Avertir le modérateur

03/09/2010

Mossad...

Israël.

Un ex-chef des services secrets israéliens ouvre ses dossiers.

 

http://4.bp.blogspot.com/_59-4lYwoho0/SLLCTpcFtFI/AAAAAAAAAnU/a4ORhQQv0ZU/s320/Mossad_seal.png

 

Dans les papiers du Mossad


Rencontre, à Tel-Aviv, avec Dany Yatom, l’ancien chef des espions israéliens. Son livre de souvenirs
dévoile certains dessous de l’histoire récente.


Auteur de Dans le secret de la Sayeret Matkal [une unité d’élite de Tsahal utilisée par le Mossad], un pavé
de 400 pages (bientôt traduit en anglais), Dany Yatom lève le voile sur différentes affaires sensibles qui
défrayèrent la chronique de la guerre secrète entre Israéliens et Palestiniens ou les coulisses des
négociations israélo-syriennes à la fin des années 1990, au cours desquelles Nétanyahou (aujourd’hui
premier ministre) aurait accepté, via son émissaire Ron Lauder, de restituer le Golan en échange d’une paix
avec Damas.


Yatom n’est pas le premier patron du Mossad à écrire ses Mémoires. En 2006, Ephraim Halevy, neuvième
directeur des services secrets israéliens, s’était déjà livré à l’exercice. Mais aucun responsable de
“l’Institution” ne peut se prévaloir de son parcours exceptionnel. Ex-secrétaire militaire de Yitzhak Rabin et
de Shimon Peres, patron du Mossad de 1996 à 1998, durant le premier mandat de Benyamin Nétanyahou,
Yatom fut le chef de cabinet d’Ehud Barak puis député travailliste à la Knesset avant de se retirer de la vie
politique en 2007. Notre correspondante a pu le rencontrer.


L’assassinat d’un chef du Hamas à Dubaï ne vous rappelle-t-il pas l’élimination ratée de Khaled
Mechaal à Aman, sous votre responsabilité de patron du Mossad ?

Je ne souhaite pas commenter l’épisode de Dubaï. En revanche, j’accorde beaucoup d’importance à cette affaire Mechaal. Les gens ont le droit de savoir ce qui s’est passé. Le Mossad est une agence performante mais comme ses opérations ont
vocation à rester secrètes, le public n’est pas censé connaître ses succès et on n’en connaît que les échecs. Ils
ont droit à une forte couverture médiatique parce que le Mossad n’agit que dans des pays tiers.


Conséquence ?

Lorsque quelque chose se passe mal, le Mossad n’a pas les moyens de le dissimuler. Le
Mossad étudie aussi les leçons du passé. La plupart des facteurs d’échec tiennent au fait que les agents, des
personnes très motivées et entraînées, ont tendance à penser – une fois sur le terrain – qu’elles en savent plus
que leurs supérieurs…


C’est ce qui s’est passé à Dubaï ?

No comment…

(cliquez lien ici +(pdf) sur ce que discerne les ssf: DUBAï/ISRAëL : RETOUR SUR L'OPÉRATION "HOMO" CONTRE UN RESPONSABLE DU HAMAS )


Quelles sont les priorités du Mossad ?

La priorité numéro un est de saper toute tentative iranienne d’acquérir des armes militaires non conventionnelles. La Syrie possède déjà une batterie de missiles et d’ogives chimiques. Mais Téhéran fait peser une menace existentielle sur nous. Le Mossad doit se consacrer davantage à la lutte antiterroriste, au côté du Shin Bet [les services secrets intérieurs] et de Tsahal, puisque l’essentiel des actions terroristes est amorcé en dehors de nos frontières.


Croyez-vous réaliste de relancer les négociations avec la Syrie qui vient de livrer des missiles au
Hezbollah libanais ?

Oui. Les dernières évolutions géopolitiques prouvent qu’Israël est plus isolé que jamais. Le temps joue contre nous.


Alors ?

Nous devons reprendre l’initiative.

 

http://belforum.net/img/depot20/e55b6cd94a0b10c11412f3f65a0589b3.jpg

cliquez l'image du siège du Mossad et lire bio


Pourquoi ?

La situation est sans précédent depuis la création de l’État hébreu. Nos liens avec l’Europe et la
Turquie se sont distendus, sans parler des tensions avec l’administration américaine. Israël me semble assez
solide pour prendre des risques calculés. Il faut avoir le courage de s’engager sur la voie des négociations, en
s’appuyant sur l’initiative de paix saoudienne. Cette base de discussions devrait s’appliquer sans plus
attendre au dossier syrien. Il y a beaucoup à gagner d’un accord avec Damas.


À quel prix ?

Certes, Israël paierait un prix élevé en cédant le Golan. Mais un tel accord pourrait affaiblir la
relation entre Damas et Téhéran, remettre en question les liens entre la Syrie et le Hezbollah, le Hamas
comme le Djihad islamique, et relancer les négociations avec les Palestiniens.


Vaste programme…

Mahmoud Abbas reste plus modéré qu’Arafat et use d’une bonne rhétorique. Mais il
ne contrôle ni le Hamas ni la bande de Gaza. Il ne représente que la moitié du peuple palestinien. Cela veut
dire qu’Israël n’a pas de partenaire pour un accord de paix permanent mais un interlocuteur pour des accords
d’intérim. C’est pourquoi il faut tout faire pour aider les Palestiniens à améliorer leurs forces de sécurité, afin
de leur permettre de lutter contre les bases terroristes. Nous devons les encourager dans leurs efforts pour
mettre en place des institutions civiles, comme prélude à la création d’un État palestinien.


Entre Jérusalem et Washington, cela ne va pas très fort…

Il faut des priorités. Notre principale préoccupation est de désamorcer la menace iranienne. Si le dossier des colonies devient une pomme de discorde, l’attention n’est plus centrée sur Téhéran. Il me paraît donc souhaitable d’appliquer le gel des colonies pendant un certain temps. Benyamin Nétanyahou a très mal commencé son mandat. Lors de sa
première rencontre avec Barack Obama, il s’est refusé à évoquer une solution à deux États, alors que le
président américain l’avait quasiment supplié de le faire.


L’Iran est-il vraiment le seul gros problème d’Israël ?

Un Iran nucléaire représente un problème pour le monde entier. Son arsenal de missiles de longue portée menace l’Arabie Saoudite, comme les puissances européennes. In fine, je pense qu’une opération militaire sera nécessaire mais elle ne devra se faire que dans le cadre d’une coalition menée par les États-Unis.


Que fait le travailliste Ehud Barak, dont vous êtes proche, dans l’actuel gouvernement de droite ?

J’ai démissionné de la Knesset au lendemain de la publication du rapport Winograd sur la seconde guerre du
Liban. À cette époque, j’estimais déjà que Barak n’avait rien à faire dans le gouvernement Olmert. Il en va
de même aujourd’hui. Le pays doit s’appuyer sur une coalition rassemblant les partis de droite Likoud, le
centre Kadima et les travaillistes.


Israël est sous le choc de l’affaire Anat Kamm, cette ex-soldate qui a volé des documents militaires
pour les transmettre à la presse. Qu’en pensez-vous ?

Cette affaire est extrêmement grave. Une soldate qui vole délibérément des documents secrets et les transmet à un journaliste ne doit en aucun cas rester impunie. Je n’ai pu publier mon livre et certains documents inédits qu’avec l’aval de la censure militaire et du Mossad. Certaines pages ont été éliminées. Personne ne peut me reprocher d’avoir utilisé des documents secrets à des fins personnelles.


Propos recueillis par Nathalie Harel
Jean-Claude Tourneur
Rédacteur en chef d'Enjeux
jeanclaude.tourneur@afnor.org
Tél: 01 41 62 82 53
Fax: 01 49 17 90 69
www.enjeux.org

 

Source IHEDN

RENSEIGNEMENTS EXTERIEURS - INTERIEURS - INTELLIGENCE ECONOMIQUE

Source journal ou site Internet Enjeux
Date : 2 septembre 2010

 

Le mossad recrute:

 

http://www.fas.org/irp/world/israel/mossad/mossad_ad.gif

18:33 Écrit par HUMANITAS dans International | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : mossad, espionnage, renseignements, israël, palestine, dany yatom, tsahal, golan, syrie, hamas | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Commentaires

moi mohamed raeisse

Écrit par : raeisse mohamed | 22/01/2011

moi je vous tarveil mossad

Écrit par : eraysse | 10/02/2011

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu