Avertir le modérateur

13/08/2011

Livre #3: Philippe Nemo et la pensée unique....le livre de l'été!

CONTRE LA PENSEE UNIQUE ET LA POLICE DE LA PENSEE 

Moins d’une centaine de pages pour dénoncer la pensée unique qui règne en France. Philippe Nemo gagne son pari dans cet essai brillant et pédagogique : La régression intellectuelle de la France (Texquis, 2011).

Philippe Nemo analyse la situation de la France d’un point de vue philosophique, juridique et anthropologique. Il soutient à juste titre que si le pays se trouve dans cette situation ce n’est pas seulement la cause d’une économie défaillante et d’un Etat omnipotent mais aussi le résultat de l’emprise d’une « pensée  unique » de nature gauchisante  qui phagocyte les débats sur l’école, les médias, la famille, les moeurs, etc… Ce n’est plus le vrai ou le bien qui comptent mais l’idéologiquement  correct. La loi Gayssot, la loi sur la HALDE, le « devoir de mémoire » et autres commémorations  habilement manipulées ne sont que les excroissances d’une plaie terrible qui ronge la vie intellectuelle française.

Son incursion dans le monde de la pensée correcte commence avec la loi Pleven du 1er juillet 1972 dont le principe était l’application à la France de la « Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de racisme ». La loi instituait des mesures plus répressives pour les actes et comportements racistes. Elle allait tellement loin que la liberté d’expression était touchée. Des notions comme « provocation à la haine » et « provocation à la discrimination » représentaient un danger supplémentaire dans les débats. La loi Pleven, écrit justement Nemo, punissait des propos n’ayant encore causé de mal à personne. On assistait aux débuts de la police de la pensée. Parallèlement, cette loi permettait aux associations de porter plainte au nom d’un tiers en matière de racisme et d’antisémitisme.

La loi Gayssot de 1990 en rajoute une couche. Elle introduit une forme de censure idéologique car on ne peut plus aborder certains sujets historiques sous peine de risquer une condamnation au tribunal. C’est l’opinion qui est visée, quels que soient les arguments apportés. De plus, une amnésie idéologique est en train de s’abattre sur le débat intellectuel. Il vaut mieux éviter de parler des crimes communistes car ainsi on risque de sous-estimer – voire de nier – les crimes nazis. « L’horreur absolue » ne se trouve que du côté du nazisme. La droite n’a pas eu le courage d’abroger la loi Gayssot qui servira de modèle pour d’autres lois dites « mémorielles ». La loi Taubira de 2001 culpabilise le blanc face au noir alors que l’esclavagisme a été pratiqué (et continue d’ailleurs) aussi par les Arabes et les Africains. La loi sur la HALDE de 2004 réprime les discriminations à l’embauche ou dans l’octroi des logements. De nombreuses dérives ont été recensées suite à cette loi, de nombreuses personnes ayant porté plainte contre des patrons d’entreprises après un refus à l’embauche. Tous les prétextes sont bons pour contester la décision de l’employeur. De même, un sujet comme l’homosexualité est tabou. Un député français a été condamné deux fois pour avoir fait des déclarations considérées comme « homophobes ». Il n’a pas bénéficié de l’immunité parlementaire dont profitent de nombreuses autres personnalités politiques pour des faits infiniment plus graves… Philippe Nemo a raison de le souligner : l’idéologie remplace la justice et le droit pénal. On ne condamne plus les actes mais les propos. Ne pas entrer dans le moule idéologique vous marginalise et toute affirmation « différente » est sévèrement condamnée. Il s’agit bien du « délit d’opinion » qui régit de plus en plus notre droit pénal.

Avec de nombreux exemples à l’appui, Philippe Nemo décrit brillamment cette terrible dérive dans une société de plus en plus aveugle.

Bogdan Calinescu

Le 1er Juillet 2011

source ALEPS avec leur remerciement

15:33 Écrit par HUMANITAS dans Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : livre, pensée unique, socialisme, philippe nemo, régression, enseignement, école, halde | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les énergies alternatives, parlons en!!!

Les politiciens de divers pays, effrayés par l’accident à la centrale nucléaire japonaise, ont annoncé le refus catégorique de recourir plus longtemps à l’énergie nucléaire. Toute la machine de propagande s’est tournée vers les énergies alternatives. Et les gens y ont cru.

 

 

photo

 

Mais qu'en est-il de l'aptitude à la réflexion? Les sources d’énergie alternatives sont une bonne chose, mais instable. Prenons le cas de l'énergie éolienne: si le vent souffle, il y a de la lumière, si le vent de souffle pas, vous pouvez allumer les bougies et mettre les denrées moisies que contenait le réfrigérateur à la poubelle. L’énergie marémotrice est plus stable que le vent, mais combien de centrales marémotrices faut-il pour alimenter ne serait-ce qu'une ville moyenne? Sans parler des biocarburants, qui génèrent un véritable pillage des ressources du sol, de même qu'une déforestation catastrophique, pointée du doigt par l’organisation Greenpeace, qu’il est pourtant difficile de qualifier d'opposant au développement des énergies renouvelables. Faut-il préciser que l’épuisement du sol est susceptible de conduire littéralement l'humanité à la famine? Bien sûr, pour supprimer les effets négatifs des énergies alternatives, il est prévu d’augmenter la production d’énergie fossile, gaz et charbon principalement. Et, par conséquent, augmenter considérablement les émissions de gaz à effet de serre. Bien sûr, tous ces aspects, ainsi que d’autres facteurs négatifs découlant des énergies alternatives, ne signifie pas que la nécessité de leur développement n'est plus à l'ordre du jour.


Ces sources d'énergie sont indispensables et leur développement en Russie et trop faible. Mais les sources d’énergies renouvelables, sous leur forme actuelle, ne sont pas la panacée contre les centrales nucléaires. Le problème du développement des sources d'énergies renouvelables pourrait être entièrement résolu à la seule condition que d'importants systèmes de stockage de l'énergie produite voient le jour. Et pour l’instant, on n'évoque de telles technologies que dans une perspective de très long terme. On attend également l’achèvement du projet du réacteur à fusion thermonucléaire expérimental ITER.

 

Mais il s’agit une fois de plus de nucléaire civil.
Ne laissez personne jouer avec vos phobies. Pensez de manière autonome.

 

Les énergies alternatives : un idéal qui ne fonctionne pas
Source, journal ou site Internet : RIA novosti
Date : 22 juillet 2011
Auteur : Andréï Raznitchenko

15:29 Écrit par HUMANITAS dans Environnement | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : environnement, écologie, nucléaire, énergie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Coopération "La Chine est désormais le premier partenaire économique de l'Iran".

L'Iran et la Chine ont signé samedi à Téhéran une série d'accords pour des projets d'infrastructures, d'un montant total de 4 milliards de dollars, dans les domaines de l'énergie, de l'eau, de l'industrie, des mines et de l'environnement, ont rapporté les médias iraniens.

 

http://www.iran-resist.org/local/cache-vignettes/L580xH561/Enjeux_Iran-c7187.jpg

 

La Chine doit notamment vendre à l'Iran une soixantaine d'incinérateurs avec récupération d'énergie, d'une valeur de 500 millions de dollars, qui seront installés d'ici un an dans les grandes villes du pays et le long de la région touristique de la mer Caspienne. Pékin doit de son côté augmenter ses importations de minerais iraniens, selon la télévision d'État iranienne.


Selon l'agence officielle Irna, le montant total de ces accords est de 4 milliards de dollars.

 

Ces accords ont été signés lors de la visite en Iran d'une délégation chinoise conduite par M. He Guoqiang, haut responsable du parti communiste chinois. "Le principal objectif est de porter rapidement nos échanges économiques et commerciaux à 100 milliards de dollars", a affirmé le président Mahmoud Ahmadinejad en recevant cette délégation, selon le site de la présidence iranienne. "La Chine, dans une perspective stratégique, veut renforcer sa coopération avec l'Iran car cela est dans l'intérêt des deux nations et des pays de la région, a pour sa part déclaré He Guoqiang. La Chine est désormais le premier partenaire économique de l'Iran avec un volume d'échanges de 30 milliards de dollars l'année dernière", a déclaré de son côté le vice-président iranien Mohammad Javad Mohammadi-Zadeh à la télévision d'État.

 

http://www.lafinducapitalisme.net/public/image/chine.jpg


Selon l'ambassadeur de Chine à Téhéran, cité par Irna, "les échanges bilatéraux vont atteindre plus de 40 milliards de dollars cette année" (2011). La Chine a fortement renforcé sa présence économique et commerciale en Iran au cours des dernières années, notamment dans le secteur pétrolier et gazier, profitant de l'embargo occidental qui a obligé de nombreux partenaireseuropéens de l'Iran à se retirer du marché iranien. Pékin, qui achète désormais près de 20% du brut iranien, critique les sanctions occidentales contre l'Iran et s'oppose à un renforcement des sanctions de l'ONU frappant Téhéran à cause de son programme nucléaire controversé.

 

Entre Téhéran et Pékin, les affaires vont bien
Source, journal ou site Internet : L’Orient le Jour
Date : 17 juillet 2011

15:22 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : chine, iran, partenariats, commerce, affaires, énergie, eau, industrialisation, environnement, mines | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Libéraux: Université d'été de la Nlle économie à Aix

 

Quelle crise et quelle sortie de crise
Après l'Etat Providence

Aix en Provence, 21-24 août 2011(cliquez ce lien pour s'y rendre



Le choix du thème de la 32ème UNIVERSITE D'ETE DE LA NOUVELLE ECONOMIE a été dicté par le calendrier politique français, bien que les questions posées soient d'intérêt universel. Dans notre pays les libéraux saisissent l'occasion de la campagne pour rappeler l'urgence d'en finir avec l'Etat Providence, véritable responsable de la crise passée et présente. Mais en France comme ailleurs, les gens se demandent toujours : comment substituer l'entreprise privée et la société civile à l'Etat Providence et la société politique ? Ne va-t-on pas vers le chaos ou l'explosion sociale ? Les expériences menées à l'étranger et l'analyse scientifique donnent la réponse : tout espoir est permis. Ne manque que la volonté politique…

 

32ème UNIVERSITÉ D’ÉTÉ DE LA NOUVELLE ÉCONOMIE

Le thème et les grandes lignes du programme   


QUELLE CRISE ? QUELLE SORTIE DE CRISE ?

 

Après l’Etat Providence

 

Dimanche 21 août : Dîner d’ouverture de la 32ème Université d’Eté :

Après l’Etat Providence : comment concevoir la transition ? Nos expériences.

Laszek Balcerowicz, Ancien Premier Ministre, Ancien Directeur de la Banque Nationale de Pologne

Michel Kelly Gagnon, Président de l’Institut Economique de Montréal, ancien président du patronat canadien et de la Chambre de Commerce de Montréal

 

3 Journées : Changer, libérer, croire

 

Lundi 22 août : Une crise salutaire ? La crise appelle un nouvel élan

L’Etat Providence a créé la crise. Il est temps de changer les idées et les politiques.

Débat du soir : Crise des Finances publiques ou crise de l’Etat ?

 

Mardi 22 août : La route de la liberté. Se passer de l’Etat ?

Nécessité de réduire l’Etat pour réduire les dépenses et les charges publiques. Ne pas avoir peur de l’après Etat Providence : libérer concurrence et marchés. 

Débat du soir : Protections sociales ou responsabilités personnelles ?

 

Mercredi 23 août : La société de confiance. Responsabilités et exigences morales, bases de l’espoir.

La société politique et l’Etat laissent place à la société civile et l’entreprise. Nécessité d’un cadre institutionnel et d’une vision éthique. Croire à l’homme et à l’harmonie sociale.

Débat du soir : Société de puissance ou société de confiance ?

 

Les participants attendus à ce jour : T. Afshrift (Belgique), F. Aftalion, A. Arnoux, L. Balcerowicz (Pologne), P. Bessard (Suisse), B. Bouckaert (Belgique), G. Bramoullé, G. Calzada (Espagne), J.P. Centi, E. Colombatto (Italie), T. Curzon Price (UK), V. Curzon Price (Suisse), J.Ph. Delsol, D. Den Uyl (USA), S. Davies (UK), J.Ph. Feldman, J. Garello, P. Garello, A. Gentier, M. Kelly-Gagnon (Canada), E. Krecké (Luxembourg) N. Lecaussin, B. Lemennicier, H. Lepage, L. Liggio (USA) A. Mathieu, J.Y. Naudet, T. Palmer (USA), D. Rasmussen (USA), M. Rizzo (USA), D. Rohac (Tch), P. Salin, J. Schwarz (Tch), P. Simon, F. Smith (USA), C. Stagnaro (Italie), S. Tabery (Luxembourg) B. Taffin.

 


Quelle crise ? Quelle sortie de crise ?

Après l’Etat Providence

L’Université d’été de la nouvelle économie rassemble durant trois jours des scientifiques—économistes, certes, mais aussi juristes, philosophes, historiens—pour débattre des évolutions récentes et avancer des propositions concrètes. Elle s’affranchit donc des frontières disciplinaires qui souvent encombrent la réflexion.

L’Université d’été entend non seulement faire le bilan des avancées récentes dans le domaine des sciences humaines et sociales mais encore tirer les enseignements pratiques de ces avancées pour la recherche de solutions aux problèmes courants.

Lors de la précédente Université d’Eté, en 2009, nous nous interrogions sur les causes de la crise financière de 2007-2008 afin de trouver les remèdes les plus appropriés. Les analystes s’accordaient alors pour dire que la crise n’était pas due à une absence de réglementation des  marchés financiers mais plutôt à la déresponsabilisation des acteurs économiques : de nombreuses politiques (politiques du logement, politiques monétaires,…) et réglementations (bancaires en particulier) avaient brouillé les signaux et entretenu une attitude délétère. Ce n’est donc pas dans une réglementation renforcée ou encore dans un souci plus pressant de réguler les marchés que se trouvera la sortie de crise, mais en redonnant aux acteurs des marchés les outils et la rigueur d’une gestion responsable.

Depuis, une autre crise a frappé les finances publiques de nombreux états. Il y a eu la Grèce à l’Automne 2009, puis l’Irlande, le Portugal, l’Espagne… Mais les autres économies, de l’Union Européenne aux Etats-Unis, ne sont guère mieux loties. Cette crise, peut-être sans précédent, est d’une ampleur tout autre que celle qui l’a juste précédée et suscite des interrogations d’autant plus profondes.

Une fois encore, il importe de baser la recherche de solutions sur une analyse exacte des causes. Doit-on voir dans cette crise de 2009-2010 une conséquence des politiques mises en œuvre pour sortir de la crise précédente de 2007-2008 : les Etats ont dû consentir de gros efforts pour sortir les économies de la crise dans laquelle les marchés les avaient plongés au point de mettre en danger leurs propres finances? Ou doit-on voir dans la crise de 2007-2008 les prémices de la crise de 2009-2010 : les Etats, par un excès de régulation et un souci permanent de redistribution, auraient déstabilisé les marchés et, de façon plus générale, pris des engagements qu’ils ne peuvent plus assumer ? En d’autres termes, sommes nous confrontés à une crise profonde du capitalisme ou à une crise de l’Etat Providence ?

Si la crise est réellement profonde, et quelle qu’en soit la nature exacte, une remise en cause profonde des principes de fonctionnement de l’Etat et/ou du marché sera nécessaire et cela soulève une nouvelle série de questions. À supposer qu’il s’agisse d’une crise de l’Etat Providence, comment faire en sorte que dans le futur l’Etat n’élargisse pas ses missions de façon incontrôlée ? Faut-il placer des limites constitutionnelles à ses missions et repréciser son pouvoir de taxer ou de recourir à la dette ? Faut-il revoir entièrement les mécanismes de création monétaire ? Et comment expliquer à ceux qui en bénéficient que « la Providence » ne sera plus ? Le changement de mentalité requis pour suivre une nouvelle direction est-il significatif ? Comment s’est-il opéré là où les missions de l’Etat ont été redéfinies ?

 

 

Liste provisoire et incomplète :

G. O’Driscoll (Anciennement Banque Fédérale de Dallas et Citicorp, US),
D. Rasmussen (Philosophe, Saint John University, US)
E. Colombatto (Economiste, Université de Turin, Italie)
P. Salin (Economiste, France)
B. Bouckaert (Juriste, Université de Gent, Belgium)
P. Minford (Economiste, Université de Buckingham, United Kingdom)
L. Balcerowicz (Economiste et ancien Ministre, Pologne)
Jose Maria Aznar (Ancien Premier Ministre, Espagne)
Mart Laar (Historien, ministre de la Défense et ancien Premier ministre, Estonie)
J.Ph Feldman (Juriste, France)
G. Schwartz (Journaliste, Suisse et Allemagne)
Y.de Kerdrel (Economiste et Journaliste, France)
B. Lemennicier (Economiste, Université Paris 2)
Jean-François Mattéi (Philosophe, Université de Nice)
Jean-Yves Naudet (Economiste, UPCAM, France)
Jean-Pierre Centi (Economiste, UPCAM, France)
Jean-Philippe Delsol (avocat, France)
Hardy Bouillon (Philosophe, Allemagne)
Pierre Garello (Economiste, France)

 

Malheureusement, je ne serais pas encore présent cette année, sans doute l'an prochain, merci à Vous.

Al

 

Pour vous inscrire, vous devez cliquez sur le lien ci-dessous (selon votre statut).

Si vous souhaitez davantage de renseignements, vous pouvez nous contacter par email à l’adresse suivante :  ou par telephone au : +33 673 354 938

Nous attirons votre attention sur le fait que votre inscription ne sera effective qu’après la réception de votre règlement.

Les inscriptions seront reçues jusqu’au jeudi 19 août 2011, sauf pour ceux qui désirent un logement à la Cité Universitaire des Gazelles (avenue Jules Ferry, 13100 Aix en Provence). Leurs inscriptions devront nous parvenir au plus tard le lundi 15 août 2011.


 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu