Avertir le modérateur

30/08/2010

What's Really Wrong with the Middle East, de Brian Whitaker (en français)

Moyen-Orient.

Un journaliste britannique juge sans concession les pays de la région.

 

Expert du Moyen-Orient au quotidien britannique The Guardian, Brian
Whitaker publie Ce qui va vraiment mal au Moyen-Orient (non encore
traduit en français). Cet essai sans concession passe en revue les
faiblesses et les contradictions du monde arabe contemporain. « Le
problème avec le Moyen-Orient, c’est que c’est toujours la faute de
quelqu’un d’autre », prévient l’auteur dès la première page, avant de
décrire « une atmosphère abrutissante, où le changement, l’innovation,
la créativité, la pensée critique, le questionnement, la résolution des
problèmes… sont tous découragés ». Nous l’avons rencontré à Londres.

 

http://images.huffingtonpost.com/2010-03-03-BrianWhitaker.jpg

cliquez lire bio


Pourquoi avez-vous écrit ce livre ?

J’avais l’impression d’un sérieux
manque de compréhension des problèmes majeurs de la région,
particulièrement de la part des responsables politiques des pays
occidentaux.


Par exemple ?

Lorsque l’administration de George W. Bush a décidé de promouvoir des élections
libres dans certains pays arabes, c’était une erreur. La démocratie n’est pas adaptée au Moyen-Orient,
à moins de changements sociétaux radicaux. La société elle-même est autoritaire. Instaurer plus de
liberté dans un pays ne doit pas se limiter à la politique. Il faut aussi tenir compte du droit des
individus, de la discrimination…


En quoi ces sociétés sont-elles si autoritaires ?

Elles le sont, tout autant que leurs gouvernements, à
cause de toutes les discriminations fondées sur l’ethnie, la religion, le genre, l’orientation sexuelle ou
les antécédents familiaux. Elles le sont par l’inégalité des chances, l’opacité de la bureaucratie,
l’application arbitraire de la loi et le manque de transparence au sein des exécutifs. À cela s’ajoutent
la corruption et le système d’influence et de relations.


Vous évoquez aussi le rôle particulier de l’éducation…

Elle est au coeur des problèmes, car, dans
cet univers, les jeunes apprennent les choses par coeur, à partir de ce qu’on leur dit, plutôt que de
rechercher par eux-mêmes ou de poser des questions. Cette absence de dialogue libre ne favorise pas
l’éveil de la conscience ou la démarche exploratoire. Elle ferme la porte à la liberté de penser et de
critiquer. Les programmes scolaires semblent plutôt encourager la soumission, l’obéissance, la
subordination et la complaisance.


Ce système est-il figé ?

Au Moyen-Orient, la société fonctionne sur un mode paternaliste, à l’école,
dans la famille, au travail, en politique. Les individus doivent toujours obéir à un chef – la maîtresse
d’école, le père, le patron, le monarque –, sans jamais pouvoir le questionner. Ces sociétés n’ont pas
réussi à résoudre le conflit entre la liberté de pensée et une société harmonieuse.


Quel rôle joue l’islam ?

Il freine le développement de la société arabe. La séparation claire entre la
religion et l’État n’existe pas et le pouvoir séculier est peu soutenu, pas seulement chez les
extrémistes, mais par la population en général. Les interdits de l’islam réduisent la souveraineté du
peuple et son évolution. Selon la règle édictée par le Coran, le chef de l’État doit être musulman et
même, dans certains cas, un “bon musulman”. Le président arabe sera donc toujours musulman. Je
pense que ce manque de débat public sur le religieux a aidé la montée de l’extrémisme.


Pourquoi ?

Les questions touchant la religion sont tellement taboues, surtout dans les médias, que
l’on n’ose même pas aborder ce sujet de l’islamisme. Les islamistes ont pu accéder aux mosquées et
développer leur influence. Leurs idées extrémistes circulent et il n’existe aucun moyen de les
contredire en public.


Les choses peuvent-elles changer ? Oui, grâce à la mondialisation, à Internet, à la télévision par
satellite. Les gens sont beaucoup plus informés de ce qui se passe dans le reste du monde. Les
attitudes se modifient, petit à petit. Certains pays évoluent vite : au Koweit, la monarchie cohabite
avec un Parlement; en Égypte, la diversité politique existe depuis longtemps ; au Maroc, on a pu
observer de nombreux changements depuis l’arrivée de Mohamed VI au pouvoir, en 1999.

 

Propos recueillis par Valentine Piédelièvre
What's Really Wrong with the Middle East, de Brian Whitaker, Saqi Books, Londres, 384 pages.

 

Source IHEDN

Ce que pense le monde arabe
Source journal ou site Internet : Valeurs actuelles
Date : 26 août 2010
Auteur : Valentine Piède

 

Hamas supporters at a rally in Gaza City Hamas supporters at a rally in Gaza City. Photograph: Mahmud Hams/AFP/Getty Images

The problems of the Middle East are always somebody else's fault. Arabs blame their problems on centuries of foreign interference; their critics retort that the Arabs must shoulder responsibility for their own failures. The argument is about the allocation of blame: no one denies that the problems of the Arab world are deeply rooted and pervasive. As for the causes, both sides have a case: the problems of the region are the product of a unique combination of internal and external factors.

  1. What's Really Wrong with the Middle East
  2. by Brian Whitaker
  3. Buy it from the Guardian bookshop

Brian Whitaker's book is very wide in scope: it ranges over the entire area from the Persian Gulf to North Africa but without sacrificing the distinctiveness and idiosyncrasy of individual countries. The purpose of the book is not to suggest what the west should do but to set out the "Middle East problem" in terms that go beyond common perceptions of the region. He focuses his attention on actual concerns expressed by the Arabs (such as despotism, patriarchy, tribalism, corruption, and inequality), rather than the concerns of western governments.

One of the many merits of this book is that it tries, as far as possible, to let the Arabs provide the narrative. The narrative comes partly from Whitaker's encounters as a traveller interested in the Middle East and later as a journalist reporting for the Guardian newspaper; partly from written sources; and also from a series of lengthy interviews conducted especially for this book. Listening to the Arabs makes a refreshing change from the all too common habit of western pundits of pontificating about the Middle East and lecturing to the Arabs.

There are, of course, deep historical reasons for what is sometimes called "the Arab malaise". Wherever they are and however wealthy they might be, the Arab people are haunted by a sense of powerlessness. Recent Arab history, from the victors' peace that followed the first world war, through the nakba,or catastrophe, of 1948 and the numerous wars involving foreign powers, has left a deep mark.

Whitaker is not oblivious to the part played by foreign powers in supporting tyrants and in deterring democracy in the region. His argument is that if positive change is to come, the overhanging cloud of fatalism and resignation needs to be blown away. He knows that to be aware of the past has value when considering the present. His argument is that "to analyse the past endlessly and blame the Other (often with good reason), as the Arabs tend to do, merely reinforces the sense of powerlessness and adds to the malaise rather than addressing it".

Whitaker considers that in order to take charge of their predicament, the Arabs must stop asking "How did we get here?" and instead say: "This is where we are. How can we move forward?" The advice is well-intentioned but utterly unrealistic. Had the Arabs been capable of stepping outside their history or of coping collectively with their predicament, they would surely have done so long ago. The persistence of the predicament suggests that preoccupation with the past is by no means the only obstacle to change.

Whitaker writes with empathy and insight about the many ills that afflict Arab society, especially in the realm of education. Education may not be the most obvious of the region's problems, yet in many ways it is central. The curricula taught in Arab countries tend to encourage submission, obedience and compliance, rather than critical thinking. Law students at Cairo University, for example, can buy a cheap 20-page summary instead of reading the lecturer's textbook. Over the years this has become known as ra'i al-ductoor – the doctor's opinion. This is what students have to memorise because that has to be their opinion too if they want to get high marks.

Education in the Arab countries, Whitaker concludes, is where the paternalism of the traditional family structure, the authoritarianism of the state and the dogmatism of religion all meet. The result is to discourage critical thought and analysis, to stifle creativity and to instil submissiveness. Education thus serves to buttress the status quo instead of shaking it. It makes young Arabs well-equipped to survive in an authoritarian system but it does not prepare them to be active citizens and to contribute to their countries' development.

Of all the problems that afflict their society, corruption is probably the one that Arabs complain about most. There is no doubt in the minds of most Arabs that corruption is rife. More than 90% of the participants in a survey for the Arab Human Development Report believed it to be pervasive. The report noted that in the five countries surveyed, "politicians, businessmen and high-ranking officials head the list in the spread of corruption".

In practical terms, as Whitaker observes, corruption has many harmful effects. It is intrinsically unfair, undermines democratic processes, denies equality of opportunity, and in general creates obstacles to progress. Resentment of official corruption has become a galvanising factor for opposition movements, especially Islamist ones, providing them with opportunities to claim the moral high ground. Rampant corruption in the Palestinian Authority, for example, was a significant factor behind the unexpected victory of Hamas in the January 2006 elections.

Whitaker has given us a lively, highly readable and illuminating survey of the countless things that are wrong with the Middle East today. What emerges clearly from his survey is that the root problem, at least in the Arab world, is the lack of freedom. He concludes that in order to achieve peace, prosperity and full participation in the global economy, the Arabs should embrace far-reaching social, economic and political reform. Few would disagree with this conclusion but one has to be an incorrigible optimist to expect real change to take place in the foreseeable future.

Even if the unelected and unloved rulers of the Arab world fall, they are most likely to be replaced by Islamists who are no friends of freedom. So the Arab world is caught in a vicious circle. It is difficult to see how it might turn the corner because there are no corners in a vicious circle.

Avi Shlaim's Israel and Palestine: Reappraisals, Revisions, Refutations is published by Verso.

21/08/2010

Liberté et Services secrets, en savoir plus.....à lire!

Il ne se passe une semaine sans que le public ne soit informé des turpitudes des services secrets, en particulier de celles « commises » par les Américains : transferts de prisonniers vers des pays tiers, espionnage des transactions financières internationales, enlèvements de terroristes supposés, etc. Les media montent en exergue ces affaires car, dès que l'on parle de services secrets, le taux de vente des périodiques (actuellement en crise) et l'audimat des journaux télévisés augmentent considérablement. C'est le syndrome de « James Bond » car ce type d'information a toujours intéressé les foules avides de romanesque et de sensationnel. Cependant, cet état de fait a des conséquences extrêmement dommageables, particulièrement dans le domaine de la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée transnationale.

 

http://actualite.portail.free.fr/monde/26-07-2010/des-documents-revelent-que-les-services-secrets-pakistanais-aideraient-les-talibans-afghans/1144344_3_d0f2_des-soldats-americains-a-la-frontiere.jpg

Les conséquences néfastes d'une surmédiatisation des services

Le premier problème posé réside dans le fait que le monde politique s'empare de ces informations divulguées par la presse afin de prouver qu'il existe et qu'il a à cacher de nombreuses incuries. L'Union européenne, grande « donneuse de leçons de morale » à l'ensemble de la planète, et dont les représentants semblent avoir de piètres connaissances en Histoire, est d'ailleurs toujours très prompte à réagir, généralement en condamnant ces agissements, surtout quand ils sont imputés aux Américains. Des hommes politiques, notamment Allemands, sont en pointe dans ce processus. Par exemple, ils n'hésitent pas à mettre en cause l'action de leurs propres services lorsqu'ils sont soupçonnés d'avoir fourni des informations à leurs homologues américains lors de l'invasion de l'Irak, opération militaire, il est vrai, condamnée à l'époque par le gouvernement berlinois.


Le deuxième problème provient du fait que lorsqu'une action secrète est étalée au grand jour, elle ne peut plus se poursuivre, au moins durant une longue période.


La troisième conséquence, sans doute la plus tragique, est que parfois, la sécurité de membres des services secrets - et plus encore celle de leurs correspondants extérieurs - est mise en jeu. Cela peut aller jusqu'à leur élimination physique. Durant la Guerre froide, plusieurs affaires de ce genre ont coûté la vie à des agents recrutés dans les pays de l'Est. Actuellement, l'adversaire, qu'il soit terroriste ou criminel, ne fait pas non plus de cadeau à ceux qu'il considère comme des traîtres. La sanction est généralement la mort, précédée de tortures infligées « pour l'exemple ». Il est d'ailleurs curieux que les « intellectuels » si prompts à dénoncer les actions américaines ne se mobilisent pas de la même manière pour condamner ces crimes abominables. Un parallèle peut être fait avec les guerres révolutionnaires. Certaines élites se sont apitoyées, parfois à juste titre, sur le sort des victimes des forces colonialistes (selon ces mêmes élites, les Américains entrent aujourd'hui dans cette catégorie). Par contre, elles n'ont pas versé une larme pour les prisonniers français du vietminh - or, le pourcentage des survivants des camps de rééducation vietnamiens est inférieur à celui des camps de concentration nazi - ni pour ceux du FLN algérien - qui n'a jamais rendu un détenu français vivant, sans oublier le douloureux problème des Algériens qui avaient choisi la France. Pas de protestation non plus pour les soldats israéliens capturés par des groupes palestiniens - que l'Etat juif ne récupère, souvent après d'âpres négociations, que les pieds devant - ou pour les Américains faits prisonniers par la « résistance » irakienne qui les torture avant de leur trancher la gorge. Leur compassion ne va pas non plus aux millions de victimes des goulags soviétiques, des martyrs cambodgiens et des prisonniers politiques enfermés à Cuba, en République populaire de Chine, en Corée du Nord ou dans les jungles colombiennes1.


Si l'exploitation mercantile du filon que constituent les affaires d'espionnage est la motivation première des media, ce n'est bien sûr pas le cas de certains hommes politiques qui voient là une manière de participer à l'affaiblissement des Etats-Unis qu'ils considèrent, sans le dire ouvertement, comme leur véritable « ennemi ». Les terroristes de toutes obédiences recueillent toute leur « sympathie » car, s'ils en sont là, c'est bien sûr la faute à la mondialisation qui, selon eux, a poussé des peuples entiers dans la misère, creusant ainsi le lit de la « résistance à l'oppresseur », peu importe si celle-ci se traduit par des exactions qui devraient être condamnées par la communauté internationale.

 

http://www.lun-deux.fr/Lun_deux/Lun_deux_files/shapeimage_1.jpg

Mieux comprendre la spécificité des services secrets

Afin d'éclairer le public, il convient de revenir sur ce que sont réellement les services secrets.

Premier point fondamental, ce sont des organismes d'Etat qui obéissent au pouvoir politique en place et donc, n'agissent pas à leur guise. En conséquence, toute opération d'importance doit recevoir l'aval du pouvoir politique, souvent du plus haut niveau étant donné la sensibilité des sujets traités. Les « services » permettent aux gouvernants de s'affranchir des lois nationales et internationales qui deviennent de jour en jour plus contraignantes. La première mission de ces services est d'obtenir des renseignements, c'est-à-dire des informations secrètes. Au temps de l'Internet, d'aucuns s'imaginent que tout est connu, qu'il est impossible de cacher des informations aux journalistes, aux diplomates et autres observateurs de la scène internationale. Cela est vrai dans 90 % des cas, mais, ce qui est vraiment utile aux décideurs, ce sont les 10 % qui restent : l'information cachée : le renseignement.

http://cyberechos.creteil.iufm.fr/cyber20/Ailleurs/secrets.jpg

Afin d'obtenir ces renseignements, les services utilisent plusieurs moyens.

  • Les moyens techniques, qui sont constitués par les interceptions radioélectriques, les photos ou films pris à l'aide de satellites, d'avions espions ou de drones. Les progrès technologiques ont considérablement augmenté l'efficacité de ces méthodes, mais les spécialistes se sont vite rendu compte de leurs limites. Par exemple, afin de ne pas être repérés par les caméras infrarouges aéroportées, les Serbes déplaçaient leurs engins blindés en les attelant à chars à bœufs qui diffusent moins de chaleur que des moteurs tournant, même au ralenti. Une contre-mesure très efficace a également fait ses preuves. Il s'agit de la déception. Durant la Seconde Guerre mondiale, afin de faire croire aux Allemands que le débarquement aurait lieu dans le Pas-de-Calais, les Américains ont constitué une véritable armée fictive équipée de leurres (chars gonflables, campements inoccupés, réseau radio d'un véritable corps d'armée, etc.) que les services allemands pouvaient surveiller à loisir. Pour apporter une crédibilité supplémentaire, la direction de cette « Armée » avait été confiée au Général Patton, très estimé pour ses compétences militaires par le haut commandement allemand. Cette opération est connue sous le nom code de « Fortitude ». Aujourd'hui, il est probable que les Iraniens se livrent à ce même type de subterfuge afin de multiplier les cibles à atteindre en cas de frappe américaine. Enfin, la méthode de la saturation, notamment dans le domaine des écoutes radioélectriques, est aussi une contre-mesure très efficace. Les analystes ont le plus grand mal, malgré des moyens de sélection informatique performants, à sortir le renseignement exact et utile au milieu du fatras de retranscriptions d'enregistrements fantaisistes.

  • Les moyens humains consistent principalement à recruter des agents (leur motivation est la plupart du temps financière, mais il peut également s'agir d'opposants aux régimes ou mouvements espionnés) et des Honorables Correspondants (HC) qui sont en général des natifs du pays agissant.

    Ils comprennent également les moyens collaborationnels, c'est-à-dire les échanges de renseignements entre les services de différents pays dont les intérêts sont communs. Ces sujets d'intérêt commun sont prioritairement la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée transnationale. Par contre, dans le domaine de l'espionnage économique pudiquement désigné sous le vocable d'« intelligence économique », la coopération est exclue dans la plupart des cas, les intérêts nationaux restant bien sûr prépondérants.

  • Le débriefing de prisonniers qui peut fournir des renseignements utiles mais, défaut majeur, ces derniers datent toujours. Le plus intéressant consiste alors à tenter d'en retourner un certain nombre et à les réintroduire dans leur ancien milieu. Ils deviennent alors des agents. Cette manœuvre est particulièrement délicate, surtout pour la sécurité des intéressés. De plus, ils peuvent très bien trahir une seconde fois.

  • Les moyens opérationnels souvent popularisés au cinéma, qui consistent purement et simplement à voler les renseignements recherchés. Par exemple, dans les années 1990 , des hommes d'affaires participant à un congrès international en Chine ont pu constater que leurs ordinateurs portables avait été vidé de leur contenu. Cette action fut cependant un travail bâclé puisque le vol de données a pu être constaté. En effet, à la différence des voleurs, les membres des services secrets se livrant à ce type d'activité ne doivent en aucun cas laisser d'indice permettant de détecter leur opération.

  • La « diplomatie secrète ». Les services se doivent de maintenir le contact avec les gouvernements et les mouvements déclarés politiquement infréquentables, afin de continuer à recueillir des renseignements mais également, savoir qui est qui et avec qui discuter le jour où les sanctions ne sont plus de mise. C'est là une mission qui est interdite aux diplomates classiques qui reçoivent pour consigne de ne pas côtoyer ces « infréquentables ». Ce fut le cas de la Libye, de la Chine, de l'ex-Yougoslavie, aujourd'hui de la Biélorussie, de la Corée du Nord, etc. Pour ce qui est de la France, les diplomates de ces pays en poste dans des pays tiers sont alors « privés de petits fours », c'est-à-dire qu'ils ne sont plus invités aux réceptions données par l'ambassade de France et les diplomates hexagonaux ont ordre formel de ne pas se montrer en public avec leurs homologues considérés comme des pestiférés. Là, les membres des services ont un rôle à jouer. C'est également le cas avec des mouvements d'opposition, même s'ils sont violents. En effet, si d'aventure, ils parviennent au pouvoir, il faut connaître un tant soit peu ces nouveaux interlocuteurs.

    Les services ont une deuxième mission « action » qui permet aux dirigeants politiques d'agir là où leur pays d'origine ne doit pas apparaître. Elle peut revêtir différentes modalités :

  • L'action clandestine directe . Ces missions sont du ressort d'organismes spécialisés dont les opérations doivent rester cachées au grand public, car ces dernières pourraient créer des incidents diplomatiques graves, surtout en cas d'échec (cf. l'affaire Greenpeace qui a embarrassé la France pendant des années). C'est là que réside la différence fondamentale entre les forces spéciales et les services action. Même si les savoir-faire sont globalement les mêmes, les forces spéciales n'interviennent que là où leur Etat est officiellement engagé. Par exemple, en Afghanistan, les forces spéciales mènent des opérations tenues secrètes afin que les Taliban ne puissent trouver les parades efficaces. Mais pour mener une opération « homo » (neutralisation d'individus) ou « arma » (destruction de matériels) au Pakistan, c'est la CIA qui s'en charge car il y a alors indubitablement violation de la souveraineté pakistanaise.

  • L'assistance technique secrète. L'aide apportée à des mouvements d'opposition est également du domaine de l'action. On l'a bien vu avec le soutien que les Américains ont apporté à l'Alliance du Nord en Afghanistan. Le but consistait à faire renverser le pouvoir de Kaboul par les Afghans eux-mêmes.

  • L'intoxication et la désinformation peuvent également être classées dans ce type d'activité car elles ont toujours un objectif offensif. L'opération « Fortitude » citée plus avant, a largement utilisé ces moyens avec de faux agents envoyant de faux rapports à Berlin, des courriers soi-disant secrets découverts par « hasard » et plus terrible encore, des réseaux de résistants préparant le débarquement dans le Pas-de-Calais volontairement sacrifiés, etc. Les Soviétiques étaient passés maîtres dans ce domaine. Preuve en est, plus de quinze ans après l'effondrement du communisme soviétique, il y a encore des gens qui croient « aux petits matins qui chantent ». Beaucoup plus récemment, il semble que les services américains aient été la victime de ce type d'action de la part des Iraniens qui leur ont fait croire en l'existence d'armes de destructions massives en Irak, en particulier via des mouvements d'opposition à Saddam Hussein installés à l'étranger mais pénétrés par leur service de renseignement : le Vevak. Il convient de souligner que les Iraniens jouaient sur du velours, le gouvernement Bush n'attendant qu'un prétexte pour abattre Saddam Hussein. Les services iraniens le leur ont servi sur un plateau et de plus, leur ont fourni les renseignements opérationnels nécessaires qui ont permis aux forces américaines de prendre Bagdad en quelques jours. Quel était l'objectif de Téhéran ? Engager Washington dans un bourbier dont il mettrait des années pour s'en sortir, neutralisant par là même la menace militaire qui pesait sur l'Iran classé à l'époque comme un des principaux pays faisant partie de « l'axe du mal » en raison de sa volonté d'acquérir l'arme nucléaire. Il faut se faire une raison, tant que les forces américaines sont engluées en Irak, elles n'ont pas les moyens opérationnels suffisants pour lancer une offensive contre le régime des mollahs. Accessoirement, Téhéran s'est aussi débarrassé sans intervenir directement, de ses ennemis les plus proches géographiquement : Saddam Husseïn et les Taliban. Un jour, ces Covert Operations seront enseignées dans les écoles d'espionnage comme un modèle du genre.

http://farm4.static.flickr.com/3095/2600355040_bdb4522f3d_o.jpg

http://images.blog-24.com/750000/754000/753542.jpg

La responsabilité des dirigeants politiques

Les gouvernants connaissent tous les moyens décrits ci-dessus. C'est là où ils doivent savoir ce qu'ils veulent. Ou bien ils les emploient en acceptant les risques inhérents encourus, ou ils décident angéliquement de ne pas les utiliser et l'existence même de ces services secrets est alors à remettre en question, car ils ne présentent alors plus aucune utilité. En effet, certains beaux penseurs mettent en avant l'immoralité de telles activités. Cela est le cas en Europe avec l'espionnage industriel, les différents gouvernants ayant rendu hors-la-loi toute  rémunération d'agents destinée à obtenir des renseignements qui permettraient de conquérir certains marchés. Le résultat ne s'est pas fait attendre : de nombreuses officines privées ont vu le jour pour apporter aux différents acteurs économiques les renseignements qu'ils ne pouvaient plus obtenir par la voie gouvernementale.


A terme, il risque d'en être le même pour les autres types de renseignements car on assiste de plus en plus à une privatisation de la recherche secrète qui était auparavant une des missions régaliennes de l'Etat. Les conséquences peuvent être extrêmement néfastes. En premier lieu, l'Etat n'a plus aucun contrôle sur ce type d'activité et il est possible d'imaginer les dérapages qui pourraient en découler. L'efficacité de cette activité, alors devenue privée, risque aussi d'être fortement compromise. En effet, même si une grande partie des membres de ces sociétés spécialisées provient en général du monde du renseignement, ceux-ci ne bénéficient pas de la puissance étatique et, en particulier de la mémoire des services qui stockent les informations depuis des dizaines d'années. De plus, ces sociétés ne possèdent pas la puissance financière nécessaire à la réalisation d'opérations simultanées. Enfin et peut-être surtout, si de nombreuses personnes acceptent de collaborer avec un service officiel, en particulier les HC qui le font souvent par pur esprit patriotique, les informateurs de ces officines ne le feront que pour des raisons purement financières et n'hésiteront pas à vendre les renseignements qu'ils possèdent2. au plus offrant quand ce ne sera pas à plusieurs correspondants en même temps. Même si le renseignement est bon, il ne sera vraisemblablement pas exclusif.

Certains observateurs n'hésitent pas à gloser sur les différents fiascos des services. C'est la contrainte partagée par tous les organismes de renseignement et d'action clandestine : les échecs sont connus et largement exploités ; les succès doivent rester dans l'ombre de manière à ne pas compromettre les actions futures. Cependant, quelques exemples échappent à la règle, souvent dans un but de propagande : par exemple la mort d'Al-Zarqaoui ou des différents « présidents » indépendantistes tchétchènes, qui sont tous tombés les uns après les autres.


En conséquence, il semble évident que tout grand pays doit avoir des services secrets3 et les utiliser de manière adéquate tout un maintenant un strict contrôle sur ces activités de manière à éviter tout dérapage intempestif. Il convient de les utiliser pour les missions qui leur sont propres, et à ne pas de les employer dans des activités que couvrent déjà parfaitement les diplomates et les forces spéciales. Enfin, comme les Israéliens ou les Russes, il faut être prêt à assumer ou à nier, même contre l'évidence. C'est une question de volonté et de courage politique. Jusqu'à maintenant, les présidents G. W. Bush et Vladimir Poutine4 n'en manquent pas, ce qui, à l'évidence dérange nombre d'« imbéciles utiles » comme le disait Lénine lorsqu'il parlait de ce qui est devenu la « vieille Europe ».


Alain Rodier
Directeur de recherche au CF2R

 

  • 1Ou qu'ils ont inventé dans le but de se faire un peu d'argent, les « escrocs au renseignement » vont pulluler
  • 2Même le Japon, pays extrêmement pacifique depuis la fin de la seconde guerre mondiale, est en train de recréer une sorte de « CIA à la nippone ».
  • 3Il vient d'ordonner à ses services de « retrouver et de liquider les assassins des quatre diplomates russes » enlevés en Irak le 3 juin 2006.
  • 4L'auteur n'excuse en aucune manière les exactions commises par quelque partie que ce soit. Il note cependant que du côté occidental, il s'agit très souvent d'actes isolés (sauf dans le cas de la politique d'extermination décrétée par les Nazis) qui sont la conséquence de fautes de commandement impardonnables Ces manquements doivent être sanctionnés avec la plus grande sévérité car, pour tout Etat qui se dit démocratique, il convient de ne pas se placer au même niveau de délabrement moral que l'adversaire.

Iran du civil à l'arme de destruction massive, Israël s'inquiète, le Mossad agit; Mais qu'en est-il vraiment?

Washington a persuadé Israël que l'Iran n'aurait pas la Bombe avant un an


Les Etats-Unis ont persuadé Israël qu'il faudrait un an ou plus à l'Iran pour construire une arme nucléaire,
atténuant l'éventualité d'une frappe préventive contre les installations nucléaires iraniennes, rapporte le New
York Times jeudi soir, citant des responsables.

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2008/12/18/d8c48a36-cc78-11dd-a95c-0960474149f0.jpg


"Nous pensons qu'ils en ont environ pour un an" au mieux, a estimé le principal conseiller du président Barack
Obama sur les questions nucléaires, Gary Samore, cité par le quotidien.
Selon ce conseiller, il s'agit du temps minimum nécessaire à l'Iran pour construire une arme nucléaire, sur la
base des installations existantes et de sa capacité à transformer ses réserves d'uranium faiblement enrichi en
matériau de qualité militaire.


M. Samore a indiqué que les Etats-Unis pensent que les inspecteurs internationaux détecteraient en quelques
semaines toute action iranienne en ce sens, laissant largement assez de temps aux Etats-Unis et à Israël pour
élaborer une réaction.
Israël a laissé entendre dans le passé qu'il était probable qu'il attaquerait les installations nucléaires iraniennes
si le régime de Téhéran tentait de fabriquer une bombe atomique qui serait considérée comme une menace
directe contre le territoire israélien.

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/cb/Shahab-3_Range.jpg/270px-Shahab-3_Range.jpg


L'Etat hébreu estime qu'Israël n'est qu'à quelques mois d'y parvenir, alors que les services de renseignement
américains pensent désormais que cela prendra plus de temps.
Les nouvelles estimations américaines, basées sur des renseignements collectés aux cours de l'année écoulée,
n'expliquent pas clairement à quels problèmes est confronté le programme iranien d'enrichissement d'uranium,
que Téhéran affirme destiner à des fins pacifiques.


Le quotidien avance que le ralentissement du programme pourrait être dû à une mauvaise conception des
centrifugeuses, aux difficultés à obtenir des composants ou à l'accélération des efforts occidentaux pour
saboter le programme nucléaire iranien.

 

Source IHEDN

Menaces :
Source journal ou site Internet : L’Yonne Républicaine
Date : 20 août 2010

 

Ancien post sur L&L

Israël en état de peur! L'Iran en cause?

 

http://www.seraphicpress.com/images/iiran_shahab_3_missile.jpg

 

Tous les services de renseignement de la planète cherchent à connaître l'état d'avancement du programme nucléaire militaire iranien. Un National Intelligence Estimate (NIE) américain, paru en 2008, avait prétendu que l'effort iranien dans ce domaine avait cessé en 2003. De nombreux experts - dont ceux du CF2R - avaient mis en doute les conclusions de ce rapport qui semblaient avoir été dictées, à l'époque, par la volonté politique de ne pas envenimer les choses.


Début 2010, les faits démontrent que les Iraniens n'ont jamais arrêté leur programme nucléaire à des fins militaires. Par contre, ils auraient rencontré de nombreuses difficultés qui auraient considérablement ralenti le processus. Ainsi, si l'Iran a installé 3 000 centrifugeuses en 2007 à Natanz, les 8 700 unités opérationnelles sur ce site début 2010 semblent rencontrer de nombreuses difficultés techniques[1]. Si certains de ces problèmes avaient une cause naturelle, les services secrets israéliens ont largement participé à ces retards en neutralisant quelques scientifiques[2] et, surtout, en démontrant aux savants étrangers qu'il n'était pas de leur intérêt de collaborer avec Téhéran, que ce fusse au prix de juteuses rémunérations. De plus, les trafiquants et fournisseurs en tout genre, qui pouvaient éventuellement apporter à l'Iran les produits nécessaires au bon développement de son programme nucléaire, ont été découragés de prendre toute initiative intempestive. Une exception notable toutefois : la Corée du Nord, qui continue d'envoyer en Iran matériels et scientifiques, particulièrement sur le site de Khojir, une zone militaire ultra protégée de 120 km2 située à une trentaine de kilomètres au sud-est de Téhéran.

Il n'en reste pas moins que les scientifiques iraniens travaillant au sein du Field of Expansion and Deployment of Advanced Technologie (FEDAT) devraient pouvoir présenter un engin atomique expérimental avant la fin de l'année.

 

http://img.over-blog.com/300x302/1/23/41/67/Electron-economy/a-copie-5.jpg


A ce propos, il a beaucoup été question du site nucléaire secret enterré de Fordoo (secret jusqu'en septembre 2009), situé près de la ville de Qom. Il est intéressant de remarquer que les infrastructures construites à grands frais sont trop petites pour produire régulièrement du combustible nucléaire civil, mais sont suffisantes pour obtenir de l'uranium hautement enrichi à destination militaire ! Toutefois, une bombe de laboratoire, si était réalisée, aurait la taille d'un camion de moyen tonnage. Le problème va donc ensuite consister à la miniaturiser afin de pouvoir l'adapter sur la tête d'un missile. Cela devrait prendre de deux à quatre ans. Il faut également que la tête militaire soit suffisamment « durcie » pour résister aux fortes températures, aux vibrations et aux contre-mesures de l'adversaire.

 

http://yerouchalmi.web.officelive.com/images/iran+nuclear+installations.jpg


Enfin, et c'est peut-être le plus grave, la mise au point de charges explosives classiques, qui permettent de précipiter deux demi-sphères métalliques de matières fissiles l'une contre l'autre et de déclencher ainsi la réaction en chaîne qui constitue l'explosion atomique, semble être aujourd'hui maîtrisée par les ingénieurs iraniens. Sachant qu'il faut 428 kilos d'uranium enrichi à 3,5% pour construire une arme nucléaire et que l'Iran en possède environ deux tonnes début 2010, il est logique d'en déduire que Téhéran dispose d'assez de matière pour réaliser quatre bombes.

 

http://media.paperblog.fr/i/235/2350418/liran-aura-bombe-nucleaire-vers-2011-si-ne-pa-L-2.jpeg


Il est donc raisonnable de penser que Téhéran pourrait être doté des premières armes opérationnelles en 2013-2014. Celles-ci pourraient être montées sur des missiles balistiques Sejil-2 qui ont une portée de 2 500 kilomètres. Il ne fait aucun doute que ces missiles ne sont destinés qu'à des frappes « stratégiques » mettant en œuvre des armes nucléaires, car ils ne sont pas dotés de systèmes de guidage terminal, ce qui implique une imprécision de plus de 5 kilomètres. Un autre missile, d'une portée de 4 000 kilomètres, serait à l'étude avec la coopération des Nord-coréens. Paris, Berlin, Moscou, etc. seraient alors à portée des mollahs !

 

 

Image
Kamran Daneshjou, ministre  iranien des Sciences et de la Technologie,
qui supervise le programme nucléaire civil  de Téhéran.

 

Le programme nucléaire civil iranien est actuellement placé sous la houlette du ministre des Sciences, de la Recherche et de la Technologie Kamran Daneshjou. En fait, le vrai responsable scientifique est le directeur du FEDAT, Mohsen Fakhrizadeh Mahabadi, qui enseigne également à l'université Imam Hussein à Téhéran. Ce chercheur ne peut plus quitter l'Iran car il est jugé comme trop sensible par les autorités qui craignent qu'il soit enlevé ou qu'il fasse défection. Il rend également des comptes au ministère de la Défense et de la logistique des forces armées et surtout, aux pasdarans qui supervisent de fait toutes les recherches militaires sensibles.

 

Alain Rodier

10-03-2010

 


  • [1] Il est prévu à terme que le complexe de Natanz accueille 50 000 centrifugeuses.
  • [2] Le professeur en physique nucléaire Massoud Ali Mohammadi était assassiné le 12 janvier 2010. Nul ne sait si c'est le Mossad qui est à la base de cette opération. En effet, il est aussi possible que les autorités iraniennes craignaient qu'il ne fasse défection. Elles auraient alors décidé de mener une action à double but : l'empêcher de partir et accuser Israël de ce crime.

http://www.lexpress.fr/medias/61/1-iran-s-president-ahmadinejad-looks-at-the-safir-ambassador-satellite-carrier-rocket-before-launch-at-iran-s-space-centre-in-tehran_430.jpg

06/08/2010

Renseignements - Intelligence économique : Attention l'iPhone!

A lire attentivement:

L’iPhone est victime de deux failles de sécurité

Deux failles de sécurité permettant le téléchargement de fichiers PDF infectés depuis Safari sont susceptibles de toucher les terminaux Apple, comme l’iPhone. Un correctif est en préparation.

Les appareils Apple peuvent aussi être victimes de failles de sécurité. L’iPhone vient d’en faire la démonstration.

http://www.blogeek.ch/images/news/iphone3G_01.jpg

lire bio

-

Nous vous parlions il y a quelques jours de l’arrivée de l’outil JailbreakMe, accessible depuis le navigateur mobile Safari et permettant de débrider (ou jailbreaker) son iPhone 4, 3G S et 3G, ainsi que son iPod Touch et son iPad, et tous les iOS, jusqu’à la mise à jour 4.0.1.

Seulement, le téléchargement de JailbreakMe à partir d’un simple lien URL exploite une vulnérabilité au sein du navigateur Safari permettant de lancer l’exécution d’un fichier au format PDF contenant des codes créés pour la modification du système d’exploitation mobile d’Apple.

 

Ce système de débridage a ainsi mis en avant l’existence de deux failles de sécurité, offrant la possibilité à son iPhone, à son iPod Touch ou à son iPad, à l’ouverture d’un fichier PDDF infecté, de lancer automatiquement l’exécution d’un programme malveillant.

 

“L’attaque peut se dérouler en deux étapes: la première consiste à inviter une personne à visiter un site internet via son iPhone, iPad ou iPod. Ce site est chargé de détecter le modèle et la version de l’appareil Apple puis de rediriger automatiquement l’utilisateur vers un fichier PDF piégé exploitant une première faille de sécurité liée à la lecture de documents PDF”, a indiqué à l’AFP Chaouki Bekrar, le P-DG de Vupen Security.

 

“Une fois la première étape réussie, une deuxième faille de sécurité est exploitée au sein (du système d’exploitation) de l’appareil”, ce qui permet “de prendre le contrôle total de l’appareil”.

Alerté, le CERTA (Centre d’expertise gouvernemental de réponse et de traitement des attaques informatiques) a même émis un bulletin de sécurité faisant état de deux failles détectées au sein d’Apple iOS, encore non corrigées.

 

Toutefois, après avoir lancé une enquête sur ce sujet, la firme de Cupertino a annoncé cette nuit qu’elle serait très bientôt en mesure de proposer un patch, sans avancer de date précise.

Jusqu’à la publication du correctif approprié, les détenteurs d’un terminal Apple doivent faire jouer le principe de précaution en ne téléchargeant que les fichiers PDF émanant d’un expéditeur connu.

Renseignements extérieurs. – intérieurs.- Intelligence  économique :

Source journal ou site Internet : ITESPRESSO.FR

Date : 5 août 2010

Auteur : Anne Confolant

 


 

19/07/2010

Guy Vallancien, l'homme qui veut révolutionner la médecine en France.

Rémunération des médecins et accès aux soins : faut-il repenser la médecine en France ?


Avec Guy Vallancien, correspondant de l’Académie nationale de médecine


Plus de la moité des étudiants en médecine et 60% des jeunes médecins ne veulent pas s’installer en zone rurale. Alors que faire dans une société qui aura de plus en plus besoin de soins à domicile ? Faut-il contraindre les jeunes médecins à exercer à la campagne pendant leurs 5 premières années ? Faut-il rétribuer davantage les médecins installés à la campagne ? Ou la solution est-elle dans un maillage géographique des maisons de santé ? Le praticien Guy Vallancien nous présente ses solutions et n’hésite pas à se positionner à contre-courant de ses confrères.
-
http://www.canalcham.fr/img/content/233_big.jpg
cliquez lire bio

 

Pour Guy Vallancien, nous ne sommes pas en déficit de médecins, mais en déficit de professions intermédiaires :

« Je constate qu’entre l’infirmière bac +3 et le médecin bac +12, nous n’avons pas d’intermédiaire : ce serait essentiel d’avoir des niveaux master. Dans un cas sur deux, les infirmières libérales assurent des toilettes, ce qui est le rôle des aides soignantes, le médecin généraliste prend la tension, ce qui est le rôle de l’infirmière et le spécialiste fait le diagnostic du médecin généraliste : la chaîne de soin s’est dégradée il faut totalement la remonter ».

 


Accéder aux soins à la campagne

Est-il plus difficile d’accéder à des soins de qualité à la campagne ?


« Quand on compare la région PACA à la Picardie on peut se poser la question de savoir qui a raison : la région qui est en surpopulation médicale ou là celle qui est en sous population. C’est plus complexe qu’on ne le croit. Les Français ont été habitués, de par le remboursement de la sécurité sociale, à aller chez le médecin pour un oui ou pour un non. Je dis qu’il y a une éducation à faire. »


Guy Vallancien poursuit par des propos corsés :


« Si les gens sont prêts à faire 30km pour aller dans les centres commerciaux le week-end alors ils peuvent faire 30km pour aller consulter à l’hôpital ».

 

L’ère du médecin isolé dans son village semble révolue.

Pour notre invité, la télémédecine encore balbutiante en France, mais effective en Ontario au Canada, pourrait être une solution.

 

« La télémédecine nous permettrait deux ou trois jours par semaine de nous déplacer en bus médical avec tous les outils nécessaires, pour rencontrer les patients dans les zones les plus isolées ».


Deuxième espoir : les maisons et centres de santé qui poursuivent leur maillage géographique sur toute la France.

 



Les maisons de santé : la solution à la désertification d’espaces par les médecins ?

Depuis 2005 les maisons et les centres ont vu le jour un peu partout en France. Il s’agit d"une réunion de personnel médicaux et para-médicaux pour exercer ensemble en complémentarité. Ces maisons sont créées par la municipalité ou des médecins libéraux. Mais leur fonctionnement est parfois encore hésitant :

 

« Créer une maison de santé d’un point de vue juridique reste aujourd’hui assez compliqué. Il faudrait un statut unique de maison de santé avec un gérant, un règlement intérieur défini par les acteurs. Actuellement, ce n’est pas le cas ».

 

Cette formule, Guy Vallancien est en certain, permettrait de résoudre le dilemme consistant à forcer les jeunes médecins à s’installer dans des zones isolées.

 

 

Améliorer la qualité des soins : Roselyne Bachelot, Michel Chassang, Guy Vallancien - Voila
Roselyne BACHELOT, Michel CHASSANG et Guy VALLANCIEN réagissent aux propositions de l’Institut Montaigne pour améliorer la qualité et la sécurité des soins. Deuxième vidéo d'une série de quatre. (Débat "Libres Echanges" du 17 mars 2009 organisé par l'Institut Montaigne à l'occasion de la publication de la note "Mesurer la qualité des soins", par Denise Silber : http://www.institutmontaigne.org/mesurer-la-qualite-des-soins-3031.html )

 


Fermer des blocs opératoires à l’hôpital

Guy Vallancien observe que l’on fait appel à des médecins étrangers, au demeurant fort compétents, dans un certain nombre d’hôpitaux pour lesquels il faudrait peut-être se poser la question de savoir s’il faut maintenir les services.

 

« Je pense à la chirurgie en urologie. Nous avons des hôpitaux en France dont la pratique est encore trop incertaine en nombre d’actes par an. Ce sont dans ces hôpitaux que très souvent exercent ces médecins étrangers, là où les médecins français ne veulent pas aller.
Je suis pour un numerus clausus de 1500 à 2000 actes opératoires par an en dessous duquel les blocs fermeraient. Faire 30 ou 40 km pour une opération et rester 5 jours à l’hôpital n’est pas dramatique. En revanche, il est important, et urgent d’installer une médecine de proximité pour le diabète, l’hypertension… qui doivent être traités dans les maisons de santé. »

 


Changer le mode de rétribution des médecins

La rémunération des médecins libéraux pose régulièrement problème. Les praticiens trouvent leurs revalorisations trop maigres mais les patients ne souhaitent pas forcement payer plus.
Pour Guy Vallancien, notre système est obsolète.

 

« Le paiement à l’acte est mort parce qu’il ne paye que l’acte. Or les médecins font beaucoup plus qu’un acte médical : il faut ajouter la partie administrative, la surveillance, les actions thérapeutiques, la prévention. Tout ceci n’est pas pris en compte. Je suis persuadé qu’il faut arriver à un mixe de rémunération forfaitaire et le reste en acte ».

« Médecins hospitaliers ou libéraux nous sommes tous subventionnés. C’est l’argent public des cotisations des Français qui paie les médecins. Il serait logique que les médecins soient rétribués en fonction de la qualité de la spécialité exercée ».


Être rémunéré en fonction de la qualité du travail fourni, c’est une notion révolutionnaire en France que propose Guy Vallancien, sous-entendant par la même occasion que tous les médecins ne soignent pas avec la même rigueur... « Nos voisins britanniques procèdent déjà ainsi » rappelle-t-il. Les critères permettant de rémunérer les médecins sont définis par la National health system.

 


Étudier la médecine : ouvrir les portes au filières techniques et littéraires

La faculté de médecine est la seule à procéder à un concours en fin de première année ; un concours drastique où sur 50 000 étudiants seuls 7500 sont reçus.

 

« Pourquoi sélectionner à ce point des étudiants qui rêvent de faire ce métier et qu’on juge sur ces sciences dures tels que les mathématiques, la physique, la statistique ? Il faut chercher les étudiants en médecine quelque soit leur bac. Je souhaiterais que l’on mette en place au lycée une prépa santé. Ainsi les jeunes pourraient rapidement savoir s’ils sont dans la bonne direction ou pas ».

 

http://www.decitre.fr/gi/39/9782849410639FS.gif

Téléchargez le rapport Le bilan des maisons et des pôles de santé et les propositions pour leur déploiement (site de la Documentation française), 2009
Auteurs : Jean-Marc JUILHARD, Bérengère CROCHEMORE, Annick TOUBA, Guy VALLANCIEN

- Jean-Pierre Davant, Thomas Tursz, Guy Vallancien, Pierre Boncenne, La Révolution médicale, édition du Seuil, 2003
- Guy Vallancien, La santé n’est pas un droit : Manifeste pour une autre médecine, édition Bourin, 2007

19:32 Écrit par HUMANITAS dans Parlons vrai et sans détours | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : médecine, guy vallancien, réformes, santé | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu