Avertir le modérateur

19/04/2011

Inde. Yunus dérangerait-il certains pouvoirs en place?

En décembre 2010, Muhammad Yunus, pionnier du microcrédit, fondateur de la Grameen Bank et lauréat du prix Nobel de la paix, s’est vu traiter de “sangsue” par Sheikh Hasina, le Premier ministre du Bangladesh.

 

http://www.limonphotography.com/blog/images/yunus/11.jpg


Elle l’a accusé de s’enrichir sur le dos des pauvres en les enfermant dans l’endettement. Le réquisitoire sans nuances de Madame le chef du gouvernement contre la plus grande célébrité du pays a été déclenché par un documentaire, Fanget I Mikrogjeld [Prisonnier du microcrédit], diffusé en Norvège le 30 novembre 2010. Le microcrédit en tant que modèle de lutte contre la pauvreté y était durement critiqué. Les autorités locales ont donc décidé de prendre des mesures. Le 2 mars, la banque centrale a publié une lettre par laquelle Yunus est tout simplement congédié de son poste de directeur général de la banque. Yunus a saisi la Haute Cour de Dacca pour obtenir l’annulation de cette décision, mais celle-ci a été maintenue au motif que l’intéressé avait dépassé la limite d’âge de 60 ans prévue par le droit bancaire [Yunus a fait appel le 9 mars auprès de la Cour suprême du Bangladesh. Celle-ci a rejeté la requête et confirmé son limogeage le 5 avril]. Ces attaques contre Yunus ont plusieurs conséquences qui vont bien au-delà de sa personne. Que va-t-il advenir de la Grameen Bank ? Va-t-elle être entièrement nationalisée ? La Grameen Bank est une institution unique en son genre, dans la mesure où elle appartient à ses 8,3 millions d’emprunteurs, qui sont ses actionnaires et ont 9 représentants siégeant au conseil d’administration, lequel compte 12 membres. Il est à craindre qu’après le renvoi de Yunus le gouvernement ne mette la Grameen Bank sous tutelle et ne détruise par conséquent ce qui fait sa réussite. Avec 8,3 millions d’emprunteurs pauvres, dont 95 % de femmes, et avec chaque mois une mise à disposition de 10 milliards de takas [95 millions d’euros] de prêts, cette banque est une institution gigantesque. Reste la grande question de l’avenir du microcrédit lui-même. Si, comme l’affirme le Premier ministre Sheikh Hasina, le microcrédit n’aide pas les pauvres mais les entraîne plus avant dans la spirale de l’endettement, que vont devenir les autres institutions de microfinance ? Le gouvernement de Sheikh Hasina va-t-il à terme imposer des taux d’intérêt plus faibles au microcrédit ? Le problème des taux d’intérêt élevés est l’un des sujets favoris de ceux qui veulent dénigrer Yunus et la Grameen Bank. Loin de faire l’objet d’une vraie réflexion, la question des taux d’intérêt a donné lieu à des débats populistes. En fait, l’un des “crimes” dont on accuse Yunus est de ne pas afficher son soutien à tel ou tel parti politique, et même d’être “hostile” à l’actuel gouvernement. Une chose est sûre, le Pr Yunus restera à jamais dans le coeur des Bangladais comme l’homme qui a enthousiasmé la planète entière par son action dans la lutte contre la pauvreté et comme celui qui a valu à son pays le plus grand respect et le plus grand honneur.


CONTEXTE
Le microcrédit, innovation majeure en termes de lutte contre la pauvreté, a été fortement critiqué ces derniers mois. Les deux plus grosses institutions de microfinance d’Inde, SKS et Spandana, ont été accusées de pratiquer des taux d’intérêt “usuraires”, qui vont de 24 % à 40 %. Les taux d’intérêt élevés ne sont pas non plus une pratique étrangère à la Grameen Bank, la première banque à avoir accordé des prêts aux plus pauvres. Mais il faut également rappeler que les usuriers dans les villages pratiquent des taux d’intérêt bien plus élevés, allant jusqu’à 100 %. La Grameen Bank compte aujourd’hui plus de 100 millions de clients dans les pays les plus pauvres de la planète.

 

Bengladesh : qui veut la peau de Yunus ?
Source, journal ou site Internet : The Indian Express
Date : 14 avril 2011
Auteur : Mahfuz Anam

26/01/2011

La politique aurait-elle quitté la cité? de Pierre Manent

Pierre Manent observe les sociétés et les règles qui en déterminent la politique. Ce spécialiste du libéralisme, qui fut un proche de Raymond Aron, publie un essai et un livre d’entretien où il déplore que la politique ait quitté la cité…

 


(Couverture du livre «Les métamorphoses de la cité : essai sur la dynamique de l'Occident» de Pierre Manent)

« Les métamorphoses de la cité : essai sur la dynamique de l’Occident » de Pierre Manent, Flammarion, 430 pages, 23 €.

 

La politique s’est diluée dans le discours politicien. Il suffit d’observer. L’appauvrissement du débat est patent. Ce qui domine aujourd’hui, c’est l’économie et le droit, deux domaines sur lesquels les discussions ne peuvent se nouer puisqu’ils échappent aux citoyens.


Nous restons hors du monde. Nous faisons comme si le monde n’existait pas. Le discours politique est devenu consensuel. Il n’y a plus véritablement de camps politiques. Tout le monde traite des mêmes thèmes et souvent sous les mêmes aspects. Les hommes et les femmes politiques parlent désormais non plus une mais toutes les paroles politiques. Ils ne se distinguent plus. Comme le débat de fond est inexistant, les attaques personnelles deviennent plus stridentes et monopolisent toute l’attention des observateurs comme des citoyens.


Depuis maintenant pas mal d’années, je travaille sur les formes politiques, c’est-à-dire sur les types d’association humaine dont la succession articule notre histoire. J’ai donc essayé de comprendre l’histoire de l’Occident à un moment où l’Europe s’interroge sur son identité, à un moment où cette Europe s’apprête à se dissoudre dans l’humanité sans laisser de traces. J’y vois comme un abandon de poste.


Nous considérons que nous ne pouvons rien sur notre destin, que tout nous échappe, que nous sommes au balcon de l’histoire comme disait Raymond Aron. La politique, c’est justement le contraire. C’est vouloir peser sur le destin, c’est vouloir nous organiser, c’est établir une règle commune pour affronter l’avenir. Les partisans de la mondialisation nous expliquent que tout nous dépasse. Les adversaires, les alter-mondialistes, disent sensiblement la même chose puisqu’ils considèrent que nous sommes écrasés par cette mondialisation. On finit par penser que les hommes politiques n’ont plus de choix. C’est faux.


Nous entrons dans un monde où les puissances seront plus égales, c’est-à-dire aussi dans un monde où nous aurons moins d’assurance. Que feront la Chine et l’Inde ? Comment va se comporter une Amérique qui ne sera plus la première puissance mondiale ? Quelle sera la place de l’Europe dans ce nouveau monde ? Nous n’en savons rien. Mais il est sûr que nous nous dirigeons vers des événements très surprenants. Face à ces changements, il serait bon que l’Europe se réveille politiquement. Six ou sept milliards d’êtres humains chaussés de Nike, parlant anglais et échangeant des messages sur le web, font peut-être un monde homogène mais pas nécessairement uni.


Je suis lucide. L’Europe a hérité de l’Empire romain qui a succédé à la cité grecque. La cité, l’Empire et l’Église, ce sont les trois socles de l’Occident. La notion de « nation » a permis de sortir de l’impasse religieuse, de construire de nouvelles règles politiques. Quand on regarde l’histoire, on constate que jamais il n’y a eu autant d’incapacité à penser ce que nous faisons qu’au XXème siècle avec les résultats que l’on sait. Je voudrais qu’il en soit autrement au XXIème et je constate que, pour l’instant, cela n’en prend pas le chemin.


Depuis que la gauche a renoncé à la classe sociale et la droite à la nation, on pense se rattacher au monde quand on se rattache aux droits de l’homme. Mais on ne peut pas réduire la politique à la moralisation du monde. La condition de l’homme ne change pas. Il doit donc s’organiser politiquement et établir des règles de vie commune. On voudrait se passer de politique, mais c’est impossible. Et surtout ce n’est pas souhaitable.

 

La gauche a souvent tendance à dénoncer les désordres du système, quelquefois avec raison. Moi, c’est plutôt l’ordre qui m’épate. Je suis fasciné qu’une société comme la nôtre fonctionne tout de même autour d’un ordre, d’une règle collective. C’est ce qui motive tout mon travail : comment, malgré les contraintes, une telle règle évite à la société d’exploser. Donc, je veux bien qu’on dénonce le désordre, mais je voudrais qu’on s’intéresse un peu plus à ce qui fonctionne, ne serait-ce que pour le préserver.

 

Aux Etats-Unis on s’interroge sur ce qu’est l’Amérique au regard du monde. On débat sur son rôle. En France l’identité nationale se limite à une passe d’armes entre nous et nous-mêmes. Regardez les couvertures des hebdomadaires français et comparez les aux hebdomadaires américains. Vous y verrez peu de sujets internationaux. En France on se pose des questions et on polémique comme si le monde était la France.

 

Le rôle du « politiquement correct » s’explique à partir du divorce entre l’action et la parole. On n’attend plus que la parole soit liée à une action possible, donc elle est prise au sérieux comme si elle était elle-même une action. Si cette parole déplaît, elle est considérée comme une action épouvantable. Jusqu’alors, la liberté consistait à mesurer les paroles à l’aune des actions visibles. Le « politiquement correct » consiste à mesurer les paroles à l’aune des actions invisibles.

Par exemple dans les mesures prises par la plupart des pays européens qui se résument à des actions en conformité avec une règle sans parole et des paroles sans rapport avec une action possible.

 

Nous le voyons dans la création romanesque. Dans les années 1950, Sartre et Camus écrivait pour le monde. Les auteurs français d’aujourd’hui écrivent pour le monde francophone. Il faut désormais nous résoudre à n’être qu’une petite province du monde. Cela limite les grandes ambitions intellectuelles et littéraires. Je pense d’ailleurs que ce sentiment est répandu dans les autres pays européens et j’y vois une conséquence du recul de la politique, c’est à dire de l’histoire. Il est évident que l’absence de perspective politique induit un manque d’ambition intellectuelle et artistique.

 

Source:

Nous manquons d’ambitions intellectuelles

Propos recueillis par Laurent LEMIRE



Cet entretien a été publié dans Livres Hebdo, N° 833,

09:39 Écrit par HUMANITAS dans Philosophie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : manent, libéralisme, raymond aron, chine, inde, sartre, camus | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

16/12/2010

"La lutte contre le climat est finie" L'Europe n'est plus la solution!

Conférence de Cancún


"La lutte contre le climat est finie, l’adaptation [au réchauffement] commence"

 

: le climatologue tchèque Jan Pretel ; cité par Lidové noviny, résume ainsi la leçon à tirer de la conférence sur le climat qui s’est terminée à Cancún le 11 décembre.

 

http://www.tv5.org/TV5Site/info/afp/francais/journal/mon/photo_1290968231486-6-0.jpghttp://www.tdg.ch/files/imagecache/468x312/newsdesk/02102009/d9dd459.jpg

 

"Le monde ne formera pas une coalition luttant contre le climat, comme les idéalistes de Copenhague le pensaient encore l’an dernier, chacun va s’en charger à sa manière".


"L’Europe, qui encourageait la lutte contre le changement climatique par la réduction des émissions CO2, a perdu la bataille contre la Chine, l’Inde ou le Brésil. Pourquoi ? Comme l‘Europe émet de moins en moins de CO2, elle fait de moins en moins partie du problème. Sa vision fait donc de moins en moins partie de la solution".

 

Le quotidien estime que l’idée selon laquelle le CO2 est au coeur du problème disparaitra avec l’expiration du protocole de Kyoto dans deux ans, et que les stratégies d’adaptation au changement climatique varieront selon les régions. A Cancún, conclut le journal,

 

"l’harmonie confucéenne a vaincu la conflictualité occidentale".

 

Mais s’adapter au climat ne coûtera pourtant pas moins cher que lutter contre son changement.

 

L’Europe ne fait plus partie de la solution
Source, journal ou site Internet : Presseurop
Date : 13 décembre 2010

 

 

l'écodictature et l'écocratie

 

La conférence de Cancún sur le climat a permis une légère avancée dans la lutte contre le changement
climatique. Mais pour l’hebdomadaire allemand Freitag, nous devrons choisir entre deux modèles :
l'écodictature et l'écocratie. De la ville allemande de Marbourg, dans le Nord de la Hesse, à la luxueuse
station balnéaire de Cancún, il y a, à vol d'oiseau, quelque 8 600 kilomètres. Douze heures d'avion et
plusieurs mondes séparent les deux localités. Elles ont pourtant une chose en commun ces jours-ci : toutes
deux se posent la question de la dose de liberté ou de contrainte nécessaire pour assurer la survie de la
planète. L'écodictature nous menace-t-elle ? A Marbourg, la question est posée pour des raisons stratégiques.
L'équipe municipale rouge-verte [SPD-Les Verts] oblige les propriétaires à faire poser des panneaux solaires
en cas de réfection de leur toiture. La mesure en question possède une légitimité démocratique,
s'accompagne de subventions et s'appuie sur une décision de justice. L'opposition de droite, quant à elle,
évoque une "écodictature", les propriétaires se trouvant contraints de veiller à leur bonheur économique et à
notre avenir écologique.


Les démocraties permettent-elles la survie écologique ?
A l'inverse, à Cancún, la question n'est pas posée, là aussi pour des raisons stratégiques. A l'occasion de la
conférence des Nations unies sur le climat, les rares Etats qui ont à coeur de protéger le climat (et leur
portefeuille) tentent de faire avancer péniblement la démocratie onusienne. Scientifiques et experts, qui
voient plus loin que les prochaines élections, évoquent sur le ton de la confidence la possibilité
d'écodictatures en devenir. Le débat sur la restriction autoritaire des droits de l'Homme dans le but de
garantir la survie de la planète repose sur un doute : les démocraties parlementaires sont-elles capables
d'apporter une réponse à la question de la survie écologique ? La démocratie et la protection de
l'environnement semblent pourtant former un tandem idéal. Le mouvement écologiste est apparu pendant
l'essor démocratique des années 1960, et les démocraties se montrent nettement plus innovantes en matière
de technologies et d'avancées sociales. Or, depuis que les protestations citoyennes ont droit de cité, les usines
ont été délocalisées dans des pays plus pauvres et moins bien protégés. Et rares sont les politiques qui osent
confronter les consommateurs et les électeurs à des vérités qui dérangent. En réalité, les bases d'une
écodictature sont posées depuis longtemps déjà. Le capitalisme a pris la démocratie en otage. Car, dans la
pensée occidentale, la liberté politique est à ce jour indissociable de la liberté économique. Nous n'avons
encore jamais testé la démocratie telle que nous la connaissons sans le capitalisme et son fort appétit pour les
ressources naturelles.
Comment une démocratie peut-elle planifier un avenir qui vaille la peine d'être vécu quand sa soeur jumelle,
l'économie frénétique, le ruine dans le même temps ? Pour l'heure, il n'existe à cette question aucune réponse
satisfaisante.


L'écocratie ou un modèle politico-économique séduisant
L'écodictature n'apportera pas non plus la solution. Premièrement, elle est impopulaire. Deuxièmement, elle
ne fonctionne pas : ce n'est pas un pilotage par le sommet, centralisé, qu'il faut, mais des innovations sociales
et économiques partant de la base. Troisièmement, il existe une alternative à l'écodictature : l'écocratie. Ce
n'est pas aussi terrible que cela en a l'air. L'écocratie est tout simplement la poursuite de notre démocratie
avec des moyens écologiques. Politiquement, une écocratie est parfaitement réalisable. L'Union européenne
pourrait ainsi élaborer un traité, baptisé "Maastricht II", qui fixerait des critères de stabilité écologique et
instaurerait une "Banque européenne pour l'avenir" (BEA). Les Etats membres céderaient une partie de leur
souveraineté nationale à la BEA sur les questions de la protection du climat et des espèces. La Banque
surveillerait les politiques européennes dans les domaines de l'industrie, des transports et de l'agriculture.
Elle pourrait bloquer l'octroi de subventions. Un Etat qui enfreindrait les critères de manière persistante se
verrait privé de subventions européennes ou devrait s'attendre à voir la BEA prendre les commandes dans
certains secteurs. Utopie ? Absolument pas. Nous disposons déjà d'un dispositif similaire dans le domaine de
la politique budgétaire. En ce moment même, les cas de la Grèce et de l'Irlande témoignent de la pression
qu'un pays européen peut subir lorsqu'il ne remplit pas certains critères. Une ligne dure qui se justifie par le
fait qu'une débâcle financière se répercuterait sur tous les autres – un argument d'autant plus valable dans le
cas de l'environnement. Ces questions n’ont pas été ouvertement débattues à Cancún. Car la communauté
internationale observe attentivement pour savoir qui possède le meilleur modèle permettant de garantir
prospérité, stabilité et liberté : le capitalisme effréné des Etats-Unis, le social-capitalisme d'Etat chinois, la
gestion autoritaire des matières premières à la mode russe ? L'Europe pourrait ici élaborer un modèle
politico-économique susceptible de séduire des démocraties en plein essor telles que l'Inde, l'Afrique du Sud
ou le Brésil.

 

L’écocratie sera-t-elle le genre humain?
Source, journal ou site Internet : Der Freitag
Date : 13 décembre 2010
Auteur : Bernhard Pötter

06/12/2010

Sarkozy "un doux" voyage en Asie, "In de" plus!

La visite de travail de Nicolas Sarkozy intervient près de trois ans après sa précédente venue ici, début 2008,
dans le cadre d'une visite d'Etat. Accompagné de sept ministres (Défense, Affaires étrangères, Economie,
Agriculture, etc.), il amène une importante délégation d'hommes d'affaires dont les patrons d'EADS, Alstom,
Areva, Dassault, MBDA, le CEA, Safran, Thales, le CNES, etc. Bref, le tout-Paris de la défense, du
nucléaire, de l'aéronautique et du spatial.

 

http://www.regis-sada.fr/media/02/00/1490282267.jpghttp://img.ozap.com/01515382-photo-nicolas-sarkozy-et-carla-bruni-dans-vanity-fair.jpg

 

La première escale de quelques heures, samedi, à Bangalore, sera consacrée à la coopération spatiale, et
notamment au développement conjoint de deux satellites consacrés à l'exploration des mers et à l'analyse du
climat, qui doivent être lancés fin 2011. Après un séjour privé au Taj Mahal, le chef de l'Etat aura lundi une
journée d'entretiens politiques à New Delhi, avec notamment le Premier ministre, Manmohan Singh. Au
menu : le partenariat stratégique entre les deux pays (qui recouvre des questions comme la lutte contre le
terrorisme, les questions de sécurité et de défense, et le nucléaire civil). Nicolas Sarkozy pourra présenter à
son interlocuteur ses idées sur la présidence française du G20 pour un an. Les deux chefs d'Etat et de
gouvernement recevront les membres du Conseil présidentiel franco-indien des entreprises, une organisation
qui regroupe des PDG de tout premier plan des deux pays, pour lesquels « le développement des relations
économiques entre l'Inde et la France est essentiel », comme l'explique par exemple Paul Hermelin, directeur
général de Capgemini et membre du Conseil. Ces entreprises devraient présenter à cette occasion leurs
premiers projets communs : une coopération entre Air Liquide et le groupe Tata dans les piles à hydrogène,
un projet EADS-Infosys pour développer les échanges d'étudiants entre les deux pays, un partenariat entre
Vinci et le groupe indien HCC (dont le joint-venture commun semble bien placé pour les contrats de
construction des centrales nucléaires d'Areva en Inde), etc.


Différents accords
La dernière journée du voyage, mardi, se passera à Bombay, la capitale financière du pays, avec une
conférence économique franco-indienne et un discours de Nicolas Sarkozy sur les questions économiques.
A défaut de signature de grands contrats en bonne et due forme, des progrès devraient être annoncés dans les
dossiers de la vente de deux EPR d'Areva à l'Inde et de la modernisation des Mirage de l'armée de l'air
indienne (voir « Les Echos » du 30 novembre). Pour le reste, différents accords et conventions pourraient
être paraphés dans des domaines aussi divers que les infrastructures, l'environnement ou l'éducation. Les
initiatives en Inde de l'Agence française de développement dans les énergies renouvelables devraient être
mentionnées, ainsi que les relations entre la France et l'Inde dans l'agroalimentaire.


Globalement, on se dit confiant, côté français, dans le fait que le voyage débouchera sur suffisamment
d'annonces concrètes pour être présenté comme un succès. Reste que, alors que l'Inde est actuellement
courtisée par toutes les grandes puissances mondiales, c'est sans doute la France qui est le plus demandeur
des deux, ce qui ne la met pas en position de force dans les négociations bilatérales

 

http://www.papermust.com/galleries/avions/mirage_2000_tigre_1440x900.jpg

 

Armement : les industriels français vont devoir encore attendre
Aucune signature de contrat n'est attendue ce week-end. Paris espère conclure la modernisation des Mirage
2000 indiens d'ici à mars.
Les industriels français de l'armement vont encore devoir patienter avant de sabrer le champagne en Inde,
même si les grandes campagnes en cours ont progressé. Et la visite de Nicolas Sarkozy n'y changera rien,
New Delhi n'ayant pas l'habitude de signer des contrats lors de telles visites. « Les procédures en la matière
sont complexes et changent tout le temps », renchérit un expert français sur place. Le meilleur exemple est
peut-être celui de l'appel d'offres pour l'achat de 197 hélicoptères légers : gagné par Eurocopter, puis
invalidé, il a été relancé et la filiale d'EADS a de nouveau de bonnes chances. Le président français devrait
toutefois pousser plusieurs dossiers, dont celui de la rénovation de la cinquantaine de Mirage 2000 en service
dans l'armée de l'air indienne.


La part française du travail, estimée à 1,5 milliard d'euros, consisterait pour Thales et Dassault à fournir une
nouvelle avionique, des équipements de guerre électronique et un radar plus puissant. L'un des points de
blocage porte sur la clause d'arbitrage, mais un compromis a été trouvé en faveur d'une juridiction « neutre ».
Du coup, à Paris on pense possible une signature d'ici à mars, qui marque la fin de la période budgétaire.
Pour ce qui est des missiles, en revanche, MBDA va sans doute devoir attendre pour décrocher une
commande de 500 à 900 millions d'euros (en fonction de la quantité).


126 avions de chasse
Dans le même domaine, Dassault, comme ses 5 concurrents en lice, attend que New Delhi sélectionne les
finalistes de l'appel d'offres portant sur l'acquisition de 126 avions de chasse de génération actuelle. La
« short list » était espérée cet été. Depuis rien, peut-être parce que le gouvernement avait en tête les visites à
venir d'Obama, de Sarkozy et de Medvedev, chacun défendant son poulain. Et pour compliquer la donne,
l'Inde souhaite développer avec Moscou un avion de combat de prochaine génération, à hauteur de 200 à 300
exemplaires. « Les Occidentaux ont du mal à voir la cohérence de tout cela », souligne un industriel.
L'autre grand dossier qui intéresse Paris, c'est celui du missile sol-air de courte portée. On parle de 1 à
2 milliards pour MBDA. En janvier dernier, près de deux ans après la signature d'un accord bilatéral, rien
d'engageant n'avait été conclu. Depuis, le Conseil des ministres restreint aux questions de sécurité a autorisé
l'ouverture des négociations. A quand leur conclusion ?

 

Nicolas Sarkozy en Inde sous le signe du business
Source, journal ou site Internet : Enjeux
Date : 3 décembre 2010
Auteur : Alain Ruello (Les Echos)

09:34 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : inde, défense, missiles, sarkozy, nucléaire, epr, areva, économie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

23/05/2010

ASPECTS DE LA MONDIALISATION POLITIQUE (0/6)

Un nouvel ordre international est indispensable et inévitable. Sera-t-il défini par
l'hégémonie américaine, par un chaos incontrôlable ou par un ordre rappelant le concert européen des nations. Le premier de deux cahiers explore la troisième issue, en déduit la logique, saisit des acteurs plausibles et repère des indices de  l'émergence de la solution.

 

http://4.bp.blogspot.com/_fYZKriQwlE8/SRgYzvwHzmI/AAAAAAAAAAM/krln0r0XF_4/s400/445080385_small.jpg


Jean Baechler, propose une analyse conceptuelle de la mondialisation axée sur le
problème du nombre des acteurs de la politique internationale.

 

Le monde dipolaire ayant pris fin avec la chute de l'empire soviétique, deux voies s'ouvrent devant l'humanité. Ou bien une situation unipolaire où une seule politie, hégémonique ou purement impériale, s'érigerait
comme acteur ultime ou unique. Ou bien une situation oligopolaire, où des pôles régionaux
émergeraient pour cadrer le jeu des relations internationales, en créant de fait une situation
semblable au concert des nations européennes. C'est cette seconde solution qui est considérée comme la plus probable et la plus souhaitable, car elle serait à même de permettre la réalisation d'une paix durable. Mais la réalisation de cette paix requiert d'une part l'équilibre de la puissance entre les acteurs peu nombreux qui resteraient en lice, ce qui exclue de trop grandes disparités mais aussi l'assimilation par les acteurs de la logique objective d'un système oligopolaire faite de concurrences et d'alliances changeantes.


L'Europe jouerait ainsi un double rôle dans ce monde oligopolaire, elle offrirait —à travers son histoire— le schème du jeu international à venir et proposerait en même temps un modèle d'intégration des unités politiques par une voie ni impérial ni hégémonique, une première dans l'histoire de l'humanité.


La situation de l'intégration européenne constitue l'objet de l'article de Georges-Henri
Soutou, qui y décèle deux tendances, l'élargissement et l'approfondissement.


Tendances qui ne sont pas contradictoires en théorie, mais qui ne peuvent être poursuivies au niveau historique de manière parallèle et indifférente aux contingences politiques. Tendances qui dessineront la place de l'Europe entre les États-Unis, qui souhaitent un maintien et une augmentation de son influence en Europe, et la Russie qui cherche à étendre son influence au niveau de celle de l'URSS. Le grand choix qui s'offre ainsi à l'Europe et qui fait l'objet de nombreuses discussions est celui de se limiter à être une zone de libre-échange, qui s'accommoderait d'un élargissement souple et rapide, ou de franchir le pas vers le fédéralisme, où l'identité européenne en matière de défense constitue le point nodal. Le choix entre la poursuite des buts de nature purement économique et la mise en place d'un programme politique ambitieux se complique en raison de la présence de l'OTAN, qui remplit effectivement le rôle de la grande alliance militaire en Europe et où les États-Unis gardent une place prépondérante. Si la réduction de l'Europe à une simple zone de libre-échange paraît non souhaitable et la fédération improbable, deux solutions intermédiaires s'offrent aux acteurs politiques. Ou bien la création d'un noyau dur au sein de l'Europe, où les pays les plus intéressés mettraient en place des structures de coopération ad hoc, ou bien le retour à la pensée des pères fondateurs.
Cette dernière solution est fondée sur un progrès par secteurs fonctionnels avec des autorités supra-nationales sans la remise en cause de l'existence et l'autorité des États. Progrès qui seraitpondéré par un triple équilibre, entre les grands pays, entre les grands et les petits et enfin entre les institutions.

L'analyse d'Alain Besançon est une incursion dans l'histoire russe et soviétique afin
de souligner les différences de ce passé historique avec celui de l'Europe et d'évaluer les possibilités que la Russie remplisse le rôle de pôle régional.

Il distingue dans cette histoire deux voies de modernisation, celle autoritaire et volontariste de Pierre Ier qui passe par le renforcement et l'activation des moyens qui sont à la disposition du souverain et celle de Catherine II qui vise la mise en place d'une structure sociale comparable à celle de l'Europe et le développement de la société civile. L'échec de la solution libérale et celui consécutive du communisme posent de nouveau le problème de la cohérence et de la force de la société civile russe. Sa faiblesse est largement causée par le fait que le partage des biens à la suite de la fin du communisme s'est fait selon un pur rapport de forces où une fraction du parti et une couche trafiquante ont pu s'attribuer la part du lion et où l'absence du droit a renforcé les distorsions ainsi créées. Dans cette situation, la Russie est confrontée à un triple choix, user de son pouvoir de nuisance au niveau international, ce dont il n'a pratiquement plus les moyens; s'associer à l'Europe occidentale et dans ce cas c'est l'Allemagne qui jouera un rôle clef; accepter son rang de moyenne puissance et s'européaniser.

Paradoxalement, la Russie ne pourra jouer le rôle de puissance oligopolaire qu'en se repliant sur son rôle de grande puissance, à la fois artificiel et ruineux.


Les difficultés de l'émergence de l'Inde comme puissance régionale font l'objet de
l'étude de Christiane Hurtig.


Le problème principal qui se pose à l'Inde étant le fait qu'avec la fin du monde bi-polaire le credo principal de la politique étrangère de ce pays, à savoir le nonalignement, n'a plus d'objet. La nouvelle situation exige une redéfinition radicale de la position du pays au niveau international, avec toutes les difficultés et les incertitudes qu'une telle entreprise peut comporter. L'Inde détient des avantages économiques notables, mais n'arrive pas à les transformer en avantages politiques. La situation géopolitique de l'Inde et son émergence éventuelle comme pôle régional requièrent une redéfinition des relations avec la Chine, le Pakistan, le Népal et le Bangladesh. Mais le poids d'un passé historique récent, où l'Inde a contrebalancé son relatif retrait avec une alliance soviétique, ne facilite pas cette
redéfinition, d'autant moins que le problème nucléaire vient compliquer la situation. Dans ces conditions une solution négative, une sorte de non-alignement entre les États-Unis et la Russie et la Chine peut paraître la solution politiquement la plus rentable et passer pour une
redéfinition et une remise à niveau de l'ancienne politique.


Le droit international étant à la fois le vecteur et l'expression de la mondialisation les
deux derniers articles du recueil le prennent pour objet d'analyse.
Mme Mireille Delmas-Marty commence par une évaluation de la situation actuelle
du droit international.

 

Elle constate l'existence de dynamiques internationales et transnationales à ce niveau ainsi que la variété des acteurs et examine à la lumière de deux logiques et de deux traditions théoriques conséquentes : la logique moniste avec une primauté entière des normes internationales sur les normes étatiques et la logique dualiste où les normes étatiques ne seraient mises en question par aucune autorité supérieure. Elle tient compte de la situation historique effective où la première voie —requérant une unification normative hiérarchique, elle est entravée par des réticences de nature diverse— semble lointaine et la seconde est déjà dépassée par le jeu des acteurs non étatiques.

Elle place l'évolution actuelle dans une logique pluraliste, intermédiaire entre les deux autres et à même d'éviter l'hégémonie juridique d'un seul État. Cette logique pluraliste serait réalisable à travers la concession d'une marge nationale d'appréciation, qui viserait à assouplir l'aspect hiérarchique du monisme en remplaçant l'obligation de conformité par une obligation de compatibilité, et en encourageant une "corégulation", qui pourrait relier horizontalement des ensembles internationaux autonomes à travers un rapprochement des points de vue.


Le dernier article exprime une critique des conceptions juridiques et éthiques de la
mondialisation. La première, dans une version moniste objectiviste a été exprimée par Hans Kelsen. La seconde dans une version éthique cosmopoliste a été proposée par Jürgen Habermas. André Tosel soumet ces deux conceptions à l'épreuve de la situation effective du jeu de pouvoir au niveau international. (l'article est très partiel sur L&L)

 

Elle est marquée par la mise en question théorique des fondements de légitimité de la pluralité étatique, par l'affirmation d'une puissance hégémonique, par la faiblesse des organisations internationales, notamment l'ONU, et par le caractère oligarchique de la distribution du pouvoir au sein de cette organisation.

Cette négation de la pluralité, d'un côté au nom de valeurs globales et universelles et de l'autre au nom de l'individu abstrait, loin de présager une aire de paix, légitime des "guerres justes" menées par des puissances hégémoniques, guerres qui déshumanisent l'ennemi en le mettant à la fois hors la loi internationale et en marge des obligations éthiques.

par Ramine KAMRANE

rapport établi sous la direction de
Jean Baechler et Ramine Kamrane

source: Académie des Sciences morales et politiques

 

Voir donc les articles ci-dessous:

 

La Mondialisation Politique (1/6), vue par un élève de ARON: Jean BAECHLER

LE PROBLEME DE L'EMERGENCE DE L'EUROPE (2/6) par G.H. SOUTOU

La Russie et l'Europe (3/6)

En 2010: UN NOUVEAU ROLE POUR L’INDE ? (4/6)

La "Mondialisation" du Droit (5/6)

L'HUMANITÉ ET LES GUERRES DE LA MONDIALISATION (6/6)

00:26 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : mondialisation, russie, urss, inde, droit, histoire, europe, gouvernance, c. hurtig, alain besançon | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu