Avertir le modérateur

27/05/2011

Obama et l'Etat palestinien version 67!

Le président américain s'est prononcé pour la première fois en faveur d'un Etat palestinien se référant aux frontières de 1967. Mais Israël exclut cette proposition. "Une paix durable passe par deux Etats pour deux peuples: Israël en tant qu'Etat juif et patrie du peuple juif et un Etat palestinien en tant que patrie du peuple palestinien", a déclaré Barack Obama, dans un discours très attendu ce jeudi sur le Moyen-Orient.

 

http://www.ladocumentationfrancaise.fr/spip/IMG/jpg/PROCHEORIENT-Israel-01-01.jpg

 

Le président américain s'est prononcé pour la première fois en faveur d'un Etat palestinien sur la base des lignes de juin de 1967, c'est-à-dire la Cisjordanie, la bande de Gaza et Jérusalem-Est: "Les frontières d'Israël et de la Palestine devraient être fondées sur les lignes de 1967 [...] afin d'établir des frontières sûres et reconnues pour les deux Etats. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a exclu aussitôt tout "retrait aux lignes de 1967", tout en s'abstenant de s'opposer frontalement au président Obama avant de le rencontrer vendredi à Washington. Il espère que, conformément aux engagements américains de 2004 qui "avaient reçu l'appui massif des deux chambres du Congrès", qu'Israël "n'aurait pas à se retirer aux lignes indéfendables de juin 1967". Il a catégoriquement exclu que des "centres majeurs de population israélienne en Judée-Samarie" se retrouvent du côté palestinien de la frontière, en allusion aux principaux blocs de colonies juives en Cisjordanie.


Le Hamas veut "des actes concrets"
Le leader palestinien Mahmoud Abbas a appelé pour sa part Israël à "donner au processus de paix la chance qu'il mérite", convoquant la direction palestinienne pour "une réunion d'urgence". Son porte-parole a qualifié "l'opposition de Netanyahu [...] de refus de la paix au
Proche Orient" et a par ailleurs condamné le feu vert donné jeudi à la construction de 1520 nouveaux logements dans deux quartiers de colonisation juive à Jérusalem-Est occupée et annexée. Le Hamas a exhorté le président américain à "accomplir des actes concrets pour protéger les droits des Palestiniens et de la nation arabe" et rejeté les appels du président américain à reprendre les négociations de paix et à reconnaître Israël. De son côté, le chef de la diplomatie britannique William Hague a apporté son soutien à la position de Barack Obama.

 

Israël rejette l’appel d’Obama sur le retrait aux lignes de 1967
Source, journal ou site Internet : lexpress.fr
Date : 20 mai 2011
Auteur : AFP

12:20 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : israël, palestine, obama, juifs, paix, hamas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/11/2010

Le Judaïsme libéral français

Le Judaïsme mondial est actuellement traversé par des courants variés qui, malgré un ensemble de caractères communs, entraînent pour ses différentes fractions une grande diversité de nuances.
L'exposé suivant résume la position que prend actuellement le Judaïsme libéral français et qui se retrouve également dans de nombreuses fractions du Judaïsme libéral anglo-saxon.

Le Judaïsme libéral se consacre au renouveau de la spiritualité juive et permet le retour aux valeurs authentiques du Judaïsme prophétique et à la tradition mystique et hassidique. Il n'est pas une dissidence mais une réaction salutaire contre deux phénomènes opposés : une assimilation destructrice des valeurs propres au Judaïsme et un sectarisme contraire à l'universalisme juif.

 

http://schlomoh.blog.lemonde.fr/files/2008/11/centenaire-judaisme-liberal.1225965969.png

 

Le Judaïsme libéral propose une méthode d'enseignement et d'éducation religieuse, capable de répondre aux besoins et aux exigences de la vie et de la pensée moderne.
Le but de la méthode libérale est triple :

  • provoquer le réveil à l'amour de Dieu et de sa Tora ;
  • développer en chacun le sens de la "Communauté s'Israël ;
  • inspirer la vocation ardente de "peuple missionnaire"

La base d'enseignement du Judaïsme libéral est le "Chema" (Deuter. 6 4-9) qui forme, sans nul doute, le paragraphe de la Tora le plus complet et le plus émouvant dont se dégage toute sa philosophie religieuse :

  • Dieu est l'Etre des êtres. Il est Unique. Il est notre Seigneur.
  • Les fils d'Israël sont reliés à Dieu par amour, dans leur coeur, dans leur pensée, leurs actes et en leurs enfants.
  • Le monde créé par Dieu est l'ensemble des choses apparemment inertes, et indifférentes, qui, par notre obéissance et notre amour, reprennent vie et conscience sur le plan de l'éternité.

Aussi bien, le Judaïsme libéral actuel n'est-il plus exactement ce qu'il fut aux XVIIIe et XIXe siècle, à époque de la Réforme de Moïse Mendelssohn, de Geiger ou de Philippson, mais il en est la suite, corrigée et plus ouverte.
Dans l'étude des textes sacrés, le Judaïsme libéral préconise la libre interprétation et ne rejette pas plus la science que l'histoire, dont il admet l'importance quels que soient les résultats auxquels celles-ci aboutissent, car le seul postulat valable est l'unité du monde spirituel dans toutes ses manifestations et sur tous les plans.
Or, la Bible ne prétend pas être un livre de mathématique, de physique ou de biologie. Elle est le guide de la sainteté et de la spiritualité par excellence. En rien, elle ne s'opposerait à la recherche, ni à la critique scientifique, historique ou philosophique.
Ce qui est permanent et supérieur demeure la connaissance, l'amour, la charité et la paix. Ainsi se sont toujours exprimés nos Sages.
Le Judaïsme libéral proclame avec force qu'il n'y a pas de dogme dans le Judaïsme, mais une certitude : Dieu, le Père Unique de tous les hommes. Il affirme, en outre, conformément à la tradition, que la seule autorité valable est celle de l'ensemble de la Communauté d'Israël, gardienne de la Tora, qui décide des usages et des rites à maintenir ou à remettre en valeur en leur insufflant un sens et un esprit nouveaux.
Pour que la Communauté puisse assumer ce rôle, il lui faut développer, parmi ses membres, l'instruction religieuse et la vie religieuse familiale et communautaire qui constitueront le terrain sur lequel son autorité se fondera.

 

Dans ses rapports avec les antres confessions religieuses, le judaïsme libéral enseigne la fraternité réelle et l'amour de "l'étranger". Il entend que le Christianisme et l'Islam sont des religions monothéistes et qu'il y a paganisme dans les idoles du coeur autant que dans le fétichisme ou l'adoration des images. Il professe que le peuple juif doit être le "royaume de pontifes et la nation saint", chargés d'apporter "la bénédiction à toutes les familles de la terre".
Il conçoit le Christianisme et l'Islam comme deux religions, issues de la Tora, l'une pour le monde des "Gentils" gréco-romain occidental, l'autre pour le monde des "Gentils" sémite oriental arabe ; l'une et l'autre, capables de permettre à leurs adeptes la connaissance et l'amour de Dieu.
Quant aux religions asiatiques, le judaïsme libéral voit également des pratiques et des conceptions particulières de l'adoration de Dieu.
Il semble évident que les différentes religions de l'humanité correspondent à la diversité des peuples et des hommes, mais nul n'a le droit de déclarer que sa religion est la religion supérieure et la seule valable, et qu'en dehors d'elle, il n'y a point de salut. Les seules valeurs humaines que Dieu estime sont la vérité, la charité, la justice et l'humilité. Chacun doit s'efforcer d'en faire ses principes de vie, et d'élever ainsi au plus haut degré son amour de Dieu.

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/41Bua3lC0LL._SL500_AA300_.jpg

 

Le judaïsme libéral, jusqu'à la création de l'État d'Israël, avait pu passer pour une forme de Judaïsme intéressant seulement la Diaspora ; il avait même négligé, et parfois écarté, l'enseignement liturgique sur le retour à Sion.
Un peu avant, et depuis la restauration de l'Etat d'Israël dans la Terre des Ancêtres le Judaïsme libéral a révisé ses positions pour mieux assimiler, à la lumière du miracle historique auquel le monde vient d'assister, ce même enseignement sur le retour à Sion, des exilés de Jacob.
Le Judaïsme libéral enseigne qu'il n'y a pas double allégeance, mais il envisage la nouvelle Iérusalem comme le sanctuaire spirituel de tous les Juifs du monde, celui qui, demain, sera "la maison de prières pour toutes les nations".
Il soutient et encourage tous les rescapés du grand massacre ainsi que tous ceux d'entre les Juifs qui désirent avec eux, aller reconstruire la Terre des Promesses. En outre, depuis la création de l'État d'Israël, le judaïsme libéral croit de plus en plus urgente la nécessité d'instaurer dans le jeune Etat la méthode libérale d'éducation religieuse, afin d'écarter toutes formes de fanatisme religieux et de sectarisme, avec le seul souci de continuer la tradition des Prophètes et d'accomplir les promesses de Dieu. Il souhaite ardemment voir s'établir dans l'Etat d'Israël des rabbins missionnaires qui sauront redonner une foi religieuse ardente à la majorité de la population, actuellement abandonnée à l'indifférence religieuse, et si pleine cependant du désir de retrouver et d'aimer Dieu.

 

Il est trop tôt maintenant pour se prononcer sur l'avenir de l'État d'Israël, mais on se souviendra seulement de l'enseignement de nos Sages et de nos Prophètes qui avaient vu, pour la fin des Temps, affluer toutes les nations vers Jérusalem et y adorer le Dieu Unique de Justice et de Miséricorde en venant se réconcilier dans la Ville Sainte, après avoir aboli l'art dès combats et supprimé tous les instruments forgés pour la destruction.
L'humanité semble voir l'aube de cette ère messianique, bien qu'elle gémisse encore seps le poids de la peur et de l'orgueil. Le Judaïsme libéral enseigne, conformément à la pure tradition d'Israël que les jours messianiques viendront où Dieu sera reconnu le Roi Unique de tous les hommes, l'époque où les peuples et les individus se retrouveront unis dans le même amour fraternel, dans la même pratique de la vérité, du bien et de la justice.
Ces Jours messianiques annoncés par les Prophètes coïncideront avec la restauration glorieuse d'Israël dans la splendeur de la Terre sanctifiée par les promesses faites à Abraham lsaac et Jacob.

 

Par son extrême efficacité, la méthode du Judaïsme libéral permet le développement spirituel et l'élévation religieuse de la jeunesse. Les moyens à sa disposition sont multiples pour intéresser la jeune génération à la tradition de nos pères. Les plus essentiels sont l'enseignement vivant, suivant les méthodes modernes (chants, histoire, contes et légendes, Midrach et langue hébraïque) et le culte fervent, intelligible et joyeux (offices des jeunes, Kiddouch du sabbat, Havdala, Seder, Soukka, Hanuka, Pourim, lectures bibliques et cantilation des Psaumes, en groupe).
La méthode libérale se propose avant tout de créer d'une part, auprès des jeunes comme auprès des adultes, un climat favorable pour l'étude et la connaissance des sciences juives par ses cercles d'études, et, d'autre part, grince à la ferveur de ses offices et à ses réunions de prières et de méditation, de susciter en chacun le désir de communion avec toutes les grandes âmes religieuses de l'histoire du peuple juif.
Sur ce point, elle se rapproche beaucoup de la méthode hassidique qui enseigne le Judaïsme par la joie en Dieu. Le judaïsme libéral permet ainsi le renouvellement du Judaïsme et devient par cela même la religion de l'avenir.

 

http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/images/EtoileDavid.jpg

 

Les pratiques qui suscitent le dynamisme religieux, amour pur de Dieu et dévouement au prochain et à la communauté, doivent être encouragées et observées, en premier lieu.
En conséquence, un des critériums de la pratique rituelle, d'après la méthode libérale, est l'enthousiasme au sens grec du mot. C'est dans la mesure où telle pratique religieuse, qui n'est jamais qu'un moyen et non une fin, sera animée d'un esprit élevé, et douée d'une énergie spirituelle profonde, qu'elle sera proposée et observée dans le culte communautaire et familial, aussi bien que dans le culte individuel.
D'une façon générale, le ritualisme sera présenté, non comme une obligation aveugle susceptible d'étouffer l'élan religieux, mais comme un moyen de continuer la tradition, d'une manière vivante et intelligente.

 

http://www1.alliancefr.com/bqimages/rabbinfemme.jpg

 

Une des implications de la méthode libérale est l'émancipation religieuse de la femme.
Se référant au "Chema" (Deutéronome 6. 4-7) et à Deut. 29.1 0, le Judaïsme libéral considère que l'Alliance qui unit Dieu à Israël a engagé, depuis Moïse, la collectivité entière du Peuple Témoin, et qu'il est injuste et contraire à l'esprit de la Tora, de maintenir l'infériorité civile ou religieuse de la femme (divorce, lévirat, miniane) sur la seule interprétation de quelques termes ou expressions scriptuaires (Deux. 24) alors que la femme Juive joue un rôle un rôle primordial dans l'éducation, l'instruction religieuse et l'enseignement de l'hébreu à ses enfants (Pro. 31 et Deut. 6-7).
C'est là, entre autres, que ses compétences doivent être suffisantes car le judaïsme libéral tient à ce que la mère juive complète l'enseignement du maître et du rabbin. Aussi le libéralisme a-t-il émancipé la femme juive en lui accordant au moins autant de droits et de devoirs religieux qu'à l'homme, en raison des nécessités du monde moderne qui ne laisse plus à ce dernier le temps d'instruire ses enfants dans la vie juive.
C'est la femme qui est "la maison" suivant le mot de nos Sages. C'est elle qui fait la beauté du foyer où ses enfants, comme le père, doivent trouver un Judaïsme vivant, intelligent et joyeux. Le Mouvement libéral veut aider de toutes ses forces les maisons juives à retrouver la tradition familiale dans toute sa pureté, notamment celle du sabbat, le vendredi soir, par les chants et les études bibliques, le samedi par la prière, la sanctification du repos et la Havdala, moments solennels que l'on rehaussera particulièrement à l'intention de la jeunesse, afin de conférer à la vie juive le respect religieux et la joie de sainteté dont le monde a tant besoin.

 

La célébration du culte libéral obéit à deux principes talmudiques :

  • Mieux vaut peu avec conviction que beaucoup sans conviction.
  • L'essentiel est de comprendre et d'aimer le culte que l'on offre à Dieu, en quelque langage que ce soit.

Il s'ensuit que la prière classique sera écourtée, élaguée et enrichie des textes les plus édifiants de la Tora, des Prophètes, des Psaumes et de la littérature post-biblique. La structure traditionnelle de l'office est généralement maintenue en hébreu. (Chema, Amida, lecture de la Loi, Kaddich, Alénou).
Les traductions dans la langue du pays sont usitées dans une large mesure pour les parties mobiles de l'office. Les répons de l'assemblée sont alternés avec les versets lus par le récitant, de manière à obtenir une participation effective de tous les fidèles, aussi bien des adultes que des jeunes.
Hommes et femmes sont assis côte à côte ; le silence et le plus grand recueillement sont observés.
Le chant de l'officiant et du choeur comptera pour une grande part dans la célébration du culte public ; là aussi, il est bon d'obtenir la participation des fidèles de façon que l'heure de la prière soit un hymne joyeux rendu à Dieu par toute la communauté.
La prédication comportera des sujets religieux les plus variés. Ils seront traités alternativement sous forme de sermons, de causeries, d'allocutions ou d'entretiens familiers, de manière man aux que soit retrouvée la forme authentique de la prière juive qui comportait toujours un enseignement, une partie didactique. Le fidèle a besoin moins d'une consolation ou d'un réconfort que d'un éveil à la vie spirituelle pure qui est toute joie.
Le rabbin ne doit en outre jamais perdre de vue la réalité et l'actualité au cours de ses explications ou de ses causeries religieuses. Il apportera ainsi constamment des outres neuves au même vin vieux.

 

http://www.decitre.fr/gi/51/9782848351551FS.gif

 

Dans ses rapports avec les autres communautés, la communauté libérale fait preuve de compréhension et d'esprit fraternel. De plus, par son action, elle leur indique l'importance de sa propre mission à l'intérieur du Judaïsme moderne. Cette mission s'adressera au grand nombre de Juifs détachés de la religion ou indifférents à la spiritualité, aux athées et aux incroyants qu'elle se propose de faire revenir au Judaïsme.
Elle s'adresse aussi à ceux qui, troublés par l'inquiétude spirituelle, se sont trouvés attirés vers d'autres disciplines religieuses, par suite d'une connaissance insuffisante ou nulle des valeurs spirituelles de la religion et de la vie juives.
Cette mission est pleinement justifiée du fait que nombreux sont les hommes de bonne volonté qui désirent connaître les valeurs permanentes de notre tradition religieuse à condition toutefois qu'elles leur soient présentées d'une manière vivante et actuelle et suivant les méthodes les plus adaptées à la vie moderne.
Grâce à notre méthode libérale, des centaines de jeunes ont appris l'hébreu et ont retrouvé le caractère authentique, joyeux et sacré de la prière et de la vie juives.
Un nombre de fidèles de plus en plus grand, de tous âges et de toutes cultures participent avec ferveur et recueillement à cette glorification infinie de Dieu que surent chanter nos prophètes, nos rois et nos poètes.
Notre méthode nous a permis d'obtenir de tels résultats qu'il ne fait aucun doute qu'elle soit bonne et la mieux adaptée à la génération actuelle. Se généralisant non seulement dans les pays de la Diaspora, mais aussi en Israël, elle permettra le grand retour au Judaïsme de tous nos frères égarés.
Avec ce "retour", le peuple missionnaire sera prêt à convertir le monde à Dieu.

 

Source:

Judaïsme libéral

 

par le Rabbin André Chalom ZAOUI

Extrait de la REVUE DE LA PENSÉE JUIVE, N° 7 - Avril 1951

Le rabbin André C. ZAOUI

 

Voir aussi: [PDF]

Le judaïsme libéral en Israël

14:07 Écrit par HUMANITAS dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : religion, israël, juifs, judaïsme, libéralisme, tora, femmes, émancipation, zaoui | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

04/10/2010

Philippe PETAIN et les "Juifs"

Le document original de l’Etat français de Vichy établissant un statut des Juifs en octobre 1940, annoté de la main du maréchal Philippe Pétain qui en durcit le caractère antisémite, a été récemment découvert et authentifié, a annoncé dimanche à l’AFP l’avocat Serge Klarsfeld.Ce document a été remis au Mémorial de la Shoah à Paris par un donateur anonyme, a précisé l’avocat, célèbre chasseur d’anciens nazis, fondateur de l’Association des Fils et Filles des Déportés juifs de France.

 

http://fr.academic.ru/pictures/frwiki/66/Bundesarchiv_Bild_183-H25217,_Henry_Philippe_Petain_und_Adolf_Hitler.jpg

 

Son acquisition étant nouvelle, le Mémorial n’a pas encore décidé dans quelles conditions il serait exposé.
Ce «projet de loi» sur le «statut des Juifs» porte les annotations de Philippe Pétain, faites au crayon, qui en «remanient profondément» la nature, selon Me Klarsfeld. Déjà «extrêmement antisémite», le texte, une fois réécrit par Pétain, le devient encore davantage, assure-t-il.

 

STATUT DES JUIFS EN 1940 - Le document qui accable le maréchal Pétain

Le document original établissant les mesures antisémites du régime de Vichy et annoté de la main du maréchal Pétain vient d'être découvert et authentifié © AFP Photos Mémorial de la Shoah

 

Selon l’avocat et son fils Arno, qui a comparé leur graphie avec celle d’autres textes manuscrits de Pétain, il ne fait «aucun doute» que les annotations sont bien du chef de l’Etat français.


«La découverte de ce projet est fondamentale. Il s’agit d’un document établissant le rôle déterminant de Pétain dans la rédaction de ce statut et dans le sens le plus agressif, révélant ainsi le profond antisémitisme»


de Pétain, explique Me Klarsfeld.


Témoignage
Ce sont désormais tous les Juifs qui sont visés, qu’ils soient étrangers ou français. Alors que le projet initial prévoyait d’épargner «les descendants de Juifs nés français ou naturalisés avant 1860», Pétain décide en effet de rayer cette mention.Le champ d’exclusion des Juifs est également considérablement élargi. La justice et l’enseignement leur sont désormais totalement fermés. De plus, ils ne peuvent plus être élus.


«Le principal argument des défenseurs de Pétain était de dire qu’il avait protégé les Juifs français. Cet argument tombe», affirme Me Klarsfeld. Jusqu’ici, les historiens ne pouvaient se référer qu’à un seul témoignage, en ce qui concerne Pétain et le statut des Juifs, celui de l’ancien ministre des Affaires étrangères de Vichy, Paul Baudouin.


Dans un livre publié en 1946, ce dernier écrivait que lors du conseil des ministres du 1er octobre 1940, le gouvernement avait étudié «pendant deux heures le statut des Israélites. C’est le maréchal qui se montre le plus sévère. Il insiste en particulier pour que la justice et l’enseignement ne contiennent aucun Juif».

 

Statut des Juifs 1940 : découverte du texte original annoté par Pétain - Centrefrance
Le document original de l'Etat français établissant un statut des Juifs en octobre 1940, annoté de la main du maréchal Philippe Pétain qui durcit ces mesures antisémites, a été récemment découvert et authentifié.Durée: 02min02


Une mesure spécifiquement française, spontanée
«Le témoignage de Baudouin était formel, mais on pouvait le mettre en doute. Maintenant, on a la preuve définitive que le statut des Juifs relève de la volonté personnelle du maréchal Pétain», souligne Me Klarsfeld.


Selon l’avocat, l’ancien héros de Verdun voulait «montrer que la France méritait d’être inscrite parmi les premières nations dans le nouvel ordre européen. Il y avait également la volonté de faire des Juifs les boucs émissaires de la défaite».
«Le statut des Juifs est une mesure spécifiquement française, spontanée. Les Allemands n’avaient pas demandé à la France de Vichy de prendre ce statut. Mais il y a eu une concurrence entre l’antisémitisme français et l’antisémitisme allemand», affirme-t-il.


De tous les pays occupés, la France sera pourtant celui «où la communauté juive a subi les dégâts les moins tragiques», remarque l’avocat. Les trois-quarts des Juifs de France survivront (quelque 240.000 sur 320.000 présents sur le territoire en 1940).
«On ne le doit pas à la France mais aux Français, à tous les braves gens qui ont aidé un peu partout les Juifs» à échapper aux griffes des assassins, conclut-il.

 

Source IHEDN

HISTOIRE - MEMOIRE - CINEMA
Comment Pétain a durci le statut des juifs d'octobre 1940
Source journal ou site Internet : Libération
Date : 3 octobre 2010
Auteur : AFP

 

http://apocalypse-la-serie.tv5.ca/IMG/arton155.jpg

cliquez l'image, lire bio

 

Arrêté après la défaite allemande, le maréchal Pétain sera condamné à mort en 1945 pour haute trahison. La sentence sera commuée en prison à perpétuité et l'ancien chef d'État mourra le 23 juillet 1951. Les lois antisémites de Vichy seront annulées dès la Libération en août 1944. Mais il faudra attendre 1995 pour que l'État français, par la voix du président Jacques Chirac, reconnaisse sa responsabilité dans la déportation des juifs de France.

10/06/2010

Benoit XVI et Pie XII, sous le ciel de Rome

Dans la soirée du 9 avril, à Castel Gandolfo, Benoît XVI a assisté à la première projection du film sur Pie XII, intitulé Sotto il cielo di Roma (Sous le ciel de Rome), « qui présente le rôle fondamental joué par Pie XII dans la sauvegarde de Rome et de nombreux persécutés entre 1943 et 1944 ». Ce genre d’œuvre, a déclaré le pape, a « une valeur particulière surtout pour les nouvelles générations. Pour celui qui à l’école a étudié certains événements ou peut-être en a entendu parler, des films comme celui-là peuvent être utiles et stimulants et peuvent aider à connaître une période qui n’est pas si lointaine, mais que les événements incessants de l’histoire récente et une culture fragmentée peuvent faire oublier ».

 

http://penseesdoutrepolitique.files.wordpress.com/2009/12/piexii.jpg

cliquez lire PIE XII ET LES JUIFS

Selon le rabbin David Dalin


A l’issue de la projection, le Saint-Père a souligné le rôle fondamental de Pie XII : « le pape qui, comme un père pour tous, a présidé à la charité à Rome et dans le monde, particulièrement pendant la période difficile de la Seconde Guerre mondiale ». Pie XII, « le pape de notre jeunesse, (…) a su parler aux hommes de son temps en montrant la voie de la vérité par son enseignement », a ajouté Benoît XVI devant des membres de la Secrétairerie d´Etat et des représentants du groupe de télévision italien RAI, producteur du film. Et de conclure sur « ce grand maître de foi, d’espérance et de charité qu’a été le Pape Pie XII, avec une grande sagesse, il a su orienter l´Eglise vers l´horizon du 3e millénaire ».

Sorti en Italie, Sotto il cielo di Roma se passe à Rome pendant la Seconde Guerre mondiale, sous l´occupation nazie, où 10.000 juifs avaient trouvé refuge dans les églises et les couvents de Rome, après la rafle de 1943 dans le ghetto de la capitale italienne.


Le 25 mars, le Vatican a annoncé la mise en ligne sur Internet de documents officiels datant de la Seconde Guerre mondiale, durant le pontificat de Pie XII (1939-1958). Des milliers de pages sont ainsi désormais disponibles sur le site officiel www.vatican.va, dans le but annoncé de contribuer à « l´information et à la recherche sur l´activité et l´histoire du Saint-Siège » alors que l´attitude du pape à cette époque fait l´objet de controverses. Une note du Bureau de presse du Saint-Siège traduite en 6 langues précise que « la disponibilité de cette mine de documentation, mise gratuitement à la disposition des chercheurs et autres personnes intéressées, constitue une importante contribution à l´information et à la recherche sur l´activité et l´histoire du Saint-Siège ».


Jusqu´ici accessibles en version imprimée, ces milliers de documents en latin, français ou italien se trouvent désormais sur le site du Saint-Siège dans la section des « Textes fondamentaux », sous le titre Actes officiels du Saint-Siège, également accessibles dès la page d´accueil du site sous le médaillon Acta Sanctae Sedis. Le site du Vatican propose en outre les 12 volumes des Actes et documents du Saint-Siège relatifs à la Seconde Guerre mondiale réalisés à partir des Archives secrètes vaticanes par quatre jésuites : les PP. Pierre Blet, Angelo Martini, Robert Graham et Burkhart Schneider, sur la demande de Paul VI (1963-1978). Les volumes avaient été publiés successivement entre 1965 et 1981.


Cette démarche volontairement médiatisée par le Vatican intervient alors que plusieurs responsables juifs continuent de réclamer au Saint-Siège l´ouverture des archives de la période du pontificat de Pie XII après la décision de Benoît XVI, en décembre dernier, de faire avancer le procès en béatification de son prédécesseur en reconnaissant ses « vertus héroïques ». (Sources : apic/imedia/VIS vatican.va)

17:48 Écrit par HUMANITAS dans Histoire - Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : pape, benoît xvi, pie xii, juifs, vatican | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu