Avertir le modérateur

05/03/2011

History of Diplomatic Transparency.....read you soon!

Wilson, Trotsky, Assange: Lessons from the History of Diplomatic Transparency


Bentham and Kant were clear that diplomatic secrecy was bad. So were Wilson and Trotsky.

 

And while Wikileaks may not be the ideal organisation to take diplomatic publicity to a new level, we should embrace its challenge.

 

http://www.armenian.ch/uploads/pics/wikileaks-logo.jpg


On the 7th of November 1917, just after the revolution, Lev Trotsky took office at the Russian Foreign Ministry and started reading the correspondence between his predecessors and the ministers of the other countries. The new People's Commissar for Foreign Affairs discovered many secret treaties with old Europe's powers aimed at exchanging rights over colonies and re-drawing national boundaries. Official documents revealed what the Bolsheviks had claimed since the beginning of the war: it was not fought for patriotic reasons. From the Russian archives came strong evidence that there was an agreement among the hegemonic classes against thousands of Russian peasants enlisted in the army. Those sent to die for the glory of Holy Mother Russia were actually sold by their Tsar to the highest bidder. In a word, it confirmed the validity of one of Lenin's simplest demands: a peace treaty had to be signed as soon as possible and without annexations or reparations. rotsky, a polyglot intellectual who was already widely traveled did not hesitate in deciding what to do: the Foreign Ministry's archives had to be made public in order to make the whole
world aware that the war in Europe was fought by the hegemonic classes against their own peoples. Secret diplomacy was just the make-up needed to hide this fact: "Secret diplomacy is a necessary tool for a propertied minority which is compelled to deceive the majority in order to subject it to its interests", declared Trotsky, only two weeks after the conquest of the Winter Palace. hanks also to the megaphone of political forces sympathizing with the new Bolshevik government the secret documents had a remarkable distribution thoughout Europe. Nevertheless, the major impact occurred in the United States. American President Woodrow Wilson became somehow an early Trotskyist by repeating in the first of his Fourteen points, released just two months after the Russian revolution, the principle of diplomatic activities' publicity: "Open covenants of peace, openly arrived at, after which there shall be no private international understandings of any kind but diplomacy shall proceed always frankly and in the public view". The communist and atheist Trotsky together with the liberal and Presbyterian Wilson managed to dramatically change practice: from that day, the majority of international treaties have not been secret. t is true that liberal thinkers such as Jeremy Bentham and Immanuel Kant, had already at the end of the VIII century, called for much more than publicity of the treaties. Bentham, for example, stated that all practice of secret diplomacy should be abolished: "The Foreign Department is the Department of all others in which the strongest checks are needful. At the same time, thanks to the rules of secrecy of all the Departments, this is the only one in which there are no checks at all. I will say, then, the conclusion is demonstrated. The principle which throws a veil of secrecy of the proceeding of the Foreign Department of the Cabinet is pernicious in the highest degree, pregnant with mischiefs superior to everything to which the most perfect absence of all concealment could possibly give rise".# Trotsky himself just repeated the point made much earlier by Bentham when he argued that "the abolition of secret diplomacy is the primary condition for an honest, popular, truly democratic foreign policy". oday history is repeating itself. Julian Assange is neither Trotsky nor Wilson, and WikiLeaks is neither the Russian Bolshevik party nor the American Democratic party. Nevertheless WikiLeaks is readdressing the issue which was left open at the end of the First World War: is diplomatic secret in the people's interest? Both Trotsky and Wilson moved their agenda forward to some limited extent: the Soviet Union soon became a harsh dictatorship and transparency was so despised under Stalin that even the map of the Moscow underground was a classified document. The practice of publicity had better luck in the United States and in other Western countries. Transparency and accountability started to be common sense in consolidated democratic regimes although state secret still exists and diplomacy is still covered by the seven veils of classified documents. Even in the most democratic countries, secrecy in international affairs continues to be justified by the need to protect the state's integrity and to guarantee citizens' security and these aims prevail over the need to guarantee transparency and freedom of expression. hrough WikiLeaks world public opinion was informed of numerous violations of humanitarian law in Afghanistan, of false reports on the legitimacy of the military intervention in Iraq, of the exaggeration of the weapons of mass destruction held by Saddam Hussein. This core information has been peppered with hundreds and hundreds of more exciting but less relevant gossip about political celebrities. Not surprisingly, those holding the secrets have reacted furiously against the leaks, have made what efforts they can to prevent further leaks and threatened retaliation against those who provided the information, those who published it and even those who dared to read it. The prize for the most furious reaction goes to Congressman Peter King, who wanted WikiLeaks to be declared a foreign terrorist organization. These reactions are certainly comprehensible but not justified. If there is the need to fight a war, the citizens, the taxpayers and even more the conscripted should clearly know the reasons for spilling blood on the battleground. Otherwise, as Noam Chomsky correctly pointed out, "government secrecy is to protect the government from its own population". ntil now WikLleaks' revelations have not provoked major damage to intelligence mechanisms, either in Afghanistan or anywhere else. It may always be that such revelations can harm and identify specific persons, making their actions and their information services known to malicious people. Excessive transparency can in principle be dangerous for a few individuals, and it should be balanced with the need to protect the privacy of individuals. At the expense of violating the privacy of many individuals, WikiLeaks has allowed public opinion to know that public offices have been used for private purposes, that false information has been released with the explicit aim of diverting public attention, that crimes have been committed without liability. Looking at the outcomes so far produced, it can be argued that the violation of privacy has been minimal compared to the relevance of the information provided to public opinion. n instrument like WikiLeaks has proven to be helpful not only in making governments and their officials more accountable. It has also proved very useful to check and control the business sector. We have already seen that WikiLeaks has started eating into banking secrecy, with the publication of the greatest tax dodgers' lists by a banker that worked in Cayman Islands on behalf of the Swiss bank Julius Baer. In this case, it would be difficult to claim that confidentiality on tax evasion and money laundering should be protected in deference of privacy. It is somehow surprising that some Courts, rather than using the occasion to prosecute financial crimes, have preferred to be on the side of the banks and requested that leaked documents should be removed from the public domain. ikiLeaks raises a more general point that needs to be addressed: is there any effective filter between the load of information leaked out and what is actually published? WikilLeaks today has been a pioneer and it is carrying out an important public function, but it is probably inappropriate that an unaccountable private organization holds so much power. The opportunity to publish classified document has traditionally been a prerogative of all media, but there is no media, to date, that is solely devoted to releasing classified documents. This puts WikiLeakes in a league by its own. he responsibility to monitor the transparency of geopolitical relations, of financial flows and of other sensitive information should be put in the hands of organizations that are themselves fully transparent and accountable. The empirical research carried out by One World Trust on the accountability of inter-governmental organizations, non-governmental organizations and of business corporations has often provided counter-intuitive results, indicating that institutions such as the World Bank are more transparent than institutions such as the WWF International.#

 

http://static.guim.co.uk/sys-images/Guardian/Pix/pictures/2010/11/25/1290694726571/The-American-embassy-in-L-007.jpg


Paradoxically, WikiLeaks risks being an organization more secretive than those whose documents it publishes. "Quis custodiet ipsos custodes?" said Juvenal and today we can wonder: "Who will assure the transparency of those who generate transparency?" ikiLeaks is denouncing a major transparency deficit in world politics. But we need to ask if it is acceptable that a group of private citizens and a website, even if it is well built and it has the best intention, is the most appropriate way of protecting the public interest.


Shouldn't the international community, governments and the groups that constitute global civil society start to look into the possibility of developing similar institutional mechanisms? he governments that are using any possible means to stop Assange should reflect on one thing: the revolution triggered by WikiLeaks and the algorithms that determinate its functioning are not reversible. The state secret as we knew it is definitively dead. The main task for the present and future is to find the appropriate mechanisms to manage confidential information. President Wilson was brave enough to accept Trotsky's challenge and to establish an innovative principle: the publicity of international treaties. Is there anybody today brave enough to accept Assange's challenge?


Daniele Archibugi is a director at the Italian National Research Council (CNR), and professor of innovation, governance and public policy at Birkbeck College.


Marina Chiarugi is a research assistant at the Italian National Research Council in Rome. An international lawyer, she is currently working on the on the transformation of international criminal justice in the global age.

 

Wilson, Trostky, Assange : Lessons from the History of diplomatic Transparency
Source, journal ou site Internet : Enjeux
Date : 1er mars 2011
Auteur : Danièle Archibugi and Marine Chiarugi

19:12 Écrit par HUMANITAS dans Histoire - Culture | Lien permanent | Commentaires (4) | Tags : diplomatie, transparence, wikileaks, assange, trostky | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

28/02/2011

Bravo! Quelle diplomatie européenne ?

Dans les situations importantes, toutes les grandes puissances ont une doctrine diplomatique claire, qu'elles appliquent selon leurs intérêts. Face aux révolutions arabes, il serait temps que l'Europe en trouve une, estime l'éditorialiste José Ignacio Torreblanca.

 

http://www.xibar.net/photo/art/default/2689910-3803768.jpghttp://i56.tinypic.com/16c45m8.jpg

 

Alors que les peuples des rives sud de la Méditerranée luttent pour leur dignité, nous jetons la nôtre par les fenêtres. En politique étrangère, une doctrine manifeste la volonté d’appliquer un même principe d’action à une série d’événements représentant des défis semblables. En 1947, la doctrine du président américain Harry Truman annonçait que son gouvernement soutiendrait

 

“les peuples libres qui résistent à des tentatives d’asservissement, qu’elles soient le fait de minorités armées ou de pressions extérieures”.

 

En 1968, la doctrine Brejnev autorisa l’Union soviétique à intervenir militairement pour restaurer l’ordre socialiste dans les pays d’Europe centrale et orientale. Enfin, le certificat de décès de la guerre froide fut émis en 1989, quand le porte-parole de Gorbatchev, interrogé sur la permanence de la doctrine Brejnev à l’égard des réformes démocratiques en Hongrie et en Pologne, surprit ses interlocuteurs en répondant que c’était désormais la “doctrine Sinatra” qui avait cours, en référence à la chanson “My Way” ["Je l'ai fait à ma manière] – ce qui eut l’effet domino démocratique qu’on sait dans la région.

 

http://content7.clipmarks.com/clog_clip_cache/amplify.com/B81AFC47-80C8-4547-84EE-53A6E4F564A6/28D642F1-37B4-45BB-A241-D29CDF8C8015http://1.bp.blogspot.com/_2hnNnnJX8F0/TIGZ26WejEI/AAAAAAAAAYM/oHHaKA3tSvE/s1600/catherine-ashton-others.preview%5B1%5D.jpg


Condamner sans sanctionner, participer sans payer
Aujourd’hui, au lieu de se chercher une doctrine pour réagir aux révolutions arabes, l’Union européenne marche sur des oeufs. Sa doctrine n’a ni nom ni contenu. Si elle n’a pas de nom, c’est que l’autorité brille par son absence à tous les niveaux : dans les capitales, où les dirigeants s’observent du coin de l’oeil pour ne pas être le premier à faire l’erreur de miser sur le changement, comme à Bruxelles, où Catherine Ashton n’est pas moins frileuse. Pour la haute représentante pour les Affaires étrangères, cette crise aurait pourtant pu être l’occasion d’inventer sa fonction. Mais la baronne a accepté dans la plus parfaite soumission de n’être que la porte-parole de ce que les Vingt-Sept décident à l’unanimité – quand ils y parviennent. Il n’y aura donc pas de doctrine Ashton. De toute façon, cette doctrine n’aurait pas davantage de contenu, car nos dirigeants veulent le beurre et l’argent du beurre : protester sans déranger, influencer sans s’ingérer, condamner sans sanctionner, aider sans prendre de risque, participer sans payer. Et par-dessus le marché, dans le droit fil de cette hypocrisie qui gouverne à leurs actions jusqu’ici, ils ne prennent pas même la peine de dissimuler que ce qui les inquiète vraiment, ce sont les réfugiés et le cours des hydrocarbures. A l’image du miraculeux coca-cola sans sucre ni caféine, l’Europe vient de lancer la doctrine zéro : le changement, sans rien en échange.

 

http://www.bruxelles2.eu/wp-content/uploads/2010/11/Seae-Organ-Nomin-b21.png

 

"Il ne faut pas laisser les Etats proscrits perdurer impunément"
Qui plancherait sur une doctrine pourrait s’inspirer des principes exposés par Saïf el-Islam, sinistre rejeton de Kadhafi, dans sa thèse de doctorat présentée en 2007 à la London School of Economics sous un titre stupéfiant : "Le rôle de la société civile dans la démocratisation des institutions de gouvernance mondiale".


Dans son travail, Saïf reprend la distinction faite par le théoricien de la justice John Rawls entre d’un côté, des sociétés "bien ordonnées" qui, même si elles ne sont pas intégralement démocratiques, sont pacifiques et ont des dirigeants qui jouissent d’une certaine légitimité auprès de leurs citoyens et respectent les droits de l’homme, et de l’autre, les régimes "proscrits" ou sociétés "injustes" qui violent systématiquement les droits de l’homme, doivent de ce fait faire l’objet de pressions et de sanctions, à qui il faut refuser toute aide, notamment militaire, et avec qui il faut geler toute relation économique. A la page 236 de sa thèse, Saïf el-Islam conclut (pensant à l’islamisme radical) : "Cette thèse est en accord avec l’idée de Rawls selon laquelle il ne faut pas laisser les Etats proscrits perdurer impunément." Et, page 237, il ajoute que "l’isolement et, à terme, la transformation des Etats proscrits est primordial pour la stabilité mondiale". Appliquons donc les principes de Rawls (déjà repris par les Nations unies dans le concept de "responsabilité de protéger") et distinguons clairement ceux qui, ces jours-ci, recourent à la violence contre le peuple et ceux qui dialoguent avec l’opposition. Les Vingt-Sept ne l’ont visiblement pas compris, mais les événements en Libye sont un pas de plus franchi dans la violence, auquel le Conseil de sécurité de l’ONU doit répondre par un régime de sanctions drastiques, une zone d’exclusion aérienne, l’ouverture immédiate d’une procédure devant la Cour pénale internationale et le gel de tous les actifs de la famille Kadhafi à l’étranger. La Libye est un Etat proscrit : traitons-la comme telle.

 

Diplomatie : l’Europe invente la doctrine zéro
Source, journal ou site Internet : El Païs (Presseurop)
Date : 25 février 2011
Auteur : José Ignacio Torreblanca

12:00 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : diplomatie, europe, arabe, libye | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

27/12/2010

Relation Irano-Turc, question de sunnites?

Le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, et son nouveau chef de la diplomatie, Ali Akbar Salehi, participeront aujourd’hui à Istanbul à un sommet économique régional.

 

http://www.almanar.com.lb/NewsSite/WebsiteImages/PicturesFolder/ae448a58-e572-4568-a4d6-b598639e79f4_top.jpghttp://4.bp.blogspot.com/_97SyLkA2eds/TH-6c4Prv-I/AAAAAAAABmg/QW-UoR7Vkkc/s1600/turquie-iran+pas+simple.jpg


L’Iran et la Turquie n’ont cessé de se rapprocher ces dernières années sur le plan politique mais aussi économique, la Turquie devenant un allié de poids pour les Iraniens dans leurs délicates négociations nucléaires. Le président iranien Mahmoud Ahmadinejad et son nouveau chef de la diplomatie Ali Akbar Salehi participeront aujourd’hui à Istanbul à un sommet économique régional. Cette visite intervient alors que la Turquie, qui joue l’intermédiaire entre Téhéran et l’Occident dans son bras de fer sur le nucléaire, doit accueillir fin janvier les discussions entre l’Iran et le groupe 5+1 (Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Russie, Chine et Allemagne), après la reprise des négociations nucléaires à Genève début décembre. «La Turquie est un pays puissant, avec une position stratégique et des points communs idéologiques et culturels avec l’Iran», a déclaré M.Salehi soulignant que le renforcement des relations avec la Turquie était une «priorité». Longtemps considéré comme l’allié stratégique et même militaire d’Israël dans la région, la Turquie s’est rapprochée des pays arabes et de l’Iran, en particulier après l’agression d’Israël contre la bande de Ghaza en décembre 2008 puis l’attaque de la marine israélienne contre une flottille d’aide humanitaire destinée à Ghaza au cours duquel neuf Turcs ont été tués. Ce qui a provoqué une vive colère de la Turquie contre Israël. Signe du changement intervenu, Ankara a retiré en août l’Iran de la liste des pays constituant une menace pour elle, selon le document définissant la sécurité nationale du pays. Elle a également voté contre la résolution du Conseil de sécurité de l’ONU du 9 juin, renforçant les sanctions économiques internationales contre l’Iran. Peu avant, elle avait présenté avec le Brésil et l’Iran une proposition d’échange de combustible nucléaire entre l’Iran et les grandes puissances, visant à faciliter un compromis sur le dossier nucléaire, mais qui a été rejetée par les grandes puissances. Le rapprochement de la Turquie et de l’Iran, qui comptent à eux deux plus de 150 millions d’habitants, s’est également accompagné d’un renforcement des relations économiques et commerciales qui ont atteint 10 milliards de dollars, selon les chiffres officiels, avec pour objectif commun de les faire passer à 30 milliards de dollars entre 2013 et 2015.

 

En septembre dernier, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a appelé à un «rapprochement économique avec l’Iran», notamment la signature d’un accord de préférence commerciale, en dépit des pressions occidentales.

 

http://www.turquie-news.fr/local/cache-vignettes/L500xH366/tn_irak_turquie-petrol-gaz-28bd5.png


Selon la presse iranienne, Téhéran veut également renforcer ses relations commerciales avec la Turquie pour réduire la place des Emirats arabes unis dans son commerce extérieur, après les restrictions bancaires imposées par les Emirats à la suite des sanctions économiques internationales. L’Iran qui exporte déjà quotidiennement entre 15 et 18 millions de m3 vers la Turquie, a signé en juillet un contrat d’un milliard d’euros avec une compagnie turque pour la construction d’un gazoduc de 660 km qui permettra d’exporter chaque jour 60 millions de m3 de gaz d’ici trois ans vers la Turquie et l’Europe. Enfin, geste particulièrement significatif, M.Erdogan, lui-même sunnite qui dirige un gouvernement conservateur, a participé jeudi dernier à Istanbul aux cérémonies chiites de l’Achoura, en présence d’Ali Akbar Velayati, principal conseiller pour les affaires internationales du guide suprême iranien l’ayatollah Ali Khamenei. Une première dans un pays sunnite à laquelle les médias iraniens ont donné un large écho. La Turquie, majoritairement sunnite, compte une minorité alaouite chiite de moins de 20% selon les estimations.

 

Iran - Turquie : rapprochement de deux géants
Source, journal ou site Internet : L’Expression
Date : 23 décembre 2010
Auteur : RI

13:53 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : iran, turquie, diplomatie, économie, politique, ahmadinejad, sunnites, chiite | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/12/2010

La diplomatie française en déroute au sein du Sahara occ; Mais chut! faut pas en parler, même wikileaks ne bronche....

Si ces événements s’étaient déroulés en République démocratique du Congo, en Haïti ou au Soudan, des experts en droits de l’homme de l’ONU auraient immédiatement été dépêchés sur place.

 

http://www.aps.dz/imgweb/laayoune-attaque1.jpghttp://www-front.elwatan.com/images/2010/10/24/internationale_151953.jpg


Les événements qui ont embrasé El Ayoun, la capitale du Sahara occidental, le 8 novembre dernier, devraient convaincre la diplomatie française de «changer de cap sur un dossier peu connu, mais qui embarrasse jusqu’aux plus aguerris de ses diplomates», a indiqué le représentant de Human Rights Watch à l’ONU, Philippe Bolopion. S’exprimant dans un «point de vue» publié sur le Monde.fr, Bolopion il a relevé que «depuis plusieurs années, à l’abri des portes closes du Conseil de sécurité de l’ONU, la France use du pouvoir de dissuasion que lui confère son droit de veto pour tenir les Nations unies à l’écart des questions touchant au respect des droits de l’homme dans le territoire annexé par son allié marocain, en 1975».


Faute d’un mandat approprié, la mission de l’ONU au Sahara occidental (Minurso) est restée «aveugle» tout au long des événements qui ont opposé, le mois dernier, les forces de l’ordre marocaines aux militants sahraouis, les troubles les «plus graves» depuis le cessez-le-feu de 1991, a-t-il fait remarquer. Pour lui, le Conseil de sécurité de l’ONU, en charge de la paix internationale, s’est vu dans l’incapacité de faire la part des choses entre le mouvement indépendantiste du Front Polisario, qui a dénoncé sans preuve le massacre de 36 manifestants pacifiques, et le Maroc qui prétendait, sans plus de crédibilité, libérer les milliers de civils sahraouis soi-disant retenus en otages par des «criminels» dans un camp érigé, en signe de protestation, à proximité d’ El Ayoun. M. Bolopion a estimé que si ces événements s’étaient déroulés en République démocratique du Congo, en Haïti ou au Soudan, des experts en droits de l’homme de l’ONU auraient immédiatement été dépêchés sur place pour établir une version objective des événements et informer le Conseil de sécurité, contribuant ainsi à apaiser les tensions. La présence d’observateurs de l’ONU aurait aussi pu s’avérer dissuasive pour les forces de sécurité marocaines qui ont, à plusieurs reprises, selon une enquête de Human Rights Watch, passé à tabac des personnes arrêtées à la suite de troubles.


Toutes les missions de maintien de la paix de l’ONU, établies depuis 1991, disposent de ces mécanismes, qui reposent sur le constat que «toute paix durable s’appuie sur le respect des droits de l’homme». Partout ailleurs, du Darfour au Timor Est, en passant par le Kosovo, la France soutient pleinement l’intégration croissante des questions touchant aux droits de l’homme dans les missions de l’ONU. «Il n’y a que sur le dossier sahraoui que Paris s’arc-boute, persistant à défendre une anomalie historique», a-t-il déploré. «Au lieu de s’aligner sur Rabat, la France devrait convaincre le Maroc qu’il a tout à gagner à améliorer les conditions dans lesquelles vivent les Sahraouis sous son contrôle, souvent muselés et harcelés par les forces de l’ordre marocaines lorsqu’ils osent se prononcer pour l’indépendance», a affirmé le militant de Human Rights Watch, pour qui le renouvellement du mandat de la Minurso, en avril 2011, «offre à la diplomatie française une chance de corriger la situation». «Il est temps que Paris reconnaisse que, sans un strict respect des droits des Sahraouis, garanti par l’ONU, les deux camps continueront à se livrer à des campagnes de désinformation qui ne font que compliquer les efforts du Conseil de sécurité en faveur d’une solution politique», a-t-il conclu.

 

HRW et les événements d’El Ayoun Embarras de la diplomatie française
Source, journal ou site Internet : El Watan
Date : 25 décembre 2010

08/10/2010

Il y a le feu dans la Maison Europe!

Dans une tribune publiée par EurActiv.fr, le sénateur Pierre Bernard-Raymond (UMP), ancien secrétaire d'Etat aux Affaires européennes, s'inquiète "du jeu de pouvoirs à sommes nulles" qu'est devenue l'Europe.


Le rythme de la construction Européenne n’est plus adapté au défi de la mondialisation. En quête d’une meilleure visibilité au plan international et d’une plus grande efficacité dans son processus de décision, l’Europe aura mis dix ans pour adopter le traité de Lisbonne ; dix ans c’est aussi l’horizon qu’elle s’était donnée pour bâtir « l’économie de la connaissance la plus compétitive et la plus dynamique du monde ».

 

http://www.philomag.com/pics/data/dossiers/illustrations/86-1-170.jpg


Le bilan est consternant. Avec le Traité, il s’agissait notamment de donner une voix et un visage à l’Europe : un président charismatique représentant d’un pouvoir fort et efficace capable de parler d’égal à égal avec les plus grands chefs d’Etat de la planète. On a finalement choisi un homme qui n’était pas candidat, dont les qualités personnelles de conciliateur ne sauraient être mises en doute, mais qui visiblement, est plus à l’aise dans un rôle de bons offices que de Président.


Sensée se rapprocher du modèle de pouvoir des grandes nations, l’Europe a finalement choisi celui de la confédération helvétique.
Comment s’étonner dès lors du peu de poids dont nous disposons dans les négociations internationales comme à Copenhague par exemple.


Comment s’étonner que le Président Barak Obama espace ses visites ne sachant pas s’il doit s’adresser au Président permanent du Conseil, au Président semestriel ou au Président de la Commission ou aux trois à la fois ou encore aux chefs les plus en vue de nos vingt-sept Etats ?


Comment être crédible à l’extérieur quand on constate que nos réponses à la crise financière ont été essentiellement nationales et que le budget de l’Union ne représente que 1 % du P.I.B. des 27 ?
Comment parler fort et se faire respecter quand la plupart de nos pays accumulent les déficits et quand on annonce pour 2010 un taux de croissance de plus de 10 % en Chine, de 7 % en Inde et de 2 % en Europe confirmant ainsi que la crise financière internationale creuse l’écart entre les pays amortis et les pays émergents.


Quelle image donne-t-on au reste du monde quand il faut improviser dans l’urgence la façon
d’aider la Grèce qui, par son laxisme et ses dissimulations, s’est offerte aux désirs de la spéculation ; quand on songe à créer un S.M.E. qui nécessiterait un traité et donc plusieurs
années de gestation ; quand on reproche à nos voisins d’outre-Rhin d’être trop vertueux prenant le risque d’ébranler la solidité du couple franco-allemand, noyau dur de la construction Européenne ?


Quand on se montre incapables de mettre en place une politique commune d’immigration, de sécurité et d’intégration prenant le risque de graves dissensions entre états.


"Une ou deux décennies"
L’Europe, conçue à l’origine comme une puissance mondiale en devenir au service d’un idéal de paix, de liberté et de démocratie, est devenue un jeu de pouvoirs à somme nulle, une mécanique routinière qui fonctionne de crises en compromis mais qui est de plus en plus incapable de transcender les intérêts nationaux.


Pendant ce temps, le centre du monde qui siégea jadis en Méditerranée puis dans l’Atlantique s’organise, sans nous, autour du Pacifique.
Si l’Europe ne prend pas conscience qu’il ne lui reste plus qu’une ou deux décennies pour devenir une vraie puissance politique et se forger une nouvelle compétitivité, elle disparaitra en une poussière d’états, pulvérisés par les pays émergents à travers le processus de la mondialisation.


Il y a le feu dans la Maison Europe. Celle-ci doit mettre de l’ordre dans sa gouvernance, ne pas renoncer à l’objectif à long terme d’une fédération décentralisée, au moins avec les pays de la zone euro, et consentir pour cela à d’importants abandons de souveraineté.


Il faut, de façon urgente, engager des politiques budgétaire puis fiscale et sociale de plus en plus communes assorties de disciplines strictes respectées par tous.


Il faut bâtir des politiques économiques, industrielles et de recherche communautaires tant il est vrai que la taille de chacun de nos états ne correspond plus aux exigences de la compétition avec des « pays – continents » qui ont décidé de se lancer avec succès dans l’aventure de la croissance, fut-elle durable.


Il faut engager une nouvelle réflexion sur le principe de la préférence communautaire et défendre une nouvelle gouvernance des échanges au niveau mondial. L’Europe qui a inventé le libéralisme et qui s’est développée grâce à lui va-t-elle périr de ce même libéralisme ?
Les économistes et les hommes politiques débattent beaucoup du sens et des objectifs des
réformes mais s’interrogent peu sur le rythme optimal qu’il convient d’adopter pour atteindre leurs buts aux moindres coûts humains.


La volonté de supprimer sans discernement tout obstacle aux échanges le plus rapidement
possible mettant ainsi brutalement en communication des économies qui ne vivent pas la même époque de leur développement et qui ne respectent pas les mêmes disciplines, notamment sociales, sanitaires et environnementales, engendre des chocs dévastateurs.


Russie, Ukraine, Turquie
Ne faut-il pas concevoir un développement du libéralisme au sein de vastes ensembles
continentaux qui présentent une certaine homogénéité et un degré de développement voisin tandis que les relations entre espaces continentaux très différents pourraient être réglés au sein de l’O.M.C. non pas avec le souci de libéraliser le plus rapidement possible mais d’organiser l’ouverture progressive et ordonnée des échanges à un rythme qui reste compatible avec l’histoire et la situation de chacun.


Ainsi, par exemple, face aux géants d’Asie, et indépendamment des limites de l’Union Européenne, ne devrions-nous pas organiser une coopération économique continentale plus forte et plus étroite avec la Russie, l’Ukraine et la Turquie ?
Bref, le temps n’est plus au bricolage et si notre environnement n’a plus rien à voir avec celui qu’ont connus les pères fondateurs de l’Europe, c’est toujours la même utopie, la même inspiration, la même clairvoyance, la même ambition, et le même courage dont nous avons besoin aujourd’hui.


Pierre Bernard-Raymond
Vice-président de la commission des Affaires européennes du Sénat

 

" L'Europe va-t-elle sortir de l'histoire?"
Source journal ou site Internet : Enjeux
Date : 7 octobre 2010
Auteur : Pierre Bernard Raymond

 

 

Diplomatie européenne

"le grand vide"


Un service diplomatique efficace ne suffit pas, encore faut-il une politique étrangère commune dont l'Union
ne dispose toujours pas, écrit Gazeta Wyborcza.
La création de la diplomatie de l'Union européenne, appelée dans le jargon de Bruxelles le Service européen
pour l'action extérieure (SEAE), avancée certaine encore impensable il y a dix ans, ne changera pas grand
chose à cette situation : le traité de Lisbonne, bien qu'acte fondateur de la diplomatie de Catherine Ashton, ne
définit pas la politique étrangère commune. Et comment pourrait-on d’ailleurs décréter des règles qui
dépendent de la volonté politique de gouvernements démocratiquement élus ?
Les premières 28 nominations pour les postes d'ambassadeurs de l'UE en Afrique, dans Amériques, en
Europe et en Asie, décidées mi-septembre par la chef de la diplomatie européenne, donnent à réfléchir.
Certes, une nouvelle étape est franchie vers une politique étrangère commune, mais l'UE pèse toujours trop
peu dans le monde. Ce n'est probablement pas le réseau de 136 ambassades, même pourvu des plus brillants
diplomates, qui réglera ce problème. Ni même le centre de crise nouvellement créé aux côtés de Mme
Ashton, en dépit des points de vue et des analyses de plus d'une centaine d'éminents experts de tout le
continent.
L'UE est la grande absente des principaux dossiers internationaux. Il n'y a pas d'Europe dans les négociations
de paix au Proche-Orient, elle n'est quasiment d'aucun soutien pour les Etats-Unis dans leur face-à-face avec
Téhéran sur le programme nucléaire. Et elle se retire lentement d’Afghanistan. Son seul succès international
fut de favoriser le rapprochement de la Serbie avec son ancienne province, aujourd'hui le Kosovo
indépendant.
L'arme fatale d'Ashton : un exemplaire du traité de Lisbonne
Sans pouvoir s'appuyer sur l'autorité d'une Union active dans le monde, Catherine Ashton est trop faible pour
défendre la position européenne. De quelle menace dispose-t-elle en effet ? Son arme fatale serait-elle une
exemplaire du traité de Lisbonne ? Son moyen de pression serait-il l'annonce de la fermeture de l'une des
ambassades de l'Union européenne? Il y a peu de temps encore, il semblait que l'UE pouvait jouer le rôle de
leader dans les négociations sur le changement climatique, mais l'échec du sommet de Copenhague en
décembre 2009 a brisé toute illusion.
L'autorité de l'Europe et sa propre confiance en elle en ont beaucoup souffert. Les membres de l'Union, aussi
importants fussent-ils que l'Allemagne, la France et la Grande-Bretagne, ont peu de poids sur la scène
internationale. La vérité, c'est qu'après la Seconde Guerre mondiale, l'Europe et ses puissances ont cessé
d'être le nombril du monde. L'UE est aujourd'hui à la fois trop faible pour le diriger, et trop grande pour
rester à la marge des affaires mondiales. Avec un PIB supérieur à 28% du PIB mondial, l'UE est un géant
économique et un nain politique.
En conséquence, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l'Inde, ou le Brésil préfèrent traiter séparément avec
chaque pays européen, plutôt qu'avec l'Union dans son ensemble. Selon Cornelis Ochmann, expert en
politique étrangère à la Fondation Bertelsmann, les pays de l'UE définiront, dans un premier temps, des
objectifs communs en matière de politique étrangère, là où les différences dans les intérêts nationaux sont les
moins marquées. Tel est le cas pour une partie de l'Asie, de l'Afrique et de l'Amérique du Sud.
Londres ne sabotera pas la diplomatie de l'UE
La politique européenne commune ne verra pas le jour à la chancellerie de Mme Merkel, pas davantage à
l'Elysée, ou au 10 Downing Street. Selon l'eurodéputé Jacek Saryusz-Wolski, [ancien président de la
commission des Affaires étrangères du Parlement européen] elle se fera par coopération entre les capitales
européennes, le Parlement européen et la diplomatie d'Ashton. C'est seulement ainsi qu'elle deviendra une
politique aboutie et équilibrée, c'est-à-dire celle qui tient compte des intérêts souvent divergents des petits et
grands pays, du Parlement, et des chefs de la diplomatie européenne.
Cornelius Ochmann note par ailleurs l'inévitable régionalisation progressive de la politique étrangère. Il est
par exemple parfaitement évident que la France, épaulée par l'Italie, ou par le Portugal, sera toujours au
premier plan en ce qui concerne l'Afrique et les pays méditerranéens.
Les Espagnols et les Portugais seront eux sur le devant de la scène pour la politique de l'UE envers
l'Amérique latine ; l'Allemagne et la Pologne (avec le soutien de la France) s'occuperont, quant à elles, des
relations avec la Russie et les voisins de l'UE qui font partie du Partenariat oriental. Et que dire de la Grande-
Bretagne ? Une forte présence de Britanniques dans la diplomatie de l'UE et le fait qu’Ashton soit anglaise,
signifient que Londres ne sera peut-être pas la force motrice de la diplomatie de l'UE, mais qu’elle ne la
sabotera pas non plus.
Deux, trois ou plus de dix ans pour une politique étrangère commune ?
Tôt ou tard, les politiques régionales s'additionneront en une politique étrangère commune de l'UE, même si
les avis d'experts divergent sur la question du laps de temps que prendra ce processus. Selon certains, il
faudra deux ou trois ans, d'autres parlent d'une décennie.
Il y a de nombreux domaines dans lesquels l'Europe pourrait jouer un rôle important. En Afrique par
exemple, où la Chine investit des milliards dans le commerce et l'industrie, pendant que l'Europe et les Etats-
Unis dépensent des milliards pour l'aide humanitaire et de développement. Pourquoi, plutôt que de se
concurrencer, ne pas coordonner les efforts au profit des populations africaines ? Ce même modèle de
coopération devrait être reproduit dans d'autres parties du monde.
Inutile de rappeler que l'Union a tout intérêt à mener à bien le processus d'élargissement de l'UE aux
Balkans. Il est également dans son intérêt de parler franchement avec la Turquie et soit d'accélérer les
négociations et d'accepter l'adhésion turque, avec toutes les conséquences que cela implique, soit de rompre
les négociations d'adhésion, en basant sa relation avec Ankara sur un partenariat stratégique, dont l'Europe a
certainement plus besoin que la Turquie.
L'Union doit utiliser son potentiel. La diplomatie d'Ashton est une bonne opération, mais il faut maintenant
remplir ces canaux diplomatiques avec du contenu, ce qui fait souvent défaut. L'Europe ne peut plus se
permettre de perdre du temps.

 

RELATIONS INTERNATIONALES - EUROPE DE LA DEFENSE - OTAN :
Diplomatie européenne Il faut remplir cette coquille vide !
Source journal ou site Internet : Gazeta Wyborcza
Date : 7 octobre 2010
Auteur : Jacek Pawlicki

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu