Avertir le modérateur

07/09/2011

Nous y somme presque; une puce IBM similaire à un cerveau humain!!! Prospective: Mais alors qu'allons nous devenir?

Des ordinateurs capables d'apprendre de leur propre expérience. C'est la dernière promesse d'IBM, qui révèle un nouveau composant révolutionnaire.

 

http://www.newdeejay.ch/images/puce.gif

ne vous grattez plus , elle est intelligente

 

Avec cette annonce, IBM fait réver tous les amateurs de science-fiction. La puce présentée par le groupe américain devrait permettre de construire une nouvelle génération d'ordinateurs, qui pourront développer des processus d'apprentissage. Ils consommeront beaucoup moins d'énergie que les machines actuelles, et seront également plus compacts. "Les ordinateurs 'cognitifs' construits avec ces puces ne seront pas programmés de la même manière que les ordinateurs traditionnels aujourd'hui. Ces ordinateurs devraient plutôt apprendre de leurs expériences, trouver des corrélations, élaborer des hypothèses, se rappeler et apprendre des résultats, imitant ainsi la plasticité du cerveau humain" précise IBM. Deux puces prototypes ont déjà été fabriquées et sont en cours de test. Elles ont été gravées avec une finesse de trait de 45 nanomètres, sur du silicium sur isolant (SOI), et contiennent l'équivalent de 256 "neurones" (cellules nerveuses). L'objectif à long terme d'IBM est de construire un complexe de composants contenant 10 millions de "neurones". Pour rappel, le cerveau humain en comprend 100 milliards. Il nous reste donc un peu de temps avant qu'IBM ne fabrique un clone de l'ordinateur Hal de 2001 L'odyssée de l'espace.

 

IBM révèle une puce fonctionnant comme le cerveau humain
Source, journal ou site Internet : Usine Nouvelle
Date : 18 août 2011
Auteur : Rémy Maucourt

12:39 Écrit par HUMANITAS dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : ibm, ordinateur, révolution industrielle, carte à puce, puce, cerveau | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/06/2011

Galileo, bientôt du concret à l'automne 2011

Quelques semaines les deux chronologies de lancement qui ont validé les installations destinées aux fusées Soyouz au Centre spatial guyanais, Arianespace prépare le lancement des deux premiers satellites du système européen de navigation par satellites, Galileo. Ce tir, qui sera le vol inaugural du lanceur russe depuis Kourou, aura lieu le 20 octobre 2011.

 

http://en.beta.rian.ru/images/10605/47/106054765.jpg

 

Arianespace, l’Agence spatiale européenne et la Commission européenne viennent d’annoncer que le lancement des deux premiers satellites du GPS européen (Galileo) aura lieu le 20 octobre 2011. Ces satellites font partie de la phase dite de développement et de validation en orbite (IOV). Au nombre de quatre, ils sont tirés par paire. Les vingt-six autres satellites de la constellation seront tous lancés depuis Kourou par Arianespace qui utilisera une combinaison d'Ariane 5 et de Soyouz. C'est l'Ariane 5-ES qui sera utilisée, celle de l'ATV, pour lancer quatre satellites en une fois.


Cette annonce survient après que les résultats de la revue détaillée de l'Ensemble de lancement Soyouz ont permis de conclure que le segment spatial, le segment sol et le dispositif opérationnel seront prêts pour un lancement le 20 octobre.


Les quatre premiers satellites Galileo construits et lancés dans le cadre de la phase de développement et de validation en orbite (IOV), seront pleinement représentatifs des trente satellites de la constellation Galileo. Chacun diffusera des signaux horaires précis, des éphémérides et d’autres données commerciales et de navigation. © Esa

 

Go to fullsize image


Un lancement emblématique d'une coopération réussie
Les deux satellites Galileo seront déployés en orbite par un lanceur Soyouz, qui effectuera à
cette occasion son vol inaugural depuis son nouveau pas de tir construit au CSG. « Ce lancement est un parfait exemple de coopération européenne et de coopération internationale, a commenté Jean-Jacques Dordain, directeur général de l’Esa, puisqu’il s’agit d’une part, de mettre en orbite les premiers satellites Galileo opérationnels, fruits de la
coopération entre l’Union européenne et l’Esa et, d’autre part, de procéder au premier lancement de Soyouz au CSG dans le cadre d’une coopération entre l’Esa et la Russie. »


Pour Jean-Yves Le Gall, président directeur général d’Arianespace, « après la mise en orbite des deux premiers satellites précurseurs de la constellation, Giove A et Giove B, [...] avec ce lancement, nous allons également commencer le 20 octobre un nouveau chapitre de notre propre histoire, celui de l’exploitation de Soyouz au CSG [...]. »

 

Les deux premiers satellites Galileo seront lancés le 20 octobre
Source, journal ou site Internet : futura sciences
Date : 28 mai 2011
Auteur : Rémy Decourt

00:40 Écrit par HUMANITAS dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : galiléo, soyouz, europe, satellites, russie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

19/05/2011

Recherche - Entreprises - Pôle de compétitivité: Les IRT labellisés

Les premiers projets lauréats de ces futurs pôles associant recherche supérieure, entreprises et pôles de compétitivité ont été choisis. Matériaux, nano-électronique, aéronautique, ferroviaire et infectiologie sont au programme. Le gouvernement a annoncé les six premiers projets retenus comme « instituts de recherche technologique » (IRT), dans le cadre de l’appel à projet lancé en juillet 2010, une action dotée de deux milliards d’euros (investissements d’avenir, ex-grand emprunt). Les montants consacrés aux premiers lauréats seront annoncés plus tard, en fonction notamment des engagements des industriels.

 

Photo : AFP

cliquez l'image voir source gouvernementale

 

Ces IRT sont en effet basés sur des partenariats de long terme entre établissements d’enseignement supérieur et de recherche et entreprises, qui doivent soutenir « une stratégie industrielle de conquête sur les marchés porteurs, afin de créer sur la durée des emplois dans notre pays », commente le gouvernement.


Les six premiers labellisés et leurs domaines scientifiques sont:
IRT NanoElec à Grenoble, pour la nano-électronique (avec ST-Microelectronics, Soitec…): circuits électroniques plus compacts et plus complexes, et puces dotées de nouvelles fonctionnalités et aux propriétés thermiques améliorées.


• IRT AESE à Toulouse, sur l’aéronautique, l’espace et les systèmes embarqués (Airbus, Astrium, Safran, Latecoere…): les capteurs et les actionneurs utilisant les nanotechnologies, les nouvelles architectures matérielles et logicielles plus compactes, reconfigurables et présentant une meilleure fiabilité, les matériaux et les structures pour améliorer l’aérodynamique, la gestion de l’énergie embarquée.


IRT LyonBiotech à Lyon avec une antenne à Paris, sur l’infectiologie (Biomérieux, Sanofi, Danone, Institut Pasteur): nouvelles approches thérapeutiques, nouveaux vaccins, nouvelles générations de biomarqueurs pour le diagnostic en temps réel.


IRT M2P à Metz, avec des sites secondaires à Belfort-Montbéliard et Troyes, sur les matériaux, la métallurgie et les procédés (Saint-Gobain, Arcelor-Mittal, PSA…): synthèse et transformation des matériaux avec des enjeux de fiabilité, de réduction de la consommation énergétique et de la pollution, métrologie de caractérisation de matériaux multi-échelles et multi fonctionnels, simulation numérique et modélisation.


IRT Railenium à Valenciennes avec un site secondaire à Villeneuve-d’Ascq, sur les infrastructures ferroviaires (RFF, Alstom, SNCF…): connaissance des propriétés des matériaux et en particulier leur fiabilité, et sur la réduction de l’empreinte carbone. Propriétés systémiques avec des architectures plus sécurisées, moins consommatrice en énergie et ayant de nouvelles fonctionnalités (communication, maintenance intégrée). Avancées dans le domaine de la simulation numérique et des modèles avec une réduction des coûts de R&D.


IRT Jules Verne à Nantes, sur les matériaux composites (Airbus, STX, DCNS, Alstom, Segula…): synthèse de matériaux composites multidimentionnels, assemblage et compréhension de la micromécanique, simulation, technologies liées à l’acoustique.


Les deux projets classés 7e et 8e (sur les 15 projets candidats) par le jury ont été recommandés par le président du jury pour faire l’objet d’un examen spécifique. Ils devront être revus et seront à nouveau soumis à l’approbation du jury.


Il s’agit des projets:
• SystemX à Saclay sur l’ingénierie numérique des systèmes
• B-COM à Rennes sur les réseaux et infrastructures numériques


Les IRT renforceront le transfert des connaissances vers les entreprises en raison des partenariats. Pour le gouvernement:

 

« Les étudiants pourront se former sur des plates-formes de haut niveau au plus près des besoins identifiés par les entreprises. Par leurs actions, les IRT contribueront au développement de nouveaux produits innovants et à l’insertion professionnelle des étudiants, tisseront des partenariats et augmenteront l’attractivité de la France pour les entreprises et les meilleurs chercheurs internationaux. »

 

Les six premiers instituts de recherche technologique choisis
Source, journal ou site Internet : smartplanet.fr
Date : 12 mai 2011
Auteur : Thierry Noisette

22:47 Écrit par HUMANITAS dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : recherche, pôles de compétitivité, irt, développement | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

15/04/2011

Japon: Bientôt des fusées intelligentes!

Des chercheurs japonais travaillent au développement de fusées (plus exactement, d’un point de vue technique, des lanceurs qui les guident) dotées d’intelligence artificielle, indique un nouveau rapport.

 

http://www.enerzine.com/UserFiles/Image/breve8283a.jpg


Dans le TechNewsDaily, Adam Hadhazy écrit que le Japon cherche des économies d’échelle pour promouvoir des fusées plus intelligentes, favorisant une plus grande automatisation dans les tests de diagnostic avant et après lancement. Si le projet aboutit, une fusée plus intelligente pourrait même contrôler sa propre trajectoire. Actuellement, les fusées sont automatiques, mais pas intelligentes. Elles ont un certain degré d’automatisation et sont équipées de capteurs qui signalent les cas de dysfonctionnement, mais ces capteurs ne peuvent pas informer l’opérateur sur la cause du problème ni proposer une solution. En revanche, les capteurs dans le lanceur Epsilon pourront interagir, s’apparentant davantage à un « cerveau » rudimentaire qu’à une série de commutateurs. Ils pourront déterminer la cause d’un problème et potentiellement le corriger à la volée.


Adam Hadhazy écrit:
Un exemple en action de cette intelligence artificielle pourrait être la régulation du courant électrique qui contrôle l’orientation de la tuyère du propulseur. La direction dans laquelle pointe le propulseur détermine l’orientation de la fusée; une surtension ou toute autre irrégularité dans le courant électrique du propulseur peut faire sortir la fusée de sa trajectoire. Cette application de l’intelligence artificielle est assez similaire à son utilisation dans les électrocardiogrammes qui interprètent les signaux électriques du coeur afin d’évaluer la fonction de l’organe. JAXA, l’agence aérospatiale japonaise, espère que la fusée à combustible solide de trois étages pourra décoller d’ici 2013. Son prix s’élève à 3,8 milliards de yens, soit environ 46,4 millions de dollars ou 31 millions d’euros. Avec un nombre réduit de composants, un poids plus léger et une dose d’intelligence, il sera sans doute plus simple que jamais de lancer un satellite de communications dans l’espace.

 

Le Japon développe des fusées dotées d’intelligence artificielle
Source, journal ou site Internet : smartplanet
Date : 12 avril 2011
Auteur : Andrew Nusca

11:58 Écrit par HUMANITAS dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, futur, lanceur de fusée, intelligence artificielle, hadhazy, automatisme, jaxa | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

26/03/2011

Japon/nucléaire: La robotique française non retenue!

Proposés par Intra, le GIE d’EDF, d’Areva et du CEA, pour intervenir à Fukushima, les robots spécialisés dans les accidents nucléaires majeurs ont été jugés « inadaptés » par les Japonais.

 

http://www.groupe-intra.com/images/engins/eros-video.jpg

 

Vendredi, EDF annonçait l’envoi pour le week-end suivant de 130 tonnes de matériel du GIE Intra, à bord d’un Antonov 225 à destination de l’aéroport Tokyo-Narita. Le groupe Intra (Groupement d’intérêt économique d’intervention robotique sur les accidents nucléaires), détenu à 50% par EDF, 37,5% par le CEA et 12,5% par le CEA et Areva, est installé à proximité du CNPE de Chinon (Indre-et-Loire), dans une partie désaffectée de la centrale nucléaire de Chinon.


EDF précisait à propos d’Intra:


« Il a en charge la conception, l’exploitation et la mise à disposition d’une flotte d’engins robotisés capables d’intervenir à la place de l’homme en cas d’accident nucléaire majeur, dans et autour des bâtiments industriels. La cargaison comprendra du matériel permettant d’intervenir en urgence en milieu radiologiquement hostile, notamment du matériel de prélèvement et des engins robotisés pilotés à distance.


La France, grâce à un retour d’expérience suite à l’accident de Tchernobyl, est seule à avoir conçu et réalisé la flotte d’engins spécialisés dans les situations extrêmes et à former le personnel capable de les utiliser. »


Pourtant, à la fin du point presse d’hier de l’Autorité de sûreté nucléaire française (ASN), son président André-Claude Lacoste a annoncé que les autorités japonaises ont décliné cette offre: « Jusqu’à présent, les demandes japonaises d’aide ont été extrêmement réduites. Par exemple, le Japon n’a pas donné suite à l’offre d’aide française d’envoyer des robots, en disant que les robots étaient inadaptés. » Le groupe Intra et EDF, interrogés mardi sur le pourquoi de ce refus japonais, ne nous ont pas répondu.

 

Accident nucléaire : les robots français recalés au Japon
Source, journal ou site Internet : ZDnet
Date : 23 mars 2011
Auteur : Thierry Noisette

10:16 Écrit par HUMANITAS dans Science | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : japon, robotique, nucléaire, intra, edf, areva, cea, tchernobyl, france | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu