Avertir le modérateur

15/04/2011

Sarkozy l’Américain et Obama l’Européen par "The New York Times"

En appelant à une intervention militaire en Libye, Nicolas Sarkozy a "réveillé l'Américain" qui sommeillait en lui et éclipsé Barack Obama, analyse The New York Times. Le quotidien s'amuse de cette inversion des rôles entre le locataire de la Maison-Blanche et le président français.

 

http://europeorient.files.wordpress.com/2009/04/nicolas-sarkozy-et-barak-obama.jpg

 

En France, cela fait longtemps qu'on le surnomme "Sarko l'Américain". Il aura toutefois fallu l'aide du locataire de la Maison-Blanche et le spectre d'un massacre en Libye pour permettre à Nicolas Sarkozy de révéler l'Américain qui sommeille en lui. En appelant à l'action militaire contre le colonel Kadhafi et en s'empressant de reconnaître et d'armer les rebelles libyens, Sarkozy s'est donné l'image d'un chef d'Etat d'envergure internationale, même s'il ressemble moins à un nouveau de Gaulle qu'à un Reagan à la française.


D'une certaine manière, Nicolas Sarkozy a également rendu service à Barack Obama. En poussant ainsi la France en avant, le président français a permis à son homologue américain de présenter de manière crédible l'intervention en Libye comme un modèle de coopération multilatérale, et non comme le théâtre de la troisième opération américaine dans un pays musulman en moins de dix ans. Entraîné à contrecoeur dans ce conflit et sur l'insistance des Européens et des dirigeants arabes - Sarkozy se montrant le plus pressant de tous -, Barack Obama aurait presque fait figure d'Européen. C'est un tandem géopolitique bien improbable que forment ces deux hommes. Jugés tous les deux comme des francs-tireurs, ils ont en commun d'avoir pris le risque de prendre leur pays respectif à rebrousse-poil. Mais l'apparition de ce duo a également de plus amples répercussions au sens où il augure d'un monde nouveau dans lequel les Etats-Unis, militairement et économiquement à bout, ne joueraient plus seuls le rôle de gendarme du monde. "Il est tentant de dire que Sarko l'Américain va de pair avec Obama l'Européen, mais c'est faux", explique Dominique Moïsi, fondateur de l'Institut français de relations internationales (IFRI).

 

Il s'agit plutôt, pour l'un comme pour l'autre, d'un "mariage de raison". Cette alliance s'inscrit également dans la lignée de convictions clairement affichées.


Lors de son discours à Berlin, en juillet 2008, Barack Obama s'est présenté aux Européens en tant que "citoyen du monde". Ce discours, prononcé dans les derniers jours de la présidence de George W. Bush, a notamment marqué les esprits par sa mention des "fardeaux de la citoyenneté globale". Enumérant les dangers de la prolifération nucléaire, de la culture de la drogue en Afghanistan, de la violence en Somalie et du génocide au Darfour, Obama avait déclaré qu'aucun pays, pas même les Etats-Unis, n'avait les moyens de répondre seul à ces menaces. Il s'agissait d'une rupture avec les politiques unilatérales de l'administration Bush, mais également d'un défi lancé à l'Europe. De son côté, Nicolas Sarkozy n'a jamais caché son admiration pour les Etats-Unis. En 2009, il a fait revenir la France au sein du commandement intégré de l'OTAN, une mesure essentiellement symbolique, mais qui l'a néanmoins aidé pour en appeler ensuite aux forces de l'Otan contre la Libye. Avant l'élection de Sarkozy, aucun pays occidental ne divergeait davantage des Etats-Unis que la France. En 2003, à la veille de la guerre en Irak, le ministre des Affaires étrangères, Dominique de Villepin, avait déclaré que l'opposition de la France à l'invasion américaine relevait d'un choix entre "deux visions du monde" : la frappe "immédiate et préventive" des Etats-Unis, d'une part, et la patience diplomatique de la France, d'autre part.

 

Cette fois-ci, c'est Nicolas Sarkozy qui a prôné une intervention militaire immédiate pour éviter un massacre à Benghazi, en Libye. Et c'est Barack Obama qui a traîné les pieds, arguant que cela risquait de réveiller le sentiment antiaméricain dans le monde musulman.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2009/06/06/20090606PHOWWW00092.jpg

 

Alors que s'annonçait un bras de fer à propos du vote du budget, et tandis que Washington s'efforce de rappeler ses soldats d'Irak et d'Afghanistan, Obama n'était guère enclin à déployer des troupes et à engager des dépenses pour un pays qui, d'après les termes mêmes du ministre de la Défense, Robert Gates, ne représente pas un intérêt vital pour les Etats-Unis. Les volontés conjuguées de Sarkozy et du Premier ministre britannique, David Cameron, ont toutefois changé les termes de l'équation en permettant au président Obama d'annoncer une intervention militaire de durée limitée et dont l'essentiel des opérations serait confié à une coalition de l'OTAN. De toute évidence, Nicolas Sarkozy agit en fonction de motivations propres. A la traîne dans les sondages, il risque de ne pas être réélu. Ses adversaires, notamment de droite, jouent sur les craintes des Français d'assister à un afflux de réfugiés libyens et d'Afrique du Nord. La réaction de son gouvernement face à la révolte tunisienne a été plus que tardive et on lui a reproché d'entretenir des liens un peu trop étroits avec le tyran déchu, Ben Ali. Pour Dominique Moïsi, il serait toutefois injuste de ne voir qu'un calcul politique de la part du président français. Sarkozy veut également devenir une figure historique et se fait une grande idée de la place de la France dans le monde. A l'instar des Etats-Unis, l'identité de la France est fondée, entre autres, sur le principe des droits universels. Dans une certaine mesure, la Déclaration des droits de l'homme et du citoyen a d'ailleurs permis de justifier la défense de Benghazi. Et c'est au nom de ces mêmes idéaux que la France est intervenue également en Côte d'Ivoire, autre ancienne colonie, où les forces françaises de maintien de la paix opèrent sous un mandat des Nations unies. Toutes ces opérations représentent un risque pour Sarkozy. L'aventure libyenne pourrait s'enliser et tomber dans une impasse entre les rebelles et les forces du colonel Kadhafi. La reconnaissance précipitée des rebelles pourrait également avoir un effet boomerang, compte tenu du peu d'informations dont l'on dispose sur leurs motivations.

 

http://medias.lepost.fr/ill/2009/01/23/h-3-1397921-1232731226.jpg

 

Sarkozy pourrait également se voir reprocher d'avoir laissé les Etats-Unis se décharger trop lourdement sur les épaules de la France. Barack Obama n'est pas non plus à l'abri d'un risque. Ses opposants au Congrès l'accusent d'avoir embarqué les Etats-Unis dans une entreprise à l'objectif mal défini. En dépit de tous ses discours sur ses partenaires et le multilatéralisme, l'armée américaine constitue toujours l'essentiel des forces combattantes de l'OTAN, ce qui en fait une pièce maîtresse du dispositif libyen. Sans Obama à ses côtés, Sarkozy perdrait vite de sa superbe. Enfin, l'idée qu'une opération militaire ne soit pas placée sous le commandement des Etats-Unis ne plaît guère à certains républicains. Mais les deux présidents sont surtout un concentré de contradiction : les Européens s'étonnent de voir un président américain réticent à s'engager dans un conflit, tandis que les Américains, se souvenant de la guerre en Irak, ne savent vraiment pas quoi penser d'un soldat français. Se pourrait-il que les frites méritent véritablement leur appellation de "freedom fries" ? [littéralement "frites de la liberté" : nom ironiquement donné aux "french fries" à l'époque du refroidissement des relations franco-américaines, au moment du déclenchement de la guerre en Irak, en 2003].

 

Sarkozy l’Américain et Obama l’Européen
Source, journal ou site Internet : The New York Times
Date : 13 avril 2011
Auteur : Marl Landler

09:49 Écrit par HUMANITAS dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : sarkozy, obama, libye, irak, militaire, guerre, ifri | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

12/03/2011

L'Etat émancipe t-il l'individu? Ne rentrons-nous pas au sein d'une socièté de défiance (anglo-saxonne) ?

« Les procès contemporains de la démocratie libérale », dirigé par Pascal Perrineau, directeur du Centre de recherches politiques de Sciences Po (CEVIPOF), autour de la question « Pourquoi la France penche-t-elle vers l'État administratif dans un esprit illibéral ? ».

 

http://liberal94.hautetfort.com/images/medium_revolution_legale_privileges.jpg

-

A cette occasion intervenait Lucien JAUME, directeur de recherche CNRS au CEVIPOF, auteur de L'Individu effacé ou le Paradoxe du libéralisme français (Fayard, 1997). Cette vidéo rend compte de son intervention.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je profite de ces 2 vidéos afin de faire un rappel ici de Ludwig von Mises ( Première édition allemande (sous le titre Liberalismus) en 1927) traduit par Hervé de Quengo

Les racines psychologiques de l'antilibéralisme

L'objet de cet ouvrage ne peut pas être de traiter du problème de la coopération sociale autrement que par des arguments rationnels. Mais les racines de l'opposition au libéralisme ne peuvent pas être comprises en ayant recours à la raison et à ses méthodes. Cette opposition ne vient pas de la raison, mais d'une attitude mentale pathologique — d'un ressentiment et d'un état neurasthénique qu'on pourrait appeler le complexe de Fourier, d'après le nom de ce socialiste français.


Il y a peu à dire au sujet du ressentiment et la malveillance envieuse. Le ressentiment est à l'œuvre quand on déteste tellement quelqu'un pour les circonstances favorables dans lesquelles il se trouve, que l'on est prêt à supporter de grandes pertes uniquement pour que l'être haï souffre lui aussi. Parmi ceux qui attaquent le capitalisme, plusieurs savent très bien que leur situation serait moins favorable dans un autre système économique. Néanmoins, en pleine connaissance de cause, ils défendent l'idée d'une réforme, par exemple l'instauration du socialisme, parce qu'ils espèrent que les riches, dont ils sont jaloux, souffriront également dans ce cas. On entend toujours et encore des socialistes qui expliquent que même la pénurie matérielle serait plus facile à supporter dans une société socialiste parce que les gens verront que personne n'occupe une meilleure situation que son voisin.


En tout état de cause, on peut s'opposer au ressentiment par des arguments rationnels. Il n'est après tout pas très difficile de montrer à quelqu'un qui est plein de ressentiment, que la chose importante pour lui est d'améliorer sa propre situation, pas de détériorer celle de ses semblables qui occupent une meilleure position.


Le complexe de Fourier est bien plus difficile à combattre. Dans ce cas, nous avons à faire face à une maladie grave du système nerveux, une névrose, qui est plus du ressort du psychologue que du législateur. On ne peut pourtant pas la négliger quand il s'agit d'étudier les problèmes de la société moderne. Malheureusement, les médecins se sont jusqu'ici peu préoccupés des problèmes que constitue le complexe de Fourier. En fait, ces problèmes ont à peine été notés, même par Freud, le grand maître de la psychologie, ou par ses successeurs dans leur théorie de la névrose, bien que nous soyons redevables à la psychanalyse de nous avoir ouvert la voie de la compréhension cohérente et systématique des désordres mentaux de ce type.


A peine une personne sur un million réussit à réaliser l'ambition de sa vie. Les résultats de notre travail, même si l'on est favorisé par la chance, restent bien en deçà de ce que les rêveries de la jeunesse nous laissaient espérer. Nos plans et nos désirs sont ruinés par un millier d'obstacles et notre pouvoir est bien trop faible pour réaliser les objectifs que nous portions dans notre cœur. L'envol de ses espoirs, la frustration de ses plans, sa propre insuffisance face aux buts qu'il s'était fixé lui-même — tout ceci constitue l'expérience la plus pénible de tout homme. Et c'est, en fait, le lot commun de l'homme.


Il y a pour un homme deux façons de réagir à cette expérience. On trouve l'une dans la sagesse pratique de Goethe :

Voulez-vous dire que je devrais haïr la vie
Et fuir vers le désert
Parce que tous mes rêves bourgeonnants n'ont pas fleuri ?

crie son Prométhée. Et Faust reconnaît au « moment le plus important » que « le dernier mot de la sagesse » est :

Personne ne mérite la liberté ou la vie
S'il ne les conquiert chaque jour à nouveau.

Une telle volonté et un tel esprit ne peuvent pas être vaincus par la malchance terrestre. Celui qui accepte la vie pour ce qu'elle est et ne se laisse pas submerger par elle, n'a pas besoin de chercher refuge dans la consolation d'un « mensonge salvateur » pour compenser une perte de confiance en soi. Si la réussite espérée n'est pas au rendez-vous, si les vicissitudes du destin démolissent en un clin d'œil ce qui avait été péniblement construit au cours d'années de dur labeur, alors il multiplie simplement ses efforts. Il peut regarder le désastre en face sans désespérer.


Le névrosé ne peut pas supporter la vie réelle. Elle est trop grossière pour lui, trop ordinaire, trop commune. Pour la rendre supportable, il n'a pas, contrairement à l'homme sain, le cœur de « continuer en dépit de tout. » Ce ne serait pas conforme à sa faiblesse. A la place, il se réfugie dans un fantasme, une illusion. Un fantasme est, d'après Freud, « quelque chose de désiré en soi, une sorte de consolation » ; il se caractérise par sa « résistance face à la logique et à la réalité ». Il ne suffit pas du tout, dès lors, de chercher à éloigner le patient de son fantasme par des démonstrations convaincantes de son absurdité. Afin de guérir, le malade doit surmonter lui-même son mal. Il doit apprendre à comprendre pourquoi il ne veut pas faire face à la vérité et pourquoi il cherche refuge dans ses illusions.


Seule la théorie de la névrose peut expliquer le succès du Fouriérisme, produit fou d'un cerveau sérieusement dérangé. Ce n'est pas ici l'endroit pour démontrer la preuve de la psychose de Fourier en citant des passages de ses écrits. De telles descriptions ne présentent d'intérêt que pour le psychiatre, ou pour ceux qui tirent un certain plaisir à la lecture des produits d'une imagination lubrique. Mais c'est un fait que le marxisme, quand il est obligé de quitter le domaine de la pompeuse rhétorique dialectique, de la dérision et de la diffamation de ses adversaires, et qu'il doit faire quelques maigres remarques pertinentes sur le sujet, n'a jamais pu avancer autre chose que ce que Fourier, « l'utopiste », avait à offrir. Le marxisme est de même également incapable de construire une image de la société socialiste sans faire deux hypothèses déjà faites par Fourier, hypothèses qui contredisent toute expérience et toute raison. D'un côté, on suppose que le « substrat matériel » de la production, qui est « déjà présent dans la nature sans effort productif de la part de l'homme, » est à notre disposition dans une abondance telle qu'il n'est pas nécessaire de l'économiser. D'où la foi du marxisme dans une « augmentation pratiquement sans limite de la production. » D'un autre côté, on suppose que dans une communauté socialiste le travail se transformera « d'un fardeau en un plaisir » — et qu'en réalité, il deviendra « la première nécessité de la vie ». Là où les biens abondent et le travail est un plaisir, il est sans aucun doute très facile d'établir un pays de Cocagne.


Le marxisme croit que du haut de son « socialisme scientifique » il est en droit de regarder avec mépris le romantisme et les romantiques. Mais sa propre procédure n'est en réalité pas différente des leurs. Au lieu d'enlever les obstacles qui se dressent sur la route de ses désirs, il préfère les laisser simplement disparaître dans les nuages de ses rêves.


Dans la vie d'un névrosé, le « mensonge salvateur » possède une double fonction. Il ne le console pas seulement des échecs passés, mais lui offre aussi la perspective de succès futurs. En cas d'échec social, le seul qui nous concerne ici, la consolation consiste à croire que l'incapacité d'atteindre les buts élevés auxquels on aspirait n'est pas due à sa propre médiocrité mais aux défauts de l'ordre social. Le mécontent attend du renversement de cet ordre la réussite que le système en vigueur lui interdit. Par conséquent, il est inutile d'essayer de lui faire comprendre que l'utopie dont il rêve n'est pas possible et que le seul fondement possible d'une société organisée selon le principe de la division du travail réside dans la propriété privée des moyens de production. Le névrosé s'accroche à son « mensonge salvateur » et quand il doit choisir entre renoncer à ce mensonge et renoncer à la logique, il préfère sacrifier cette dernière. Car la vie serait insupportable à ses yeux sans la consolation qu'il trouve dans l'idée du socialisme. Elle lui dit que ce n'est pas lui, mais le monde, qui est responsable de son échec : cette conviction accroît sa faible confiance en lui et le libère d'un pénible sentiment d'infériorité.


Tout comme le dévot chrétien peut plus facilement supporter le malheur qui lui tombe dessus sur terre parce qu'il espère poursuivre une existence personnelle dans un autre monde, meilleur, où les premiers seront les derniers et vice versa, de même le socialisme est devenu pour l'homme moderne un élixir contre l'adversité terrestre. Mais alors que la croyance dans l'immortalité, en tant que récompense dans l'au-delà, et dans la résurrection constituait une incitation à se conduire de manière vertueuse dans la vie terrestre, l'effet de la promesse socialiste est assez différent. Cette promesse n'impose aucun autre devoir que d'apporter son soutien politique au parti du socialisme, tout en augmentant en même temps les attentes et les revendications.


Ceci étant la nature du rêve socialiste, il est compréhensible que chaque adepte du socialisme en attend précisément ce qui lui a été jusque-là refusé. Les auteurs socialistes ne promettent pas seulement la richesse pour tous, mais aussi l'amour pour tous, le développement physique et spirituel de chacun, l'épanouissement de grands talents artistiques et scientifiques chez tous les hommes, etc. Récemment, Trotski a affirmé dans un de ses écrits que dans la société socialiste « l'homme moyen se hissera au niveau d'un Aristote, d'un Goethe ou d'un Marx. Et de nouvelles cimes s'élèveront à partir de ses sommets » 1. Le paradis socialiste sera le royaume de la perfection, peuplé par des surhommes totalement heureux. Toute la littérature socialiste est remplie de telles absurdités. Mais ce sont ces absurdités qui leur apportent la majorité de leurs partisans.


On ne peut pas envoyer tous ceux qui souffrent du complexe de Fourier aller voir un médecin pour un traitement psychanalytique, le nombre des malades étant bien trop grand. Il n'y a pas d'autre remède possible dans ce cas que le traitement de la maladie par le patient lui-même. Par la connaissance de soi, il doit apprendre à supporter son sort dans la vie, sans chercher de bouc émissaire sur lequel il puisse rejeter toute la responsabilité, et il doit s'efforcer de saisir les lois fondamentales de la coopération sociale.

11:16 Écrit par HUMANITAS dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : illibérale, libéralisme, cevipof, état, etat-providence, von mises | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

10/03/2011

Tea party en France, serait-ce possible?

Installée aux Etats-Unis depuis le début des années 1980, Suzanne Guggenheim est une militante active au sein des "tea-parties", ces révoltes conservatrices qui mènent la vie dure à Barack Obama. Pour Atlantico, elle s'intéresse à l'éventualité d'un mouvement comparable en France.

 

 

photo

 

L'heure du tea party a-t-elle sonné en France ?

 

Le "Tea Party" est un mouvement qui abrite un vaste éventail de tendances politiques : des démocrates à la Kennedy, des supporters de Reagan, la droite évangélique, en passant par toute les nuance de républicains et de libertaires.


Réaliser sur la base de ces idées un large rassemblement en France peut sembler une vraie gageure. Pas forcément par manque de volonté, car un certain nombre des mouvements évoqués dans mon article précédent entretiennent des relations plus ou moins proches, ni même par manque d’une vraie base populaire, car elle est sans doute beaucoup plus large que les pontifes ne voudraient l’admettre. Plus simplement, le libéralisme conscient est encore en France l’apanage d’un nombre limité de personnes formées intellectuellement et engagées politiquement.

Des idées libérales impopulaires en France...

Aussi honorables et salutaires soient les thèses qu’ils défendent, celles-ci, celles-ci restent trop largement inconnues du grand public. Un gigantesque travail d’information et d’éducation, à contre-courant, est à faire. Il n’y a qu’à voir le nombre de Français qui doutent même de la pertinence du capitalisme comme système économique.


Mais comment en serait-il autrement lorsque l’on s’intéresse par exemple à l’enseignement de l’économie au lycée et à l’université ? Combien d’élèves et d’étudiants n’auront même jamais entendu parler de Friedrich Von Hayek ou de Frédéric Bastiat quand ils auront eu plus que leur dose des théories keynésiennes, planificatrices, ou simplement marxistes mais peintes en rose, exclusivement professées au sein du corps professoral et plus largement de la classe politique tous partis confondus ? Jetons simplement un œil aux manuels de sciences économiques pour nous rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir dans les esprits français pour tout libéral soucieux de voir diffuser les idées qui sont les siennes. L’importance des groupes de réflexion et de leur rôle éducatif est donc majeure. Il n’y a guère de temps à perdre de ce côté.

... mais qui progressent

Toutefois, certains progrès ont déjà été faits, et les Français ne sont-plus forcément systématiquement hostiles à toute libéralisation de l’économie. Prenons ce sondage réalisé par l’IFOP à la demande de l’IREF qui pose la question suivante : « Aujourd’hui, dans le système par répartition, si vous êtes en activité vos cotisations sont entièrement utilisées pour payer les pensions des retraités actuels. Si vous aviez la possibilité de mettre une partie de ces cotisations retraites dans un compte épargne retraite personnel par capitalisation le feriez-vous ? ».


Contre toute attente, 82% des sondés ont répondu oui. Dans le détail, on note que parmi les personnes âgées de 18 à 24 ans, près de neuf répondants sur dix (89%) envisagent cette possibilité, contre 73% des personnes âgées de 50 à 64 ans. Pour ce qui est des professions, 78 % des ouvriers disent oui, presque autant que les professions libérales (81 %). Même les électeurs de gauche ont répondu massivement oui : 63 % de ceux qui ont voté Besancenot en 2007 et 76 % de ceux qui ont voté pour Ségolène Royal.


Il semblerait donc que si certaines théories libérales sont très clairement exposées au grand public, celui-ci est a priori enclin à y adhérer. Aussi rassurant que cela puisse paraître, il reste encore un énorme travail de pédagogie à faire.

Les Français sont-ils prêts ?

La liberté économique et la responsabilité personnelle ne sont malheureusement pas des réflexes pour le citoyen français moyen, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est plutôt l’étatisme dirigiste et la prise en charge qui relèvent pour lui de l’automatisme. Vilipendant les assistés et les fainéants mais considérant avec fierté son « unique modèle social » qui s’effondre chaque jour un peu plus mais que le monde entier est censé lui envier, le Français moyen est toujours prêt à manifester pour défendre ce qu’il appelle ses « avantages acquis» aux côtés des syndicats qui ne représentent que 8% de ces « travailleurs » qu’ils prétendent protéger.


Il ne comprend pas comment la mise en concurrence des entreprises publiques, et à terme leur privatisation, pourraient être avantageuses pour lui en tant que consommateur ; il se plaint régulièrement des hausses de taxes et d’impôts mais ne remet pas en cause la philosophie du « manque à gagner » chère à nos dirigeants. Bref, le citoyen français ne semble pas prêt de faire changer le paysage politique français dans la mesure où cela implique de se remettre lui-même en cause.

 

Tea party : la France est-elle anti-libérale ?

Réaliser sur la base de ces idées un large rassemblement en France peut sembler une vraie gageure. Pas forcément par manque de volonté, car un certain nombre des mouvements évoqués dans mon article précédent entretiennent des relations plus ou moins proches, ni même par manque d’une vraie base populaire, car elle est sans doute beaucoup plus large que les pontifes ne voudraient l’admettre. Plus simplement, le libéralisme conscient est encore en France l’apanage d’un nombre limité de personnes formées intellectuellement et engagées politiquement.

Des idées libérales impopulaires en France...

Aussi honorables et salutaires soient les thèses qu’ils défendent, celles-ci, celles-ci restent trop largement inconnues du grand public. Un gigantesque travail d’information et d’éducation, à contre-courant, est à faire. Il n’y a qu’à voir le nombre de Français qui doutent même de la pertinence du capitalisme comme système économique.


Mais comment en serait-il autrement lorsque l’on s’intéresse par exemple à l’enseignement de l’économie au lycée et à l’université ? Combien d’élèves et d’étudiants n’auront même jamais entendu parler de Friedrich Von Hayek ou de Frédéric Bastiat quand ils auront eu plus que leur dose des théories keynésiennes, planificatrices, ou simplement marxistes mais peintes en rose, exclusivement professées au sein du corps professoral et plus largement de la classe politique tous partis confondus ? Jetons simplement un œil aux manuels de sciences économiques pour nous rendre compte du chemin qu’il reste à parcourir dans les esprits français pour tout libéral soucieux de voir diffuser les idées qui sont les siennes. L’importance des groupes de réflexion et de leur rôle éducatif est donc majeure. Il n’y a guère de temps à perdre de ce côté.

... mais qui progressent

Toutefois, certains progrès ont déjà été faits, et les Français ne sont-plus forcément systématiquement hostiles à toute libéralisation de l’économie. Prenons ce sondage réalisé par l’IFOP à la demande de l’IREF qui pose la question suivante : « Aujourd’hui, dans le système par répartition, si vous êtes en activité vos cotisations sont entièrement utilisées pour payer les pensions des retraités actuels. Si vous aviez la possibilité de mettre une partie de ces cotisations retraites dans un compte épargne retraite personnel par capitalisation le feriez-vous ? ».


Contre toute attente, 82% des sondés ont répondu oui. Dans le détail, on note que parmi les personnes âgées de 18 à 24 ans, près de neuf répondants sur dix (89%) envisagent cette possibilité, contre 73% des personnes âgées de 50 à 64 ans. Pour ce qui est des professions, 78 % des ouvriers disent oui, presque autant que les professions libérales (81 %). Même les électeurs de gauche ont répondu massivement oui : 63 % de ceux qui ont voté Besancenot en 2007 et 76 % de ceux qui ont voté pour Ségolène Royal.


Il semblerait donc que si certaines théories libérales sont très clairement exposées au grand public, celui-ci est a priori enclin à y adhérer. Aussi rassurant que cela puisse paraître, il reste encore un énorme travail de pédagogie à faire.

Les Français sont-ils prêts ?

La liberté économique et la responsabilité personnelle ne sont malheureusement pas des réflexes pour le citoyen français moyen, c’est le moins que l’on puisse dire. C’est plutôt l’étatisme dirigiste et la prise en charge qui relèvent pour lui de l’automatisme. Vilipendant les assistés et les fainéants mais considérant avec fierté son « unique modèle social » qui s’effondre chaque jour un peu plus mais que le monde entier est censé lui envier, le Français moyen est toujours prêt à manifester pour défendre ce qu’il appelle ses « avantages acquis» aux côtés des syndicats qui ne représentent que 8% de ces « travailleurs » qu’ils prétendent protéger.


Il ne comprend pas comment la mise en concurrence des entreprises publiques, et à terme leur privatisation, pourraient être avantageuses pour lui en tant que consommateur ; il se plaint régulièrement des hausses de taxes et d’impôts mais ne remet pas en cause la philosophie du « manque à gagner » chère à nos dirigeants. Bref, le citoyen français ne semble pas prêt de faire changer le paysage politique français dans la mesure où cela implique de se remettre lui-même en cause.

Tea party : la lutte finale ?

on pourrait conclure qu’un "tea party" à la française relève à l’heure actuelle du vœu pieu, tant les valeurs partagées par ce mouvement semblent à des années-lumière de la mentalité française qui finalement n’éprouve pas tant de raisons de s’opposer à un système politique qui lui assure pour l’instant un minimum de confort.


Soulignons par ailleurs, qu'il est plus que prévisible que les partis politiques traditionnels mettront tout en œuvre, y compris menaces et intimidations, pour qu’un tel mouvement qui risquerait de grignoter leur électorat ne voit jamais le jour. En ce sens, le peu de considération qui est faite des rares libéraux et libéraux-conservateurs authentiques au sein des partis traditionnels est révélateur de la situation.

 


Souvenons-nous des origines des "tea parties" américaines...

Mais, si l’on regarde en arrière ce qu’était la situation aux Etats-Unis il y a deux ans, on se rend compte que très peu d’Américains étaient vraiment conscients de la situation économique, financière et sociale de l’Amérique. Leur motivation pourtant fut suffisante pour les inciter à s’informer et à s’éduquer.


Et surtout, ce qui change totalement l’équation, c’est que la dynamique qui a créé le mouvement des "tea parties" est en fait partie de la base. A la grande surprise des hommes politiques et des commentateurs, le mouvement est né spontanément et simultanément dans des centaines de villes, à travers tous les Etats, et sans aucune participation d’aucun des habituels acteurs ou ténors de la politique traditionnelle. Deux ans après, avec plus de 3000 groupes répartis sur tout le territoire, cela reste vrai, même si les partis politiques et leurs dirigeants se réclament maintenant du "tea party".

Vers un bouleversement politique ?

Peut-être, l’heure approche-t-elle aussi où un sursaut naturel, issu de la volonté de survie, amènera le peuple français à se regrouper autour de leaders nouveaux aussi bien qu’issus des groupes libéraux cités lors de mon premier article et qui s’organisent déjà, et à s’assembler afin de faire entendre une voix forte réclamant une diminution de l’emprise tentaculaire de l’Etat, une prise en charge personnelle par les individus de leur avenir, et l’effort national nécessaire à assurer la pérennité de l’identité française face à l’Islam envahissant. Une chose est sure, c’est que dans la situation dans laquelle se trouve actuellement tout le monde occidental, les choses peuvent basculer très vite.


Aujourd’hui, certes, les Français ne sont sans doute pas prêts, mais demain, dans un mois … tout peut avoir changé. La vraie force des "tea Parties" c’est la rapidité de réaction, la façon dont le mouvement s’étend rapidement et ensuite la consistance dans l’action. Alors tous les espoirs sont permis. Et si cela se passe, tous les partis politiques peuvent se préparer à la plus fondamentale remise en cause qu’ils n’aient jamais imaginée.

 

Suzanne Guggenheim

Suzanne Guggenheim est la co-fondactrice du mouvement des "tea-party" au Texas et membre du bureau national des "tea party".

Franco-Américaine de 66 ans, elle vit à Houston, au Texas, depuis le début des années 1980.

Voir la bio en entier

 

Source: Atlantico, Infusion américaine Publié le 8 mars 2011 - Mis à jour le 9 mars 2011

09/03/2011

« Le libéralisme politique et ses critiques : sources et transformations contemporaines

L'ULAL vous informe de conférences sur le libéralisme, voir ci-dessous les 2 dernières de prévu;

Bien librement, Al

 

 

 

 

 

La notion de « libéralisme » est plurielle (libéralisme économique, politique, culturel), et cette équivocité terminologique en fait le lieu d'une multiplicité de critiques, récurrentes pour certaines, nouvelles par certains autres aspects. L'histoire du libéralisme ne saurait ainsi s'écrire au singulier. Il y a bien « des » doctrines libérales ainsi que des expériences historiques du libéralisme, non toujours congruentes entre elles. Aussi bien l'histoire des doctrines que l'histoire des expériences socio-politiques doivent-elles être combinées l'une à l'autre dans la longue durée pour être véritablement éclairantes.


C'était l'enjeu des deux années d'enquête écoulées autour des critiques néo-républicaines contemporaines du libéralisme politique que de faire apparaître cette diversité de référents historiques et de critiques normatives induites. Les travaux qui feront suite en 2010-2011 remettront sur le métier la question des « transformations contemporaines » du libéralisme politique, tout en maintenant ouverte la focale quant aux thèmes et aux périodes considérées.


A distance des affections sociales ambiantes, il ne s'agit assurément pas d'accuser « le libéralisme » tout court de tous les maux (économiques, sociaux, politiques, culturels), mais bien de dégager les enjeux et agendas à partir desquels une « transformation » du socle politique libéral (qu'on l'enracine historiquement ou non dans les traditions républicaines) semble aujourd'hui durablement à l'œuvre.

 

 

Organisateurs :
Alexandre Escudier (alexandre.escudier@sciences-po.fr
Christophe Miqueu (cmiqueu@yahoo.fr)
Didier Ottaviani (didier.ottaviani@wanadoo.fr)
Janie PÉlabay (janie.pelabay@sciences-po.fr

 


Horaire :
17h00-19h00 (entrée libre)


Lieu :
Centre de recherches politiques de Sciences-Po (CEVIPOF)
98 rue de l'Université,
75007 Paris
(métro : Solférino)

Calendrier

1er décembre 2010
Justine
Lacroix (Université libre de Bruxelles) : « Critique des droits de l'homme et transformations de la démocratie »
Discutant
: Bertrand Binoche (Université Paris I-Panthéon Sorbonne)

5 janvier 2011
Philippe
Chanial (Université Paris-Dauphine) : « La délicate essence du socialisme. L'association, l'individu et la République »
Discutant
: Henri Rey (Cevipof)

 

2 février 2011
Roberto Merrill
(Université du Minho) : « Comment un État libéral peut-il être à la fois neutre et paternaliste? »
Discutante
: Janie PÉlabay (Cevipof)

 

1er mars 2011
Christian Laval
(Université Paris X-Nanterre) : « L'homme économique : Essai sur les racines du néolibéralisme »
Discutant
: Alexandre Escudier (Cevipof)

 

5 avril 2011
Catherine Audard
(London School of Economics) : « Le nouveau' libéralisme social: généalogies multiples et enjeux contemporains »
Discutant
: Alain Caillé (Université Paris Ouest-Nanterre)


4 mai  2011
Tristan Storme
(Université libre de Bruxelles) : « L'actualité de la critique schmittienne du libéralisme au sein de la gauche radicale française »
Discutant
: Philippe Raynaud (Université Paris II-Panthéon Assas) [sous réserve]


Voir aussi:
http://www.cevipof.fr/fr/les-rencontres/les-seminaires-du-cevipof

23:25 Écrit par HUMANITAS dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : libéralisme, conférence, cevipof | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

01/03/2011

Québec et le mythe de l’immigration! Quoi en pensez?

L'immigration est-elle essentielle pour mitiger les effets du vieillissement de la population? Non.


L'immigration n'est pas essentielle. Sa contribution est marginale et, à cause des mauvaises performanceséconomiques des immigrants admis au Canada depuis trois décennies, elle est peut-être même négative.

 

http://www.montrealfrancais.info/files/en-avril-des-immigrants-montrealais2-manifestaient-contre-l-abolition-de-classes-de-francisation1_-_copie.jpg


Dans notre Québec social-démocrate - au filet social généreux et à l'impôt progressif -, les immigrants dépendent un peu plus des transferts gouvernementaux que les natifs, alors qu'ils paient beaucoup moins d'impôts. Plutôt que d'alléger le fardeau que fait peser le vieillissement de la population sur les finances publiques, il n'est pas impossible que l'immigration l'alourdisse modestement. Mais n'est-il pas possible d'améliorer les choses?

 

Oui et non. Il est toujours possible de mieux soutenir l'intégration des immigrants à l'emploi, en investissant davantage et en mettant en oeuvre de meilleurs programmes. Nous sommes d'ailleurs de farouches partisans d'un meilleur investissement dans les politiques d'intégration et d'un meilleur suivi des performances économiques des immigrants admis au Québec. Mais il ne faut pas rêver en couleurs. La réalité est que la plupart des immigrants - même sélectionnés - rencontrent sur le marché du travail de multiples obstacles. Ces obstacles sont dus à des problèmes difficilement solubles, notamment le fait que les compétences acquises dans les pays en développement sont souvent peu transférables et même de moindre qualité, étant donné le manque de compétitivité des systèmes éducatif et économique de ces pays. Nous pouvons aider les immigrants à surmonter leurs difficultés d'insertion sur le marché du travail, mais il faut le faire en étant conscient que cela exigera des dépenses qui remettront probablement en question la logique coûts/avantages au fondement de notre politique d'immigration économique. (...) Au-delà des propositions concrètes de réforme, le plus urgent, dans la situation actuelle, demeure néanmoins de rétablir des attentes réalistes par rapport à l'immigration.

 

http://www.antagoniste.net/WP-Uploads/2007/08/immigration160807c.gif

 

Depuis 2007 - sous l'activisme du gouvernement et des commentateurs -, l'idée que l'immigration doit jouer un rôle essentiel pour contrer les effets négatifs du vieillissement de la population s'est répandue au Québec comme une traînée de poudre. Elle l'a fait malgré la présence d'une imposante littérature en démographie démontrant l'influence marginale de l'immigration sur la structure par âge de la population. Elle l'a fait malgré une littérature économique démontrant l'impact négligeable de l'immigration sur des variables cruciales comme les salaires ou le PIB par habitant. Enfin, elle l'a fait malgré une imposante littérature
canadienne démontrant la détérioration continue des performances économiques des immigrants au cours des 30 dernières années. Qu'est-ce qui a incité les acteurs politiques et les médias québécois à embrasser unanimement une idée aussi fausse? Leurs motivations sont probablement multiples. D'abord, certains acteurs sont probablement poussés par des motifs économiques. L'immigration ne change rien à la prospérité économique en général, mais elle peut être à la source de bénéfices dans des secteurs particuliers. On pense d'abord au secteur de la construction, à cause de l'impact de l'immigration sur la taille de la population. On pense aussi aux marchés saturés où les coûts d'entrée sont très élevés?: téléphonie, câblodistribution, etc.

 

http://www.pointdebasculecanada.ca/data/images/Immigration/immigration-chance-pour-quebec.jpg

 

L'accroissement de la taille de la population (et du PIB) se transforme directement en croissance des revenus pour les entreprises actives dans ces secteurs. On pense finalement aux entreprises oeuvrant dans des secteurs utilisant une main-d'oeuvre à bon marché et où les immigrants sont surreprésentés. Mais les motifs économiques n'expliquent évidemment qu'une petite partie de l'affaire. Les motifs électoraux y sont peut-être aussi pour quelque chose. Du côté du gouvernement, la chose est plus que plausible. Malgré la francisation relative de l'immigration, l'appui au Parti libéral du Québec demeure proportionnellement plus fort chez les immigrants que chez les natifs. Le gouvernement a donc un intérêt objectif à faire diminuer la part relative des natifs dans la population.

 

L'élément électoraliste n'explique cependant pas l'adhésion des autres principaux partis au lieu commun. En 2007, même si l'Action démocratique du Québec s'est opposée à la hausse du volume d'admission, Mario Dumont n'hésitait pas à soutenir que, d'un point de vue économique, le Québec avait besoin de plus d'immigrants. Visiblement, il était mal informé. L'adhésion du Parti québécois au mythe de l'immigration miracle doit également faire l'objet d'une explication. Bien sûr, la méconnaissance des faits joue chez lui un rôle important. Mais l'influence déterminante est probablement celle de la rectitude politique. (...) Il y a des conséquences à vivre en permanence hors de la réalité. Ces conséquences ne sont pas uniquement de nature économique ou politique. Elles concernent le lien social en entier. Le principal problème est simple à saisir?: à force de répéter sur toutes les tribunes que le Québec vieillissant a besoin d'immigration, journalistes et politiciens font monter les attentes de tout le monde. D'un côté, les Québécois s'attendent à ce que l'immigration soulage la pression sur les finances publiques, ce qui n'est pourtant pas plausible. De l'autre, les immigrants s'attendent à ce que leurs perspectives d'emploi soient particulièrement favorables.

 

http://www.antagoniste.net/WP-Uploads/2007/10/pq271007.gif

 

Après tout, le Québec vieillissant aura bientôt «700 000 emplois à combler». Comment pourrait-il ne pas y en avoir un pour eux? Les attentes étant si démesurément élevées, l'échec de l'intégration économique ne peut qu'engendrer déception et ressentiment.

 

En donnant systématiquement la discrimination et la non-reconnaissance des acquis comme fondements de cet échec, les décideurs et les commentateurs ne font qu'aggraver le problème qu'ils souhaitent résoudre. Les chevaliers de l'anti discrimination, plutôt que de calmer le jeu, viennent attiser la méfiance entre les groupes.

 

Les natifs comprennent qu'ils sont accusés de racisme et de fermeture d'esprit, alors que les immigrants se voient confortés dans leurs pires appréhensions: les Québécois ne les aiment pas et voilà la source de leurs malheurs! L'un de nos principaux objectifs est de ramener chacun à des attentes plus réalistes. Il n'a jamais existé et n'existera jamais de recette magique pour l'intégration des immigrants. Les choses se déroulent parfois bien, souvent moins bien. Nous ignorons plusieurs des variables impliquées, et il est souvent très
difficile de trancher entre les diverses théories. Pire encore, nous n'avons qu'un faible contrôle sur plusieurs des variables cruciales. Voilà autant de raisons de rester modestes dans nos attentes. Voilà aussi des raisons de se méfier de ceux qui vendent des solutions magiques sans pourtant être capables d'en définir les coûts ou les effets. Améliorer la francisation? Nous sommes partants, mais combien faudra-t-il investir pour éliminer le désavantage des immigrants par rapport aux natifs? Certains voudront connaître le montant avant de signer le chèque. Construire un immense système de reconnaissance des acquis afin de remplacer les processus informels d'évaluation à l'oeuvre dans les réseaux sociaux? On se rapproche de plus en plus de l'illusion du «planisme», à laquelle tant d'intellectuels, de journalistes et de politiciens de chez nous ont fait l'erreur d'adhérer à une autre époque. La réalité est que l'immigration produit des effets complexes sur lesquels il est rarement facile d'agir. La seule approche acceptable consiste à se tenir à l'abri de la conjecture et à mobiliser la documentation empirique disponible tout en en reconnaissant les limites. C'est ce que nous avons cherché à faire. Pour autant, les nuances dans les détails ne doivent pas masquer la clarté du portrait global?:
économiquement et démographiquement, le Québec n'a pas besoin d'immigration. Dire le contraire revient à créer des attentes condamnées à être déçues. Les Québécois doivent poursuivre le débat sur leurs politiques d'immigration et d'intégration, mais en mettant de côté cet argument une fois pour toutes. Le vieillissement de la population est un problème réel, mais l'immigration est un remède imaginaire.


© Les Éditions du Boréal 2011
* Les auteurs sont respectivement philosophe et démographe. Ce texte est extrait du livre «Le Remède
imaginaire - Pourquoi l'immigration ne sauvera pas le Québec», publié par Boréal, qui sera en librairie la
semaine prochaine

10:17 Écrit par HUMANITAS dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : immigration, québec, canada, démographie, élections | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu