Avertir le modérateur

31/05/2011

Histoire d'un trophé: La palme d'or de Cannes

Le prestigieux trophée de 118 grammes d'or a été modernisé par la coprésidente de Chopard, dans le cadre d’un partenariat qui fournit chaque année gracieusement la palme d'une valeur de 25 000 francs. Pesant 118 grammes d’or jaune, la très convoitée Palme d’or du Festival de Cannes, décernée dimanche, a été instaurée en 1955.

 

http://www.german-info.com/images/german_images/palmedor-storypic.jpg


Sous sa forme actuelle, elle a été dessinée par Caroline Gruosi-Scheufele, coprésidente de la maison suisse de joaillerie Chopard. Selon la petite histoire, le choix de la palme s’est imposé en référence aux palmiers de la Croisette, que l’on retrouve aussi sur les armes de la ville de Cannes depuis des temps ancestraux.

 

Le premier dessin pour le festival a été réalisé par la créatrice de bijoux Lucienne Lazon. Mais le trophée n’a pas toujours fait l’unanimité: il est abandonné après le festival de 1963. Le conseil d’administration revient au diplôme, agrémenté d’une oeuvre d’art, avant d’y renoncer à nouveau en 1975 pour réhabiliter, cette fois pour de bon, la Palme d’or. Seuls cinq réalisateurs font partie du cercle envié des «double- palmés»: Francis Coppola (Palme d’or en 1979 et grand prix en 1974, précédente dénomination), Shoei Imamura (1983 et 1997), Bille August (1988 et 1992), Emir Kusturica (1985 et 1995) et les frères Jean- Pierre et Luc Dardenne (1999 et 2005). La Palme d’or n’a été décernée qu’une fois à une femme, Jane Campion, pour «La leçon de piano», en 1993.


L’an dernier, le trophée cannois a récompensé le cinéaste thaïlandais Apichatpong Weerasethakul pour «Oncle Boonmee».


Chaque palme est unique
En 1998, le prestigieux trophée a été modernisé par Caroline Gruosi-Scheufele, coprésidente de Chopard, le joaillier suisse qui, dans le cadre d’un partenariat, fournit chaque année gracieusement la palme d’une valeur de plus de 25 000 francs. Délicatement courbée, la tige ornée de 19 feuilles sculptées à la main, forme à sa base un coeur, symbole de la maison qui fête cette année son 151e anniversaire. Une deuxième palme d’or non datée est toujours en réserve en cas d’accident matériel, ou de palme ex-aequo. Jusqu’au palmarès, la palme est à l’abri dans les coffres du joaillier qui la livre au dernier moment à la direction du Festival.


D’un poids de 118 grammes d’or jaune, mesurant 13,5 cm de long sur 9 cm de large, le trophée est coulé dans un moule en cire, puis fixé sur un socle en cristal de roche de plus d’un kilo, taillé en forme de diamant. «La nature ne donnant jamais naissance à deux cristaux de roches identiques, chaque palme est absolument unique», souligne Mme Gruosi- Scheufele.


Depuis 2000, deux mini-palmes, modèles réduits de leur aînée, récompensent les prix
d’interprétation féminin et masculin.

16:09 Écrit par HUMANITAS dans Histoire - Culture | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : cannes, festival, histoire, palme d'or, chopard, cinéma | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu