Avertir le modérateur

13/07/2010

C. Reichman et la crise de régime; République bananière, quelques bananes vont tomber, et après?

Que Claude Reichman, n'est pas à mes yeux un libertarien, et en être d'accord sur tout, question moyens, au moins c'est l'un des rares à s'exprimer sur la sécu...et tant d'autres sujets, le pourquoi de son édito ici, a nouveau!


Crise de régime !

 

http://medias.lepost.fr/ill/2009/10/29/h-20-1765159-1256819798.jpg


La France vit bel et bien une crise de régime. N’en déplaise aux éditorialistes patentés qui ne veulent voir dans les évènements actuels qu’une banale crise politique, il s’agit d’un ébranlement profond de nos institutions. L’affaire Bettencourt n’a un tel retentissement que parce qu’elle illustre jusqu’à la caricature les dérives de la classe politique, ses rapports délétères avec l’argent, ses mensonges permanents, sa totale absence de sens moral, et pour tout dire sa corruption. Il va de soi que ce terrible diagnostic frappe tout autant la gauche que la droite. La seule différence tient à l’origine des ressources : les riches d’un côté, les collectivités territoriales et leurs appendices de l’autre. Non sans qu’existent parfois de subtils liens croisés entre ces diverses sources de bien-être.

 

http://fr.wikivisual.com/images/0/01/Banane.jpg

 

Il s’agit d’une crise de régime parce que la classe politique dans son ensemble est jugée incapable, par le peuple, de rétablir la situation économique du pays et qu’elle ne bénéficie plus de la moindre considération de sa part. Tous les sondages concordent : 76 % des Français considèrent que la droite et la gauche n’ont pas de solutions aux problèmes du pays, et plus de 80 % jugent qu’il ne faut en attendre aucune amélioration. Ce n’est donc pas une alternance qu’attendent les citoyens, mais une complète remise en cause de la gouvernance nationale, autrement dit l’avènement d’un nouveau régime politique.

Pour qu’un régime s’effondre et soit remplacé par un autre, il faut que trois conditions soient réunies : un problème grave, un pouvoir faible, un lobby puissant. Tel fut le cas en 1958 : le problème grave était l’Algérie, le pouvoir faible était celui d’une IVème République où les gouvernements ne duraient au mieux que quelques mois, et le lobby puissant était celui que constituaient l’armée, tout entière engagée sur le terrain et d’ailleurs victorieuse militairement, ainsi que, de chaque côté de la Méditerranée, tous les partisans de l’Algérie française. On sait ce qu’il advint de ces circonstances : la Vème République vint balayer celle qui l’avait précédée.

Les mêmes conditions sont remplies aujourd’hui. Le problème grave est celui d’un Etat-providence surdimensionné plombant la compétitivité économique de notre pays, le pouvoir faible est celui d’une classe politique méprisée par les citoyens et incapable de prendre la moindre décision efficace, le lobby puissant est celui de tous les bénéficiaires des largesses de la collectivité ainsi que des intermédiaires qui les répartissent en se servant au passage. Il est dès lors inéluctable qu’un nouveau régime balaye celui qui est actuellement en situation d’échec avéré et définitif.

 

http://img.zigonet.com/flashmob/banane-illustration_15864_w300.jpg

le régime se liquéfie? çà tombe

 

Le problème qui se pose est qu’aucune alternative reconnue aux politiciens en place n’existe encore, et qu’aucun personnage prestigieux n’est en réserve de la République. Ce qui signifie que les jeux sont largement ouverts et que l’avenir appartient à ceux qui sauront se montrer crédibles et décidés. Il faut donc qu’une cristallisation s’opère pour qu’apparaissent et s’imposent les nouveaux dirigeants de la France. Cette alchimie peut s’opérer rapidement, puisque, comme le disait Jean Monnet, « les hommes n’acceptent le changement que dans la nécessité et ils ne voient la nécessité que dans la crise ».

La chance du pays réside dans l’existence d’un réseau parallèle d’information qui a nom Internet. Il vient de démontrer sa puissance dans l’affaire Bettencourt, en balayant l’information traditionnelle. L’outrance des attaques gouvernementales contre le site Mediapart est le signe éclatant du désarroi et de l’impuissance du pouvoir. Celui-ci croyait qu’en tenant sous son influence de grands journaux et d’importantes stations de radio et chaînes de télévision il bénéficiait d’une emprise décisive sur l’opinion. Cette illusion s’est envolée par le seul effet d’une information parallèle et d’autant plus efficace qu’elle répond aux attentes d’une opinion exaspérée par les mœurs, les échecs et la propagande du pouvoir.

Bien entendu, Mediapart, que dirige Edwy Plenel, se situe aux antipodes de nos idées. Mais reconnaissons-lui l’efficacité dont il fait preuve dans ce combat. Ce site démontre en tout cas qu’aucune institution, quelle qu’elle soit, ne peut résister à un bouleversement technologique dont elle n’a pas la maîtrise.

Il est dès lors évident que la bataille pour le pouvoir en France, et pour le remplacement d’un régime impuissant par un autre, va passer par Internet, étant entendu qu’il viendra rapidement un moment où il faudra passer du virtuel au réel et se porter sur le terrain. Mais ce passage se fera tout aussi naturellement que les rassemblements en nombre que sont capables d’organiser en très peu de temps les réseaux sociaux sur le web.

En définitive, c’est au peuple et à lui seul que va revenir le droit de choisir les nouveaux dirigeants du pays. C’est la raison pour laquelle nous appelons depuis longtemps déjà ceux qui partagent nos idées à se regrouper et à se préparer. Qu’ils ne s’y trompent pas : le moment décisif est arrivé. S’ils ne savent pas faire prévaloir leurs vues, qui sont celles de la majorité des Français, c’est une minorité plus décidée qu’ils ne le sont qui s’emparera du pouvoir et qui leur fera payer cher leurs atermoiements et leur lâcheté.
Vae Victis ! disait-on à Rome. Malheur aux vaincus, dit-on chez nous et dans toutes les langues. En France, aujourd’hui, les dès roulent !

 

http://www.coaching-formation-lyon.fr/peau_de_banane.jpg

attention de ne pas glisser!


Claude Reichman
Porte-parole de la Révolution bleue.

 

http://i27.servimg.com/u/f27/11/75/30/21/banane10.jpg

19:03 Écrit par HUMANITAS dans Coup de gueule | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : claude reichman, république bananière, sécurité sociale, crise(s), sondage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu