Avertir le modérateur

22/09/2010

Notre Terre et notre Démographie à venir...et l' Etre ?

"To be or not to be" Shakespeare

 

 

PLANETE TERRE

 

Le manteau et le noyau terrestre se côtoient à 2 900 kilomètres sous nos pieds au niveau d'une zone encore mystérieuse. Une équipe de géophysiciens vient de vérifier que la fusion partielle du manteau est possible dans cette région lorsque la température avoisine 4 200 kelvins, ce qui renforce l'hypothèse d'un océan magmatique profond. L'originalité des travaux menés par des chercheurs de l'Institut de minéralogie et de physique des milieux condensés (CNRS/UPMC/Université Paris Diderot/Institut de Physique du Globe/IRD), réside notamment dans l'utilisation de la diffraction de rayons X, sur une source de lumière de l'European Synchrotron Radiation Facility de Grenoble. Publiés dans Science le 17 septembre 2010, ces résultats auront des répercutions sur la compréhension de la dynamique, de la composition et de la formation des profondeurs de notre planète.

 

http://naturendanger.canalblog.com/images/terre_manteau_profond.jpghttp://www.canadiangeographic.ca/atlas/Images/Glossary/Atmosphere_fr.jpg


Au dessus du noyau externe de la Terre constitué de fer liquide, le manteau solide est composé pour l'essentiel d'oxydes de magnésium, de fer et de silicium. Leur frontière, située à 2900 kilomètres sous nos pieds, intrigue fortement les géophysiciens.


Avec une pression de près de 1,4 million de fois la pression atmosphérique et une température de plus de 4000 kelvins, cette région est en effet le siège de réactions chimiques et de changements d'état de la matière encore méconnus. Tous les sismologues
qui ont étudié la question ont constaté une brusque diminution de la vitesse des ondes sismiques, qui atteint parfois 30 % lorsqu'on s'approche à quelques kilomètres de cette frontière. Depuis près de 15 ans, ce constat a conduit à formuler l'hypothèse, aujourd'hui
vérifiée, de la fonte partielle du manteau terrestre au niveau de cette frontière manteau-noyau.

 

http://www.astronoo.com/images/images_planetes/terreStructure.gif


Pour accéder aux profondeurs de la Terre, les scientifiques disposent non seulement d'images sismologiques mais également d'une technique expérimentale précieuse : les cellules à enclumes de diamants(1) couplées à un chauffage laser. Cet instrument permet de recréer les mêmes conditions de pression et de température que celles régnant à l'intérieur de la Terre, sur des échantillons de matière de quelques microns. C'est cette technique qu'ont employée les chercheurs de l'Institut de minéralogie et de physique des milieux condensés(2) sur des échantillons naturels représentatifs du manteau terrestre qu'ils ont soumis à des pressions de plus de 140 gigapascals (soit 1,4 millions de fois la pression atmosphérique) et des températures de plus de 5 000 kelvins.

 

L'une des nouveautés : l'utilisation de la diffraction de rayons X(3) au sein de l'anneau synchrotron européen ESRF. Ainsi, les scientifiques ont déterminé quelles phases minérales fondaient en premier et ont établi, sans extrapolation, des courbes de fusion du manteau terrestre profond (c'est-à-dire la caractérisation du passage de l'état solide à un état partiellement liquide). Leurs observations montrent que la fusion partielle du manteau est possible, dès lors que la température approche 4 200 kelvins. Ces expériences prouvent également que les liquides produits lors de cette fusion partielle sont denses, et qu'ils peuvent entraîner de nombreux éléments chimiques parmi lesquels des marqueurs importants de la dynamique du manteau terrestre.

 

Ces études permettront aux géophysiciens et géochimistes de mieux connaître les mécanismes de différenciation de la Terre et l'histoire de sa formation commencée il y a quelques 4,5 milliards d'années.


Quand le manteau de la Terre rencontre son noyau
Source journal ou site Internet : communiqué du CNRS
Date : 17 septembre 2010

 

DEMOGRAPHIE

 

La population mondiale pourrait dépasser les 9 milliards d'être humains en 2050 © SIPA Nombreux sont ceux qui considèrent que la croissance démographique est un tabou, un sujet intimement lié aux problèmes de pauvreté et d'environnement mais soigneusement ignoré lorsque les dirigeants de la planète se rencontrent. « Quand les objectifs du millénaire pour le développement ont été adoptés (en 2000), il n'y avait pas un objectif concernant la population ou l'accès à la planification familiale », constate Alex Ezeh, directeur exécutif du Centre de recherche sur les populations et la santé en Afrique (APHRC) de Nairobi. « Cela a été une grosse erreur. Le monde ne se réveille que maintenant », regrette-t-il.

 

http://www.arbredespossibles.com/Images/AfricanCrowd_big.jpghttp://media.paperblog.fr/i/282/2829389/demographie-mondiale-L-1.jpeg


Les acteurs des questions de population soulignent qu'une forte pression démographique va souvent de pair avec les problèmes abordés la semaine prochaine à New York. (lire ci-dessous de l'article ici) Dans les pays pauvres, une croissance démographique galopante met à rude épreuve les infrastructures, la santé et l'éducation, tout en augmentant le risque environnemental et la vulnérabilité aux effets du changement climatique.


Et ce alors que la population mondiale, de 6,8 milliards d'individus aujourd'hui, pourrait dépasser les 9 milliards en 2050, avec une très large majorité vivant dans les pays aujourd'hui en voie de développement.


Même des investissements minimes dans l'accès à la contraception, l'amélioration de l'éducation sexuelle ou la promotion de la liberté de choix des femmes en matière de procréation pourraient être bénéfiques.
« Chaque dollar dépensé dans la planification familiale peut permettre d'économiser jusqu'à 31 dollars en soins, eau, éducation, habitat et autres dépenses », estiment huit experts dans le dernier numéro de journal Science. Et pourtant, remarquent les plus critiques, l'engagement politique a toujours été timide, inexistant voire délibérément étouffé au plus haut niveau.

 

http://www.e-tech-blog.com/wp-content/uploads/mahamadou-diakite-post_01_worldpopulation_1970-2050-(9).jpghttp://media.paperblog.fr/i/282/2829389/demographie-mondiale-L-6.jpeg

 

Ce n'est qu'après des protestations qu'un objectif traitant des questions de population avait été ajouté, en 2007, aux OMD : rendre l’accès à la médecine procréative universel d'ici à 2015. « Comme nous avons démarré sept ans en retard, le résultat est extrêmement décevant : 215 millions de femmes ont un besoin de planification familiale non satisfait », affirme Gill Greer, la directrice générale de la Fédération internationale pour la planification familiale (IPPF) dont le siège est à Londres : Les dépenses globales dans la planification familiale ont diminué de moitié à la suite de son absence dans les objectifs du millénaire, et,
aujourd'hui encore, « il existe une réticence » à aborder le sujet.


Un silence assourdissant que certains attribuent en partie à l'influence de l'Eglise catholique et des évangélistes présents dans l'ancienne administration américaine Bush, note Mme Greer. Mais certains précédents, comme les stérilisations forcées en Inde dans les années 70, ou les controverses nées de la politique chinoise de l'enfant unique sont aussi de possibles freins. « Nous pouvons commencer à agir maintenant, de façon concrète », veut croire Andrew Dorward, professeur de développement économique à la School of Oriental and African Studies de l'Université de Londres. « Ca ne suffit pas de dire qu'être 9 milliards en 2050 va être un problème. Il faut commencer à y travailler maintenant.

 

Source IHEDN

ENJEUX DE LA DEFENSE - DOCTRINE - CONCEPTS - MISSIONS
La démographie, un enjeu de taille
Source journal ou site Internet : France Soir
Date : 19 septembre 2010

 

http://www.lefigaro.fr/assets/graph/jdf_enjeux-demographie.gif

cliquez la photo pour agrandissement

 

" To have or not to have" Alain

 

 

Le sommet de New-York

 

ASSEMBLÉE ANNUELLE DES NATIONS UNIES

 

La session annuelle de l’Assemblée générale des Nations unies s’ouvre jeudi à New York avec à son ordre du jour les grandes crises mondiales telles que le Moyen-Orient, la non-prolifération nucléaire, l’Afghanistan, le Pakistan et le Soudan. La grandmesse réunira pendant une dizaine de jours les chefs d’Etat et de gouvernement des 192 pays membres de l’ONU qui s’exprimeront à tour de rôle. Certains pays ne seront représentés que par des responsables subalternes: La Corée du Nord n’envoie, par exemple, que son ministre adjoint des Affaires étrangères.


Les Etats-Unis seront les troisièmes à s’exprimer devant l’Assemblée générale après le secrétaire général de l’ONU Ban Ki-moon et le Brésil. Le discours du président Barack Obama, qui arrive à New York mercredi, est très attendu. Il ne manquera pas de marquer
l’ensemble des débats. Un haut responsable américain a souligné que les grandes questions intéressant les Etats-Unis étaient le Moyen-Orient, la non-prolifération nucléaire avec le cas de l’Iran et celui de la Corée du Nord, l’Afghanistan, le Pakistan et le Soudan.


Ces thèmes seront privilégiés par les pays occidentaux en général. Il faut y ajouter notamment ceux de la gouvernance financière internationale, la République démocratique du Congo, et le changement climatique à l’approche du prochain sommet de l’ONU de
Cancun (Mexique), en décembre. «Le Soudan sera un gros sujet. A l’approche de deux référendums en janvier prochain qui pourraient consacrer la sécession du Sud, la communauté internationale aura pour devoir de témoigner son soutien à ce processus», a
souligné un diplomate occidental. Un haut responsable américain a expliqué que l’Occident aurait la possibilité d’imposer «une large panoplie de sanctions unilatérales ou multilatérales» si le Nord n’accepte pas les résultats des référendums. Les Sud-Soudanais
doivent voter le 9 janvier au référendum au cours duquel ils auront à choisir entre leur indépendance et le maintien de l’unité avec le reste du Soudan. Un deuxième référendum doit se tenir dans la région d’Abyei qui devra choisir entre le Nord et le Sud.


Une réunion du P5+1 sur l’Iran (Etats-Unis, Russie, France, Grande-Bretagne, Chine + Allemagne) se tiendra également en marge des débats. Cette réunion sera l’occasion renouvelée d’exprimer l’inquiétude des six pays sur les violations répétées par l’Iran des
résolutions de l’ONU sur son programme nucléaire. Comme l’an dernier, le discours du président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, sera écouté avec attention. Sa participation à une réunion sur le désarmement le 24, d’abord annoncée, n’a pas été confirmée.
Il doit longuement rencontrer la presse la veille. Le président français, Nicolas Sarkozy, ne sera présent que le lundi 20, précédé par un week-end privé à New York où réside un de ses fils. Il sera ensuite représenté par son ministre des Affaires étrangères, Bernard
Kouchner. Les débats de l’Assemblée générale seront précédés de trois jours de sommet sur les objectifs du Millénaire pour le développement (OMD). Outre la réduction de moitié de la pauvreté extrême dans le monde d’ici à 2015, les OMD, fixés en 2000, visent à assurer l’éducation primaire pour tous, promouvoir l’égalité des sexes, réduire la mortalité infantile, améliorer la santé maternelle, combattre le sida, le paludisme et d’autres maladies, préserver l’environnement et mettre en place un partenariat mondial pour le développement.

13:41 Écrit par HUMANITAS dans Parlons vrai et sans détours | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : planète, terre, démographie, pauvreté, onu | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu