Avertir le modérateur

26/04/2011

La sécurité des professions de santé. Imaginez a quel point nous en sommes rendu!

Mercredi 20 avril 2011, les ministres de l'intérieur, de la justice et de la santé se sont réunis place Beauvau afin de signer avec les représentants des professions de santé un protocole destiné à garantir leur sécurité dans l'exercice de leur profession.


Claude GUÉANT a souligné qu'il y avait quelque choses de profondément inadmissible à s'attaquer à celles et ceux qui ont vocation à secourir, aider et soigner. Comme ses collègues du Gouvernement, il a rappelé que,la protection des personnels de santé était un enjeu essentiel pour garantir un service de santé universel sur l'ensemble du territoire.

 

http://medias.lemonde.fr/mmpub/edt/ill/2008/12/10/h_4_ill_935047_medecin2.jpghttp://photo.parismatch.com/media/photos2/actu/societe/pompiers-firminy/804359-1-fre-FR/actu-societe-Pompiers-Firminy-Firminy-Pompiers_articlephoto.jpg


Une boîte à outils adaptée aux réalités du terrain
Le protocole national pour la sécurité des professions de santé permet de développer, au cas par cas, des solutions sur-mesure pour chaque type de situation. Comme l'a rappelé Claude GUÉANT, il fera l'objet d'une déclinaison territoriale en liaison étroite avec les délégations territoriales des agences régionales de santé, les relais professionnels, les préfets, les forces de sécurité et les procureurs. En outre, des interlocuteurs dédiés aux professions de santé seront désignés au sein des différents commissariats de police et brigades de gendarmerie. Parallèlement, le ministre a annoncé qu'un guide pratique serait diffusé dès le mois de mai prochain afin de donner aux professionnels de santé les bons réflexes pour améliorer la sécurité de leur cabinet, de leurs déplacements ou de leurs visites à domicile.


Les professionnels de santé au coeur du dispositif
Les mesures recensées dans le protocole national visent à améliorer très concrètement et très rapidement la sécurité des professionnels de santé :


possibilité de faire réaliser des diagnostics de sécurité par les spécialistes de la police ou de la gendarmerie afin de sécuriser leur environnement de travail ;


mise en place de procédures d'alerte spécifiques simples comme la mise en place de numéro dédié, ou plus complexes comme le développement, en cours d'expérimentation, de boîtiers électroniques d'alerte permettant la géo-localisation ;


incitation des élus locaux à développer leur système de vidéo-protection de manière à couvrir, autant que possible, les abords des cabinets médicaux et paramédicaux ou des pharmacies.


Enfin, Claude GUÉANT a insisté sur la nécessité de porter plainte systématiquement en cas de malveillance ou de violence en soulignant que c'est la plainte qui déclenche l'enquête et rend possible les poursuites judiciaires. Considérant l'utilité publique des professions de santé, le ministre a rappelé qu'il était possible, dans leur cas, de procéder à des prises de plainte sur rendez-vous ou à domicile.

 

Signature du protocole national pour la sécurité des professions de santé
Source, journal ou site Internet : Intérieur.gouv.fr
Date : 22 avril 2011

25/04/2011

Selon Michel Aglietta (économiste Paris X) " Les banques tiennent les Etats en otages"

Entretien avec Michel Aglietta: Economiste français, professeur à l’Université Paris X, conseiller scientifique au Centre d’études prospectives et d’informations internationales et à Groupama-AM.

 

http://aid97400.lautre.net/IMG/jpg/MichelAglietta.jpg

cliquez l'image , lire bio wikip


La montée du capitalisme financiarisé a provoqué une succession de crises plus dévastatrices les unes que les autres. Pour Michel Aglietta, le monde n’est pas à l’abri d’une nouvelle catastrophe financière. Tout dépendra de la capacité des Etats à prendre des décisions politiques fortes, destinées à réformer le système financier international dans sa globalité.


Le système financier international comporte-t-il encore des bombes à retardement selon vous?
La crise financière est à la fois l’échec du capitalisme financiarisé et le coup d’envoi d’une transformation structurelle de l’économie mondiale. Les changements de régime de croissance sont des périodes de perturbations renouvelées. Il y a donc une succession de crises qui font partie du même processus, de la même mutation des sociétés humaines. Actuellement, par exemple, avec la flambée des prix des matières premières due au sous-investissement de longue durée et amplifiée par la spéculation, on est en train de changer de base inflationniste. On passe d’un régime de basse inflation, initié vers la fin des années 90 suite à la crise asiatique, à une inflation rampante, due au renchérissement tendanciel des matières premières, pouvant provoquer une menace pour la croissance mondiale. Les banques centrales se retrouvent, ainsi, devant des difficultés énormes. D’un côté, elles ont besoin de relancer la croissance en créant des liquidités.


Et d’un autre, elles s’inquiètent de la possibilité d’une transmission de l’inflation liée aux matières premières sur l’ensemble de l’économie. Elles sont donc tentées de mener des politiques plus restrictives et de monter leurs taux d’intérêt. Il s’agit là d’une contradiction profonde, très inquiétante. Si jamais les taux d’intérêt remontent (les taux longs le sont depuis plus de 6 mois), on risque de faire retomber les pays occidentaux dans un marasme économique. L’inflation est déjà vive dans nombre de pays émergents et y déclenche des
politiques restrictives, qui provoqueront un ralentissement, peut-être retardé à 2012.


-L’absence de consensus sur les solutions est également problématique…
En effet, en Europe, certains pays seront insolvables. Ils le sont déjà d’une manière latente, même si on ne veut pas le reconnaître. L’Europe ne réussira pas à maintenir le niveau de croissance qu’elle vient d’avoir, et qui résulte d’un rebond réalisé avant l’adoption des plans d’austérité par les grands pays. Du fait de la généralisation des plans d’austérité, de l’inflation, du dessein de la BCE de monter ses taux, pouvant provoquer une appréciation de l’euro par rapport au dollar, la croissance risque de retomber en dessous de 1%, d’ici la fin de l’année. Par conséquent, des pays comme la Grèce, le Portugal ou l’Irlande ne pourront plus gérer leur dette. Il va falloir opter pour un plan de résolution de la dette similaire à celui des pays latinoaméricains à la fin des années 80. Pour cela, les Européens devront se mettre d’accord sur une coordination des politiques économiques qu’ils ont refusée jusqu’ici. Aux Etats-Unis, on n’arrive pas à avoir un consensus sur un plafond de la dette publique, car le pays est politiquement paralysé par l’antagonisme des deux partis.


Or, si la dette publique dérape, il peut y avoir une crise de confiance des créanciers étrangers qui provoquerait une baisse profonde du dollar. Laquelle créerait d’énormes pertes dans les avoirs financiers de nombreux investisseurs dans le monde.


- La zone euro pourra-t-elle sortir indemne de ces crises?
Je pense que les gouvernements finiront par trouver des compromis. Tout dépend de l’Allemagne. Le gouvernement allemand est aujourd’hui en situation de conflit interne, entre son besoin de maintenir la zone euro, avec laquelle il réalise plus de la moitié de ses exportations, et son opinion publique, hostile aux transferts financiers en faveur des pays en difficulté. Il y a également la Cour constitutionnelle allemande, qui veille toujours à ce que le gouvernement ne transfère pas de sa souveraineté à d’autres pays, par des mécanismes de solidarité européenne. Mais on arrive, quand même, à trouver des compromis sous l’effet de
la contrainte. En mai 2010, par exemple, les Allemands n’ont pas laissé le système s’effondrer, en acceptant le fonds de stabilité financière. Maintenant, il faudrait qu’ils franchissent une étape supplémentaire, en appuyant le projet d’un mécanisme européen de surveillance des dettes publiques et en acceptant les Eurobonds, c'est-à-dire des titres garantis par l’ensemble des gouvernements. Les Eurobonds seraient la base d’un marché des capitaux aussi large et profond que les marchés américains. Cela permettrait de faire de
l’euro une monnaie internationale dans un système international moins polarisé sur le dollar.

 

Et d’attirer l’épargne pour financer une remontée des taux d’investissement, dans les domaines de l’énergie et de l’environnement.


- Pour vous, quelles sont les meilleures voies de régulation du système financier international ?
Sur le plan de la finance, devenue littéralement folle, le modèle Wall Street du shadow banking (banques fantômes) est actuellement prépondérant dans l’allocation du capital. Or, ce modèle est basé essentiellement sur les plus-values à court terme, et sur la capture d’un maximum de profit, pour un petit noyau de banques mondiales. Ces dernières, devenues géantes, constituent des menaces, à la fois pour l’économie et pour la démocratie, car elles deviennent inexpugnables. Elles sont dans une situation où l’on considère qu’elles ne peuvent pas faire faillite, et où elles tiennent les Etats en otages. C’est extrêmement dangereux, car le principe même de la régulation du capitalisme repose sur la concurrence. Ce principe ne peut pas fonctionner si la sanction et donc la menace de la faillite ne sont pas là pour discipliner les stratégies financières, aiguillonnées par le «toujours plus». Tant que ce problème n’est pas résolu, les dérives qu’on a connues seront certainement à nouveau à l’ordre du jour. Aux Etats-Unis, par exemple, les banques, bénéficiant de crédits à des taux très bas, sont en train de transférer des capitaux vers les pays émergents grâce aux produits dérivés, en vue de spéculer. Cette variation des flux des capitaux nous dirigera vers d’autres crises.


- Il y a eu des initiatives concluantes?
Sur le plan de la maîtrise du risque systémique, il y a eu, effectivement, une avancée décidée à la fois aux Etats-Unis et en Europe. Il s’agit de la création de conseils du risque systémique, définissant les institutions à même de créer des crises globales à elles seules, comme ce fut le cas de AIG et de Lehmann Brothers. Il reste à voir si les dispositions qui permettent de les superviser de manière beaucoup plus exigeante qu’auparavant seront effectivement mises en oeuvre, constituant ainsi des politiques macro-prudentielles.


S’il en est ainsi, cela devrait changer profondément le rôle des banques centrales. Ces dernières devront, outre la stabilité des prix, s’occuper en permanence de la stabilité financière. Elles devront étendre leur doctrine et leurs prérogatives, ce qui transformera entièrement la vision qu’on avait du capitalisme, depuis les années 80, où l’on pensait que les marchés s’autoréguleraient grâce à la libéralisation financière, et que les banques centrales ne devaient se focaliser que sur l’inflation.


-D’autres volets sont-ils à revoir?
Les marchés dérivés de crédit présentent également une ambivalence. D’un côté, ils permettent de transférer le risque de manière efficace, et d’un autre, ils conduisent à sa sous-évaluation s’il n’y a pas des normes très strictes. En effet, lorsqu’on contracte un crédit en sachant qu’on dispose de la possibilité de le revendre ou de revendre le risque par l’achat d’un dérivé, on est rémunéré par une commission. On n’a donc pas intérêt à évaluer le risque, cette évaluation étant un processus coûteux. C’est ce qu’on appelle l’aléa moral.

 

Les banques et les courtiers en crédit sont intéressés par le volume plutôt que par la qualité des crédits. C’est ce qui s’est produit avec les fameux «subprimes». Par ailleurs, par le biais des mécanismes opaques des pseudomarchés qu’on appelle de gré à gré, on réalise des transferts en cascade, en créant des structures hors-bilan, que personne ne connaît. Ceci afin de transférer le risque, qui atterrit finalement chez les gros investisseurs.


Et c’est là le coeur du problème, c’est l’accumulation d’un risque invisible. Il faudrait donc modifier la logique même de fonctionnement de ces marchés dérivés, en créant des centralisations, des chambres de compensation, des surveillances quotidiennes, etc. Le fonctionnement des agences de notation et des hedge funds est aussi à revoir.


-Quel rôle pour les organismes internationaux dans cette régulation?
Le FMI devrait s’occuper beaucoup plus des relations multilatérales, plutôt que de surveiller chaque pays séparément. Il doit réaliser, et il commence à le faire, des analyses et des diagnostics sur les grands déséquilibres, leur origine, leur potentiel systémique, mettre en place des indicateurs d’alerte et organiser, dans le cadre du G20, un débat informé par des travaux d’experts. L’une des difficultés majeures en ce moment est que les pays émergents, se sentant menacés par des phénomènes qui les dépassent, tendent tous à accumuler des réserves de changes. A cause de cela, on crée des dollars en permanence et on nourrit les déséquilibres. Si le FMI devenait l’embryon d’un prêteur international en dernier ressort, en émettant des DTS (droits de tirages spéciaux) dans des conditions beaucoup plus flexibles, on éviterait l’excès de demandes en dollars. Les pays qui disposent de réserves trop importantes, tels que la Chine, pourraient les convertir en DTS en dehors du marché, ce qui permettrait d’éviter des instabilités. Imaginons que la Chine veuille convertir 10% de ses réserves libellées en dollar vers l’euro. Elle ne pourrait le faire sans exposer le marché des changes à d’importants déséquilibres, tandis qu’une conversion en DTS, à l’intérieur du FMI,
serait sans effet sur les changes. Parce que le DTS est un panier qui contient moins de 50% en dollars, alors que les réserves de changes chinoises sont à plus de 60% en dollars, la Chine pourrait avoir une meilleure proportion de diversification. Mais là encore, une modification des pouvoirs est nécessaire. A l’intérieur du FMI, les quotas et les droits de vote doivent être revus afin d’équilibrer les pouvoirs. Les Européens, pour leur part, doivent accepter de fusionner leurs quotas. Actuellement, l’Europe est quasiment absente du débat
monétaire du FMI, à cause des égoïsmes nationaux. Au G20 aussi, la gouvernance devrait être revue pour une meilleure représentativité des Etats. La Banque mondiale, elle, devrait se concentrer sur les questions liées à l’environnement et au développement des pays les moins avancés.


- Que pensez-vous des différentes réponses aux récentes crises?
Les réponses d’urgence ont été appropriées, mais il fallait en profiter pour changer les pouvoirs. Durant la crise bancaire du début des années 90 en Scandinavie, on a nationalisé les banques, expulsé les dirigeants, fait payer les actionnaires, et mis des administrateurs provisoires. On a également restructuré les banques aux mains de l’Etat, pour ensuite les revendre. C’est ce processus là qu’on aurait dû suivre. Or, rien de tel n’a été fait à l’automne 2008. On a laissé le système avec les mêmes mécanismes, les mêmes responsables. On a permis à ceux qui ont conduit le monde à la faillite de rester au pouvoir.


- Certains prônent aujourd’hui un retour au protectionnisme, qu’en pensez-vous?
- Ça me paraît très dangereux! Car c’est ce qui a conduit à la dépression des années 30. On est parti d’une crise boursière, qui a débouché sur une crise bancaire. Les pays n’arrivant plus à se mettre d’accord pour maintenir des flux d’échange suffisants se sont fermés chacun de son côté, et le commerce international s’est effondré. Si on a basculé dans une récession mondiale à l’automne 2008, c’est parce que le commerce international s’est rétracté. Ce qu’il faudrait, ce sont des systèmes d’échange financés correctement, de telle sorte que les déséquilibres des balances des paiements ne s’accumulent pas comme ils l’ont fait. C’est la finance qui a été à l’origine des fameux «global imbalances» (déséquilibres globaux). Mais c’est aussi la politique monétaire américaine qui, devant des salaires qui ne progressaient plus, a cherché à maintenir le plein emploi, en permettant aux ménages de continuer à consommer fortement, par un endettement croissant et irréversible. C’est donc le dysfonctionnement du capitalisme à l’intérieur des pays qui a mené au déséquilibre des échanges internationaux. On ne peut remédier à cette situation que par des modifications assez profondes du capitalisme, supposant des changements de pouvoirs entraînant un relèvement des revenus salariaux, car la part des salaires dans la production est beaucoup trop basse partout dans le monde, même chez vous au Maroc. Et bien sûr, une stricte régulation de la finance.

 

Les banques tiennent les Etats en otages
Source, journal ou site Internet : L’économiste magazine
Date : numéro d’avril 2011
Auteur : Michel Aglietta interviewé par Alham Nazih

22/04/2011

Une Egypte avec des libéraux! Est-ce possible?

Égypte La communauté copte est divisée sur la stratégie à adopter dans l'Égypte post-Moubarak : obtenir des gains immédiats ou participer au combat national ? Jouer la carte politique communautaire ou jouer, là aussi, la carte politique libérale et nationale ?

 

http://www.teije.nl/im/2004/egypt/im/egypte667.jpg


L'église copte Saint-Marc à Alexandrie ne désemplit pas durant le carême. Les messes se succèdent tous les jours de la semaine et durent tout l'après-midi. Une atmosphère pieuse envahit ce lieu de culte, accompagnée d'une suffocante odeur d'encens. À l'intérieur de l'église, les fidèles sont divisés en deux. D'un côté les hommes, de l'autre les femmes et les enfants. Toutes les femmes couvrent leurs cheveux d'un fin voile quand elles rentrent à l'église. Chose singulière, alors qu'en Égypte, les femmes chrétiennes sont stigmatisées par certains parce qu'elles ne portent pas le voile à l'instar des musulmanes. La messe finie, le prêtre, avec sa longue barbe blanche, se met à la porte de l'église pour saluer les fidèles en leur offrant un bout de pain bénit, alors que ces derniers se pressent autour de lui, pour lui embrasser la main. On parle religion. On discute du carême, du dimanche des rameaux, de Pâques, etc. La situation politique en général et les manifestations qui ont lieu à travers le pays ne semblent pas trop intéresser les coptes réunis devant l'église. Si l'on demande à un prêtre son opinion sur la révolution égyptienne, il sourit gentiment et répond qu'il est ici en visite. Face à la même question, père Morcos, le prêtre à la longue barbe blanche, est soudainement très pressé d'aller à son bureau où une famille l'attend depuis deux heures.

 

A-t-il peur de répondre ? « Je n'ai peur que de Dieu. Et c'est en Lui seul que j'ai confiance », déclare-t-il offusqué. « Les prêtres refusent de parler car ils ne veulent pas causer du tort à la communauté. Ils ne veulent rien dire qui puisse compromettre les coptes. Tout le monde ici a toujours à l'esprit l'église copte qui fut la cible d'une attaque meurtrière le 31 décembre dernier », affirme Rojeh, un jeune copte. Un autre fidèle d'un certain âge ajoute que des salafistes ont menacé de kidnapper toutes les filles qui ne sortent pas voilées après 21h. « Et tout le monde sait que cette menace vise directement les coptes, ajoute-t-il, maintenant, nous avons peur pour nos filles. » Finalement père Kyrillos, un jeune prêtre aux longs cheveux et à la barbe toujours noire, accepte de parler. « Même aujourd'hui, on essaie toujours de créer un sentiment de peur chez les chrétiens, surtout lorsqu'on fait un amalgame entre les différents courants islamistes. Il y a un problème essentiel en Égypte.

 

Tout ce qui touche à la religion suscite immédiatement un tollé général, et un repli identitaire aussi bien chez les chrétiens que chez les musulmans.


La société égyptienne est intrinsèquement religieuse », affirme-t-il, ajoutant qu'« après la menace des Frères musulmans, voici celle des salafistes. On véhicule des rumeurs selon lesquelles ces derniers veulent enlever les filles non voilées. Or ces informations se sont avérées fausses. Celui a qui l'on attribuait ses menaces a démenti avoir tenu de tels propos, et le site des salafistes Iamsalafi.com a également nié ces rumeurs ».


Discriminations sous Moubarak
Dans cette Égypte postrévolution, les coptes doivent trouver leur place. Sous Hosni Moubarak, la position officielle de l'Église copte était la loyauté envers le régime en place. Cette politique était fondée, selon le père Kyrillos, sur des informations erronées et biaisées, transmises notamment aux autorités coptes pour les induire en erreur. Afin d'assurer sa pérennité face à la communauté internationale, d'une part, et aux chrétiens égyptiens, d'autre part, le régime de Moubarak a surfé sur la menace islamiste et la peur des Frères musulmans pour semer la zizanie entre les Égyptiens eux-mêmes. Il a ainsi obtenu le soutien de l'Église copte qui a cru la version officielle. « Cet appui était la conséquence du choix qu'on nous vendait à cette époque : le régime corrompu de Moubarak ou un régime islamiste avec les Frères musulmans au pouvoir.


Entre deux maux, il fallait choisir celui qu'on connaissait déjà. Le moins pire », affirme le religieux.


Un ambassadeur de confession copte, ayant requis l'anonymat, affirme pour sa part que l'ancien régime traitait du dossier copte d'un point de vue purement sécuritaire, au lieu de le traiter d'un point de vue social. Il récuse néanmoins l'idée selon laquelle la communauté copte serait persécutée et parle d'exagérations. Plutôt que de persécutions, la communauté a été victime de discriminations, dit-il. En effet, durant les 30 dernières années, la communauté copte en Égypte a souffert de nombreuses discriminations. Atef Barnaba, un pasteur évangélique, estime que les coptes ne jouaient aucun rôle politique du temps de Moubarak.

 

« La relation entre l'État et les chrétiens étaient strictement réduites aux affaires religieuses. Le dossier copte était entre les mains des officiers de la Sécurité de l'État (Amn el-Dawla), qui avaient le dernier mot sur les problèmes concernant la communauté ».


Ainsi, ils refusaient souvent aux coptes les autorisations de rénovation d'églises au motif que la société islamique ne le permet pas. « Par ailleurs, les fidèles musulmans estiment qu'ils ne doivent pas être gouvernés par un non-musulman. Ici, on l'appelle "wilayat al-copti", c'est-à-dire, qu'un Égyptien musulman ne doit pas recevoir des ordres d'un copte.

 

Cette considération religieuse influence directement les nominations de coptes dans la fonction publique. Ces derniers n'atteindront que rarement un poste supérieur au "middle management". Ce phénomène est très clair dans l'armée et chez les magistrats où l'on a dû nous battre durant des années avant d'avoir la nomination d'un juge copte », explique Atef Barnaba.


Une haut responsable copte au sein du ministère égyptien des Affaires étrangères minimise ces discriminations et estime que la diaspora copte les met en valeur pour aider ses coreligionnaires. Et ce responsable de souligner que les discriminations sont légion partout dans le monde, même dans les pays les plus démocratiques. Elles peuvent concerner les femmes, la race, les minorités religieuses, etc.


« Ce qui est important en Égypte, c'est le fait que la discrimination n'est pas institutionnalisée. Elle est le fait d'individus influencés par leur culture et leur propre opinion.

Il faut dire aussi que la situation des coptes au temps de Moubarak était comparable à celle de 90 % des Égyptiens. Hosni Moubarak donnait l'impression d'aider les chrétiens qui ne dénonçaient pas les discriminations à leur encontre de peur de se trouver dans une situation encore pire »

 

, affirme cette responsable sous le couvert de l'anonymat. Concernant la représentation des coptes au sein de l'État, un autre responsable au ministère des Affaires étrangères affirme

 

« qu'il n'y a aucune contrainte ou aucune discrimination légales qui empêchent les membres de cette communauté d'adhérer à la fonction publique. Les discriminations subies par les coptes sont dues essentiellement aux comportements de certains responsables locaux, qui justifient leurs actions par des tensions dans certaines régions du pays ».

 

Le pasteur évangélique ironise toutefois sur ceux qui affirment que la discrimination est le fait d'individus. « C'est le fait de "tous" les individus au pouvoir », affirme-t-il. Le haut responsable copte explique par ailleurs que la peur et les préjugés sont un vrai handicap pour les chrétiens qui veulent incorporer la fonction publique. Selon elle, beaucoup de personnes renoncent à le faire parce qu'elles croient qu'elles n'y arriveront jamais.

 

« Les coptes n'essayaient même pas. Ils acceptaient leur condition. Les coptes et les Égyptiens en général subissaient les injustices, car ils n'avaient pas de culture de lutte pour leurs droits »

 

, estime le responsable.


Avant et après la révolution
Cela jusqu'à ce qu'ils les demandent, leurs droits. Aujourd'hui, non seulement les manifestants demandent leur droit à la liberté, à la justice, mais ils commencent à demander des comptes à ceux qui les ont gouvernés durant toutes ces années. Le dernier grand rassemblement sur la place Tahrir visait, notamment, à dénoncer l'impunité. « Chez les coptes, aussi, l'équation a changé. Ils ont une meilleure vision qui leur permet de participer pleinement à la vie politique. C'est le moment idéal pour être visible. Pour faire entendre sa voix.


Pour dire : je suis présent, je fais partie intégrante de cette société », affirme le responsable ajoutant que « les coptes doivent demander leurs droits comme citoyens à part entière ». « La chute de l'ancien régime a été, pour les chrétiens, une chance de revendiquer leurs droits », renchérit le pasteur Barnaba.


Les critiques contre les coptes
Pour un diplomate musulman, que certains dirigeants coptes appellent à plus de droits spécifiquement pour leur communauté est déplacé. « Il faut se battre pour son pays, et non pas pour sa communauté », affirme-til.


L'Égypte ne comprend pas seulement plusieurs communautés religieuses (chrétiennes, musulmanes, bahaïe), elle comprend aussi plusieurs groupes ethniques (Bédouins, Nubiens, etc.) Selon lui, les demandes des minorités peuvent entraîner une réaction négative et une susceptibilité de la part de la majorité.


Il faut oeuvrer tout simplement pour l'instauration d'un État de droit, où les lois seraient appliquées équitablement à tous.

 

« En demandant la liberté pour tous, on obtient par ricochet la liberté pour les chrétiens aussi »

 

, ajoute ce diplomate. Le pasteur Atef Barnaba critique lui aussi le comportement officiel de l'Église copte durant la révolution. En effet, le pape copte, Chenouda III, avait qualifié, au tout début de la révolte, les manifestations comme l'oeuvre de voyous. Deux jours avant la chute de Moubarak, l'Église affirmait encore son attachement à l'ancien régime. Cette position a nui à l'Église copte, selon le pasteur Barnaba.


Ensuite, après la chute de Moubarak, l'Église copte a immédiatement demandé des droits communautaires alors que l'ambiance générale tournait autour des valeurs nationales, même chez les Frères musulmans. Cette attitude a été vivement critiquée par les révolutionnaires qui ont dénoncé, selon le pasteur Barnaba, un discours obtus, alors que les mentalités dans le pays étaient en plein changement. Ce changement est tel, affirme le pasteur, qu'on voit aujourd'hui des dirigeants musulmans appelant à plus de droits pour les chrétiens, une première selon lui. Après la révolution, l'Église copte s'est divisée en deux courants, explique pour sa part père Kyrillos. « Un courant qui cherche à obtenir des gains immédiats pour la communauté, en d'autres termes, sa part du gâteau. L'autre courant pense au contraire qu'il faut mener un combat national.


Ainsi, tout ce qui est positif pour l'Égypte, sera positif pour les coptes. En construisant un pays fondé sur la justice, les reformes et la démocratie, l'Église copte sera la première bénéficiaire de ces changements », ajoute-t-il.


La menace salafiste
Les jeunes coptes restent toutefois sceptiques, après l'euphorie de la révolution. Mohammad et Michael vivent au Caire. Ils sont amis depuis des années. Ils discutent ensemble de la prochaine manifestation.


Mohammad taquine Michael : « Si tu ne viens pas demain, je dirai aux révolutionnaires que tu es contre eux. » Comme beaucoup de coptes, Michael est hésitant. « Hier, sur la place Tahrir, j'ai été arrêté par un salafiste qui m'a demandé mes papiers », dit-il. La révolution égyptienne a mis en évidence l'émergence de plusieurs courants islamistes dont les Frères musulmans, les salafistes et les soufis. Ces derniers semblent toutefois soutenir aujourd'hui le courant modéré des musulmans. Par contre, il y a une vraie crainte des salafistes. « Ces derniers ont une forte base dans la population, surtout dans le rif où leurs discours visent les
classes pauvres et non éduquées. Leur pensée est en outre bien loin des débats intellectuels profonds, et consiste essentiellement en des interdits religieux. Leurs actions mettent aussi mal à l'aise les musulmans modérés qui ont peur d'eux », explique Atef Barnaba.

 

http://www.lesfilmsdici.fr/moteur/t234/egypte_copte2.jpg


Le nouveau visage des Frères musulmans
Les Frères musulmans ne suscitent pas la même peur, loin de là. Selon Barnaba, « la révolution a montré un autre visage des Frères musulmans. Le régime de Moubarak utilisait la confrérie comme épouvantail. La révolution a montré de nouveaux visages. Des musulmans pour les coptes, des coptes pour les musulmans.


En se côtoyant lors des manifestations, les protestataires ont appris à mieux se connaître, à découvrir que les coptes sont des Égyptiens à part entière. Dans certaines régions du pays, dans le rif, par exemple, on apprenait aux Égyptiens musulmans que les coptes sont des intrus, qu'ils sont venus avec les croisades, qu'ils sont différents, etc. Or, historiquement, la communauté copte est enracinée en Égypte bien avant la conquête arabo-musulmane, et bien avant les croisades ». Père Kyrillos estime lui aussi qu'aujourd'hui, les Frères musulmans sont beaucoup plus modérés qu'auparavant. « Ils ne sont pas des gens candides. Au contraire, ils sont éduqués », dit-il. Mohammad, un jeune Égyptien ayant fait des études de médecine, et qui est proche des Frères musulmans, estime pour sa part que ces derniers ne seront en aucun cas une menace pour les chrétiens. Au contraire, selon lui, la confrérie protégera les coptes, puisque la charia impose la protection des gens du Livre.

 

S'ils arrivent au pouvoir, ils savent que la communauté internationale les surveille, et ils ne feront aucun geste qui pourrait menacer les coptes et donner une mauvaise image de leur régime à l'extérieur pouvant entraîner des sanctions contre l'Égypte, estime Mohammad.

 

Selon lui, les Frères musulmans donneront plus de liberté aux coptes. Mais il n'exclut toutefois pas une islamisation de la société : ils imposeront peut-être aux femmes musulmanes le voile, et il leur sera interdit de travailler.


Plus de droits pour les chrétiens sous la charia ? Le pasteur Barnaba n'y croit pas et critique ceux qui professent une telle idée.

 

« Nous voulons nos droits en tant que citoyens, non pas en tant que chrétiens ou dhimmis, affirme-t-il. Les droits selon la charia sont bien moindres que les droits civiques. ».

 

http://www.rmo.nl/beeld/educatie/Piramide_kameel_Egypte.jpg

 

Appuyer les libéraux
Aujourd'hui, la communauté copte est également divisée quant à son rôle éventuel sur la scène politique. « Il y a, d'une part, ceux qui veulent prendre une position politique et orienter les fidèles vers une position commune. Alors que la seconde position estime que le rôle de l'Église n'est pas de faire de la politique. Le rôle de l'Église est moral, et elle ne doit pas interférer dans le jeu des partis politiques », explique père Kyrillos. Bishay, un jeune commerçant copte d'Alexandrie, est très enthousiaste et très optimiste pour l'avenir de son pays. Il raconte que le milliardaire copte Naguib Sawaris a entamé la création d'un parti politique, comprenant chrétiens et musulmans, ayant pour fondement des valeurs démocratiques. Toutefois, le prêtre copte est opposé à un parti à caractère copte comme celui qu'organise Naguib Sawaris. « Le seul fait qu'il soit labellisé copte risque de lui faire perdre les voix des musulmans modérés. Il vaut mieux appuyer un parti "national" libéral déjà existant », estime père Kyrillos. Un haut responsable au ministère des Affaires étrangères préconise pour sa part une loi électorale fondée sur un système proportionnel et non plus majoritaire. « Dans ce cas, les coptes seront représentés plus équitablement politiquement dans le Parlement », estime-t-il. Selon lui, les espoirs reposent actuellement sur les résultats des prochaines élections législatives qui auront lieu dans quelques mois. Il espère en outre l'émergence d'un parti politique non religieux, libéral, sans nécessairement être laïc.

 

Les coptes après la révolution, entre peur des salafistes et espoir d’un changement libéral
Source, journal ou site Internet : L’Orient le Jour
Date : 18 avril 2011
Auteur : Antoine Ajoury

10:21 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : egypte, libéraux, coptes, musulman, islamisme, moubarak, salafiste | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

21/04/2011

Retour vers le futur! Un Madelin biolibéral sans conservateurs!

Espérons que les idées libertariennes prennent le dessus, et que l'action soit déterminante, à suivre....soyons vigilant, mais aussi confiant!


POUR UNE PAROLE LIBÉRALE INDÉPENDANTE, NOUVELLE ET FORTE

d' Alain Madelin

 

Libre échange avec Alain Madelin


A un an du premier tour de l’élection présidentielle, je reprends la parole. En toute liberté intellectuelle et en toute indépendance politique.

Le libéralisme est d’ailleurs d’ores et déjà au cœur du débat politique non pas parce qu’on le propose mais parce que tous s’y opposent. Tous ou presque, entretiennent les peurs de la mondialisation libérale et de l’Europe libérale et proposent de mieux contrôler la société, les citoyens, l’économie et nos frontières (voir La mondialisation, vous dis-je )

Le Président, le gouvernement et la majorité présidentielle ont fait le choix de se démarquer de toute référence libérale pour mener une politique placée sous le sceau du « retour de l’Etat ».

Au sein de l’UMP,  le courant libéral s’est vu dilué et marginalisé.

Dans un tel contexte, le moment est venu d’affranchir les libéraux des conservateurs. C’est une opportunité pour les libéraux de se présenter sous un jour nouveau. De tracer  les contours d’une société de confiance au-delà des vieux clivages et des vieux clichés. Avec la conviction que pour entrer dans la grande société ouverte du nouveau monde, les valeurs, les idées, les propositions libérales sont plus que jamais nécessaires (voir Le retour des politiques libérales). Partout dans le monde, une nouvelle dimension « confiance dans la liberté individuelle – confiance dans l’Etat » transcende l’approche gauche droite (voir La France manque d’une bonne boussole).

La reconfiguration de la vie politique intellectuelle française inéluctable. Dans le patrimoine historique et culturel de la gauche il y a la confiance dans la liberté individuelle, dans le progrès et la volonté d’émancipation des personnes par rapport aux tutelles de toutes sortes. Rien de plus moderne, même si l’on n’en voit guère la trace dans le programme du parti socialiste.

Dans le patrimoine historique et culturel des libéraux, affranchis des conservateurs, il y a le parti pris de la défense des faibles contre les puissants, l’affirmation forte des droits individuels et la générosité sociale. Rien de plus nécessaire (voir Après l’Etat Providence, l’Etat Social 2.0 et La justice sociale ne se confond pas avec la redistribution). Au-delà de ses déficits financiers, la France souffre d’un déficit de confiance (voir Les déficits de confiance creusent nos déficits financiers). Pour que les Français retrouvent confiance, il faut leur faire confiance. Il est révélateur que les meilleures politiques du gouvernement soient celles de l’autonomie des universités ou de l’auto entrepreneur, c’est-à-dire des politiques dont le préfixe « auto » marque un choix de confiance dans la liberté.

Dans l’élection présidentielle qui s’approche, les candidats qui rêvent de « prendre le pouvoir » et qui se prépare à expliquer aux Français pourquoi ils doivent « leur faire confiance » devrait réfléchir aux avantages et à l’écho d’une politique visant à redonner du pouvoir aux français, à faire confiance dans leur liberté et dans leur responsabilité. Nous n’avons pas besoin d’un « Super Etat » mais de « Super citoyens ».

C’est en tout cas muni de cette boussole que j’entends structurer une parole libérale, indépendante, nouvelle et forte. Avec toutes celles et tous ceux qui le voudront. Ce blog est le leur. Et les idées se doivent de précéder l’action.


Alain Madelin,

 

Source le blog wordpress:

 

 

 

Les sites d'Alain Madelin,

 

Euro92
Fondé en 1988, par Alain MADELIN, l'Institut Euro 92 rassemble des décideurs et responsables économiques soucieux alors de renforcer la compétitivité globale de leur pays face aux nouvelles exigences créées par la mise en place du Marché unique et la mise en route de l'Union Européenne.
http://www.euro92.com

 


Les cercles libéraux
Créés à l'initiative d'Alain Madelin les Cercles libéraux constituent un espace de réflexion libre et indépendant au cœur de la société et ouvert sur le monde pour concevoir et exprimer des propositions modernes et libérales marquées par l'audace réformatrice.
Les Cercles libéraux ont vocation à être un pont entre le monde des idées et celui de l'action, entre la société civile, les décideurs politiques et les leaders d'opinion.

 


Liberaux2007
Au moment des éléctions présidentielles de 2007, les libéraux entendaient présenter sur ce site leurs idées, leurs propositions et les placer au cœur du débat politique.
http://www.liberaux2007.fr

 


Alainmadelin2002
Alain Madelin a proposé un projet pour une nouvelle France lors de l’élection présidentielle de 2002. Des propositions toujours d’actualité!
http://www.alainmadelin.com/propositions/

 


Demlib
Demlib fut le site de démocratie libérale. Il comprend des milliers de pages de dossiers, documents et d’articles…
http://demlib.com/netlib/

Eurolibnetwork
L’univers d’Eurolibnetwork est celui de la communauté internationale de celles et ceux qui partagent sur le web les valeurs de la liberté, du respect des droits individuels, et qui veulent construire des sociétés ouvertes pacifiques, libres et prospères grâce à l’économie de marché et au libre échange. Eurolibnetwork n’est pas un think-tank de plus sur le web, mais le premier thinktank conçu pour le web.
http://www.eurolibnetwork.net

 

 

http://bachelot.hautetfort.com/media/00/00/397417317.3.jpg

Biographie

Avocat de profession, longtemps inscrit au barreau de Paris, Alain Madelin est une figure majeure du renouveau des idées libérales en France.

Engagé aux côtés de Valéry Giscard d’Estaing, il est élu en 1978 député d’Ille-et-Vilaine et constamment réélu à ce poste auquel il renoncera en 2007. Il sera aussi à deux reprises député européen et vice-président du conseil régional de Bretagne.
En 1986 il devient ministre de l’industrie, des PTT et du tourisme.
En 1993 il est ministre des entreprises et du développement économique chargé des petites et moyennes entreprises et du Commerce et de l’artisanat
En 1995 il devient ministre de l’économie et des finances, et démissionnera peu après.
Après avoir fondé le mouvement Idées Action, il sera Président-fondateur de Démocratie Libérale.
Il est candidat à l’élection présidentielle de 2002 où il obtient 3,91 % des suffrages.

En 2007, Alain Madelin se placera en retrait de la vie politique (« en retrait et non en retraite » dira-t-il). Il s’est alors sur le plan professionnel orienté vers l’industrie et la finance. Il préside aujourd’hui le fonds d’investissement Latour Capital spécialisé dans l’accompagnement financier et stratégique des moyennes entreprises de croissance.
Engagé depuis longtemps dans la cause du développement de l’Afrique, il est le promoteur d’un ambitieux programme d’éducation pour tous sur le continent africain.
C’est le programme Sankoré qui équipe l’Afrique en classes numériques (une première tranche de 5 000 classes est en cours de réalisation) et qui développe un écosystème international de création ressources numériques éducatives libres et gratuites pour les enseignants.  Alain Madelin préside (à titre bénévole) le Groupement d’Intérêt Public pour l’Education Numérique en Afrique, chargé de la mise en œuvre du programme Sankoré :

Voir la biographie d’Alain Madelin « Fidèle à ses origines populaires » publiée en 2002 par Marie-Ange Michet.

Il est pour l’égalité des chances. Il croit au mérite, à la récompense de l’effort. Il dit que le travail est le seul capital des plus pauvres. Il fait confiance à l’homme, à son initiative, à sa liberté. Il veut réunir générosité, prospérité et solidarité. Avec la volonté de ne laisser personne au bord du chemin. Et de donner à chacun sa chance, toute sa chance. L’ascenseur social pour tous.

Ouvrages :

  • Quand les Autruches prendront leur retraite (2003)
  • Le droit du plus faible (1999)
  • Aux sources du modèle libéral français (1997)
  • Quand les autruches relèveront la tête (1995)
  • Chers compatriotes (1994)
  • Pour libérer l’école (1984)

 

13:39 Écrit par HUMANITAS dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : madelin, élections, présidentielles 2012, libre-échange, libéralisme, libéraux, liberté | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Internet France - Economie - Fracture numérique

IT Plex Vidéo - Retour sur les conclusions de l'étude McKinsey consacrée à l' "Impact d'internet sur l'économie française" avec Christine Balagué, Présidente de Renaissance Numérique et Jean-David Chamboredon, président exécutif du fonds d'investissement Isai.

 

http://www.desktopwallpapers.ro/artistice/images/wmwallpapers/Imagini-Internet_-Imagini-net_-Imagini-de-pe-net-1.jpeg

 

Au sommaire : entrepreneuriat, PME, instabilité fiscale et ministre du numérique.
Quel est le poids de l'Internet dans l'économie française ?

Depuis la publication de l'étude du cabinet de conseil McKinsey, on dispose de quelques chiffres pour répondre à la question. Elle évalue que la filière Internet * a généré 3,2 % du PIB en 2009 et 3,7 % en 2010. Plus que des secteurs de la "vieille économie" comme les transports ou l'agriculture. "Cette étude confirme que l'Internet est un secteur économique important mais la France reste très en retard par rapport au Royaume Uni, notamment. 30 % des français ne sont ne toujours pas connectés. Cette fracture numérique crée une fracture sociale. Tout reste à faire aussi dans le domaine de l'e-education.

 

Comparés à d'autres pays, les français sont à la traine sur les usages, ce qui provoque des effets négatifs sur l'emploi et sur l'économie " regrette Christine Balagué, présidente du Think Tank Renaissance Numérique.


L'instabilité fiscale en question
" Plus du quart des emplois du secteur marchand, un quart de la croissance du pays ; ce sont des chiffres qui parlent. Nous recevons une centaine de dossiers de start-up par mois, ce qui illustre un élan entrepreneurial qui est incomparable avec ce qu'il était il y aune dizaine d'années. Sur le marché du capital risque, la place de la France se situe à une place tout à fait décente puisque nous sommes numéro deux derrière l'Angleterre " commente Jean-David Chamboredon, président exécutif du Fonds d'investissement Isai. L'instabilité fiscale est pointée comme un des principaux freins au développement de l'économie numérique " C'est malheureusement une caractéristique française " déplore Jean-David Chamboredon. " Très astucieux, le statut JEI qui permettait d'alléger les charges sociales des jeunes entreprises sur les 7 premières années a été raboté pour une économie ridicule de moins de 60 millions d'euros, soit moins de 6 heures de déficit de l'Etat Français. Cette instabilité est très néfaste car elle crée une méfiance. On accumule les petites raisons d'aller voir ailleurs".


Ministre du numérique ?
Réclamée par Renaissance Numérique, la présence d'un "ministre du numérique" au sein du gouvernement est une déception. " L'existence d'un secrétaire d'Etat ne suffit pas. Il faut qu'il ait des moyens. Ce qui n'est pas le cas. Il faudrait aussi que les élus s'intéressent davantage au secteur. Aujourd'hui il n'y a pas plus de 8 députés et sénateurs qui sont concernés " indique Christine Balagué. "C'est un secteur très important. Il est donc normal qu'on ait un ministre en charge de ce secteur et qui soit l'interlocuteur des parlementaires lorsqu'il s'agit de voter des lois, si possible moins stupide que la 'taxe Google'. Je pense qu'il doit être beaucoup plus présent à Bruxelles pour légiférer sur la fin d'Europe truffée de trous fiscaux " plaide Jean-David Chamboredon.


* Le périmètre défini pour l'étude englobe les secteurs de télécommunications sur IP (les FAI), de la fabrication et de la maintenance de matériel informatique destiné au Web (PC, smartphones, etc), des activités de services informatiques ayant une connexion Web (conseils, développement de logiciels, etc) et des activités ayant le Web comme support (e-commerce, publicité,etc).

 

Economie numérique : la France est-elle en retard ?
Source, journal ou site Internet : ZDnet
Date : 15 avril 2011
Auteur : Philippe Leroy

10:41 Écrit par HUMANITAS dans Web | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : économie, internet, numérique | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu