Avertir le modérateur

07/09/2010

RAMADHAN - Algérie - Non respect, de l'extrémisme à l'intégrisme ?

INCIVILITÉS DURANT LE RAMADHAN
Les rixes, un sport pratiqué au quotidien

 

http://a21.idata.over-blog.com/550x441/0/25/97/94/Spiritualite/religion-islamique/Ramadan_2010.jpghttp://2.bp.blogspot.com/_QdUpP62HQjs/TE1zi6qTs_I/AAAAAAAAAsI/pLvwaCYO08k/s1600/ramadan-dune-table-ftour-L-4.jpghttp://www.lrfcne.dz/voux%20ramadan%202010.jpg

 

Le Ramadhan n’est déjà plus synonyme de piété mais de violence, de rixes et d’autre incivilités...


Le Ramadhan n’a pas adouci les moeurs des Algériens. Généralement, les parents sont les victimes des
coups de colère de leur progéniture. Mais les rixes entre voisins ou des membres de archs rivaux ne
manquent pas. A Amizour, dans la wilaya de Béjaïa, un trentenaire a eu une altercation avec son père qu’il
n’a pas hésité à envoyer à l’hôpital après son agression. A M’sila, un septuagénaire a été gravement blessé à
la tête après que des voisins lui jetèrent une pierre. Une bataille rangée avait opposé les deux familles qui
n’ont pas hésité à utiliser gourdins, pierres et couteaux pour exprimer leur désaccord. La même raison
conduit des archs entiers à avoir recours à la violence. Les agressions ont toujours connu un pic durant le
mois sacré. Le Ramadhan est alors perçu comme un mois risqué. Pourtant, dans les grandes villes, un impressionnant
déploiement des forces de sécurité est visible. La violence se déplace vers d’autres lieux après
avoir été canalisée dans certaines rues. Les ménages et les familles ainsi que les tribus sont alors devenus les
rings préférés des Algériens pour y faire leur démonstration de force. Sous l’influence du jeûne, les comportements
des Algériens seraient ainsi plus agressifs au mépris de tous les préceptes religieux qui n’imposent
pas de telles pratiques si elles se révèlent au-delà des capacités physiques ou psychiques des croyants.


Pour montrer qu’elles jeûnent donc manquent de calories, les personnes se croient dans l’obligation de se
montrer agressives, moins aimables et plus égoïstes. Tous les discours moralisateurs sur les valeurs de l’Islam
n’ont aucune prise sur les citoyens. Ceux qui n’observent pas le jeûne sont plus enclins à des comportements
plus aimables. Le changement d’humeur de certains pratiquants du jeûne est en lien direct avec l’augmentation
des rixes. L’espace public est transformé en pugilat. Dans les boulangeries, à l’intérieur des marchés,
à proximité des stations de taxis, sur la route, les citoyens ont de fortes chances d’être indisposés par
des comportements et des paroles qui n’ont aucun lien avec les règles de la vie en commun.

 

http://islamenfrance.fr/site/wp-content/uploads/2010/07/nuit-jeune-jeuner-je%C3%BBn-ramadan-2010.jpghttp://www.latribune-online.com/thumbnail.php?file=13a_977889422.jpg&size=article_medium


Agressions, vols de voitures, escroqueries, faux et usages de faux sont parmi les phénomènes en augmentation,
selon les aveux des services de police et de gendarmerie. Un sondage a même été effectué en 2007 sur
la question pour parvenir à des résultats alarmants.


Les individus de tous les âges sont soumis à cette frénésie de violence. Les services d’urgence des hôpitaux,
les commissariats de police, les brigades de gendarmerie sont alors submergés de travail à cause de ces dérapages.
Même au sein des entreprises, la violence est monnaie courante.


Le tout contribue à créer un climat d’insécurité. Et la réponse est tout aussi sécuritaire. Conduisant à alimenter
un sentiment selon lequel tout le monde est en guerre contre tout le monde.


Si le jeûne se révèle une entrave à la vie en commun, certains ont suggéré des réponses très simples. Il y a
des endroits pour rompre le jeûne à tout moment de la journée à condition que cela se fasse dans la discrétion.
C’est vers cette solution que tendent le ministre des Affaires religieuses, Bouabdallah Ghlamallah et le
président de la Commission consultative pour la promotion et la protection des droits de l’homme, Farouk
Ksentini.


Certains d’ailleurs, ne font le Ramadhan qu’occasionnellement et d’autres ignorent totalement cette pratique.
Les comportements inciviques et outranciers des citoyens ont égratigné l’image du Ramadhan. Ces dérapages
mettent en exergue les conséquences négatives du Ramadhan. Toutes les émissions religieuses diffusées
sur l’Entv et tous les prêches des mosquées n’y peuvent rien.


Ahmed MESBAH

 

Source journal ou site Internet : La Liberté
Date : 5 septembre 2010
Auteur : Ahmed Mesbah

 

http://www.bougaa.com/wp-content/uploads/2010/08/calandrier-ramadhan-2010.jpg

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu