secteur privé et du moindre contrôle par l’État des médias du secteur public. Il s’ensuit que la diffusion des informations politiques est plus équilibrée en Roumanie, ce qui à son tour amoindrit la possibilité de manipuler les informations pour attiser des conflits.


Les nouveaux moyens de communication

Pour ce qui est de l’avenir, les technologies modernes de communication peuvent constituer un moyen de renforcer la société civile dans les deux pays. Twitter, Facebook et SMS ont aidé les manifestants moldaves à coordonner leur action et à se mobiliser en un temps remarquablement court pendant les élections législatives de 2009. Les médias occidentaux ont même surnommé les événements en Moldavie la « révolution Twitter ». De même, en Roumanie, les médias sociaux semblent avoir influencé la participation des électeurs de la diaspora qui ont voté à une majorité écrasante en faveur du président Traian Basescu et ont constitué un facteur décisif dans les résultats de cette élection.

Si l’avenir de ces nouveaux moyens reste difficile à imaginer, il est probable que leur importance pour les groupes de la société civile ne cessera de croître. Il se peut que les conséquences pour les élections démocratiques et pour la liberté d’expression se révèlent être une partie importante de l’histoire de la démocratie au XXIe siècle.

24/11/2010

Y aurait-il des nouvelles formes de capitalisme, ou ne serait-il pas plutôt de mercantilisme d'Etat?

L’économie de marché règne aujourd’hui sur tout le continent. Mais est-elle la même partout ? Car à l’Est, les capitalistes ont prospéré sur le féodalisme post-communiste et ont ainsi créé un système bien particulier.


"Nous sommes coincés quelque part au milieu de la transition de l’économie planifiée vers l’économie de marché. Nous avons créé un hybride de ces deux systèmes", déclarait l’ancien président russe Boris Eltsine il y a quelques années. Quelle sorte de capitalisme construisons-nous en Roumanie, et plus généralement à l’Est de l’Europe, et en quoi se différencie-t-il du capitalisme occidental ? Tout d’abord, en Roumanie, comme dans toute la région, nous avons affaire à un "capitalisme sans capitalistes", comme le remarquaient Gil Eyal, Ivan Szelenyi et Eleanor R. Townsley dans un ouvrage collectif. Au lendemain de la chute des régimes communistes nous avons été contraints de construire un capitalisme sans classe de propriétaires et détenteurs du capital qui puisse jouer le rôle que la bourgeoisie a tenu lors de la naissance du capitalisme.

 

http://www.politicoblogue.com/wp-content/uploads/2009/09/Capitalisme.jpghttp://1.bp.blogspot.com/_UVyaE7_23iI/TMbo8qBeeDI/AAAAAAAAA8c/MfJZp4wpB_s/s1600/faucille-et-marteau-barres.1210667563.jpg


Bien sûr, nos capitalistes ont poussé comme des champignons, et les nouveaux riches sont apparus du jour au lendemain. Mais entre les capitalistes occidentaux et nos capitalistes sortis du néant, il y a une différence comme entre le jour et la nuit.


Le capitalisme est-européen ressemble au communisme
La circonstance qui a permis l’apparition et le développement du capitalisme a été la victoire obtenue par la bourgeoisie dans la légitimation de son capital économico-financier face au capital social détenu exclusivement par l’aristocratie. Dans le féodalisme, les privilèges et le rang attiraient le capital économique ; dans le capitalisme, l’équation s’est inversée et l’argent est devenu la source de la position sociale, des privilèges et du pouvoir. En Europe orientale, et en Roumanie en particulier, nos capitalistes ont usé de leur capital social pour obtenir du capital économique. Les technocrates de l’ancien régime, proches d’une façon ou d’une autre des structures de pouvoir étatiques, ont utilisé leur réseau social pour obtenir des usines, des contrats et d’autres biens qui ont rapidement contribué à l’apparition des capitalistes autochtones.


La prédominance du capital social est un trait spécifique du féodalisme, mais aussi du communisme esteuropéen, où le capital politique n’était qu’une variation du capital social. De ce point de vue, notre capitalisme est pré-moderne, car il obéit à des règles féodales. La logique institutionnelle a été et continue d’être subordonnée à la logique relationnelle, et les institutions sont devenues des organismes kafkaïens au service des favoritismes.


Une forme dégénérée du capitalisme "authentique" ?
Une autre particularité du capitalisme est-européen est le fait qu’il ne constitue pas le résultat d’une évolution organique, mais qu’il est le produit d’un projet. De ce point de vue, il ressemble au communisme :
il contient tous les éléments d’ingénierie sociale, parmi lesquels les tentations utopiques et la justification du présent en invoquant l’avenir. Notre capitalisme s’est forgé sur la restructuration fondamentale des institutions économiques de haut en bas, tout l’inverse de son équivalent ouest-européen. Ces 10 dernières années, l’utopie qui tarde à se réaliser et les plaies sociales engendrées par les efforts pour la construction du capitalisme ont contribué à faire considérablement baisser la confiance de la population locale dans l’économie de marché. En Hongrie, par exemple, la confiance dans le capitalisme est passée de 80% en 1991 à 46% en 2009, en Bulgarie de 73 à 53%, en Lituanie de 76 à 50%.

 

Cette chute vertigineuse a transformé l’Europe orientale en l’une des régions où le niveau de sympathie envers l’économie de marché est le plus bas : en 2007, avant la crise économique, il était de 56%, seulement un pourcent de plus qu’en Amérique latine, (55%), loin derrière l’Afrique (75%), l’Asie (72%), l’Amérique du Nord (70%) ou l’Europe de l’Ouest (69%).


"Le racket légitime organisé par la classe dominante"
En fait, la question qu’on doit se poser est de savoir si le capitalisme est-européen est en effet une forme dégénérée du capitalisme "authentique", ou s’il s’agit tout simplement d’un autre genre de capitalisme. Des sociologues comme Karl Marx ou Max Weber pensaient que le capitalisme avait une seule finalité. Mais leurs théories ont été élaborées avant que le capitalisme ne se développe mondialement. L’histoire récente nous montre qu’il y a une multitude de capitalismes : du modèle chinois, qui coexiste très bien avec un régime autoritaire, jusqu’au capitalisme nord-américain, en passant par le modèle est-européen. Ce dernier est lui-même un concept qui n’arrive pas à rendre compte de la complexité des phénomènes qu’il prétend décrire. Peut-on confondre le capitalisme russe avec le roumain ou le tchèque ? Il se peut que l’hypothèse selon laquelle le capitalisme est incompatible avec le manque de liberté (le cas de la Chine) ou avec la domination du capital social par rapport au capital économique (comme en Roumanie) soit fausse. Le capitalisme pourrait ne pas nécessairement aboutir à une démocratie, ne pas nécessairement générer la prospérité, et il pourrait même très bien coexister avec des systèmes clientélistes ou mafieux. Après tout, le capitalisme occidental ne pourrait-il pas être juste une forme particulière d’un système économique que nous appelons génériquement capitalisme, et dont la caractéristique principale n’est ni la suprématie de l’argent, ni le triomphe de l’institutionnalisme sur le favoritisme, mais tout simplement, comme disait Al Capone, "le racket légitime organisé par la classe dominante".

 

Les deux visages du capitalisme européen
Source, journal ou site Internet : Dilema Veche
Date : 23 novembre 2010
Auteur : Victoria Stoiciu

11/09/2010

La question des Roms, vue par un écrivain Roumain

Certes, la France a tort d’expulser de son territoire une population fragile. Mais la communauté rome doit elle-même sortir du misérabilisme qui la rend vulnérable en Roumanie comme dans le reste de l’UE, avance un écrivain roumain.

 

http://www.lescandaleuxmag.fr/lille/images/M_images/articles/roms.jpg

cliquez lire bio


Le président Nicolas Sarkozy a décidé de frapper les plus faibles et les plus visibles. Mais n'y a-t-il vraiment
rien à faire pour résoudre le problème de l'intégration des Roms ? Essayons de regarder les choses en face.
Les Roms passent par un processus de transformation, qui ne date ni d'hier ni d'aujourd'hui. Nous avons
connu le policier rom, le médecin rom, le pope rom, l'activiste de parti (aujourd'hui: politicien) rom, le poète
rom.


Et nous devons envisager avec sérieux l'affirmation du député actuel du Parti des Roms, Nicolae Păun, qui
prétend qu'environ 25% des membres actuels du Parlement sont (totalement ou partiellement) d'ethnie rome.
Mais, aussitôt qu'ils pénètrent la société "normale", les Roms, à quelques exceptions près, renient leurs
origines. "Assimilés", ils sont la preuve que tous les Roms peuvent vivre autrement.

 

http://comprendrelemonde.fr/wp-content/uploads/2010/08/sommes-roms-L-31.jpeg


Demeurent donc "tziganes" nos musiciens bien-aimés mais aussi les lumpenprolétaires qui font trembler
l'Ouest, les enfants mendiants, et également les "bulibaşi", ces roitelets locaux propriétaires des châtelets
"tziganes" aux robinets dorés. Il y a autour de Bucarest les tziganes prospères avec leurs Audi et des
serviteurs roumains. Ceux-là sont en grande partie des chefs de réseaux, des faiseurs de justice dans un
système parallèle à l'Etat roumain, qui appliquent leur propre code civil (mariage d'enfants, etc.).
Les Roms victimes de leur système féodal


En Roumanie (mais aussi en Europe) coexistent deux systèmes sociaux différents, qui ne devraient pas
occuper la même période historique: un premier, tribal-féodal romani et celui de l'Etat roumain, basé sur une
autre organisation. Et après ? L'Etat roumain (comme le gouvernement Atatürk, qui dans les années 1920, a
arraché les fez que portaient lesTurcs) pourrait interdire les tribunaux tziganes; la police roumaine pourrait
montrer sa volonté de démanteler les mafias qui envoient les enfants mendier. Le nomadisme pourrait être
interdit par la loi. Mais y-a-t-il une réelle volonté, de la part du gouvernement ?
Nous nous heurtons aussi à un principe sacro-saint de l'Europe et de l'Amérique : le multiculturalisme. Les
Roms appliquent une conception différente de la vie sociale, où le nomadisme, la mendicité et la petite
délinquance ne sont pas considérées comme des activités contestables. Mais qui a le courage de combattre ce
multiculturalisme ?

 

http://lewebpedagogique.com/sosphilo/files/2008/09/roms-manifestant-a-la-frontiere-franco-belge.jpg

 

Des chefs de tribus honorés par les autorités roumaines
En Roumanie, il existe aujourd'hui non pas une persécution des tziganes, mais plutôt une guerre civile larvée
et inefficace entre Roumains et Roms. Personne ne gagne, personne ne perd. Les subventions de l'Etat
roumain et de l'Union européenne aident maigrement à transformer la vie tzigane. Le changement décisif
(celui du respect pour le multiculturalisme) ne peut venir que de la communauté rome elle-même, de sa
classe moyenne, qui commence à se former.


Un jour, une masse critique de Roms se rendra compte qu'elle est exploitée, et ce principalement par sa propre féodalité profiteuse. Cette caste d'empereurs et de "bulibaşi" - honorée par les autorités roumaines, invitée aux réceptions d'Etat, qui achète leurs bijoux à Paris - propose une justice parallèle et une répartition arbitraire des richesses. Elle bloque l'accès des Roms à une vie meilleure. Le jour de leur véritable éveil ethnique, les Roms, abandonnant leur condition misérable ressentie comme une fatalité, résoudront leur problème, un problème européen.

 

Les Roms aussi doivent se prendre en main
Source journal ou site Internet : Revista 22
Date : 10 septembre 2010
Auteur : Ion Vianu

19:41 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : roms, tsiganes, roumanie, expulsion, sarkozy, france, histoire, nomadisme, itinérants | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu