Avertir le modérateur

21/11/2011

Connaissez-vous les «nomenklaturistes» ? par Pascal SALIN

« On a tort de nommer capitalistes les propriétaires des grosses entreprises qui vivent de protections étatiques, de privilèges et de subventions et qui devraient être appelés «nomenklaturistes».

http://www.a-tout-prague.com/files/actualites/aaa6f438.jpg

Les vrais capitalistes sont tous ces pauvres qui luttent pour leur survie en développant des trésors d’imagination pour contourner les obstacles que les pouvoirs en place mettent sur leur chemin.

En France, les victimes de la pensée unique collectiviste sont tous ces hommes et ces femmes exclus du marché du travail, ces petits artisans ou commerçants, ces entrepreneurs imaginatifs qui, bien souvent, n’ont plus que le choix entre la faillite ou l’exil.

C’est à tous ces gens que le libéralisme veut redonner un espoir en leur permettant à nouveau d’être responsables, en leur rendant leur dignité.

Cet espoir n’est pas vain si l’on veut bien se souvenir que le libéralisme a été l’origine de cet événement historique inouï qui a vu, à partir de la fin du XVIIIe siècle, des masses innombrables accéder à une vie décente et conquérir l’espoir d’une amélioration de leur sort. »

Liberté ou allez-vous? par George Orwell

 

http://www.henry-miller.com/art/George-Orwell.jpg

 

 

« Il est évident que l’âge du libre capitalisme touche à sa fin et qu’un pays après l’autre est en train d’adopter une économie centralisée que l’on peut appeler socialisme ou capitalisme d’État, comme on veut. Dans ce système, la liberté économique de l’individu et dans une large mesure sa liberté tout court – liberté d’agir, de choisir son travail, de circuler – disparaissent. Ce n’est que tout récemment que l’on a commencé à entrevoir les implications de ce phénomène.

 

Précédemment on n’avait jamais imaginé que la disparition de la liberté économique pourrait affecter la liberté intellectuelle. On pensait d’ordinaire que le socialisme était une sorte de libéralisme augmenté d’une morale. L’État allait prendre votre vie économique en charge et vous libérerait de la crainte de la pauvreté, du chômage, etc, mais il n’aurait nul besoin de s’immiscer dans votre vie intellectuelle privée. Maintenant la preuve a été faite que ces vues étaient fausses." 

09/09/2011

Can China Save The World? Towards A New Economic Model

D. K. Matai, Chairman mi2g, Phlanthropia, and ATCA, is an engineer turned entrepreneur
and philanthropist with a keen interest in the well being of global society. DK founded mi2g
in 1995, the global risk specialists, in London, UK, while developing simulations for his PhD
at Imperial College. DK helped found ATCA – The Asymmetric Threats Contingency
Alliance – in 2001, a philanthropic expert initiative to address complex global challenges
through Socratic dialogue and joint executive action to build a wisdom based global economy.
ATCA addresses opportunities and threats arising from climate chaos, radical poverty,
organised crime, extremism, informatics, nanotechnology, robotics, genetics, artificial
intelligence and financial systems. This is a recent essay from ACTA which raises some
fundamental questions about the next phase of global economic development. As the West
contemplates a new phase in the global financial crisis, China — the second biggest economy
on Earth — appears to some executive decision makers to be well placed to sail through the
doldrums of the global financial markets or even use her wealth to come to the rescue of the
rich world. Is this wishful thinking or is it grounded in facts? Despite its rising pre-eminence
on the world stage, China is unlikely to save the world if the West slides back into recession.
Why?

 

http://www.1info2.com/DATA/iivylqYzaD.jpg


1. China sits on a $3 trillion mountain of foreign exchange reserves
Local Government Finances and Property Bubble
The World Bank has warned that China’s “strained local government finances” are a big risk
to its growth and stability. Granted that China holds the world’s largest foreign exchange
reserves, but the figure of $3 trillion does not seem large when compared to China’s local
government debt. In 2009, while the world slowly recovered from the recession, the Chinese
economy grew the fastest at 8.7 percent. The growth was pushed through via a record 4
trillion yuan stimulus of which the central budget financed a big tranche. Since late 2008,
local governments went on a project-planning spree. Those governments set up 8,000 local
investment companies and provided land as collateral to borrow loans amounting to 11.4
trillion yuan or 1.7 trillion dollars by 2009. In 2009, Chinese banks lent a record 9.5 trillion
yuan, sparking concerns of a massive property bubble. It is estimated that more than a quarter
of the loans are already bad debt and the proportion of bad loans is steadily rising. Can China
be the Engine for the Next Phase of Globalization? Credit: Bigstock The Chinese banking
system will have to bear the brunt of this toxic fallout as the economy slows in tandem with
the global economy, necessitating a massive bailout from China’s national budget and foreign
exchange reserves.
Large Imbalance
In the last decade, China’s gaping trade surpluses and her uninterrupted buying of dollars to
suppress the Yuan’s value have led the reserves to balloon 17-fold! The stockpile has grown
so big because China refuses to let the yuan rise faster for fear of hurting her exports, much to
the frustration of her trading partners. China’s $3 trillion reserves are now nearly triple
Japan’s holdings, the world’s second-biggest official currency reserves. At first glance, the
colossal stockpile appears to be a symbol of China’s fast-growing wealth. But on deeper
inspection, the vast cash holdings are an unflattering testimony too much that is wrong with
the world’s second-largest economy.
Why?
They reveal:
i. How undervalued the yuan is;
ii. Why it is so difficult to control inflation in China; and
iii. How much more their government could be investing domestically to engender sustainable
growth.
Too much of a good thing can be bad?
China’s reserves are clearly too much, excessive to her needs, and more importantly,
extremely damaging to her economy. For every dollar that goes into her reserves, China
prints about 6.5 yuan, adding even more cash to her economy. This is worrying since China is
already at pains to drain excess money, with inflation running near its fastest in three years.
This is knocking the national economy out-of-balance and leaving the country’s money
managers with a near impossible assignment.
Bank Reserve Ratios
To neutralize all the money that has been created, China has conducted what are known as
“sterilization operations.” Her primary tool has been to increase banks’ reserve requirements,
forcing them to lock up cash that they would otherwise lend. Required reserves are already at
a record 20 percent of deposits for China’s biggest banks, denting their profitability. The
room for further increases is now extremely limited.

 

http://www.journaldunet.com/economie/magazine/dossier/l-economie-chinoise-en-2008-et-2009/image/chine-acteur-incontournable-348046.jpg


2. China registered growth of 9.5 per cent in the first half of this year
In an interconnected global economy, decoupling is a beguiling myth! As fears mount that
the developed world is shifting from slow growth to no growth, emerging markets seem to
many executive decision makers better placed to weather the storm than they were able to
during the great financial crisis of 2008-09. While the economic fundamentals look better in
many emerging economies than they did in 2008, policy makers generally have much less
leeway. Is the Yuan part of the solution or part of the problem? Credit: Bigstock
China is an overbuilt and overinvested economy. Tourists to China gaze at the towering
skylines and massive bridges, highways and airports from the boomtowns to neat new cities.
China has been building and borrowing in excess. Several of those skyscrapers and industrial
zones remain partially empty.


3. China exported 24 percent more than in the same period of 2010
China relies too much on exports to the Western world. As a result, it would not be left
unscathed if the rich world fell into recession, and reduced demand for her exports would
have a knock-on effect on commodity prices and producers. For example, if either the
European or US consumption were to shrink just 10%, the decline would rival what an entire
nation of Chinese consumers might spend in a year. At present, China cannot generate nearly
enough demand internally to keep her own people employed at existing levels, should most
major nations slow their consumption by just 10%. How many Europeans or Americans have
cut back their spending by 10% in the last three months or will do so in the coming three
months? Ergo, China cannot generate additional demand in a short space of time to replace a
decline in Western demand in the US alone. Counting on China to jump-start the global
economy is wishful thinking, unless its massive population magically metamorphoses into a
nation of spenders as opposed to savers. China’s consumption levels remain too small
relative to those of the US, Europe, and to a lesser extent Japan. China is still in need of
steering its economy from capital spending towards private consumption.

 

http://www.decitre.fr/gi/91/9782729831691FS.gif


4. China has become the lender of last resort to the US Government
There is the perennial problem of finding a safe place to invest $3 trillion. Any chief
investment officer in the world would find it difficult to look after such a huge pile of cash.
Its monstrous size precludes China from most markets except US Treasuries, leaving Beijing
vulnerable to the dollar’s fortunes. As the US treasuries rise in value, the point is not how
successful the Chinese have been in their investments. The real failure is the lack of an
exchange rate regime that is fully dictated by market forces. To let the yuan float would help
control inflation but the reason why the Chinese are loathe to do that is because this would
further depress their exports to Europe and the US, those being their first and second largest
export markets. If China is supposed to help the world by buying up assets in trouble spots in
Europe and elsewhere, how can she do that without selling her US treasuries? If the
American debt is sold by the Chinese, who is there to buy that debt? Further, what will
happen to the price of US debt as large volumes of that debt are brought to the market for
selling by the Chinese? Selling US Treasuries to fund internal projects in China would raise
interest rates further for the US, slowing US consumption and driving down the value of the
US dollar further, exacerbating China’s three intertwined challenges:
i. Rampant inflation with attendant social chaos;
ii. Over-reliance on exports; and
iii. Peg to the US dollar.
China’s accumulation of foreign exchange reserves also represents an opportunity cost. Given
China’s high savings rate over the past decade, it was bound to have a high rate of
investment. Had China let its currency rise, that investment could have taken place at home
with the creation and building of much needed extra social services such as new schools and
hospitals. Instead, much of that investment ended up being parked in assets like US
Treasuries. China is the biggest foreign holder of US Treasuries, with $1.15 trillion at the
start of 2011.

 

http://www.chine-informations.com/usb/images/upload/2009010621323225741.jpg


How can China help the West?
For rapid growth in emerging markets to help the developed world, imports from China and
oil-producing countries would have to rise sharply, reducing their external surpluses. But in
fact, the emerging world’s current account surplus is likely to increase in 2011 and remain
high. In other words, far from helping the developed world out of its rut, emerging economies
are becoming an increasing drag on demand in the rest of the world!
What is a balanced level of reserves?
By most estimates, China only needs about $780 billion of reserves or about a quarter of its
present $3 trillion cash pile. That would be sufficient to pay for three months of imports and
to cover all of China’s short-term foreign debt. This is based on the standard metrics of how
much most countries ought to hold in reserves as a form of insurance in case of a financial
crisis.
Key Observations
1. While the world’s executive decision makers eye the $3 trillion cash mountain of China as
a silver bullet solution, the truth is that global economic challenges and massive debt levels
are on an entirely different scale, if not at least an order of magnitude greater. What China
possesses is truly dwarfed by the global debt and deleveraging task ahead.
In summary, the cash reserve is:
a. Not enough to save the world;
b. Partially already spoken for to shore up local finances and black holes; and
c. In question going forwards, because of the steadily rising value of the Chinese yuan and
falling exports as major Western nations’ growth slows.
2. China is experiencing a transition from an economy that depends too much on exports and
on investment in infrastructure and property to one where consumers play a much greater
role. That is a structural change and it is a decades long process. China is unlikely to deliver
results on this side of Christmas to save the West from a financial meltdown or great
recession in 2011-12.
China is neither Santa Claus and nor the tooth fairy!
3. A nation that maintains such a massive trade surplus cannot be the engine that drives global
recovery; otherwise all the nations of the world would simply export themselves out of
trouble. Put simply, the Chinese are not the horse, they are a buggy-of-supply and they go
wherever the horse-of-demand may take them.
4. China’s forceful rhetoric about how the yuan is not undervalued and how it needs to rise
slowly belies a growing belief at home that the currency is simply not strong enough.
Increasingly, the Chinese realize that a stronger yuan can help them fight imported inflation
and give them more bang for their buck when they invest abroad. If the appreciation of the
yuan continues to take place to reflect reality, the massive cash reserve of China will look like
an historical anomaly.
5. Neither record fiscal nor monetary stimulus created sustainable accelerating growth in the
US or China, why should anyone think that doing more of the same would work this time?
The real question that the West needs to ask itself is how and why does it expect China to
save the world? Why should they put their own future at risk to do so when history has
shown that major nations of the world will not take the necessary steps to deal with their own
massive demographic and social spending challenges?

 

http://storage.canalblog.com/27/02/497307/47223202.gif


A Transformed China in Future Decades
China has shown remarkable pragmatism in the exploration of alternatives between socialist
central planning and decentralized capitalism. That pragmatism may result in a different
model of economic growth in future decades that would enable China to play a larger, more
constructive role in helping to stabilize the inevitable swings in global economic activity.
After it had become clear that the impulse of the Cultural Revolution was not delivering
benefits of growth to the entire population, Deng Xiaoping, chairman Mao’s successor was
claimed to have said, “I don’t care what color the cat is as long as it catches mice!” What he
meant was the objective of his administration was to provide the optimum outcomes for
Chinese people, and open market capitalism seemed to him to be the best way of moving
forwards. Having so decided, he worked with a number of macro-economists to ensure the
economy of China moved to a totally different model than that outlined by chairman Mao
during the Cultural Revolution. ATCA 5000 understands from some of its distinguished
members in Beijing, that the highest levels of the Chinese administration now believe that
economically, environmentally and socially the current model of growth and success,
measured purely in terms of GDP, is totally unsustainable. They are investigating what
alternative well-being based economic models might look like. So, over time, China could
provide a new model for global sustainability. In other words, it is now being recognized in
China that Deng’s open market capitalist cat is now getting old and does not see so well, and
its sense of smell is not so good, and it is not so effective in catching mice any more.
The Chinese administration is now looking for a new cat, or trying to create a new one!
Given the old model, it is recognized inside China that its economy is not currently in a
position to save the world from a global financial meltdown. On the other hand, some Chinese
officials see this moment in history as an opportunity to shift the system pragmatically, as
China has proven it can do in the past. A new, more sustainable model may be generated that
can better serve China as well as the rest of the world going forwards….


Jean-Claude Tourneur
Rédacteur en chef d'Enjeux
jeanclaude.tourneur@afnor.org
Tél: 01 41 62 82 53
Fax: 01 49 17 90 69
www.enjeux.org

10:52 Écrit par HUMANITAS dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chine, économie, politique, science économique, exportation | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

13/08/2011

Libéraux: Université d'été de la Nlle économie à Aix

 

Quelle crise et quelle sortie de crise
Après l'Etat Providence

Aix en Provence, 21-24 août 2011(cliquez ce lien pour s'y rendre



Le choix du thème de la 32ème UNIVERSITE D'ETE DE LA NOUVELLE ECONOMIE a été dicté par le calendrier politique français, bien que les questions posées soient d'intérêt universel. Dans notre pays les libéraux saisissent l'occasion de la campagne pour rappeler l'urgence d'en finir avec l'Etat Providence, véritable responsable de la crise passée et présente. Mais en France comme ailleurs, les gens se demandent toujours : comment substituer l'entreprise privée et la société civile à l'Etat Providence et la société politique ? Ne va-t-on pas vers le chaos ou l'explosion sociale ? Les expériences menées à l'étranger et l'analyse scientifique donnent la réponse : tout espoir est permis. Ne manque que la volonté politique…

 

32ème UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA NOUVELLE ÉCONOMIE

Le thème et les grandes lignes du programme   


QUELLE CRISE ? QUELLE SORTIE DE CRISE ?

 

Après l’Etat Providence

 

Dimanche 21 août : Dîner d’ouverture de la 32ème Université d’Eté :

Après l’Etat Providence : comment concevoir la transition ? Nos expériences.

Laszek Balcerowicz, Ancien Premier Ministre, Ancien Directeur de la Banque Nationale de Pologne

Michel Kelly Gagnon, Président de l’Institut Economique de Montréal, ancien président du patronat canadien et de la Chambre de Commerce de Montréal

 

3 Journées : Changer, libérer, croire

 

Lundi 22 août : Une crise salutaire ? La crise appelle un nouvel élan

L’Etat Providence a créé la crise. Il est temps de changer les idées et les politiques.

Débat du soir : Crise des Finances publiques ou crise de l’Etat ?

 

Mardi 22 août : La route de la liberté. Se passer de l’Etat ?

Nécessité de réduire l’Etat pour réduire les dépenses et les charges publiques. Ne pas avoir peur de l’après Etat Providence : libérer concurrence et marchés. 

Débat du soir : Protections sociales ou responsabilités personnelles ?

 

Mercredi 23 août : La société de confiance. Responsabilités et exigences morales, bases de l’espoir.

La société politique et l’Etat laissent place à la société civile et l’entreprise. Nécessité d’un cadre institutionnel et d’une vision éthique. Croire à l’homme et à l’harmonie sociale.

Débat du soir : Société de puissance ou société de confiance ?

 

Les participants attendus à ce jour : T. Afshrift (Belgique), F. Aftalion, A. Arnoux, L. Balcerowicz (Pologne), P. Bessard (Suisse), B. Bouckaert (Belgique), G. Bramoullé, G. Calzada (Espagne), J.P. Centi, E. Colombatto (Italie), T. Curzon Price (UK), V. Curzon Price (Suisse), J.Ph. Delsol, D. Den Uyl (USA), S. Davies (UK), J.Ph. Feldman, J. Garello, P. Garello, A. Gentier, M. Kelly-Gagnon (Canada), E. Krecké (Luxembourg) N. Lecaussin, B. Lemennicier, H. Lepage, L. Liggio (USA) A. Mathieu, J.Y. Naudet, T. Palmer (USA), D. Rasmussen (USA), M. Rizzo (USA), D. Rohac (Tch), P. Salin, J. Schwarz (Tch), P. Simon, F. Smith (USA), C. Stagnaro (Italie), S. Tabery (Luxembourg) B. Taffin.

 


Quelle crise ? Quelle sortie de crise ?

Après l’Etat Providence

L’Université d’été de la nouvelle économie rassemble durant trois jours des scientifiques—économistes, certes, mais aussi juristes, philosophes, historiens—pour débattre des évolutions récentes et avancer des propositions concrètes. Elle s’affranchit donc des frontières disciplinaires qui souvent encombrent la réflexion.

L’Université d’été entend non seulement faire le bilan des avancées récentes dans le domaine des sciences humaines et sociales mais encore tirer les enseignements pratiques de ces avancées pour la recherche de solutions aux problèmes courants.

Lors de la précédente Université d’Eté, en 2009, nous nous interrogions sur les causes de la crise financière de 2007-2008 afin de trouver les remèdes les plus appropriés. Les analystes s’accordaient alors pour dire que la crise n’était pas due à une absence de réglementation des  marchés financiers mais plutôt à la déresponsabilisation des acteurs économiques : de nombreuses politiques (politiques du logement, politiques monétaires,…) et réglementations (bancaires en particulier) avaient brouillé les signaux et entretenu une attitude délétère. Ce n’est donc pas dans une réglementation renforcée ou encore dans un souci plus pressant de réguler les marchés que se trouvera la sortie de crise, mais en redonnant aux acteurs des marchés les outils et la rigueur d’une gestion responsable.

Depuis, une autre crise a frappé les finances publiques de nombreux états. Il y a eu la Grèce à l’Automne 2009, puis l’Irlande, le Portugal, l’Espagne… Mais les autres économies, de l’Union Européenne aux Etats-Unis, ne sont guère mieux loties. Cette crise, peut-être sans précédent, est d’une ampleur tout autre que celle qui l’a juste précédée et suscite des interrogations d’autant plus profondes.

Une fois encore, il importe de baser la recherche de solutions sur une analyse exacte des causes. Doit-on voir dans cette crise de 2009-2010 une conséquence des politiques mises en œuvre pour sortir de la crise précédente de 2007-2008 : les Etats ont dû consentir de gros efforts pour sortir les économies de la crise dans laquelle les marchés les avaient plongés au point de mettre en danger leurs propres finances? Ou doit-on voir dans la crise de 2007-2008 les prémices de la crise de 2009-2010 : les Etats, par un excès de régulation et un souci permanent de redistribution, auraient déstabilisé les marchés et, de façon plus générale, pris des engagements qu’ils ne peuvent plus assumer ? En d’autres termes, sommes nous confrontés à une crise profonde du capitalisme ou à une crise de l’Etat Providence ?

Si la crise est réellement profonde, et quelle qu’en soit la nature exacte, une remise en cause profonde des principes de fonctionnement de l’Etat et/ou du marché sera nécessaire et cela soulève une nouvelle série de questions. À supposer qu’il s’agisse d’une crise de l’Etat Providence, comment faire en sorte que dans le futur l’Etat n’élargisse pas ses missions de façon incontrôlée ? Faut-il placer des limites constitutionnelles à ses missions et repréciser son pouvoir de taxer ou de recourir à la dette ? Faut-il revoir entièrement les mécanismes de création monétaire ? Et comment expliquer à ceux qui en bénéficient que « la Providence » ne sera plus ? Le changement de mentalité requis pour suivre une nouvelle direction est-il significatif ? Comment s’est-il opéré là où les missions de l’Etat ont été redéfinies ?

 

 

Liste provisoire et incomplète :

G. O’Driscoll (Anciennement Banque Fédérale de Dallas et Citicorp, US),
D. Rasmussen (Philosophe, Saint John University, US)
E. Colombatto (Economiste, Université de Turin, Italie)
P. Salin (Economiste, France)
B. Bouckaert (Juriste, Université de Gent, Belgium)
P. Minford (Economiste, Université de Buckingham, United Kingdom)
L. Balcerowicz (Economiste et ancien Ministre, Pologne)
Jose Maria Aznar (Ancien Premier Ministre, Espagne)
Mart Laar (Historien, ministre de la Défense et ancien Premier ministre, Estonie)
J.Ph Feldman (Juriste, France)
G. Schwartz (Journaliste, Suisse et Allemagne)
Y.de Kerdrel (Economiste et Journaliste, France)
B. Lemennicier (Economiste, Université Paris 2)
Jean-François Mattéi (Philosophe, Université de Nice)
Jean-Yves Naudet (Economiste, UPCAM, France)
Jean-Pierre Centi (Economiste, UPCAM, France)
Jean-Philippe Delsol (avocat, France)
Hardy Bouillon (Philosophe, Allemagne)
Pierre Garello (Economiste, France)

 

Malheureusement, je ne serais pas encore présent cette année, sans doute l'an prochain, merci à Vous.

Al

 

Pour vous inscrire, vous devez cliquez sur le lien ci-dessous (selon votre statut).

Si vous souhaitez davantage de renseignements, vous pouvez nous contacter par email à l’adresse suivante :  ou par telephone au : +33 673 354 938

Nous attirons votre attention sur le fait que votre inscription ne sera effective qu’après la réception de votre règlement.

Les inscriptions seront reçues jusqu’au jeudi 19 août 2011, sauf pour ceux qui désirent un logement à la Cité Universitaire des Gazelles (avenue Jules Ferry, 13100 Aix en Provence). Leurs inscriptions devront nous parvenir au plus tard le lundi 15 août 2011.


22/06/2011

Europe - Grèce - Euro en danger!

Standard & Poor's vient une fois encore de s’en prendre à l’économie grecque, qui affiche désormais la note la plus basse du monde. Si l’on tient compte de l’histoire de la Grèce, connue pour son dysfonctionnement politique et économique, les seize autres pays de la zone euro sont eux aussi en danger, estime l'Irish Times. Encore un peu, et la Grèce ne sera plus qu’un Etat en déshérence. Sa société manque de cohésion, elle est profondément divisée. Son économie est en état de choc. Et à en juger par l’histoire du pays, nous sommes à l’aube de très graves ennuis. Il y a plus d’un an, quand la troïka des institutions qui supervisent aujourd’hui le renflouement de l’Irlande a débarqué à Athènes, d’aucuns espéraient que le pays le plus mal gouverné de l’Europe développée pourrait être ramené dans le droit chemin.

 

http://collectioneuro.free.fr/images/2euro_grece.jpg

 

La Grèce venait de se doter d’un nouveau gouvernement, dont les plus hauts responsables avaient l’air de vouloir vraiment mettre en place des réformes radicales. Nombre de Grecs, surtout les jeunes et les cadres, conscients du degré de dysfonctionnement de leur pays, étaient en faveur d’une rupture. Beaucoup disaient que cette crise était synonyme de chance.


La Grèce en défaut de paiement une année sur deux depuis 1820
Ce discours-là a vécu. Aujourd’hui, la crise n’est plus synonyme que de menaces et de risques. Ce qui, sous bien des aspects, n’a rien de surprenant. Le dysfonctionnement chronique de l’Etat hellène est établi depuis longtemps. Depuis l’indépendance, il y a presque deux cents ans, la Grèce a connu la guerre civile, des soulèvements, des déplacements massifs de population, des dictatures et le terrorisme. Rien ne reflète mieux l’échec de l’Etat que la question qui a propulsé le pays sous les feux de l’actualité internationale depuis dix-huit mois : le chaos budgétaire. D’après une étude menée par les historiens de l’économie Carmen Reinhart et Kenneth Rogoff, l’Etat grec s’est trouvé en défaut de paiement près d’une année sur deux depuis sa fondation dans les années 1820.

 

Se débattant sous le fardeau d’une dette publique qui est la deuxième du monde, il semble sur le point de renouer avec cette tradition.


L’incapacité de l’Etat grec à préserver sa solvabilité s’explique en partie par l’histoire. Ayant passé des siècles en tant que province dominée par l’empire ottoman, la Grèce a été coupée des changements progressifs qu’ont vécus la politique et la société en Europe occidentale.


Une des conséquences en a été une société civile faible et une tradition limitée dans le domaine de l’indépendance des institutions. En Grèce, les détenteurs du pouvoir politique en usent avec un degré d’absolutisme inhabituel dans le reste de l’Europe démocratique. Le fait que la Grèce ait joué le rôle de catalyseur dans la crise de la dette souveraine en Europe en est l’exemple le plus pertinent. Dans les pays où l’exercice du pouvoir se heurte à des limites, les statisticiens travaillent indépendamment sur leurs chiffres. En Grèce, au cours des dix dernières années, le gouvernement a obligé l’institut national des statistiques à communiquer des chiffres monstrueusement trafiqués, plaçant à sa tête des hommes de son choix pour veiller à ce qu’il en aille ainsi. C’est à l’issue d’un changement de gouvernement que l’on a pris toute la mesure de la fraude, à la fin de 2009. Pendant les premiers mois de 2010, le marché obligataire a peu à peu compris que l’Etat grec était ruiné. Et depuis, le monde subit les conséquences de la crise de la dette souveraine de la zone euro. Les dimensions de l’économie noire grecque sont le reflet non seulement de la faiblesse de l’Etat, incapable d’imposer la loi équitablement, mais aussi du manque de solidarité de sa société. Une étude réalisée par l’économiste allemand Friedrich Schneider montre qu’en 2010, l’économie parallèle de la Grèce représentait un quart de l’économie officielle. La Grèce, sur ce plan, arrivait en tête du classement des 21 pays développés pris en compte dans cette étude. La corruption généralisée de la vie publique est un autre facteur expliquant la faillite de l’Etat grec. D’après l’ONG Transparency International, la Grèce était l’Etat le plus corrompu des pays européens développés en 2009 et son indice de perception de la corruption la situait au 57e rang mondial (l’Irlande était 16e). Une fois entrée dans les moeurs, la corruption est une habitude très difficile à combattre. Elle a notamment pour effet de polariser la société. Ce n’est pourtant pas comme si la société grecque n’en avait pas souffert. Soumis à une dictature militaire jusqu’en 1974, les Grecs ont subi toutes les formes d’injustices associées à ce type de régime, des arrestations arbitraires à la torture en passant par les exécutions sommaires.


0,5 du PIB annuel grec consacré à la recherche
Tout cela après une guerre civile qui coûta la vie à près de 50 000 personnes au cours de la
deuxième moitié des années 40. La Grèce reste la société la plus militarisée d’Europe et affiche toujours les dépenses de défense les plus importantes du continent. Les violences de rue sont monnaie courante et le pays abrite toujours une nébuleuse de cellules terroristes, même si celles-ci sont moins actives depuis quelques années. Si la situation économique continue de se dégrader, certains milieux pourraient se radicaliser et en désespoir de cause se tourner vers la violence extrémiste. Il existe un risque de détérioration important. Les contraintes sociales et la corruption généralisée ne sont pas en elles-mêmes des facteurs de faiblesse économique – il suffit de regarder l’exemple de l’Inde et de la Chine – mais elles n’arrangent rien. Malheureusement pour la Grèce, même si ces deux problèmes disparaissaient du jour au lendemain, il est peu probable que cela suffise à enrayer son déclin économique. La Grèce exporte tellement peu qu’elle constitue l’économie la plus fermée des 27 pays membres de l’UE. Un petit pays de tout juste 10 millions d’habitants ne peut pas s’enrichir sans exportation. Aucun pays ne peut s’enrichir sans innovation. L’un des meilleurs indicateurs de la capacité d’un pays à innover se trouve dans le montant des dépenses de recherche et développement. En Grèce, l’Etat et les entreprises consacrent 0,5 % du PIB annuel à la recherche, soit moins d’un tiers de la moyenne européenne. Parmi les 15 membres historiques de l’UE, la Grèce a toujours affiché le budget de recherche le plus faible. La situation de la Grèce ne pousse guère à l’optimisme. L’économie, le système politique et la société sont en panne. Ce n’est pas seulement une mauvaise nouvelle pour les Grecs mais aussi pour leurs 16 partenaires de la zone euro. Si la Grèce s’effondre, elle pourrait bien entraîner la monnaie unique dans sa chute.


Vu d'Athènes Le rééchelonnement ou la menace d'un suicide
Le débat fait rage sur la place de la Constitution où, depuis deux semaines, les "indignés" d’Athènes se rassemblent par milliers le soir pour manifester leur colère face à la situation économique et sociale du pays. Parmi eux, Yannis Varoufakis, professeur d'économie à l'Université d'Athènes, a envoyé une lettre au Premier ministre Georges Papandréou, rapporte dans To Vima Pantelis Kapsis, l'un des éditorialistes les plus influents du pays. Le professeur invite Papandréou à descendre sur la place pour "annoncer aux manifestants que l’heure est venue de redresser la tête et de voir les choses en face : nous ne recevrons plus un sou de l’Europe si nous n’appliquons pas les mesures qu’elle impose." Mais pour Kapsis, quand bien même le Premier ministre parviendrait ainsi à convaincre ses concitoyens du bien-fondé de l'austérité et des privatisations massives réclamées, "de toutes les façons, nous feront défaut – car il nous sera impossible de faire un nouveau prêt et de rembourser notre dette". "Le professeur Varoufakis n’est pas fou", poursuit l'éditorialiste. "Il sait aussi que l’Europe ne veut pas de la faillite grecque, d’où la nécessité de la réouverture du débat sur les eurobonds [titres européens de la dette]. Mais on sait que certains veulent écarter la Grèce de l’euro. Le rééchelonnement n’est qu’une pommade.

 

C’est comme menacer de nous suicider…reste à savoir si cela va arriver .

 

Pourquoi la Grèce va entraîner l’euro dans sa chute
Source, journal ou site Internet : The Irish Times
Date : 14 juin 2011
Auteur : Dan O’Brien

19:25 Écrit par HUMANITAS dans Economie | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : euro, europe, grèce, dette, faillite | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu